100,1 – Chance / Malchance

– L’une ou l’autre commenceraient à la naissance : chez un milliardaire ou chez un prolétaire ? En Suisse ou au Zimbabwé ? A l’époque de la peste noire, juste avant les boucheries dites de  cent ans, de trente ans, de 1914… ou vingt ans avant les récentes trente glorieuses ?

– Que d’injustices ! Que d’inégalités ! Que font nos associations militantes, nos politiciens compatissants ?

 ——————————————————————————————————————————-

« La chance existe ; sans cela comment expliquerait-on la réussite des autres ? » (Marcel Achard)

« Les chances qui se perdent sont les plus grandes des malchances. » (Calderon de la Barca)

« Avoir de la chance, dit-on. – On dit communément qu’un citoyen français a de la chance quand il a un père qui est né avant lui. On suppose, ai-je besoin de le faire observer ? que ce père a de l’argent. Autrement, ce serait la guigne… » (Léon Bloy – Exégèse des lieux communs – 1, CXLIII)

« Et comme si ce n’était pas assez de mes malheurs, la plupart des gens ne prennent pas en considération la valeur des choses mais les succès de Fortune et n’estiment que ce qui est voulu par la Providence, ce qui est couronné de succès. C’est ainsi que la toute première chose que perdent les malchanceux, c’est leur bonne réputation. » (Boèce)

« Si tu penses ne pas avoir de chance parce que tes prétendues joies passées s’en sont allées, tu n’as pas de raison de t’estimer malheureux, étant donné que tes prétendues peines ne font que passer. » (Boèce)

 « Si l’Abondance, de sa corne pleine, déversait à l’infini autant de richesses que le Pont charrie de grains de sable, le genre humain ne cesserait pas pour autant de se lamenter sur ses malheurs. » (Boèce)

« Dans tout  revers de Fortune, il n’y a pire malchance que d’avoir eu de la chance. » (Boèce)

 « Tu penses que la Fortune a changé à ton égard : tu te trompes ! Elle a toujours les mêmes pratiques : c’est dans sa nature. Elle est restée à ton égard constante, à vrai dire, dans son inconstance même. Elle était la même quand elle te flattait, quand elle se jouait de toi en te faisant miroiter un faux bonheur. Tu as découvert le double visage de cette puissance aveugle. Tu t’es livré à la domination de la Fortune : tu dois te soumettre aux pratiques de ta maîtresse. Essaies-tu vraiment d’arrêter sa Roue en plein élan ? Mais, si elle vient à s’arrêter, alors elle cesse d’être la Fortune ! … Quels sont les biens qui t’appartenaient et dont je t’aurais spolié ? » (Boèce)

« La tentation est grande de convertir le hasard en verdict et la chance qui nous atteint en signe d’élection. » (Pascal Bruckner) – Capitalisme. L’argent tribunal de la valeur personnelle. La réussite, signe d’élection chez les protestants.

« Êtes-vous en faveur, tout manège est bon, vous ne faites point de fautes, tous les chemins vous mènent au terme ; autrement, tout est faute, rien n’est utile, il n’y a  point de chemin qui ne vous égare. » (La Bruyère)

« L’égalité des chances, c’est s’assurer implicitement, au nom de l’égalité culturelle et scolaire, que les héritiers n’héritent pas. » (Renaud Camus) – Tous à patauger en bas. Et gare à la tête qui dépasse.

« Le culte des héros, c’est le culte de la veine. » (Louis-Ferdinand Céline)

« Il n’est pas élégant d’abuser de la malchance ; certains individus, comme certains peuples, s’y complaisent tant, qu’ils déshonorent la tragédie. » (Emil Cioran)

« Quand un artiste dit qu’on ne lui a pas donné sa chance, il devrait aussi compter le nombre de fois où la chance s’est déplacée pour rien. » (Coluche)

« La chance qui, telle une épouse orientale, marchait voilée à son coté. » (Joseph Conrad – Lord Jim)

« La chance vaut sans le mérite et le mérite ne vaut rien sans la chance. » (Louis Dumur)

« On pardonne tout à l’homme qui a de la chance, sauf sa chance. » (Louis Dumur)

« Les plus naïfs des individualistes … en sont à se demander à quoi ressemblerait une société où l’égalité des chances serait pleinement réalisée … Elle serait invivable, disent certains …  Cette société serait le paroxysme de l’individualisme au sens où l’individu ’désencastré’, dégagé de toutes les subordinations et de toutes les appartenances … serait le réceptacle unique des valeurs. Dés lors, la valeur des hommes s’y lirait à leur condition, sans aucune circonstance atténuante. L’envie aurait le champ libre, et rien ne permettrait de s’en abriter … Il est bon qu’il subsiste une réserve d’inégalité des chances : c’est une dose d’injustice qui fournira l’excuse dont ceux qui échouent auront bien besoin. » (Jean-Pierre Dupuy)

« Chance : seule explication admissible de la réussite d’autrui – Malchance : seule explication admissible de son propre échec. » (Georges Elgozy)

« Lorsqu’une porte se ferme, une autre s’ouvre. Mais parfois on observe si longtemps celle qui est fermée qu’on ne voit pas celle qui vient de s’ouvrir. » (Emile de Girardin)

« Nul n’est plus chanceux que celui qui croit à sa chance. » (Goethe)

« La chance qui dure est toujours suspecte. » (Baltasar Gracian)

« Une infinité de gens se plaignent des mauvais traitements de la Fortune, et très peu lui tiennent compte de ses faveurs. » (Baltasar Gracian)

« L’égalité des chances ; c’est pour ceux qui ont de la chance, on sait tout cela, mais on fait comme si. » (Denis Guedj)

« Croire en notre chance, c’est s’imaginer que nous avons un charme irrésistible, un prix inestimable et que nous faisons au destin un grand honneur en acceptant ses dons. » (Paul Guth)

« La chance est femme et enfant de bohême. Elle vient aimer chacun d’entre nous au moment qu’elle choisit, pour des raisons connues d’elle seule. » (Paul Guth)

« La chance est la forme laïque du miracle. » (Paul Guth)

« On entend réclamer partout l’égalité des chances ; nulle part celle des risques. » (Paul Guth)

« Le mot ‘Bonheur’ renvoie à ‘l’heur’, et donc à la chance, à la bonne fortune. » (Fabrice Hadjadj)

« La chance n’a rien à voir avec la morale ou la raison. Elle est d’essence magique, l’attribut d’un niveau précoce et juvénile de l’humanité. » (Hermann Hesse)

« Elle n’est pas dans ce qui nous arrive, mais dans ce que nous allons faire avec ce qui va nous arriver. » (Aldous Huxley) – Trait commun à la chance et à l’expérience.

« Du moment que la victoire nous sourit, il est temps de trembler. Car la chance va à la chance … jusqu’à la culbute finale … le moment où l’on aura tout à perdre et plus rien à gagner, ce moment donne un peu le vertige. » (Vladimir Jankélévitch – cité par Bertrand Vergely)

« Les chanceux sont ceux qui arrivent à tout ; les malchanceux sont ceux à qui tout arrive. » (Eugène Labiche)

« L’expression ‘l’égalité des chances’ qui rime souvent avec celle du ‘vivre ensemble’ tient à elle seule d’argument quand on veut faire dans le moralisme social antidiscriminatoire … Ils aspirent, souvent au nom d’un antiracisme dévoyé, à conserver tout ce qui peut maintenir les enfants des milieux populaires dans un entre-soi qui leur interdit  d’assouvir cette ‘faim de la découverte’ dont parlait Camus. Ils ne semblent pas vouloir que ces enfants franchissent les frontières de leur quartier, de leur cité, pour adopter les codes sociaux de la majorité. Pendant ce temps ils (et leurs enfants) possèdent ces codes et les surexploitent pour mieux en priver les élèves des milieux populaires qui ne sont rien d’autre que leur fonds de commerce politique … Limiter l’accès des œuvres de la culture classique pour les élèves des milieux populaires répond à une démarche profondément antidémocratique et méprisante (on reconnaît les grands bourgeois de gauche). » (Barbara Lefebvre – sur les pédagauchistes)

« Vient de ‘chéance’, la manière dont tombent les dés. » (Alfred Fabre-Luce)

« J’ai opinion qu’il soit meilleur d’être hardi que prudent, à cause que la fortune est femme, et qu’il est nécessaire pour la tenir soumise, de la battre et heurter. Et l’on voit communément qu’elle se laisse plutôt vaincre de ceux-là, que des autres qui procèdent froidement. Ce pourquoi elle est toujours amie des jeunes gens, comme femme, parce qu’ils ont moins de respect, plus de férocité, et avec plus d’audace lui commandent. » (Machiavel) – Aujourd’hui, l’auteur serait castré d’abord, lynché ensuite, pour une telle comparaison.

« ‘Qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça ?’ (en général en invoquant un événement défavorable) … Mais un signe évident de la présence et de la reconnaissance de la chance est le développement des pratiques de jeu et des stratégies de pari. » (Yves Michaud)

 « Faut-il égaliser par le haut ou par le bas ? L’absurdité de l’égalité des chances se donne ici sans fard … De domaines de chance en domaines de chance, c’est tout ou presque qui doit être en principe corrigé, égalisé et nivelé … Du handicapé lourd … on peut même revendiquer l’égalité des chances pour ceux qui ont des handicaps positifs : trop d’intelligence, trop de beauté, trop de vertu, trop de capacités physiques… »  (Yves Michaud) – On sait le choix des politiques français, tout le monde en bas.

« Quels modèles de vie réussie propose-t-on sous couvert d’égalité des chances ? Ceux de la bourgeoisie de pouvoir en place. » (Yves Michaud) – Fric, renommée… « Aucun des objectifs proposés n’est soutenu par des valeurs indiscutables. Pourquoi faudrait-il réussir ? Pourquoi faudrait-il avoir de l’ambition ? Pourquoi faudrait-il même avoir des talents ? Pourquoi aller à Sciences-Po plutôt que de devenir poète, artisan… ? »

 « Il y a ceux qui ont de la chance et qui savent en faire usage parce qu’ils s’y sont préparés … L’importance de l’effort. » (Yves Michaud)

« La chance, c’est quand les choses arrivent alors que tu ne les veux pas. Mais quand les choses arrivent parce que tu cherches à les avoir, je n’appellerais pas cela de la chance. » (Rafaël Nadal)

« La chance favorise l’esprit préparé. » (Pasteur)

« Leur propre chance n’étonne jamais les gens. Il semble que cela leur était dû. Mais la chance d’autrui les surprend et les irrite toujours un peu. » (Charles Régismanset)

« La chance tourne la morale en dérision et tout ce que l’homme au cours des siècles a péniblement imaginé : la vertu, le mérite, l’intelligence, la raison, rient ne tient devant elle. Elle est le principe démoralisateur par excellence. » (Etienne Rey)

« La chance est la forme la plus séduisante et la plus flatteuse de la divinité… Ce n’est pas un dieu qui loue ou qui blâme, c’est un dieu qui récompense. » (Etienne Rey)

« Tel croit à sa valeur qui doit tout à la chance. » (Publius Syrus)

« En supprimant tous les risques, vous avez étranglé toutes les chances. » (Gustave Thibon – Vous serez comme des dieux)

« On ne provoque pas la chance, c’est elle qui vous provoque. » (Franck Thilliez)

« Il n’est pas de miracle qui ne soit mérité. » (proverbe)

« Jette le chanceux dans la rivière, il en ressortira avec un poisson dans la bouche. »(proverbe)

« Une poignée de chance vaut mieux que six chargements de science. » (proverbe)

« Bon vent vaut mieux que force. » (proverbe)

« Nul n’est plus chanceux que celui qui croit à sa chance. » (proverbe)   

« La chance ne donne pas, elle ne fait que prêter. » (proverbe)

« Celui qui n’ose pas ne doit pas se plaindre de sa malchance. » (proverbe)   

« Si la chance est avec toi, pourquoi te hâter ? Si la chance n’est pas avec toi, pourquoi te hâter, » (proverbe afghan)

« Nul n’est plus chanceux que celui qui croit en sa chance. » (proverbe allemand)   

« Chance : nom du mérite d’autrui. » (?)

Ci-dessous, extraits remaniés et simplifiés de l’ouvrage de Philippe Gabilliet, Eloge de la chance

« Proposons de définir la chance comme un événement quelconque, apparu fortuitement, mais que l’on a su exploiter de la façon la plus positive, efficace et harmonieuse possible. »

« Suivant la notion ‘d’attribution causale’ (la façon dont nous construisons pour nous-mêmes les explications des événements qui nous adviennent ou des comportements auxquels nous sommes confrontés (pourquoi ai-je raté… ? Pourquoi m’a-t-elle parlé sur ce ton ? Pourquoi cette rencontre ?), un événement sera (à tort) attribué à la seule chance dès lors que l’on pense que sa cause est à la fois externe (je n’y suis pour rien) – – instable (c’est exceptionnel) – incontrôlable (seul le hasard a joué) . »

« La chance a mauvaise réputation, incontrôlable, fragile et donc instable, injuste :  « Il n’est de chance qui ne se retourne. » (proverbe) – « Heureux au jeu malheureux en amour. » (proverbe) – Un trop-plein  de chance ici doit se payer ailleurs. – « Le bonheur des uns fait le malheur des autres. » (proverbe) –Tout le monde ne saurait avoir  de la chance en même temps. – « Qui rit vendredi, dimanche pleurera. » (proverbe) – « Chance qui dure est toujours suspecte. » (Baltasar Gracian) – « C’est ce qu’on ne mérite pas, la forme laïque du miracle. » (Paul Guth) – « De la veine que pour la canaille. » (sagesse populaire) – « Elle n’est pas seulement la forme éclatante de l’injustice, de la faveur gratuite et imméritée, elle est aussi la dérision du travail, du labeur patient et acharné, de l’épargne, des privations consenties en faveur de l’avenir ; en un mot de toutes les vertus nécessaires dans un monde voué à l’accroissement des biens. » (Roger Caillois) – (Textes rassemblés par Philippe Gabilliet – Eloge de la chance)

« Fonctionnement en mode chance. Si certains semblent avoir davantage de chance que les autres au fil de leur existence, peut-être est-ce que leur personnalité en fait simplement des individus plus attractifs et surtout plus attentifs face à l’apparition des occasions favorables, fussent-elle issues du seul hasard … La chance, dès lors qu’elle se répète, s’apparente davantage à une attitude de l’esprit, à une façon de se comporter, à une manière spécifique de penser, de percevoir, de ressentir et d’agir, tant vis-à-vis de soi-même que des autres ou du monde environnant … Il arrive que face au hasard, ce soit l’action qui fasse la différence, même isolée, même une seule fois, les opportunités accidentelles et exceptionnelles qu’on a su saisir à temps … Réflexe d’ajustement, souvent intuitif plus que réfléchi, à des circonstances favorables qui ne se représenteront peut-être pas  de sitôt.  »

« Les cinq visages, ou les cinq ingrédients du ‘coup de chance’ : – La rencontre opportune – L’information-clé (l’information qui tombe à point nommé par rapport à une de nos préoccupations du moment) – Le nouveau monde (l’occasion d’aborder des domaines nouveaux, soit d’autres champs d’action : régions, métiers, expériences, centres d’intérêt, sports et jeux, de nouveaux univers de la connaissance, de la technologie, de la culture, du sport, de la vie sociale…) – La demande inattendue (en provenance de notre entourage ou de notre environnement) – L’incident providentiel (qui rompt l’uniformité du terrain balisé, qui conduit tôt ou tard à l’apparition de possibilités et d’opportunités nouvelles invisibles avant l’incident ; il peut ne ressembler en rien, du moins au début, à un coup  de chance, plutôt même un coup de malchance). »

« Fonctionnement en mode chance. Les quatre secrets de la chance. – L’intention, tête chercheuse mentale programmée qui nous pousse (but, objectif, désir, projet, ambition. Vouloir intensément et le dire. La chance aime bien les obsessionnels) – La disponibilité intérieure, attention vigilante, être prêt à saisir (ouverture, éveil, curiosité. Faculté de trouver un intérêt, une explication à des phénomènes rencontrés par hasard. Silence en soi pour écouter des signes d’habitude négligés et qui permet l’intuition, connaissance soudaine, spontanée indépendante de démonstration ou réflexion consciente. Elle s’oppose à la concentration mais sans tomber dans le papillonnage mental et la dispersion) – Le recyclage positif, l’optimisation des malchances.  On ne sait jamais si tel événement est chance ou malchance il faut attendre la fin de l’histoire. La quête des solutions, l’optimiste voit l’immensité des possibles. Que vais-je pouvoir faire de cette malchance ? (Le rebond positif, le renoncement tactique, le plus chanceux est celui qui se  retire à temps face à une situation sans issue) – La connexion, les liens avec le monde environnant. Impossible de rencontrer des opportunités en restant seul dans son coin. Se donner le plus de chances possibles d’avoir de la chance. Plus le réseau est vaste, plus on connaît de gens, plus on accroît la probabilité de rencontrer un des ingrédients de base de toute chance (rencontre, information-clé,  accès à un nouveau monde, demande inattendue). Devenir un attracteur de chance, magnétisme social, les ‘aimants sociaux’. »

« Les façons d’expliquer la malchance semblent assez proches de celles permettant de comprendre la chance. Absence de chance, chance gâchée, malchance infuse … Trois grandes catégories de malchanceux : – Les ‘évitants’ (passivité, se tiennent à distance, renoncement et abandon…) – Les ‘dispersés’ (émiettement, zapping…) –Les gaspilleurs (temporisation, décisions inadaptées…). Dans tous les cas processus récurrent de fermeture … On ne sait jamais si tel événement est chance ou malchance il faut attendre la fin de l’histoire. »

Ce contenu a été publié dans 100, 1 - PER - Chance / Malchance , avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.