365,2 – Mains

– L’expressive symbolique de la main ouverte et du poing fermé.

– Abus : la poignée de mains.

– Principe catégorique : un puissant (tant qu’il est puissant) a les mains propres. Un vainqueur de même.

 ——————————————————————————————————————————-

« L’homme pense parce qu’il a des mains. » (Anaxagore)

« La tête, le cœur, font mille bêtises, les mains se trompent ou trompent rarement. » (Jean Anouilh)

« L’homme est raison et main. » (saint Thomas d’Aquin)

« Ne prends rien à pleines mains ; au nom de la modestie. » (Anne Barratin)

« Les mains sont mille fois plus révélatrices que les yeux, car elles ne sont guère habiles à mentir, se laissent surprendre à chaque minute, tandis que le regard, veilleur infatigable, veille au créneau des paupières. » (Georges Bernanos)

« Une main sans la tête qui la dirige est un instrument aveugle ; la tête sans la main qui réalise est impuissante. » (Claude Bernard)

« Mains : instrument de forme étrange porté à l’extrémité du bras de l’homme et généralement fourré dans la poche de quelqu’un. » (Ambrose Bierce – Dictionnaire du diable)

« Je m’en lave les mains comme Pilate, dit-on. – Réminiscence évangélique … Le Bourgeois n’est pas précisément religieux, non … Traditionnellement et instinctivement, Pilate est le héros de son choix … L’expression, dite à propos de n’importe quoi signifie simplement ‘Je m’en fous’… » (Léon Bloy – Exégèse des lieux communs – 1, XXII)

« Il y a des gens dont les doigts bafouillent quand ils parlent avec leurs mains. » (Albert Brie)

« On transforme sa main en la mettant dans une autre. » (Paul Eluard)

« Ces belles mains qui fermeront mes yeux et qui ouvriront mes armoires. » (Sacha Guitry)

« L’oubli de nos mains. Jusqu’à une époque récente, l’homme a eu des mains, organes très spirituels, de réceptivité plus que de préhension, pouvant saluer, bâtir, offrir, rayonner sur les choses. Mais l’organisation technologico-marchande a fait de nous des manchots … Au lieu de jouer d‘un instrument de musique, on clique sur une playlist. Au lieu de faire des choses on les achète. » (Fabrice Hadjadj)

« Pour saisir avec l’esprit, il faut d’abord avoir saisi avec la main. … primitivement, l’homme ne fait pas ce qu’il pense, il pense ce qu’il fait … Primitivement, penser est en même temps manier ; c’est une affaire purement pratique … les meilleurs chauffeurs que j’ai connus étaient des primitifs au sens large … Primitivement, la pensée n’est dirigée vers aucun but spirituel. Elle est utilitaire, pratique et tout à fait ‘terre à terre’ … La plupart des constructions de la pensée ne doivent pas être comprises à partir de la question ‘Pour quel motif ?’ mais de la question ‘Dans quel but ?’» (Hermann von Keyserling)

« La main qui édifie peut aussi détruire. » (Augusta Amiel-Lapeyre)

« Ils ont trop de têtes pour ce qu’ils ont de mains. » (Georg Christoph Lichtenberg)

« L’homme est une créature dotée de deux pieds et de huit mains. » (la belle Jane Mansfield)

« Les structures figées que l’on retrouve dans la langue de bois (répétitions, tournures désincarnées, occupation de l’espace sonore avec du vide sémantique, etc.), se retrouvent dans le corps : gestes monotones,, répétitifs et vides (mains qui balaient ensemble, qui moulinent ensemble, regard fixe, etc.) » (Elodie Mielczareck)

« La manie des gauchistes qui consistait à tendre la main entre deux poings levés contre l’Etat. » (Paul-François Paoli) – Les gauchistes donnent l’exemple, mais ils ont déteint sur toutes les couches revendicatrices et, dieu sait, qu’elles sont fournies.

« Certains les ont propres mais n’en ont pas » (Charles Péguy – pensant aux spectateurs qui  refusent de se mouiller) – La bourgeoisie éternelle même renouvelée…

« A force de manier tablettes tactiles et manettes de jeu, de plus en plus de jeunes ne savent plus tenir un stylo. Leur manque de force et de dextérité dans les doigts désespère les professeurs. Et nécessite une rééducation par des grapho-pédagogues … Ils ont également de plus en plus de difficultés à tenir leurs couverts ! » (Ingrid Riocreux) – Ce n’est pas une lacune qu’on ne constate que chez les jeunes. Des adultes qui n’écrivent plus autrement qu’avec des claviers en sont aussi très rapidement affectés. Il suffit de voir les torchons qu’on peut encore recevoir, torchons dans le fond (incompréhensibles en raison de l’orthographe erratique, du vocabulaire indigent et infantil, de la syntaxe ignorée), et aussi maintenant de la forme graphique souillée, incohérente…

« Penser avec ses mains. » (Denis de Rougemont) – Oui, certes, tout à fait d’accord pour penser dans le réel et en accord avec la réalité. Mais parler avec ses mains, avec ses bras, peut signifier qu’on veut épuiser l’attention de son interlocuteur afin de lui faire avaler n’importe quoi.

« J’appelle ‘main’ ce qui manifeste la pensée, ce qui la rend visible et corporelle, ce qui la rend grave. » (Denis de Rougemont) – « Réhabiliter l’ouvrage de la main serait redonner à l’esprit la possibilité de retrouver le chemin du concret, du réel et à l’intellectuel redevenu artisan l’opportunité de réinscrire sa pensée au cœur de la cité… » (Françoise Bonardel)

« Au commencement, affirme Goethe, se trouve l’action, non la pensée. La main commence, l’esprit s’adapte … L’obstacle inspire. » (Alexandre Vialatte)

« Instruisons nos mains. » (Voltaire) – L’alliance du cerveau et de la main, l’équilibre.

« La main qui donne est au-dessus de celle qui reçoit. » (proverbe)

« Mains blanches aiment le travail d’autrui. » (proverbe)

« A bonne tête, cent mains. » (proverbe)

 « Les humains ne se servent plus que du bout de leurs doigts pour appuyer sur des touches. » (?)

 

Ce contenu a été publié dans 365, 2 - Mains , avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.