675,2 – Perfection

– Elle n’existe pas, plus exactement elle n’est pas à notre portée. Quand les Occidentaux avaient conscience de leurs limites, donc jadis, ils introduisaient volontairement des erreurs dans leurs réalisations (œuvres d’art, peintures, cathédrales…) pour manifester symboliquement que la perfection n’est pas de ce monde. Nos ancêtres donnaient là un bel exemple d’humilité, de conscience de leur condition et surtout de sain réalisme.

– Nous, devenus nos propres dieux, sommes parfaits (sauf les Mal-pensants), et vivons dans un monde qui aspire à la perfection et y atteindra sûrement, prochainement (si on exécute ceux qui ne se courbent pas). 

S’opposerait à un perfectionnisme trop poussé, la loi des 80 / 20 (de Vilfredo Pareto) : Vingt pour cent d’un effectif en général (gens, mouvements…) font, représentent, quatre-vingt pour cent d’une activité considérée … Ainsi je (l’auteur de ce recueil de citations, pourtant très perfectionniste) peut considérer qu’en ayant consacré seulement vingt pour cent de l’énergie qui aurait été nécessaire pour analyser complètement un ouvrage quelconque, il en a quand même tiré quatre-vingt pour cent du suc susceptible de l’intéresser.

« ‘Tout sera parfait là-haut’ cède la place à ‘Tout sera parfait demain’. » (Gustave Thibon)

——————————————————————————————————————————-


« Le perfectionniste préfère ne pas faire plutôt que mal faire et n’aimerait donc agir qu’à coup sûr…. Les leçons  de l’échec sont pourtant préférables à celles du renoncement. »  (Christophe André) – Crainte de l’échec, risque d’abstention, de stagnation… 

« Une créature naturellement impeccable (incapable de commettre le mal) est chose impossible, le concept même en est contradictoire. » (saint Thomas d’Aquin)

« Le refus des imperfections et le dévouement au service de la perfection, accompagné de la conviction inébranlable qu’elle est impossible à atteindre. Comme pour tout ce qui est humain, l’essentiel est dans l’effort et dans le mouvement du moins vers le plus. » (Jean Baechler) 

« Rien ne peut être laissé au hasard … Trajectoire, énergie, calcul, physiologie, psychologie, environnement ; rien ne peut être laissé à la contingence, c’est l’univers total de la norme. La loi n’y existe plus, c’est l’imminence opérationnelle de tous les détails qui fait loi. Univers expurgé de toute menace de sens, en état d’asepsie et d’apesanteur … L’exaltation des foules n’allait pas à l’événement du débarquement sur la lune, non, la sidération allait à la perfection de la programmation et de la manipulation technique, à la merveille du déroulement programmé. Fascination par la norme maximale et la maîtrise de la probabilité. Vertige du modèle… » (Jean Baudrillard – Simulacres et stimulation)

« Tout étant techniquement disponible dans un monde parfaitement opérationnel, il n’y aura plus besoin de parler … Le monde accompli sera la fin du langage. La quête d’un monde parfait , d’un homme parfait, d’une information totale, d’une efficacité totale, celle qui hante notre monde actuel, est donc parfaitement criminelle… le destin que nous sommes en train de nous fabriquer : un monde parfaitement opérationnel dont nous serons exclus automatiquement en tant qu’êtres humains. Tout en croyant fabriquer un monde à notre image  … Jouer à Dieu avec Dieu ! Avec le monde pour enjeu … Sans ennemi ni anticorps, elle (la société) deviendra vulnérable au moindre virus, électronique ou biologique… Quand on enlève tous les virus, les anticorps restent sans emploi … Stratégie qui précipite le monde vers sa fin dans l’effort même de l’élucider et d‘en faire un monde idéal. » (Jean Baudrillard)

« C’est lorsque nous nous sommes rendus compte que le tout et la perfection n’existent pas que nous pouvons continuer à vivre. » (Thomas Bernhard)

« Mon Dieu, délivrez-nous de la perfection, délivrez-nous d’un tel désir. » (Christian Bobin)

« Qui veut atteindre la perfection veut marcher sur l’horizon. » (Paul Carvel)

« Qui veut une mule sans défaut doit se résoudre à aller à pied. » (Miguel de Cervantès)

« L’idée de perfectibilité  a pénétré dans nos mœurs … Que l’histoire se déroule ‘sans plus’, indépendamment d’une direction déterminée, d’un but, personne ne veut en convenir. » (Emil Cioran) – Le sens… La marche de… et autres bouffonneries pour Gogos.

« L’homme s’attache à l’idée d’évolution, comme si le fait ‘d’avancer’ dût nécessairement le porter au plus haut degré‚ de perfection. A vouloir être autre, il finira par n’être rien. Sans doute évolue-t-il, mais contre lui-même, aux dépens de soi, vers une complexité qui le ruine. Devenir et progrès sont notions en apparence voisines, en fait divergentes. Tout change, c’est entendu, mais rarement, sinon jamais, pour le mieux. S’il continue à se cramponner (au savoir qui mène à la puissance) point de doute que l’homme n’entre alors dans une carrière de dieu risible ou d’animal démodé.» (Emil Cioran) – Il est déjà bien entré.

– « L’histoire apportera à tous les hommes la liberté, la connaissance, la moralité, la santé, car la perfectabilité de l’homme est indéfinie. » (Condorcet – Esquisse des tableaux du progrès de l’esprit humain) – Effectivement, on a vu. Ces philosophes des fameuses Lumières ne doutaient de rien.

« Qu’un oiseau soit retenu par un lien de fer ou le fil le plus léger et le plus délicat, il ne pourra prendre son vol. Il restera prisonnier ou captif tant que l’un ou l’autre lien n’aura pas été rompu. » (saint Jean de la Croix)

« Il n’existe aucune voie commune, rassemblant tous les hommes de bonne volonté, en dehors de l’intériorité … Mystérieux ce creuset symbolise moins un lieu qu’un état. Il inaugure un passage du dehors au-dedans, du chaos à l’ordonnance, de l’esclavage à la liberté … La beauté assume la difformité, la clarté l’ombre, les erreurs du parcours sont entièrement consumées, il n’en reste aucune trace …Il porte un nom : il s’appelle ‘désert’ … La décréation progressive a fait apparaître dans l’âme de nouveaux continents, telle la mer en se retirant découvre … Le désert intérieur permet de prendre un certain recul et de comprendre nos failles sans pour autant les tenir constamment sous nos yeux …  ‘Si l’homme s’agite pour trouver la perfection, en un instant il se détruit’ (texte égyptien ancien ) … L’homme n’échappera à l’agonie qui le guette que par l’intériorité, mais par une intériorité vécue à un niveau universel … finies les communautés ‘possédantes’ de vérité …L’éloignement de tout tumulte extérieur, la non-coopération à l’agitation … Le désert est le lieu des métamorphoses …  ‘Sors de ta terre et de ta parenté’ (Genèse) , ce qui signifie : dépouille-toi, abandonne ce qui t’encombre …  nécessité d’entrer en lui-même, de s’y tenir, voire de s’y fixer … le désert intériorisé signifiant passage par le vide, la remise en question, la purification du faux savoir, des notions périmées, alors il  émergera de la boue qui l’enlise … Ce qui est multiple, éparpillé est sujet à la corruption, seule l’unité échappe au temps … L’homme intériorisé ne jette aucun regard sur lui-même (s’il sait qu’il prie, il est hors de la prière, s’il se sait unifié, il séjourne dans la dualité), se réjouir de ses progrès ou s’attrister de ses défaites n’aurait aucun sens. » (Marie-Madeleine Davy – Le désert intérieur)

 « L’avenir radieux du communisme ne s’est pas réalisé, le Reich de mille ans a duré douze ans. La démocratie moderne n’est qu’une saison historique, parce que la perfection n’est pas d’ici …  Pas de terme qui exprimerait la fin de notre finitude et appartiendrait donc à un autre ordre. » (Chantal Delsol)  – Cessons de  rêver et de nous entre-égorger pour des objectifs bidons.

« Le noyau de la pensée totalitaire, et post-totalitaire, de la pensée moderne et post-moderne : le refus de notre réalité séparée, la volonté de résoudre, c’est-à-dire de nier le tragique humain … Atteindre une société où les humains seront enfin débarrassés de l’imperfection, de la souffrance et de la mort … Espérance d’un Salut (sortie du tragique humain), devenue immanente et impatiente depuis qu’elle est sans racine spirituelle  ni transcendante … Cette abolition du tragique de la vie représente la dernière phase de l’émancipation totale à laquelle nous convie la Modernité occidentale à la suite des totalitarismes … Les religions constituent des réponses apportées aux énigmes existentielles, que se passe-t-il lorsque elles sont renvoyées à leurs chimères ? … On peut évincer les réponses, les questions restent, et d’autant plus angoissantes si nul ne se propose pour les prendre en compte et en charge … Une solution consiste à réinvestir les anciennes réponses des sagesses antiques (conduites de vie plus que vérités affirmées), leur renoncement, s’installer en repos dans l’immanence, dans un bonheur tiède, dans l’oubli … Une autre réponse consiste à solliciter non plus le passé, mais l’avenir, plus tard les questions posées seront résolues et nous devons y travailler, c’est l’installation du ciel ici-bas, c’est le Progrès (‘les lendemains qui vont chanter’…) … L’une des manières les plus efficaces d’empêcher l’invasion des questions existentielles est le mode de vie matérialiste ; tout en continuant à dénoncer et à stigmatiser les pensées religieuses ou métaphysiques, risquant d’amplifier les inquiétudes humaines. » (Chantal Delsol) – Qui suis-je ? D’où viens-je ? Où vais-je ? Pourquoi moi ? Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ?  Pourquoi ceci et cela?  Ma finitude ? Mon imperfection ?

« Souvent il n’y a pas tant de perfection dans les ouvrages composés de plusieurs pièces et faits de la main de divers maîtres, qu’en ceux auxquels un seul a travaillé. » (Descartes)

« ‘Il a enlevé tous les suffrages, celui qui a mêlé l’utile à l’agréable’ … la perfection consiste à concilier ces deux points. » (Diderot) – citant Horace)

« ‘C’est une folie à nulle autre seconde, de vouloir se mêler de corriger le monde’ (Molière). L’homme n’est pas à la hauteur des fous qui lui veulent, malgré lui, tant de bien … L’utopie est un néant si parfait qu’il a tout à perdre à se réaliser … L’immodestie de l’idéal ne supporte pas les petits arrangements qui font les progrès véritables, et l’ailleurs utopique est l’alibi de l’inefficacité pratique ; ses effets ne sont jamais son affaire. Le réel ? L’utopie s’en lave les mains … Pour être radieux, l’avenir doit rester à venir. Pour sa survie, l’utopie ne doit pas exister. » (Raphaël Enthoven)

« La perfection est atteinte non quand il n’y a plus rien à ajouter, mais plus rien à retrancher. » (Saint-Exupéry)

« Compétence et zapping, voire excellence et zapping, ne sont pas faits pour cohabiter. » (Eric de Ficquelmont – Zapping connection) – C’est vraiment le moins que l’on puisse dire ! Conner.., abêtissement, hébétude, vacuité, vulgarité, stupidité seraient mieux adaptés à la typologie du zappeur.

« Il faut qu’en toutes choses les hommes se proposent un point de perfection au-delà même de leur portée. Ils ne se mettraient jamais en chemin s’ils croyaient n’arriver qu’où ils arrivent effectivement. Il faut qu’ils aient devant les yeux un terme imaginaire. On perdrait courage si on n’était pas soutenu par des idées fausses. » (Fontenelle)

« Jean-François Revel met en lumière le péril que constitue le perfectionnisme utopiste en tant qu’il suscite le sentiment paralysant de la culpabilité … ‘Non seulement les démocraties d’aujourd’hui s’attribuent des fautes qu’elles n’ont pas commises. Mais elles ont pris l’habitude de se juger par rapport à un idéal à ce point inaccessible que le verdict de culpabilité s’y inscrit d’emblée par avance… » (Julien Freund – évoquant et citant Jean-François Revel dans Comment les démocraties finissent) – Le péril peut atteindre aussi des individus trop scrupuleux.

« La perfection est inépuisable. » (Goethe)

« La perfection ne consiste pas dans la quantité, mais dans la qualité. De tout ce qui est très bon, il y en a toujours très peu. » (Baltasar Gracian)

« Il est aussi noble de tendre à l’équilibre qu’à la perfection. Car c’est une perfection que de garder l’équilibre. » (Jean Grenier)

« A l’imperfection du réel répond l’idée originelle de ‘perfectibilité’ … Idée qui deviendra un thème essentiel des Lumières. » (Jean-Claude Guillebaud)

 « Si je ne peux combattre que pour un idéal sans tâche alors je ne me bats pas et ce que j’appelle mon combat n’est que mensonge sur ma lâcheté. » (Jean Guitton)

« Le moderne a déclaré l’homme perfectible à l’infini. C’était le condamner à n’être jamais parfait, mais aussi lui permettre de se complaire dans son imperfection. » (Fabrice Hadjadj)

« La technique moderne tend vers la plus grande perfection possible. Cette perfection consiste dans la plus grande calculabilité des objets. La calculabilité des objets présuppose la validité universelle du principe de raison. » (Martin Heidegger) –Principe selon lequel rien n’est sans raison et il n’y a pas d’effet sans cause.

« Toute perfection est lente. Tout ce qui est mûr a mûri lentement. »(Joseph Joubert)

« ‘La pointe qui, trop affûtée, ne peut être préservée et finit par se briser’. ‘Qui se dresse sur la pointe des pieds n’est pas stable’. Point trop n’en faut … L’excès d’effet se retourne contre l’effet. L’effet tue l’effet. » (François Jullien – citant des principes chinois)

« Le propre de l’homme, c’est le libre arbitre, donc l’imperfection … La capacité de se souiller de fautes, de commettre des erreurs. La perfection, tout au contraire, rend la liberté superflue ; l’ordre rationnel reçoit la précision de l’instinct. » (Ernst Jünger)

« Une perfection ne peut prospérer qu’aux dépens d’une ou de plusieurs autres … La perfection esthétique est située dans une autre dimension que la perfection morale, et il n’est pas rare que cette dimension soit située à l’angle droit de la dimension de la  morale … Le moine doit tuer en lui l’instinct familial dont la valeur esthétique est si profonde, il doit renoncer à l’amitié, devenir indifférent à l’égard de la perfection terrestre … Les idéals vivent aux dépens les uns des autres, tout comme le font les organismes vivants. » (Herman von Keyserling)

« Tout développement des forces vitales est fonction de leurs concentration … la concentration constitue la base technique de tout progrès … Une forte personnalité est plus tendue qu’une faible. Tous les progrès de la connaissance reposent sur l’intensification de l’attention … la concentration désigne le chemin de la perfection. » (Herman von Keyserling)

« Bien que le développement en largeur et le développement en profondeur ne s’excluent pas en principe, ils le font le plus souvent dans la pratique car, sauf exception, aucune vitalité ne peut se répandre simultanément dans deux sens différents. De là vient que L’Occidental qui aime tant le progrès, est le moins spirituel de tous les êtres … Celui qui recherche le progrès poursuit des possibilités nouvelles, tandis que celui qui cherche Dieu n’a qu’à réaliser des possibilités existantes, recherchant l’accomplissement, il n’a besoin ni d’abolir ni de modifier. … le degré de spiritualisation se mesure au degré de perfection et à lui seul … Le Bouddha s’est qualifié de ‘parfait’ comme l’est un sage et noble chinois » (Herman von Keyserling)

« Nous n’avons pas le choix entre la perfection totale et l’autodestruction totale ; notre souci temporel, c’est le souci sans fin, l’inachèvement sans fin. » (Leszek Kolakowski) 

« Le temps apparaît comme un continuel perfectionnement qui n’aboutit jamais à aucune perfection ; mais un perfectionnement sans fin suscite nécessairement le sentiment de vivre sur un mode provisoire, et au-delà : un sentiment de vide et de perte du sens. Un tel temps évoque l’image d’une voracité sans fond et d‘un gouffre insondable. » (Karel Kosik)

« Ici-bas, la perfection n’a pas d’élus, elle n’a que des candidats. » (Augusta Amiel-Lapeyre)

 « Il viendra, il viendra certainement, l’âge de la perfection ! » (G Lessing) – On ne doutait de rien au XVIII° siècle.

« C’est trop aisé d’avoir raison contre quiconque, agissant ou pensant, n’est pas la perfection totale. C’est trop tentant quelquefois. » (cardinal Henri de Lubac)

« Pensant qu’il n’y avait rien de fait s’il restait quelque chose à faire. » (Lucain)

 « Dans la mentalité collective, l’imperfection est plutôt ressentie comme un signe d’humanité … Seule l’imperfection est signe de vie, la perfection quant à elle est synonyme de mort. C’est dans sa bigarrure, dans son effervescence, dans son aspect désordonné et stochastique, dans sa naïveté touchante, que le vitalisme populaire nous intéresse. C’est parce qu’il est ce ‘rien’ qui donne fond au tout qu’on peut voir en lui l’alternative au déclin ; mais en même temps il sonne un glas : celui de la modernité. » (Michel Maffesoli) – Pourquoi les élites haïssent le peuple.

«  L’humanitarisme imposé par la sensiblerie de l’intelligentsia bien-pensante, le ‘principe de coupure’ qui a abouti à l’asepsie de la vie politique que l’on connaît aujourd’hui : tout doit être encadré, égalisé, canalisé … Distinction  à l’origine du moralisme et/ou d’une politique à la recherche de la perfection … Chacun n’est pas d’abord lié a l’autre, réalité concrète, mais à la société, réalité abstraite. » (Michel Maffesoli)

« Je me méfie toujours des êtres parfaits. » (commissaire Maigret)

« Un coup de dés jamais n’abolira le hasard. » (Stéphane Mallarmé – un poème aussi étrange que célèbre) –Tout devient aléatoire, plus aucun absolu. Allégorie de l’écroulement de l’ordre d’hier et de l’avènement de l’incertitude (allusion à la mort de Dieu ?)  Nul n’est maître des circonstances, jamais le résultat d’une action ne sera garanti comme étant exactement conforme à l’intention – « Toute pensée émet un coup de dés. » (Stéphane Mallarmé) – « Toute action entraîne dans le monde des conséquences dont l’agent ne s’était pas douté. » (Karl Jaspers) – « Il n’y aura jamais un coup de dés qui, par sa perfection automatique, mettrait fin au hasard … Jamais ne sera atteint le point de perfection technique et de prévention absolue tel que l’événement fatal aurait disparu. » (Jean Baudrillard)

« Le perfectionniste est l’homme qui n’a pas une solution pour chaque problème mais un problème pour chaque solution. » (André Maurois)

« C’est une absolue perfection, comme divine, de savoir jouir loyalement de son être. » (Montaigne) 

« Contrairement aux idées reçues, la Perfection est de ce monde, qu’elle refait chaque jour à coup de lois, d’arrêtés, d’interdictions draconiennes et de recommandations préventives … La perfection avec une majuscule tant elle est la divinité évidente du temps. » (Philippe Muray) – Un grand merci à nos élus, qui s’ils ne sont pas eux parfaits, veillent cependant à nous entourer d’un halo de perfection. 

« La prophylaxie, c‘est la politique de perfection intégrale. La prophylaxie intégrale, c’est la mort. L’humanité avançait dans le brouillard, et c’est pour cela qu’elle avançait … On a dissipé le brouillard, on a dissipé le secret… » (Philippe Muray)

« Dynamique constitutive de l’être, tension constructive … Au fil des passions singulières, l’âme passe à des degrés supérieurs de perfection. ‘Chaque chose, autant qu’il est en elle, s’efforce de persévérer dans son être’. » (Antonio Negri – interprétant et citant Spinoza  et  l’Ethique)

« Vivre, c’est changer ; et pour être parfait, il faut avoir changé beaucoup. » (cardinal Newman)

« Tout acte parfait est inconscient et n’est plus voulu ; le conscient exprime un état personnel imparfait et souvent morbide … La perfection consciente … est une contradiction dans les termes … Il n’y a d’acte parfait que l’acte instinctif. » (Nietzsche) – Eloge de la spontanéité ? 

« Être humain consiste essentiellement à ne pas rechercher la perfection, à être parfois prêt à commettre des péchés par loyauté, à ne pas pousser l’ascétisme jusqu’au point où il rendrait les relations amicales impossibles, et à accepter finalement d’être vaincu et brisé par la vie, ce qui est le prix inévitable de l’amour porté à d’autres individus. » (George Orwell)

« Si on pouvait remonter jusqu’à leurs racines psychologiques, je crois qu’on découvrirait que le principal motif du ‘non-attachement’ est le désir de fuir la douleur de vivre et par-dessus tout, de fuir l’amour … Les saints devraient toujours être présumés coupables, tant qu’ils n’ont pas fait preuve de leur innocence. » (George Orwell – réflexions à partir de Gandhi)

« Si l’homme n’avait jamais été corrompu, il jouirait dans son innocence et de la vérité et de la félicité avec assurance ; et si l’homme n’avait jamais été que corrompu, il n’aurait aucune idée ni de la vérité ni de la béatitude. Mais, malheureux que nous sommes … nous avons une idée du bonheur, et ne pouvons y arriver ; nous sentons une image de la vérité, et ne possédons que le mensonge ; incapables d’ignorer absolument et de savoir certainement, tant il est manifeste que nous avons été dans un degré de perfection dont nous sommes malheureusement déchus. » (Blaise Pascal)

« ‘Trop éloquent pour être sincère’, ‘Trop bien dit pour être vrai’ ; la perfection nous inquiète. » (Jean Paulhan) – Peut-être parce qu’on sent confusément qu’elle n’est pas de ce monde.

« La perfection, dit Kleist, est l’absence de conscience ou la conscience confondue avec l’acte ; être une marionnette ou un dieu, aucune conscience ou une conscience infinie. » (Olivier Rey)

« Que manque-t-il à cette œuvre ? Peut-être simplement d’être un peu moins parfaite. » (Jean Rostand)

« Beaucoup d’institutions, certes, sont perfectibles. Mais beaucoup aussi … ne le sont pas et on les ruine en voulant les améliorer, en s’appliquant à les rendre plus conformes, comme on dit, à l’idéal moderne (comme si la modernité avait quelque idéal). C’est le cas notamment de l’éducation et de la justice. Leurs formes primitives sont le plus souvent bien meilleures, plus efficaces et moins dangereuses, que leurs formes raffinées. » (Raymond Ruyer) – Oui, mais si un ministre aussi inconnu qu’inutile ne pouvait pas donner son nom à la soixante-quinzième réforme, satisfaire ses obsessions, se concilier les lobbies et plaire aux copains.

« Avant d’avoir le souci de nous parfaire, si nous songions à nous faire. » (Robert Sabatier)

« Sire, le désir de perfection est une des pires maladies qui puissent affecter l’esprit humain. » (adresse du Sénat à Napoléon)

« La faculté de se perfectionner nous distingue de l’animal … Le perfectionnisme expose à la fois à l’orgueil (en cas de succès) et à l’amertume et au désespoir (en cas d’échec). Erreur dans tous les cas … Le perfectionniste n’est jamais satisfait. En se fixant des objectifs impossibles à atteindre, d’emblée il refuse la réussite. Quels que soient ses succès … il n’en retirera aucun plaisir … Il a peur de l’échec ; Une seule chose compte, atteindre son but, le processus, le chemin, n’a pas de signification à ses yeux ; tout est bien ou mal, bon ou mauvais, meilleur ou pire, réussite ou échec, c’est le ‘tout ou rien’ ; Autovalorisation, par soi-même autant que par les autres ; Rigidité (la ligne droite), ‘on doit’, ‘il faut’, ‘tu devrais’, raisonnement rigide, voire inflexible mal adapté aux changements continuels actuels (situation entrainant angoisse et dépression chez les perfectionnistes)  ; Besoin obsessionnel de tout contrôler, de tout maîtriser, attitude tatillonne ; Aucune réussite, aucune conquête, nul sommet, nulle destination, n’est jamais assez satisfaisante à ses yeux, il se châtie lui-même … Médiocre image de soi-même (recherche du défaut éventuel dirigée contre soi-même) ; On a plus de chances d’être heureux en se satisfaisant d’aspirations raisonnables … Une seule chose importe, apprendre à être perdant (Emil Cioran) Apprenez à échouer, sinon vous échouerez à apprendre (?) » (Tal ben-Shahar – L’apprentissage de l’imperfection)

« La perfection d’une formation … ne s’obtient justement pas à travers un développement limité à cette formation même : il faut d’abord que l’être global et sa valeur, qui incluent tous les éléments débordant la formation particulière, affluent dans celle-ci en s’accroissant et s’intensifiant, et donc l’élèvent à un degré d’achèvement où ne l’auraient pas mené les forces  de sa propre sphère, abandonnées à elles-mêmes. Ainsi un homme peut-il bien porter à une certaine perfection une prestation très spécialisée, pour laquelle il s’est éduqué sans se soucier du reste de son humanité, et en condamnant à l’atrophie ses autres intérêts et ses autres énergies ; mais quand ce n’est pas seulement une affaire d’habileté physique, par exemple, il n’atteindra point la perfection suprême… Les performances des êtres uniquement pourvus d’intelligence, aussi étonnantes soient-elles, restent souvent aussi, en tant que performances intellectuelles, derrière celles venant d’une personnalité plus vaste, même si la capacité intellectuelle de celle-ci, considérée en soi, reste derrière celles-là. L’individu qui n’a que son intelligence n’est pas même parfaitement intelligent. » (Georg Simmel)

« Tout ce qui est excellent est difficile. » (Spinoza)

« La marche exaltante de l’humanité perfectible vers sa perfection finale s’est transformée en une fuite en avant aveugle. » (Pierre-André Taguieff)

« Dès lors qu’on suppose que la marche du genre humain vers sa perfection implique l’obligation pour tous les humains de s’émanciper, le recours à la violence émancipatrice est absolument justifié. La transfiguration de la terreur n’est pas loin. » (Pierre-André Taguieff – L’émancipation promise)

« Tout est accompli. Cela veut dire que tout est parfait. Cela veut dire aussi que tout est fini … Mais tous les symboles sont morts. Chaque chose est murée dans sa propre perfection ; plus rien ne conduit au-delà de ce qu’il est. » (Gustave Thibon – Vous serez comme des dieux)

« Pour certains Êtres épris de perfection, il y a quelque chose de pire qu’une faute, c’est une imperfection. Plus que d’échouer, ils ont peur de mal réussir, plus que de tomber, de boiter. » (Gustave Thibon)

« La personne n’est pas ce qui en nous a droit au respect. Ce qui est sacré, bien loin que ce soit la personne, c’est ce qui, dans un être humain, est impersonnel … La vérité, la beauté habitent le domaine des choses impersonnelles et anonymes. La perfection est impersonnelle. » (Gustave Thibon – reprenant, citant, Simone Weil)

« Mieux vaut se mettre sérieusement à quelque chose de médiocre que de rêver éternellement à la perfection. » (Henri de Tourville)

« La masse totale du genre humain, par des alternatives de calme et d’agitation, de biens et de maux, marche toujours, quoique à pas lents, à une perfection plus grande. » (Turgot) – Deux- cent-soixante-sept ans après, nous n’y sommes toujours pas. Mais, il est vrai que l’auteur avait parlé de pas lents.

« Les détails font la perfection, et la perfection n’est pas un détail. » (Léonard de Vinci)

« La perfection recherchée a en elle-même quelque chose qui mène à l’imperfection … Notre ahurissement quand nous découvrons que nos constructions scientifiques et sociales produisent des réalités radicalement opposées à l’idéal que nous nous proposions d’atteindre : médecine et maladies, abus de communication et complète indifférence, spécialisation scolaire et médiocrité, facilités de circulation et embouteillage, protection sociale et incapacité de s’assumer, progrès social et restriction des libertés … Qui veut oublier se souvient plus douloureusement, qui veut s’endormir échoue, qui se veut spirituel ennuie… » (Paul Watzlawick)

« Les hommes ont tout perfectionné, sauf les hommes. » (proverbe)

« Qui veut un cheval sans défaut doit aller à pied. » (proverbe)

« En art comme en tout la vraie perfection ne s’atteint que par l’extrême simplicité. » (?)

« Le signe avant-coureur de la décadence. » (?)

« Le Rien est parfait parce qu’il ne s’oppose à Rien. » (?)

« En art comme en tout la vraie perfection ne s’atteint que par l’extrême simplicité. » (?)

Ce contenu a été publié dans 675, 2 - Perfection, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.