755,2 – Volonté générale

– Qui l’a vue ? Qui l’a fait sienne ? Qui a senti autre chose qu’une pression diffuse, anonyme et arbitraire, mais susceptible de férocité ?

 ——————————————————————————————————————————-

 « Lorsqu’on parle de volonté générale c’est à la figure de ‘l’homme sans qualités’ (celui de Robert Musil) qu’on se réfère … individu identique à lui-même, sinon tout à fait sans qualités, du moins capable de les traiter comme s’il ne s’agissait que d’afféteries sans importance … tenu de ne pas agir, penser ou désirer à partir de ses racines, mais depuis cet idéal d’homme sérialisé, échangeable avec tout autre, homme de la parité et de l’égalité, évacuant toute référence à la multiplicité qui le compose pour adopter cette image à laquelle il doit s’identifier … Passions, désirs, angles morts de la rationalité, tous les comportements non normalisés, toutes les habitudes n’allant pas du côté du ‘bien’, de la santé, de la rationalité, etc. : tout cela est non viable … Sa vie au quotidien ne peut être en conséquence qu’une série de rôles à jouer … Cet homme abstrait, loin d’en avoir fini avec ses conflits intérieurs, les refoule, les vit comme quelque chose d’anormal, et lui-même comme un être non viable. » (Miguel Benasayag, Angélique del Rey – Eloge du conflit)

« ‘Chaque individu peut comme homme avoir une volonté particulière contraire ou dissemblable à la volonté générale qu’il a comme citoyen’ … Nous sommes incapables de dégager de nous-même la volonté générale et de la suivre. Il nous faut le secours extérieur de la loi (grâce), effet du vote (sacrement) qui crée en nous l’homme nouveau. De là, contre le commun des hommes, qui ne sont pas de ces privilégiés de la conscience et de la raison, la nécessité d’employer la ruse et la force. C’est un devoir pour les initiés. ‘Il faut les forcer d’être libres’ (J. J. Rousseau) … Au premier relâchement de la surveillance et de la contrainte, la foule reviendrait d’elle-même aux ‘intérêts particuliers’, ceux de la vie réelle. » (Auguste Cochin – citant J. J. Rousseau)

« On a voulu croire que, pour obtenir la paix, il fallait lisser les aspérités, écraser les nuances et éviter les disputes, or c’est exactement le contraire : une société qui redoute les désaccords ou les affrontements … est une société en danger, qui se censure elle-même … Le vivre-ensemble n’est qu’une modalité coercitive de la volonté générale : quiconque refuse d’y obéir ‘y sera contraint par tout le corps social, on le forcera d’être libre.’ » (Raphaël Enthoven – citant J. J. Rousseau)

« La volonté générale, indispensable à toute société, ne saurait jaillir d’aucune multitude, d’aucune agrégation. » (Didier Gaulbert – reprenant la distinction de Rousseau entre agrégation et association dans le Contrat social) – La volonté générale dans le cadre du multiculturalisme !

« Le totalitarisme de la volonté générale, souveraineté illimitée et toute-puissance absolue … L’idéologue du Comité de salut public… » (Henri Guaino)

« La prétendue volonté générale est au fond celle de l’oligarchie dominante. » (Georges Palante) – C’est encore plus vrai depuis l’auteur avec l’impérialisme des média serviles.

« Quiconque refusera d’obéir à la volonté générale y sera contraint par tout le corps : ce qui ne signifie autre chose sinon qu’on le forcera d’être libre ; car telle est la condition qui donnant chaque citoyen à la patrie le garantit de toute dépendance personnelle. »(J. J. Rousseau) – Quel beau programme ! Nous l’avons réalisé. Quelle félicité générale !

« Une coalition d’intérêts particuliers ne suffit pas à définir la volonté générale. » (Jean-Jacques Salomon)

« La volonté générale est rare, elle est peut-être théorique. La haine générale est fréquente, elle est de pratique … La volonté générale ne se forme que par l’animosité, elle ne se forme que parce que (le corps social) en est la victime. L’union se fait sur l’expulsion. » (Michel Serres – commentant J. J. Rousseau)

« La démocratie ne se conçoit plus que sous la forme du respect des minorités. Sous l’influence du modèle libéral anglo-saxon, c’est le triomphe des volontés particulières et la mise en cause systématique de la volonté générale par des minorités désavouées par une consultation. » (Jacques de Saint-Victor)

« Plusieurs conditions générales pour pouvoir appliquer la notion de volonté générale. Deux doivent particulièrement retenir l’attention : – L’une est qu’au moment où le peuple prend conscience d’un de ses vouloirs et l’exprime, il n’y ait aucune espèce de passion collective (qui est une impulsion de crime et de mensonge infiniment plus puissante qu’aucune passion individuelle) – La seconde condition est que le peuple ait à exprimer son vouloir à l’égard des problèmes de la vie publique, et non pas seulement à faire un choix de personnes. Encore moins un choix de collectivités irresponsables. » (Simone Weil – Note sur la suppression générale des partis politiques) – La première condition implique la suppression (irréaliste) de toute inférence médiatique (sans parler des manipulations et trucages habituels). La deuxième condition implique la suppression des partis politiques dont la seule ambition est de pousser leur leader pour se distribuer les privilèges.

« Comme l’intérêt général, la grandeur de la volonté générale c’est d’abord de n’être nulle part et ensuite de n’être celle de personne. » (?) – Si bien que sa définition relève des plus grandes gueules servies par les média les plus tonitruants car les mieux rétribués.

Ce contenu a été publié dans 755, 2 - Volonté générale , avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.