175,5 – Préjugés

– Ce sont les opinions des autres.

– Il y a ce que Joseph de Maistre appelait des « préjugés utiles. » Ceux qui mettent en avant la réalité des enracinements communautaires, nationaux, familiaux, religieux, qui n’emprisonnent pas l’homme mais au contraire le soutiennent ; ceux qui dénoncent les utopies désincarnées, c’est-à-dire celles qui refusent de voir les hommes tels qu’ils sont (suivant Jean-Claude Guillebaud).

– Suivant le mythe de La Caverne de Platon (La République, VII, 514), les hommes vivent dans l’illusion. Ils préfèrent l’obscurité de leurs préjugés à l’éblouissement de la vérité. De nos jours cela est particulièrement vrai en matière politique où les populations soi-disant les plus évoluées acceptent les plus énormes ficelles, les mensonges les plus grossiers et l’enfumage systématique.

– « Les représentations qui précèdent l’examen critique de leur valeur. » (Rémi Brague)

 ——————————————————————————————————————————-

« Des jugements formulés dans le passé, dotés autrefois d’un fondement d’expérience légitime mais que les situations de crise ont précisément rendus inopérants. » (Myriam Revault d’Allonnes)

« Le point de vue : réellement le point d’où part leur vue (les conditions auxquelles les hommes sont soumis, toujours différentes d’un individu à l’autre, d’une classe ou d’un groupe par opposition aux autres). » (Hannah Arendt)

« Les véritables préjugés se reconnaissent généralement au fait qu’ils se réclament naïvement d’un ‘on dit’, ‘on pense’, sans qu’une telle référence ait naturellement besoin d’être explicitement énoncée … n’ayant pas de lien avec la personne, ils peuvent très facilement rencontrer l’adhésion d’autres personnes sans même devoir se plier aux exigences de la persuasion … Une partie du passé se cache toujours en eux … en un véritable préjugé se dissimule également un jugement qui a été formulé dans le passé, qui possédait légitimement en lui un fondement d’expérience légitime et adéquat, et qui n’est devenu un préjugé que parce qu’il a réussi à se faufiler au cours du temps sans qu’on s’en aperçoive et qu’on y prenne garde … La fonction du préjugé est de préserver l’homme qui juge d’avoir à s’exposer ouvertement et à affronter par la pensée chaque réalité qu’il rencontre. » (Hannah Arendt)

« Le préjugé qui consiste à choisir sans choisir, c’est-à-dire à se retrouver lié à un choix, sans y avoir été conduit par une enquête et un jugement préalable. » (Jean Baechler)

« Les préjugés marchent en troupeau, comme des bêtes. » (Anne Barratin)

« La soumission à tous les préjugés fait le héros mondain. » (Anne Barratin)

« Les préjugés, des sottises héréditaires. » (Anne Barratin)

« Revêtons-nous de nos préjugés ; ils nous tiennent chaud. » (Maurice Barrès)

« Les obstacles à un bon examen ne viennent pas tant de ce que l’esprit est vide de science que de ce qu’il est plein de préjugés. » (Pierre Bayle) 

«  Le préjugé est une idée reçue, il n’est pas nécessairement une idée fausse … C’est confondre la forme et le contenu … Derrière le drapeau de la liberté s’avancent, triomphants, les nouveaux préjugés. »  » (Philippe Béneton)

« Sa fonction, me disait-il, consistait à venir à bout des préjugés de ses élèves ; il les abattait comme des quilles ! Par quoi remplaçait-il ces préjugés ? … Savait-il ce que ces préjugés représentaient pour ses élèves et quel effet produirait sur eux le fait d’en être privés ? … N’avait-il pas l’intention de les rendre passifs, indifférents et soumis à des autorités … Il leur apprenait à douter de toutes les croyances avant de croire eux-mêmes à quoi que ce fût. » (Allan Bloom) – Le bon petit camarade, savant, qui démolit le Père Noël. Descartes doutait de tout, mais sur un gigantesque bagage auquel il était attaché.

« L’historicisme et le relativisme culturel ne sont que des moyens d’éviter de soumettre à examen nos propres préjugés, par exemple, si les hommes sont vraiment égaux ou si cette opinion n’est pas uniquement un préjugé démocratique … L’esprit qui, à l’origine, est sans préjugés est un esprit vide. » (Allan Bloom) – Ce sont effectivement des abris confortables.

« Ils avaient appris à douter de toutes les croyances avant de croire eux-mêmes à quoi que ce fût …  L’esprit qui, à l’origine, est sans préjugés est un esprit vide. » (Allan Bloom- sur des étudiants) – Mieux vaut encore passer par des préjugés.

« Le préjugé est d’une application immédiate dans l’occasion ; il a déterminé l’esprit à suivre avec constance la route de la sagesse et de la vertu, et il ne laisse pas les hommes hésitants au moment de la décision ; il ne les abandonne pas aux dangers du scepticisme, du doute et de l’irrésolution. Le préjugé fait de la vertu une habitude pour les hommes et non pas une suite d’actions incohérentes. » (Edmund Burke –Réflexions sur la Révolution française – visant, non pas des obsessions définitives, déraisonnables et discriminantes, mais la raison cachée que l’expérience et le temps ont engrangé, la sagesse latente qu’ils comportent)

« Quiconque a détruit un préjugé, un seul, est un bienfaiteur du genre humain. » (Chamfort)

« Les hommes tiennent moins à leurs opinions qu’à leurs préjugés et moins à leurs préjugés qu’à leurs caprices. » (Hyacinthe de Charencey)

« Certains préjugés sucés avec le lait deviennent nos tyrans jusqu’à la vieillesse. » (Marie-Joseph Chénier)

« Le préjugé est une vérité organique, fausse en soi, mais accumulée par générations et transmises : on ne saurait s’en défaire impunément. Le peuple qui y renonce sans scrupules, se renie successivement jusqu’à ce qu’il n’ait plus rien à renier. La durée et la consistance d’une collectivité coïncident avec la durée et la consistance de ses préjugés. » (Emil Cioran)

« Contrairement à ce que l’on croit, l’élite déborde de préjugés, autrement dit, de jugements-avant-l’expérience. Débarrassée des coutumes, elle vit sous l’empire de la mode de la pensée, des idées-phares que les médias produisent. Il faut être aveugle pour croire que les citadins ont l’esprit libre par rapport aux ruraux… » (Chantal Delsol)

« Il me fallait entreprendre une fois sérieusement en ma vie de me défaire de toutes les opinions que j’avais reçues jusqu’alors en ma créance, et commencer tout de nouveau dès les fondements, si je voulais établir quelque chose de ferme et de constant dans les sciences. » (Descartes)

« L’utopie et l’espérance ne sont-elles pas sœurs jumelles ? En utopie, espérance d’une autre société. En espérance, utopie d’un autre monde. En l’une et l’autre, stratégie de l’altérité. De l‘une à l’autre, minceur de la démarcation : la société utopique  a ses transes religieuses ; le monde de l’espérance a ses implications terrestres (‘sur la terre comme au ciel’). » (Henri Desroche)

« Il n’y a pas de préjugés anodins. » (Dostoïevski – Les démons)

« On sacrifie ses goûts à ses préjugés, moins souvent ses intérêts, jamais son amour-propre. » (Louis Dumur)

« Une société sans préjugés ressemblerait à un organisme sans réflexes, ce serait un monstre incapable de vivre. » (Emile Durkheim)

« Un préjugé ne se dissipe pas parce qu’il est irrationnel, mais on découvre qu’il était irrationnel parce qu’il est en train de se dissiper. » (Emile Durkheim)

« Il est plus facile de désintégrer un atome qu’un préjugé. » (Albert Einstein)

« On défend (agressivement s’il le faut)  ses préjugés, on s’assimile l’objet de la perception au lieu d’accommoder sa perception à la manière d’être réelle ; le sudiste n’aime pas le Noir indiscrètement brillant, l’antisémite n’apprécie pas tellement le Juif trop désintéressé du point de vue financier … Curieusement, mais là il est plus question d’incohérence que de préjugé pur, pour le racisme même considérant les Juifs comme inférieurs, leur race ou espèce possèderait toutes les qualités qui, pour le racisme même, définissent les races ou espèces supérieures : volonté de puissance, capacité d’imposer sa domination, souci de la pureté raciale ! » (Joseph Gabel – La fausse conscience)

« Les préjugés sont les pilotis de la civilisation. » (André Gide – Les faux monnayeurs) – Il y a du vrai dans cette affirmation scandaleuse « Le préjugé fait de la vertu une habitude pour les hommes. » (Edmund Burke) – cités par Serge Latouche.

« Il faut toujours avoir dans sa tête un coin ouvert et libre pour y donner une place aux opinions de nos amis et les y loger en passant. Il faut avoir enfin un cœur et un esprit hospitaliers. Il devient réellement insupportable de converser avec des hommes qui n’ont dans le cerveau que des cases où tout est pris. » (Joseph Joubert)

« Le préjugé est un valet indispensable qui chasse du seuil les impressions importunes. Cependant on ne doit pas se laisser mettre soi-même à la porte par son valet. » (Karl Kraus)

« Nous sommes la proie d’au moins un préjugé : ‘le préjugé contre les préjugés’ … Or, le préjugé n’est qu’un terme juridique désignant un jugement en attente de confirmation ou d’invalidation … Les pourfendeurs de ces significations héritées, constitutives d’une civilisation, s’autorisent d’un prétendu combat contre les préjugés pour saturer l’esprit des enfants de leurs préjugés, présentés comme des vérités scientifiquement établies. Ainsi de la dualité sexuelle qui n’existerait pas… » (Bérénice Levet)

« Rien de plus légitime que de vouloir affranchir les esprits des préjugés qui les accablent, mais le risque n’est-il pas d’assimiler tout ce qui a été ‘jugé’ avant nous, par d’autres que nous, à des préjugés ? … Tel un bagage encombrant. » (Bérénice Levet) – Insupportable prétention de l’homme moderne – « Heidegger se trompe, l’homme n’est pas ‘jeté dans le monde’. » (Hannah Arendt)

« Les préjugés sont, pour ainsi dire, la ruse instinctives des hommes ; ils résolvent à travers eux bien des choses qu’il leur aurait été difficile de décider par la réflexion ; et tout cela sans effort. » (Georg Christoph Lichtenberg)

« Chacun a son filtre, qu’il porte partout avec lui, avec lequel il recueille, de la masse indéfinie des faits, ceux qui sont propres à confirmer ses préjugés. Et le même fait encore, passé à travers différents filtres, se montre sous des aspects différents pour confirmer les opinions les plus diverses … Rares, très rares sont ceux qui vérifient leur filtre. » (cardinal Henri de Lubac)

« Déposer tout préjugé, ne serait-ce pas, à la limite, abdiquer toute différence ? Une humanité  dans laquelle régnerait une pleine et totale compréhension de tous à l’égard de tous ne serait-elle pas une humanité réduite à l’état de troupeau ? » (cardinal Henri de Lubac)

« Le dogmatisme est toujours une prothèse pour ceux qui ne sont pas sûrs d’eux. » (Michel Maffesoli)

« Les préjugés occupent une partie de l’esprit et en infectent tout le reste. » (Malebranche)

« Les préjugés, dont les Lumières ont fait l’ennemi à abattre sont, pour Herder, ce qui ‘ramène les peuples à leur centre, les rattache plus solidement à leur souche, les rend plus florissants suivant leur caractère propre, plus ardents et par conséquent aussi plus heureux dans leurs penchants et leurs buts’. » (Armand Mattelart) – Mais il y a préjugés et préjugés, le philosophe allemand voyait ceux-ci positivement, comme attachement au terroir… Ce n’est plus guère à la mode !

« Un préjugé qui prend de l’âge devient sourd. » (Mendelsohn) 

« Il faut bien connaître les préjugés de son siècle, afin de ne les choquer pas trop, ni trop les suivre. » (Montesquieu) – Sagesse, un peu trop sage.

« Chacun en est bourré à son insu. Il faut seulement veiller à n’avoir que les préjugés à la mode. » (Paul Morand) – Encore plus vrai aujourd’hui si l’on ne veut pas voir se déchaîner la censure du politiquement correct et le terrorisme des laquais de service.

« Nous croyons éternels les lieux communs de cinq générations, universels les préjugés d’une presqu’île. » (Emmanuel Mounier)

« On va quelquefois plus aisément contre ses intérêts que contre ses préjugés. » (Charles Régismanset)

« Comme les certitudes peuvent être une armure… » (Gustave Thibon)

« La culture … est transmise à chacun par ceux qui le précèdent. Imaginer qu’on puisse raisonner sans préjugés est le pire des préjugés. La tradition est constitutive de l’être humain, simplement elle ne suffit pas pour rendre un principe légitime ou une proposition vraie. » (Tzvetan Todorov)

« Les préjugés viennent de ce que l’on n’admire pas (étymologiquement, c‘est simplement : ‘mirer vers’, tourner son regard, regarder…), que l’on ne prend pas le temps de regarder … de se mettre en mesure de chasser précipitation et prévention, les deux choses qui pensent pour nous… » (Bertrand Vergely)

« Le premier des préjugés, c’est celui de l’idiotie des préjugés. Les préjugés ne sont pas toujours sympathiques, mais ils veulent toujours dire quelque chose. » (Pierre le Vigan)

« Le ‘like’ est la fausse vérification de la justesse de son préjugé, par la vérification que ses amis ont le même préjugé. » (Marin de Viry)

« Nous ne voyons pas les choses comme elles sont, nous les voyons comme nous sommes. » (proverbe talmudique) – Et les gens aussi.

« Les préjugés sont des passions de l’esprit comme les passions sont des préjugés du cœur. » (?)

« Partager les préjugés d’un groupe, c’est manifester son affiliation à ce groupe. » (?)

Ce contenu a été publié dans 175, 5 - Préjugés, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.