660, 3 – Plaisanteries (inclassables)

– Sur une remarque jugée déplacée, qui reflète la légèreté de son auteur ou, pire, qui exprime une vacherie déguisée, il ne convient pas que celui-ci s’en tire par la pirouette classique : Je plaisantais ! Elle ne prouve que son insouciance et son incohérence. S’il convient de s’excuser avec légèreté, il convient encore mieux d’éviter ces petites mufleries et d’en laisser le monopole aux grossiers animateurs de variétés télévisées et autres ‘talk show’.

 ——————————————————————————————————————————-

« Ceux qui pèchent par exagération dans la plaisanterie sont considérés comme de vulgaires bouffons, dévorés du désir d’être facétieux à tout prix et visant plutôt à provoquer le rire qu’à observer la bienséance dans leurs discours et à ne pas contrister la victime de leurs railleries. Ceux au contraire qui ne peuvent ni proférer eux-mêmes la moindre plaisanterie ni entendre sans irritation les personnes qui en disent, sont tenus pour des rustres et des grincheux … C’est le fait d’un homme de tact de dire et d’écouter seulement les choses qui s’accordent avec la nature de l’homme vertueux et libre … La plaisanterie d’un homme bien élevé n’est pas celle d’un homme sans éducation. » (Aristote)

« La plaisanterie sert souvent de véhicule à la vérité. » (Francis Bacon)

« Il ne faut jamais hasarder la plaisanterie, même la plus douce et la plus permise, qu’avec des gens polis et qui ont de l’esprit. » (La Bruyère)

« Il ne remet pas en cause la nécessité, il signifie l’éloignement de l’esprit, et sa volonté de récuser la totale appartenance, de se montrer plus vigilant que les structures qui l’englobent. » (Chantal Delsol – sur le rire)

« On peut rire de tout mais pas avec n’importe qui. » (Pierre Desproges) – Ce n’est plus vrai en France, pays de constipés et de dénonciateurs. 

« Rien de plus déplaisant qu’une continuelle plaisanterie. » (Baltasar Gracian)

« Ce qui ne tolère pas la plaisanterie supporte mal la réflexion. » (Sacha Guitry)

« L’humour ne peut exister que là où les gens discernent encore la frontière entre ce qui est important et ce qui ne l’est pas. » (Milan Kundera) – Donc il ne reste à notre époque que la vulgarité et la grossièreté (voir émissions dites de divertissements).

« Si vous avez des mauvaises blagues en stock, dépêchez-vous de vous en débarrasser. La consommation, la production et l’exploitation de l’humour lourdingue seront bientôt strictement interdits. D’ailleurs, entraînez-vous dès aujourd’hui à n’apprécier que des plaisanteries distinguées car, dans un avenir proche, si on vous prend à sourire d’une blague interdite vous serez accusé de recel voire de complicité d’humour à la con. »  (Elisabeth Lévy)

« Lorsqu’on a rien à dire aux êtres, la plaisanterie occupe et déguise l’indifférence. » (Montherlant – Fils de personne)

« Le rire est la réaction des légers à tout ce qui est sérieux. » (Henry de Montherlant – Le chaos et la nuit)

« Moins il y aura de risible autorisé, et plus il faudra imposer du rire artificiel … Ce qui m’étonne c’est qu’on n’ait pas encore inventé l’inverse, l’antagonisme du rire en boîte : les huées ou les sifflets préemballés ; les cris de haine en bocal ; le tollé artificiel ; la clameur incrustée de la meute au bord du lynchage. » (Philippe Muray)

« Dans l’époque actuelle, qui accomplit l’exploit de se dire anticonformiste tout en interdisant toute forme d’humour authentiquement subversif, il est des plaisanteries à éviter. On peut rire des racistes, des curés et des beaufs ; on ne rit pas de ces dames… » (Natacha Polony) – D’innombrables cibles doivent être soigneusement évitées, restons constipés.

« Une plaisanterie usée ressemble à un habit déjà porté. » (Alexander Pope)

« Il riait deux fois d’un bon mot. D’abord de la manière dont il l’entendait, et ensuite de la manière dont on  lui l’expliquait. » (Rivarol)

« Notre époque est incapable de rire d’elle-même, ceci pour deux raisons : la libération de la parole des femmes et l’islamisme. Primo, depuis que les femmes parlent de plus en plus, il y a de plus en plus de politiquement correct … Si on regarde ce qui se passe dans le couple, la femme base généralement son analyse sur la pire interprétation possible de ce qu’un homme dit ou fait. Or, le politiquement correct consiste précisément à interdire toute parole qui, interprétée de la pire manière, pourrait, éventuellement, vexer quelqu’un. Secundo, la France et l’Occident en général ont baissé leur froc devant les revendications islamistes qui terrorisent tout le monde. » (Walter)  – Le politiquement correct sert aussi, et sans doute surtout, à imposer une novlangue qui par l’interdiction de certains termes empêche peu à peu toute pensée libre, ce qui est une condition de la servitude quasi officiellement recherchée.

« La raillerie ne doit point passer le jeu. » (proverbe)

« Ôtez à la plaisanterie son empire, et je quitte demain la société. » (? – cité par Chamfort) – C’est ce que font beaucoup de Français qui ne supportent plus la dictature de la pensée.

« Plaisanterie ; un peu fait plaisir quand elles sont bonnes, davantage fatigue. » (?) – D’où ma restriction ici et dans les diverses rubriques.

 ——————————————————————————————————————————-

Quelques-unes jugées de bon aloi et inclassables.

« Au lieu de vous occuper de la conduite des hommes, regardez plutôt les femmes passer. » (Louis Aragon)

« Quel est le point commun entre l’homme qui vient d’en tuer un autre et celui qui vient de faire l‘amour ? Tous les deux cherchent à se débarrasser du corps. Une vieille blague masculine qui ne fait pas rire les dames. » (Olivier Bardolle)

« Oh ! Monsieur, vous qui n’y êtes pas obligé !… » (Boni de Castellane – surprenant l’amant de sa femme, assez quelconque – attribuée aussi au prince de Ligne)

« La mère faisait des ménages, la fille les défaisait. » (Georges Feydeau)  

« Ci-gît ma femme. Ah ! Qu’elle est bien pour son repos et pour le mien. » (épitaphe attribuée à Jean Marot, père de Clément)

« Jamais prêtre ne mangea plus en ville que moi ; Je dissipe mon âme à pleine assiette. » (abbé Mugnier – sur lui-même) – L’abbé était cependant fort pieux et digne.

« Elle gagne à être connue – Combien ? » Rip) – sur une actrice.

 « Moi les femmes m’ont toujours réussi –Sauf madame votre mère. » (Rivarol)

« C’est le plus mauvais chapitre de son ‘Histoire universelle’. » (Rivarol – sur le fils de Buffon)

« Les femmes entretenues ne sont pas forcément les mieux conservées. » (?)

« J’ai rejoint les alcooliques anonymes. Je bois toujours mais sous un autre nom. » (?)

« Si, par hasard, je meurs… » (début du testament d’une grande dame ; du temps des salons, soit du temps où on avait et des idées et de l’esprit)

ETC.   ETC.   ETC.   ETC.   ETC.

   

Ce contenu a été publié dans 660, 3 - Plaisanteries (inclassables), avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.