065,2 – Admiration, Respect

– Etymologiquement, admirer, c’est simplement : ‘mirer vers’, tourner son regard, regarder…

– Le respect devrait être indépendant des opinions des personnes. Il ne devrait dépendre, mais il devrait dépendre étroitement et uniquement, de la cohérence que celles-ci manifestent, jointe à une évidente honnêteté intellectuelle et morale. On en est loin.

– « L’honneur, c’est le respect de soi-même. » (Alfred de Vigny) – Les crapules, petites et grandes, se gargarisent, et nous bassinent avec le respect qui leur est soi-disant dû. Le respect dont on ne parle jamais, et pour cause dans un monde officiel de malfrats, c’est le respect de soi-même.

– L’admiration des Gogos va aux pantins, aux escrocs, aux corrompus, aux démagogues, aux arrogants, aux personnages encensés par la presse-people; rien de nouveau sans doute depuis M. et Mme Neandertal. Elle ne va quand même pas jusqu’au respect dans un lieu et un temps où les fanfares ne retentissent que pour le méprisable. « Dans un temps comme le nôtre où le respect s’est perdu, qu’est-ce qui peut s’établir de respectable ? » (Gabriel Tarde)  écrivant il y a plus d’un siècle, depuis !) – S’il s’est perdu, il doit y avoir quelques raisons, notamment la perte du respect de tout exigée comme preuve de personnalité et de modernisme.

– « L’effet dit ‘Effet Matthieu’ (du nom de la parabole des Talents dans l’Evangile de Matthieu, Mt. 25 : 14-29 – ‘On donnera à celui qui possède … à celui qui ne possède rien, on ôtera même ce qu’il croit avoir’) : ce phénomène répandu qui consiste à attribuer à quelques grandes figures non seulement les découvertes et travaux qu’elles ont effectivement réalisés, mais encore d’autres qui ont été accomplis par des personnes moins connues, dont le nom et le rôle tombe dans l’oubli. » (Olivier Rey – rendant hommage à Léopold Kohr, brillant analyste resté inconnu de la dynamique néfaste du progrès et de la croissance, initiateur d’Ivan Illich)

– Le respect des personnes passe aussi par le respect de leurs affaires et de l’espace qui leur a été alloué. Il semble que cela n’aille pas toujours de soi pour tous les cohabitants. C’est un manque de respect d’autrui, certes minime mais caractéristique de bien pire, que l’envahissement sans autorisation de l’espace attribué à autrui.

 « Dis-moi qui tu admire, je te dirai qui tu es. » – On n’oserait plus risquer cette question banale sauf à être vacciné contre le pire, à être blindé contre la bassesse actuelle, à être prêt à supporter de s’entendre répondre : Michael Jackson ou Madonna ou Bernard Tapie…

 ——————————————————————————————————————————-

« L’autorité ne peut se maintenir qu’autant que l’institution ou la personne dont elle émane sont respectées. Le mépris est ainsi le plus grand ennemi de l’autorité, et le rire est pour elle la menace la plus redoutable. » (Hannah Arendt) – Parler d’autorité, notamment à l’école, alors que règne l’ironie méchante et la dérision haineuse de la plupart de nos prétendus humoristes ne constitue qu’un mensonge de plus de nos politiques.

« L’admiration est une émotion autant qu’un jugement. » (Lucien Arréat)

« Le respect comporte l’estime de soi-même autant que le sentiment de la dignité d’autrui. L’irrespect s’accompagne plus qu’on ne croit de servilité et de platitude. » (Lucien Arréat)

« Il semble que nous travaillons en France à tuer le respect. Ignorons-nous donc qu’il est une condition de la dignité des personnes autant qu’une force sociale. » (Lucien Arréat)

« Les capacités d’admiration des individus sont probablement proportionnelles à la perfectibilité personnelle … Bien entendu, la faillibilité humaine peut faire admirer ce qui n’est pas admirable, en se trompant sur les fins ou sur les actualisations. » (Jean Baechler)

« On respecte un homme qui se respecte lui-même. » (Balzac)

« Que le besoin d’admirer s’ennuie souvent en nous. » (Anne Barratin)

« Il est difficile d’être sobre en admiration. » (Anne Barratin)

« Les grands arbres ont l’air de se respecter entre eux. » (Anne Barratin)

« Quelque chose est venu pourrir dans l’âme humaine cette passion de l’admiration qui était la plus belle. » (Jean Baudrillard) – Passion admirative de l’art, passion admirative des grandeurs humaines… Ce n’est pas quelque chose, mais l’entreprise délibérée et organisée de quelques uns de tout pourrir en ramenant tout à leur niveau.

« L’excès de respect est une forme d’irrespect. » (Frédéric Beigbeder – à propos des femmes) – L’affreux macho, à livrer aux ligues de vertu gaucho-féministes.

« On peut mettre ses deux mains jointes entre les mains d’un autre homme et lui jurer la fidélité du vassal, mais l’idée ne viendrait à personne de procéder à cette cérémonie aux pieds d’un millionnaire. » (Georges Bernanos) – Et c’est pourtant ce que font symboliquement nos prétendues élites.

« ‘Un monde qu’on respecterait serait invivable’. On y étoufferait sans doute puisque la nouveauté serait proscrite. On s’y étiolerait. Comprendre et vouloir, ces deux manifestations de la vie humaine, supposent en effet qu’on renonce à se plier à un ordre intangible … L’humanité est vouée aux problèmes, c’est pourquoi elle doit constamment déborder la stricte observance des principes qu’elle se donne. Cela ne signifie pas qu’elle est condamnée à refuser les œuvres achevées : on peut bien admirer sans respecter. C’est même ainsi que l’on progresse. » (Jean-Michel Besnier – citant Georges Bataille)

« Respect des droits de l’homme : qui ne le voudrait ? Respect des animaux : ils souffrent comme nous. Respect des arbres : il faudrait être un chien. Respect de la terre : l’écosystème vit, lui aussi … Et des non-fumeurs, des embryons, du passé, des convictions religieuses, des femmes, du code de la route … Si cela ne suffit pas, on prendra des mesures. De toutes façons, on les prendra … L’on a raison de soupçonner l’éthique, dont on fait si grand cas dans cette atmosphère  ô combien révérencieuse, d’ouvrir l’appétit de normes et finalement d’ériger le droit et ses experts en pourvoyeurs de sagesse … Le triomphe de la ‘political correctness’ ne consacrerait-il pas le retour de la morale à sa préhistoire, du temps où la valeur d’un acte ne s’évaluait pas à l’intention qui y préside mais à sa seule manifestation extérieure et à ses conséquences pratiques ? … Ce n’est pas en réclamant le respect universel qu’on sert la cause de la morale mais, au contraire, en invitant à résister à l’inflation des objets dignes de notre déférence ainsi qu’à la tentation de s’en remettre au légiste du soin de fixer les limites en deçà desquelles nous cessons de représenter l’humanité. » (Jean- Michel Besnier – Eloge de l’irrespect)

 « L’irrespect n’est rien d’autre que le nom de cette insolence qui me semble indissociable du métier de penser. Il nourrit l’enthousiasme faute duquel l’espace de l’intelligence se fige et n’abrite plus que les dévots de tous poils. » (Jean-Michel Besnier)

« ‘Penser, c’est dire non’, proclame Alain qui sut dire combien l’irrespect demeure le prix à payer pour que survive en l’adulte la jeunesse qui n’entend pas s’en laisser conter. » (Jean-Michel Besnier)

« Dis-moi qui t’admire et je te dirai qui tu es. » (Sainte-Beuve) – Ou qui tu admires.

« Admiration : Façon polie de reconnaître une ressemblance entre un autre et nous-même. » (Ambrose Bierce – Le dictionnaire du diable

« Respecter les convenances, dit-on. – Le voulut-il, un riche ne blessera jamais les Convenances. Cela lui est aussi impossible que d’entrer dans le Royaume des Cieux… » (Léon Bloy – Exégèse des lieux communs – 1, XCIV)

« On doit le respect aux morts, dit-on – Il est inutile de respecter les vivants,à moins qu’ils ne soient les plus forts. Dans ce cas, l’expérience conseille plutôt de lécher leurs bottes,  fussent-elles merdeuses. Mais les morts doivent toujours être respectés. » (Léon Bloy – Exégèse des lieux communs – 1, LXV)

« Un sot trouve toujours un plus sot qui l’admire. » (Boileau)

« Appartient à l’élite tout homme, de quelque milieu qu’il soit, qui est capable d’admirer ce qui est au-dessus de lui. » (Abel Bonnard – cité par Gustave Thibon)

« Aristote a défini l’homme éduqué comme celui qui sait dans quels cas une approche déterminée convient à son objet et dans quels cas elle ne l’est pas … un ‘honnête homme’ ne se conduit pas en mathématicien ou en soldat quand il a affaire à des gens qui ne le sont pas (tiré de Blaise Pascal) … Ce comportement approprié n’est autre que le respect … Traiter le donné comme ce qui se donne … ce qui peut impliquer de rester à la surface, de renoncer à pénétrer trop avant dans les profondeurs de l’autre. » (Rémi Brague) – Au moins tant qu’on n’est pas invité à aller plus avant.

« Admiration : façon commode de faire croire qu’on a compris. » (Albert Brie)

« Je me mire dans ce que j’admire. » (Albert Brie)

« On ne naît pas respectable, on le devient. » (Jean-Paul Brighelli)

« Plus l’ignorance est grande plus l’exigence de respect est aiguë. » (Jean-Paul Brighelli)

« Les personnes d’esprit … rien ne leur est nouveau ; elles admirent peu, elles approuvent souvent. » (La Bruyère)

« On admire d’autant plus qu’on observe davantage et qu’on raisonne moins. » (Buffon)

« Tout homme sincère sent bien qu’il s’élève lui-même en manifestant sa soumission à ce qui le dépasse. » (Thomas Carlyle)

« Se respecter, c’est apprendre à ne pas se gaspiller. » (Paul Carvel)

« L’instinct d’admiration postule l’existence du Héros. » (Bruno de Cessole)

« Le monde ne mourra jamais par manque de merveilles mais par manque d’émerveillement. »(Chesterton)

« L’admiration, agenouillement intérieur qui n’implique ni humiliation ni sentiment d’impuissance, est la prérogative, le privilège et le salut des purs, de ceux qui ne hantent pas les salons. » (Emil Cioran) – Et les plateaux de télévision.

« Moraliste profiteur, psychologue doublé d’un parasite, le flatteur connaît notre faiblesse et l’exploite sans vergogne. Telle est notre déchéance que des excès, des débordements d’admiration prémédités et faux, nous les acceptons comme tels sans rougir, car nous préférons les empressements du mensonge au réquisitoire du silence. » (Emil Cioran)

« La possession d’un ‘statut médiatique’ a pris une importance infiniment plus grande que la valeur de ce qu’on a été capable de faire réellement. » (Guy Debord)

« Les sociétés égalitaires n’admirent pas, parce qu’elles ne sortent pas d’elles-mêmes. Tout est trop grand pour elles. Dans le monde du bonheur, tout est petit : petites villas à bon marché… petits rentiers… petits jardins de banlieue… petits désirs de grandeur… disait Giono. » (Chantal Delsol) – Cette obsession est même passée dans le langage courant local : petite amie, petit ciné, petite bouffe…

« Trop admirer est l’effet de l’ignorance, pas assez est l’effet de la stupidité. » (Descartes)

« La société, pour se maintenir et vivre, a absolument besoin de respecter quelqu’un et quelque chose. » (Dostoïevski) – Qui et que respecte-t-on aujourd’hui en France, pays des lamentables Guignols, des hideuses Femen, des associations hystériques, des média menteurs ?

« L’enthousiasme est plus facile que l’admiration ; car dans l’enthousiasme on met son cœur et dans l’admiration on met son esprit. Le premier est plus accessible. » (Louis Dumur)

« Nous parlons tout le temps de respect, mais comment voulez-vous qu’ils nous respectent alors que nous nous montrons hésitants, coupables, honteux. Si nous voulons être respectés, nous devons apparaître forts. » (Un enseignant)

« Il y a en chaque être humain une zone à respecter, qui ne doit pas être transgressée, sauf si l’on y a été explicitement autorisé. » (Paul Feyerabend)

« Recommencer par imposer la civilité, la politesse, et non pas le ‘respect’, un concept inepte, happé et déformé par les bandes de banlieue. » (Eric de Ficquelmont)

« On respecte tout, de nos jours, pour n’avoir plus rien à admirer. On se défait de la suprématie de quelques uns dans la considération universelle. On monte contre l’autorité le dispositif implacablement sympathique de la communication et du dialogue sur tous les sujets. » (Alain Finkielkraut)

« L’âge de la solennité est révolu : l’heure a sonné de l’intimité générale. Même dans les grandes occasions, on parle avec son cœur, c’est-à-dire n’importe comment. … Il n’y a aucune dérogation à l’impératif d’avachissement. Et le respect qui consistait à mettre les formes, se flatte maintenant de les abolir. » (Alain Finkielkraut)

« Dans une société où le principe démocratique se déchaîne jusqu’à vouloir tout régenter, que reste-t-il de la grandeur, de l’admiration et de ce qui fait le prix de la vie ? » (Alain Finkielkraut)

« Plus l’autre se distingue, plus je lui en veux de l’admiration que ses exploits me contraignent de lui porter : il faudra qu’il me dédommage plus tard des couronnes que je tresse à ses réussites ou à ses capacités. Mes louanges exigent d’être vengées. »  (Alain Finkielkraut)

« En troquant l’admiration pour la démystification, on ne développe, comme il est prétendu, pas leur esprit critique, on les enferme, sous couvert de les éclairer, dans le cercle étroit d’un présent dogmatique et passionnément épris de lui-même. » (Alain Finkielkraut) – Pauvres élèves qu’on endoctrine.

« L’adoration de l’humanité pour elle-même et par elle-même, ce culte du ventre engendre du vent. » (Gustave Flaubert)

« Comme on peut souffrir d’un déficit alimentaire, on peut souffrir d’un déficit d’admiration, et c’est extrêmement pénible … Chaque homme a besoin d’admirer, mais aussi chaque peuple. Or, pour la première fois dans l’histoire de France, notre peuple n’a plus personne à admirer. Ni dans la littérature, ni chez les intellectuels, ni chez les politiques, ni dans le domaine de la science, ni dans le domaine religieux, pas une personne ne dépasse l’honnête médiocrité, au mieux. » (Charles Gave) – Nos idoles sont devenues lamentables. On se rabattait sur des Bernard Tapie, des Yannick Noah, aujourd’hui sur des footballeurs.

« Il n’y a pas de respect sans l’idée de seuil, de limite infranchissable. Là où le respect existe, une limite ne peut être dépassée. Le respect contredit donc le sentiment de toute-puissance … Dans les manifestations de rue comme sur les plateaux de télévision, le non-respect triomphe. La dérision qui aplatit et vide tout impose son nihilisme victorieux. » (Christian Godin)

« La familiarité à la place du respect est toujours ridicule. » (Goethe)

« Je hais les gens qui n’admirent rien, car j’ai passé ma vie à tout admirer. » (Goethe)

« Tenir en respect, c’est tenir à distance. Respecter, c’est garder ses distances. C’est refuser de s’imposer à personne. C’est considérer comme infranchissables les limites de cet espace intérieur (celui de l’autre). » (Nicolas Grimaldi)

« Atrophie de la sensibilité morale authentique …Le devoir d’accorder la même estime à tous (égalitarisme) incompatible avec le fait que notre propre code de moralité repose sur l’approbation et la désapprobation de la conduite d’autrui. » (Friedrich von Hayek – Le mirage de la justice sociale)

« Les méchants envient et haïssent ; c’est leur manière d’admirer. » (Victor Hugo)

« Si le contenu de ces prescriptions varie avec les temps et les lieux … l’intention d’honorer gratuitement certaines convenances invisibles, pour rien et en dehors de toute utilité pratique, voilà qui est universellement humain en général ; les choses respectables sont relatives et contradictoires, mais le ‘fait’ de respecter ne l’est pas. » (Vladimir Jankélévitch) – Même ce ‘fait’ est mort (et nous avec) dans la dérision générale.

« Sans lui (le respect), le mérite ne produit point l’illusion qui en fait le charme … Il y a entre les respectueux et les respectés illusion réciproque, et une réalité d’accroissement, de contentement et de mérite qui est réciproque aussi. Quand on est respecté, on en vaut mieux ; quand on respecte, on en vit mieux. L’admiration est un véritable bonheur. Pour qu’elle existe il faut qu’il y ait mérite et respect. Le mérite ne suffit point pour la produire. » (Joseph Joubert)

« Le tutoiement facile, de principe, est la marque du refus de cette distance qui s’appelait le respect, qui interdit de se mêler de ce qui ne vous regarde pas, et qui s’appelle non-ingérence, abstention et retenue. » (Hervé Juvin) – Que dire alors de l’extrême vulgarité de la bise !

« Deux choses remplissent l’esprit d’admiration et de craintes incessantes : le ciel étoilé au-dessus de moi et la loi morale en moi. » (Emmanuel Kant)

« Le respect vient en premier lieu, il est possible de respecter sans aimer, non d’aimer sans respecter. » (Emmanuel Kant)

« Seul l’homme fier qui se respecte lui-même respecte les autres. » (Hermann von Keyserling)

« Pour faire l’expérience du merveilleux (de la vie, de la Création…), il faut être plein d’humilité. Non pas l’humilité au sens d’un abaissement de soi-même en face d’autrui … révérence déguisée qui manque de noblesse devant la foule anonyme, l’opinion publique …  mais au sens d’une réceptivité absolue, qui triomphe des obstacles intérieurs et extérieurs posés par le Moi empirique … Goethe avait raison de dire que la vénération que l’on éprouve pour soi-même est la vénération suprême, car elle est la plus difficile à obtenir … dépassant la présomption et la vanité aussi bien que la fausse modestie, il s’accepte tout simplement dans sa réalité … Seul celui qui est capable de s’accepter ainsi peut éprouver sincèrement de l’humilité à l’égard du reste de la Création … On trouve les prototypes de la véritable humilité parmi les rois fiers, et non parmi les esclaves qui se méprisent eux-mêmes. » (Hermann von Keyserling)

« L’envie est une admiration dissimulée. » (Kierkegaard)

« Ce sentiment océanique d’étonnement et d’admiration est la source de la mystique, de la science pure et de l’art pour l’art ; c’est leur commun dénominateur, leur lien affectif. » (Arthur Koestler)

« Tout, y compris la vie privée, y compris la politique, y compris la vie culturelle, se transforme en espace d’exhibition, et le ‘schauspieler’ devient omniprésent … l’apparence constitue la catégorie principale de l’époque … Ce n’est pas l’homme en lui-même qui est important, c’est son image … la vie publique est une arène où les ‘schauspieler’ de tous styles et de tous âges concourent pour leur image … première place dans les concours de popularité … se maintenir en haut de l’échelle. Ceux qui sont à la pointe de la popularité, des enquêtes, représentent les sommets de la culture moderne, c’est à eux que revient l’admiration, ils sont reconnus comme des héros … Le ‘Schauspieler’ est la figure de la  ‘fin de l’Histoire’. Son essence est l’imitation, comme la ‘fin de l’Histoire’ est une imitation en grand et une grandiose production de succédanés. » – Le ‘schauspieler’ (Nietzsche – Le gai savoir) celui qui se montre, celui qui s’exhibe, qui n’est rien sans spectateurs, l’homme de l’instant, le centre de l’attention… – « Se rendre visible … Le ‘showman’ devient le personnage central de notre époque. Son entrée en scène annonce la fin de la culture. Un ‘showman’ prend la réalité pour une scène et se donne en spectacle en ‘se la’ jouant de telle ou telle manière … Avec de tels bouffons, notre époque est incapable de produire autre chose qu’une farce … Dotée des moyens techniques les plus modernes, notre époque est capable de tout, à l’exception de trois choses : révérer ce qui est sacré, avoir le sens de l’humour et respecter la dignité. La bouffonnerie est l’essence même de sa vacuité. » (Karel Kosik) 

« Le plus grand plaisir c’est d’être admiré. » (Milan Kundera)

« Nous avons oublié que le respect doit se gagner. Il n’est pas synonyme de tolérance ou de prises en compte de ‘modes de vie ou de communautés différents’. Il s’agit là d’une approche touristique de la morale. Il est ce que nous éprouvons en présence de réussites admirables, de caractères admirablement formés, de dons naturels mis à bon usage. Il implique l’exercice d’un jugement discriminant et non d’une acceptation indiscriminée. » (Christopher Lasch)

« Narcisse admire un ‘gagneur’ et s’identifie à lui, c’est parce qu’il a peur d’être rangé parmi les perdants. Il espère refléter quelque lumière de son astre ; mais une forte proportion d’envie se mêle à ses sentiments, et son admiration tourne souvent en haine. » (Christopher Lasch)

« L’admiration préserve du malheur de l’envie. » (duc de Lévis)

« Notre époque croit aux secrets dévoilés. D’abord parce qu’elle pardonne mal son admiration, ensuite parce qu’elle espère obscurément parmi les secrets dévoilés, trouver du génie. … Sous l’artiste on veut atteindre l’homme. Grattons jusqu’à la honte la fresque, nous finirons par trouver le plâtre … La foule, dans sa bassesse, se réjouit de contempler les humiliations des grands et les faiblesses des puissants ; en découvrant toute espèce de vilenies, elle est enchantée : ‘il est petit comme nous !’ ‘il est vil comme nous !’ » (André Malraux – Les voix du silence)

« Respectons tout ou ne respectons vraiment rien ! Notre société a choisi la deuxième voie ; en cours de partie la voilà qui brandit soudain une règle d’exception. Dans le langage du peuple, on appelle cela de la triche. » (Olivier Maulin) – A propos de l’interdiction d’un spectacle touchant des cibles précises, alors qu’on accepte, et même qu’on incite, à cracher sur d’autres cibles (exemple : Les Femen, elles, peuvent se permettre les pires abjections). 

« Le respect c’est désormais ce qu’on me doit avant que je le doive à quiconque. » (Yves Michaud)

« A un moment où chacun exige le respect sans se soucier d’avoir à le mériter, où l’on est ‘calculé’ selon ses marques de vêtements ou ses apparitions à la télévision et pas selon ses actes, il y aurait quelque chose de saugrenu à parler du mérite … ou de vertu … ou des qualités durables d’un individu. » (Yves Michaud)

« Dans le culte de la célébrité, il y a notre volonté d’admirer teintée d’envie neutralisant la jalousie. Nous voudrions admirer des personnes admirables. Alors nous admirons qui nous pouvons : les fameux, les célèbres, les ‘people’ pour leur mérite ; et leur mérite, c’est d’être célèbre et fameux. Cela vaut aussi pour les riches : leur mérite à eux est d’être riches. » (Yves Michaud)

« On ne saurait croire jusqu’où a été en ce siècle la décadence de l’admiration. » (Montesquieu) – Elle ne pouvait pas, cependant, être descendue plus bas qu’aujourd’hui.

« Quand les gens perdent le respect de leur père et de leur mère réels, ou des personnes réelles qui représentent l’autorité sociale, ils perdent aussi généralement le sentiment moral. » (Emmanuel Mounier)

« ‘C’est formidable parce qu’ils sont comme nous !’ Normalement, nos admirations nous portent au contraire vers des êtres supérieurs, exceptionnels. Cet engouement pour la banalité de soi… » (Philippe Muray – citant l’admiration des gens pour les jeunes lofteurs) – Comme d’ailleurs pour les politiciens auxquels on ne demande que de nous ressembler. Concours de médiocrité, que le plus vulgaire l’emporte ! 

« Autrefois, on respectait les convenances, la tradition, les coutumes ou les lois établies. On respectait les formes, ses engagements, le sommeil de ses voisins. Et on était invité à se respecter, c’est-à-dire à agir de manière à conserver l’estime de soi-même. Autant de choses qui font bien rire le vivant contemporain… » (Philippe Muray) 

« Je voudrais que l’on commençât par avoir le respect de soi-même : tout le reste suivrait. Certes, de cette façon, on cesse de vivre pour les autres : et c’est cela qu’ils pardonnent le moins. ‘Comment, voilà un homme qui a le respect de soi-même ?’ Avoir le respect de soi-même est absolument différent de s’aimer soi-même. » (Nietzsche)

« L’auto-admiration est chose saine ! L’auto-admiration protège contre le rhume. Une femme qui se sait bien habillée a-t-elle jamais pris froid ? » (Nietzsche)

« Comme pour elle tous les êtres se ressemblent, comme elle recule devant l’idée qu’il puisse y avoir une dénivellation entre les œuvres, comme tous les sujets se valent, elle tue le sentiment d’admiration. » (Mona Ozouf – évoquant le romancier Henry James sur l’égalité démocratique) – Des sentiments d’admiration pourraient quand même subsister dans ces conditions si quelques membres de la  horde dominante s’en montraient dignes ; mais alors ils ne feraient pas partie de l’arrogante tribu médiatisée et resteraient humblement  inconnus.

« Savoir mépriser est une grande force et une grande supériorité, tout comme savoir admirer. D’ailleurs les deux vont de pair. » (Georges Palante)

« Nous n’avons aucun devoir de respecter quiconque dans l’absolu. Pour respecter autrui il faut qu’il nous paraisse un minimum respectable. La respectabilité n’est nullement un droit inconditionnel … Ce n’est pas un dû en soi. Si tout est respectable, rien ne l’est … Seule une distinction entre le digne et l’indigne peut donner un contenu à la notion de respect. » (Paul-François Paoli)

« Admirer, c’est sentir qu’on a raison d’admirer. » (Georges Perros)

« Pour être respecté, il faut être respectable. » (Marie Pinsard- sur la France coupable, repentante et gémissante)

« Je suis devenu un homme quand j’ai commencé d’admirer. » (Bernard Pivot)

« On ne doit pas dire … ‘Respecter’ est devenu synonyme de ‘Taisez-vous’. Pour faire taire, on ne brûle plus en place publique … les anciens supplices ont été remplacés par le mot ‘respect’ … On ne peut plus ébranler et réclamer le droit d’ébranler sans se voir interdit de parole … réflexe unanimiste et vision d’une démocratie variante de ‘C’est mon choix’. » (Natacha Polony)

« Un enseignement asséché qui interdit toute forme d’admiration, toute forme d’identification, et oblige les enfants à chercher ailleurs que dans la littérature et dans l’histoire les mythes et les héros qui peupleront leur imaginaire. » (Natacha Polony) – Stars war, le djihad au pire…

« La politesse n’est pas ce qui se réclame mais ce qui s’offre aux autres. C’est toute la différence avec la notion de respect. Le respect, dans la plus pure logique du narcissisme contemporain, est désormais non ce qui s’offre à l’autre, mais ce qu’on exige pour soi. Héritage obligé de la conception moderne des droits de l’homme. » (Natacha Polony)

« Ma chère, ne vous regardez pas ainsi dans la glace, laissez-en un peu pour vos admirateurs. » (Charles Régismanset)

 « Les hommes sont avides d’une forme de reconnaissance qui applaudit non leurs actions mais leurs caractéristiques personnelles. Ils ne souhaitent plus tant à être estimés (comme jadis) qu’admirés … Ils veulent être enviés plutôt que respectés. » (Olivier Rey)

« Nous aimons toujours ceux que nous admirons, et nous n’aimons pas toujours ceux qui nous admirent. » (La Rochefoucauld)

« On ne peut admirer longuement que ce que l’on admire sans savoir pourquoi. » (Jean Rostand)

« Le plaisir d’admirer et, son complément, l’allégresse de crever les baudruches. » (Claude Roy)

« Le philosophe Edgar Morin s’extasiant devant les communes hippies de Californie. » (Raymond Ruyer – ironique à juste titre)

« M. Feuerbach à Berlin, comme M. Auguste Comte à Paris, proposent à l’Europe chrétienne l’adoration d’un dieu nouveau, le genre humain. » (Emile Saisset – cité par Henri de Lubac) – Ils n’ont que trop bien réussi.  

« Contre toute logique, je dois avouer que n’importe quelle forme de croyance, même la plus absurde, serait préférable au fait que l’humanité perde tout respect. » (Lou Andréas Salomé)

« Maints synonymes pour désigner différents aspects du respect : le statut ou le rang qui désigne habituellement la place  occupée dans la hiérarchie sociale, le prestige qui renvoie aux émotions que le rang suscite chez les autres (mais peut être détaché du statut et même appartenir plus à l’objet qu’à la personne qui le détient), la reconnaissance qui évoque l’aspect mutuel (proche de l’honneur social ou de la dignité). » (Richard Sennett)

« La société a trois manières de façonner le caractère en sorte que l’on force le respect ou qu’on n’en inspire aucun.  Le développement personnel, notamment le développement des talents et des compétences – Le souci de soi, ne pas devenir un fardeau pour les autres – Rendre aux autres, l’échange qui pousse à rendre à la collectivité. » (Richard Sennett)

« Le pouvoir, via ‘Loft story’ et autre ‘Star academy’, a instauré le narcissisme de masse. … en vertu duquel les masses, à travers quelques élus choisis pour leur représentativité, sans qualités, incompétents, vulgaires, sont désormais autorisées à s’adorer elles-mêmes. » (Alain Soral) – Ou comment faire descendre tout le monde encore plus bas.  

« A la honte de l’espèce humaine, le respect parmi nous est presque toujours fils de la crainte. Il s’accorde moins à la vertu qu’à la puissance. » (baron de Stassart)

« L’admiration aveugle ou exagérée est très nuisible au bon goût. » (baron de Stassart)

« L’admiration, pour ne dire mot de la révérence, est passée de mode. Nous sommes des intoxiqués de l’envie, du dénigrement et du rabaissement… L’encens s’élève, mais vers les athlètes et les ‘popstars’, les assoiffés du fric et les rois du crime. La célébrité qui sature notre vie médiatique est le contraire de la ‘fama’. Porter un maillot au numéro du dieu du foot, reproduit à des millions d’unités, ou se coiffer comme le crooner est aux antipodes de la condition de disciple. A l’avenant, la notion de sage confine au risible. » (George Steiner)

« A distance, on impose plus de respect. » (Tacite)

« L’action des prestiges extérieurs et contemporains, source de la mode, en contraste avec les prestiges paternels, sources de la coutume. » (Gabriel Tarde)

« Critère pour distinguer les âmes nobles des âmes vulgaires : pour les premières, l’intimité accroît le respect ; pour les secondes, elle le tue. » (Gustave Thibon)

« Une vocation commence par l’admiration. » (Michel Tournier)

« L’admiration, plus encore que l’amour, peut être une passion dangereuse. » (Michel Tournier)

« Exiger la tolérance, c’est déjà beaucoup. Mais exiger le respect, c’est peut-être trop demander … Exiger le respect c’est recommander l’insincérité dans la plupart des échanges …’Si on est forcé de respecter … il s’agira forcément d’un respect spécieux, d’une reconnaissance feinte, d’un intérêt simulé’ (Eriksen). Le respect, on ne le sait que trop dans les banlieues difficiles, est une notion ambiguë. Il peut être inspiré par la crainte. » (Michèle Tribalat)

« La presse qui a besoin d’être vendue, fournit à l’homme des admirations à sa portée. » (Alexandre Vialatte)

On doit « du respect à une collectivité quelle qu’elle soit, patrie, famille, ou tout autre, non pour elle-même mais pour un certain nombre d’âmes humaines. » (Simone Weil) – La dérision et le mépris ont remplacé.

« Vise à être aimé sans être admiré. » (Ludwig Wittgenstein)

« Admiration est fille de l’ignorance. » (proverbe)

« Comment prétendre répondre à la crise de l’autorité (institutionnelle, scolaire, familiale…) quand on a remplacé la conviction par la démagogique séduction, la relation d’autorité par le grotesque copinage des impuissants ? » (?)

Ce contenu a été publié dans 065, 2 - Admiration, Respect, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.