705,3 – Passé

– Devenu un sujet de repentir ou à l’inverse de fanfaronnades. En général, pas brillant. Quelle bande d’abrutis ! Ah, si seulement nous avions été là ! céan d’obscurantisme, heureusement que nous en sommes sortis !

– Il est l’unique domaine d’expression (pas de réflexion) de l’homme de gauche moralisateur qui se délecte dans l’évocation des prétendues turpitudes passées de ses adversaires ; ce qui lui évite de parler des siennes, de l’avenir et de se mouiller. Goût pour remuer la m…. et obsession de cracher sur ses pères, jouissances malsaines d’obsédé.

– En ce qui concerne nos parents et sur un plan personnel, ils ont sûrement eu beaucoup de défauts, au moins pour nous qui sommes parfaits ; seulement sans eux nous ne serions pas là.

– « Le passé disqualifié. Le passé n’est plus considéré comme un élément de l’identité mais comme un obstacle à l’ouverture d’esprit des élèves. Le rôle de l’école est de le dépoussiérer. » (?) – Car notre présent, lui, n’est pas poussiéreux ?

– « On ne sait vraiment pas où l’on va si l’on ne sait pas d’où on vient. » (?)

 ——————————————————————————————————————————-

« Je veux partager ton passé, donne ta main qu’on y descende. » (Louis Aragon)

« Dieu même ne peut faire que ce qui a été n’ait pas été. » (Aristote)

« L’homme n’a vraiment un passé que s’il a conscience d’en avoir un. » (Raymond Aron)

« Chaque époque se choisit un passé, en puisant dans le trésor collectif, chaque existence nouvelle transfigure l’héritage qu’elle a reçu, en lui donnant un autre avenir et en lui rendant une autre signification. » (Raymond Aron) – Ce n’est plus vrai dans notre société qui ne veut plus, et n’a plus, de passé ; excepté quelques imprécations superficielles d’une ignorance crasse pour servir des fins sordides.

« Il faut oublier le passé récent pour retrouver le passé ancien.. » (Marc Augé – Les formes de l’oubli) 

« Il faut oublier le passé récent pour retrouver le passé ancien. » (Marc Aurèle)

« Qu’est-ce donc que j’aime dans le passé ? Sa tristesse, son silence et surtout sa fixité. Ce qui bouge me gêne. » (Maurice Barrès)

« Personne ne peut vivre sans traces, pas plus qu’on ne peut vivre sans ombre. » (Jean Baudrillard) – Hélas, le plus souvent.

« L’innovation technique efface toute trace, dans une poursuite permanente de la nouveauté qui nous installe paradoxalement dans du même … en nous introduisant d’emblée dans un monde où le passé n’est qu’un état de privation par rapport à ce dont nous disposons aujourd’hui … en définissant le passé comme un état de manque … ‘tout est possible, ce qui n’est pas encore possible le deviendra’ … Or chaque culture, chaque époque, chaque civilisation se structure suivant l’agencement complexe entre ce qui est logiquement possible , expérimentalement réalisable et fondamentalement interdit. » (Miguel Benasayag – Plus jamais seul, avec mon portable)

« Le passé est irrémédiablement révolu puisqu’on ne peut pas le revivre. Mais il n’est jamais révolu puisque tout souvenir peut, à tout moment, reparaître. Le temps est toujours ‘perdu’ et sans cesse ‘retrouvé’ par les sociétés comme par les personnes. La culture grecque revit en Occident au XVI° siècle… » (Emmanuel Berl)

« Mon passé est un monceau énorme d’amours défuntes, d’amitiés rompues, d’espoirs déçus, de déboires surmontés … je traîne la poussière d’une multitude de cadavres. » (Emmanuel Berl)

« Ils ne veulent pas comprendre que le récit qu’un personnage fait de son passé révèle plus son état présent que le passé dont il parle. » (Emamnuel Berl – sur les romanciers) – Mais nous tombons tous dans ce piège.

« Nous ne sommes que trop tentés d’accepter la liquidation du passé, sans garantie, sans contrôle, comme on liquide les stocks. » (Georges Bernanos)

« Un homme sans mémoire est d’une plasticité absolue. Il est recréé à chaque instant. Il ne peut plus regarder en arrière ni sentir une continuité avec lui-même, ni conserver une identité propre. Il se greffe entièrement sur le présent absolu. » (Alain Besançon) – Voilà pourquoi l’effort de tout les démolisseurs à l’œuvre dans l’Education et dans la plupart des média, est  d’abolir le passé, ou au moins de le changer.

« Le grand avantage du passé est précisément qu’il soit le passé et qu’on puisse y aller prendre à toute époque ce que l’on veut … sans avoir à craindre qu’il nous saute dessus avec ses estrapades et ses bûchers, avec ses guillotines ou sa peste noire. » (Baudouin de Bodinat – Au fond de la couche gazeuse)

« D’une effronterie plus péremptoire encore, plus mensongère et incohérente s’il est possible, dès qu’il s’agissait de diffamer l’humanité antérieure, de la ridiculiser, d’en faire le repoussoir, le comparatif indiscutable à établir aux yeux des locataires actuels leur privilège de figurer au XXI° siècle. » (Baudouin de Bodinat – sur des magazines – Au fond de la couche gazeuse)

« Non seulement le regret, mais le simple fait de se souvenir sans répréhension ou ironie ou dédain, sans apostasie ni dénigrement d’un aspect quelconque de l’antérieur vaut comme un avis de nostalgie, qui est une imputation disqualifiante … passéisme. » (Baudouin de Bodinat – Au fond de la couche gazeuse)

« Il a, à tout le moins, un double mérite : d’une part, il a existé, alors que nul ne sait si le futur existera ; d’autre part, ce qui est plus important : ‘il nous a produits’, nous qui nous plaçons à son égard en position de juges. » (Rémi Brague)

« La tentative pour rompre avec le passé se paye souvent par un ‘retour du refoulé’ qui refait surface sous forme archaïque. Chez les protagonistes de la Révolution française, la référence obsessionnelle à l’Antiquité, romaine en particulier… » (Rémi Brague)

« C’est effrayant ce qu’il y en a des choses et des gens qui ne bougent plus dans son passé. » (Louis-Ferdinand Céline)

« Quand un peuple, transformé par le temps, ne peut plus rester ce qu’il a été, le premier symptôme de sa maladie, c’est la haine du passé et des vertus de ses pères. » (Chateaubriand) –  Nous.

« Tu ne peux te relire, mais tu peux signer. » (René Char) – Signer c’est à la fois assumer et se réconcilier. Avaliser ce qui s’est fait en amont.

« Du matin au soir, fabriquer du passé ! » (Emil Cioran)

« Le conservatisme, en tout cas en France, a été indûment associé à la notion de réactionnaire …’La nostalgie n’est pas un programme, défendre la valeur du passé est tout autre chose que de s’imaginer qu’on peut retourner en arrière’ (Alain de Benoist) … et donc majoritairement condamné (confusion voulue et entretenue, l’ouvrage récent ‘Le rappel à l’ordre’ de Daniel Lindenberg) … La conséquence en a été qu’aucune droite réellement conservatrice n’a pu naître en France et prospérer, alors qu’elle aurait été le seul moyen efficace de faire contrepoids aux excès du libéralisme. » (Frédéric Saint Clair) – Confusion volontaire des réactionnaires et des conservateurs pour le service du gang des bordelisateurs.

« Se pencher sur son passé, c’est risquer de tomber dans l’oubli. » (Coluche)

« Vivre avec les morts constitue l’un des plus prestigieux privilèges de l’humanité. » (Auguste Comte)

« L’Union européenne n’a pas trouvé son ‘il était une fois’, aussi tourne-t-elle en eau de boudin, comme notre pays a perdu ses légendes et ses fresques, aussi le voit-on décrocher. » (Régis Debray – sur l’indispensable ciment d’une communauté) – L’échec ou la dislocation, voilà ce qui attend qui rejette et méprise le passé.

« La Modernité : Maudit passé ! Le présent et le futur tout proches sont vus comme des transfigurations par rapport à des siècles précédents de vice et d’horreur … Seul le présent serait vertueux … N’y a-t-il pas là quelque chose de louche ? Rapport idéologique/utopique à l’Histoire» (Chantal Delsol) – Repentance, excuses et compagnie. Combien nous sommes meilleurs que nos salauds d’ancêtres.

« Qui met la main à la charrue et regarde en arrière est impropre au Royaume de Dieu. » (Evangiles) – Stagnation, manque d’allant…

« Ce qui fait l’importance de la connaissance du passé et sa valeur éducative, c’est précisément l’idée qu’il n’y a rien de nouveau sous le soleil, que la succession des générations n’est pas une marche en avant et que les vivants sont conduits, ‘volens, nolens’ à refaire les expériences des hommes qui les ont devancés. » (Alain Finkielkraut)

« Je pense parce qu’il y avait quelqu’un avant moi. Toute première fois a un passé. Toute prise de conscience est une reprise. » (Alain Finkielkraut)

« L’idée que le passé peut être remodelé à volonté est une idée totalitaire. » (Marcel Gauchet) – Si l’auteur dit vrai, alors nous sommes en régime totalitaire.

« Rien n’est plus dangereux pour toi que ta famille, ta chambre, ton passé. » (André Gide)

« Le passé ne peut pas être entièrement aboli sans assécher de façon inhumaine tout avenir. » Jean Giono)

« Être moderne, cela signifie, à partir du XIX° siècle, ne plus devoir son sens au passé … lequel apparaît de plus en plus comme un fardeau dont il convient de se débarrasser .» (Christian Godin)

« Le geste anthropologique de Freud est incontestablement d’une grande portée : le passé est toujours présent en nous … Ses traces ne disent pas ce qu’il a été, mais ce que nous le faisons  être aujourd’hui. » (Roland Gori)

« J’avais à cœur … de ramener parmi nous un sentiment de justice et de sympathie envers nos anciens souvenirs, envers cette ancienne société française qui a laborieusement et glorieusement vécu pendant quinze siècles pour amasser cet héritage de civilisation que nous avons recueilli. C’est un désordre grave et un grand affaiblissement que l’oubli de son passé. » (François Guizot – Mémoires – cité par Olivier Rey)

« Négation du passé qui dispense d’avoir à se mesurer avec lui, à se comparer à lui. Crise collective d’adolescence et de narcissisme. Refus de faire, refus de produire des œuvres de qualité, afin qu’aucune comparaison ne puisse être effectué avec les œuvres de passé … Le non-art, la provocation, la dérision, aveu implicite d’impuissance ou du moins d’infériorité. »  (Jean-Louis Harouel – s’inspirant de la position de l’artiste Hans Richter sur le dadaïsme)

« Les souvenirs revenaient sans discontinuer. Ce n’est pas l’avenir, c’est le passé qui vous tue, qui revient, qui vous taraude et vous mine. » (Michel Houellebecq)

« Se désolidariser de son passé est encore la meilleure recette pour ne pas vieillir. Tout reniement rajeunit. » (Roland Jaccard) 

« Le passé étant l’ensemble de la vie vécue et consommée, se distingue par sa nuance personnelle et même confidentielle ; c’est le domaine de l’intimité par excellence … Aussi les hommes se distinguent-ils les uns des autres par leurs souvenirs bien plus que par leurs vœux … Mon passé à moi, il m’est cher parce qu’il est mien. » (Vladimir Jankélévitch)

« Le discours sur le passé est grossier, plus ou moins méprisant, même si on ne cesse de le fouiller et de le célébrer. Façon pour l’assassin de camoufler son crime. » (Claude Jannoud)

« Quelle image peut-on se former d’une époque si on ne connaît aucune époque précédente qui ait amené celle-là. ? » – D’où la barbarie actuelle. (Joseph Joubert)

« Les traditions ne sont pas plus un épiphénomène de la vie sociale que l’inconscient individuel n’est un épiphénomène de la conscience. Elles correspondent à des besoins vitaux de la psyché … L’inconscient des peuples ‘récapitule’ le passé. Si ce passé est nié, déformé, oublié, il se ‘venge’. Une névrose sociale s’empare des peuples oublieux de leur héritage. » (Carl Jung) – Peut-être est-ce l’objectif de nos Jean-foutre ; des névrosés sont plus faciles à berner.

« A quoi bon se fatiguer à ranimer un passé perdu. Qui regarde en arrière finira comme la femme de Loth. » (Milan Kundera)

« A mon âge ce n’est plus moi qui vieillis, c’est le passé qui recule. » (Grégoire Lacroix)

« L’obsolescence radicale du passé est la marque essentielle du temps mondial, d’une temporalité qui survalorise la raison instrumentale dans sa représentation du temps. » (Zaki Laïdi)

« L’histoire doit purger le passé, trier les bons héros des méchants monstres et proposer un récit binaire à une opinion rendue inculte par l’Education nationale, la société de loisir et les médias de masse. Des personnages vaniteux à la tête d’associations, d’institutions privées ou publiques, qui vivent de la rente morale des crimes du passé, ont décidé que la moraline devait régner … Les personnages de notre histoire ne sont pas destinés à être classés dans un tableau à double entrée ‘gentils / méchants’. L’histoire, fleuve tranquille des Bisounours ! » (Barbara Lefebvre)

« ‘Le passé ne nous tire pas vers l’arrière, il nous pousse vers l’avant, il est une force d’inspiration et non pas un éteignoir’ … Que l’on sonne le glas du passé et tout l’édifice s’écroule .. Moins on a de passé derrière soi, d’attachement à ce passé, et moins on oppose de résistance au monde comme il va , à ses évolutions présentées comme progrès. » (Bérénice Levet – citant Hannah Arendt

« Tocqueville l’a fortement souligné, l’individualisme démocratique est le tombeau du règne du passé : chacun reconnu libre aspire à se dégager des liens contraignants et impératifs qui l’attachent au passé … A l’occasion de chaque mode, il y a un sentiment, aussi ténu soit-il, de libération subjective, d’affranchissement. Avec chaque nouveauté, une inertie est secouée, un souffle d’air passe… » (Gilles Lipovetsky)

« Apprendre à se détacher du passé. Le passé n’a pas d’avenir. ». Tout le temps que vous y consacrez est du temps perdu. » (Serge Marquis – faciliter la décroissance personnelle)

« L’humanité se séparera en riant de son passé. » (Karl Marx) – Elle ne rit plus du tout, et s’apprête à pleurer.

« Ce n’est pas un hasard si notre vingtième siècle, fanatique, haineux, doctrinaire, ne perd pas une occasion de donner une image calomniatrice et caricaturale des anciens Romains : d’instinct, il déteste ce qui lui est supérieur. » (Gabriel Matzneff) – Comme de tout le passé en général.

« La haine du passé qui est le trait fondamental de toute la psychologie progressiste … L’effort pour faire ‘du passé table rase’ est dans 1984 (le livre d’Orwell), l’axe essentiel de la politique totalitaire (chez les nazis aussi comme chez les ‘cocos’) …  Le développement de l’oppression a toujours pour condition le mépris de la nostalgie … Il y a maintenant une idée très répandue selon laquelle la nostalgie du passé serait forcément  vicieuse … Cela me semble une sorte de ‘lifting intellectuel’ derrière lequel il y a la terreur de vieillir … Toute évocation favorable du passé est aujourd’hui accueillie par un ricanement de rigueur. » (Jean-Claude Michéa – citant George Orwell)

« ‘Ce qui fut’ : ainsi s’appelle la pierre que la volonté ne peut soulever. » (Nietzsche)   

« Selon qu’une époque a plus ou moins pris conscience de sa propre misère, elle noircira plus ou moins son passé. » (Nietzsche) – Alors pauvre temps que le nôtre en voyant combien on crache sur notre passé, nos traditions…

« Le passé a cessé d’être un savoir pour devenir un enjeu. » (Pierre Nora)

« L’homme n’est jamais un premier homme, il ne peut continuer à vivre qu’à un certain niveau de passé accumulé, voilà son seul trésor, son privilège, son signe. » (Ortega y Gasset)  

« Quand un peuple n’a plus le sentiment vital de son passé, il s’éteint. La vitalité créatrice est faite d’une réserve de passé. On devient créateur quand on a un passé. La jeunesse des peuples est une riche vieillesse. » (Cesare Pavese) – Allez donc faire entendre cela à un jeune imbécile disposant de cinquante mots de vocabulaire.

« Celui qui n’a a pas de veille, comment lui fera-t-on un lendemain ?» (Charles Péguy)  

« On ne peut revivre le passé que tout seul ; à deux l’accord manque. » (Jules Renard)

« Quand on parle du passé, soit on oublie, soit on rabâche. » (Paul Ricœur)

« Le passé n’est pas ce qui nous retient en arrière mais nous ancre dans la présence et nous insuffle l’élan d’avancer. » (Christiane Singer)

« Quand nous réfléchissons aux choses du passé, telles que guerres, négociations, factions, etc… nous entrons si peu dans ces intérêts que nous demandons comment on a pu s’agiter ou s’émouvoir pour quelque chose de si peu durable. » (Jonathan Swift)

« Les hommes de pouvoir éprouvant la difficulté, voire l’impossibilité, de gouverner sont tentés par un moralisme d’accusation visant le passé. A défaut de faire mieux, ils croient s’élever en dénonçant ce dont ils procèdent, à propos de la Seconde Guerre mondiale comme de la colonisation. » (Paul Thibaud) – Pauvres minables.

« Comment savoir où l’on doit aller quand on ne sait plus d’où l’on vient ? » (Gustave Thibon)

« A cette montée du passé en moi, j’ai reconnu que j’avais atteint le deuxième versant de l’existence et que je commençais à descendre chez les morts. » (Gustave Thibon)

« Le passé a des blancs qui sont noirs. » (Elsa Triolet)

« Le soleil ne peut rien contre ce qui n’est plus. » (Paul Valéry)

« Le passé n’est point ce qu’on croit. Le passé n’est point ce qui fut, il n’est que ce qui subsiste de ce qui fut. Vestiges et souvenirs. Le reste n’a nulle existence. » (Paul Valéry)

« Un système de prédation économique fort peu moral a besoin de criminaliser notre passé pour se parer par contraste d’une sorte de virginité … ‘En comparaison des horreurs perpétrées par vos ancêtres, nous ne sommes peut-être pas parfaits, mais au moins avons-nous la morale pour nous’. » (Dominique Venner) – Culpabilisation repentance, excuses…

« Tournons-nous vers le passé, ce sera un progrès. » (Verdi)

« Le passé détruit ne revient jamais plus. La destruction du passé est peut-être le plus grand crime. » (Simone Weil) – A l’attention des modernistes-suicidaires qui déracinent tout par vice et frustration personnelle, la prétendue élite qui ne supporte pas qu’on puisse comparer sa médiocrité.

« D’où nous viendra la renaissance, à nous qui avons souillé et vidé tout le globe terrestre ? Du passé seul, si nous l’aimons. » (Simone Weil) – Mais on ne veut pas renaître, on veut dégringoler.

« Depuis plusieurs siècles, les hommes de race blanche ont détruit du passé partout, stupidement, aveuglément, chez eux et hors de chez eux … Les Occidentaux avant de mettre à mal le passé des autres, s’en sont pris au leur propre. » (Simone Weil – L’Enracinement)

« L’avenir ne nous donne rien ; c’est nous qui pour le construire devons tout lui donner. Mais pour donner il faut posséder, et nous ne possédons d’autre vie, d’autre sève, que les trésors hérités du passé et digérés, assimilés, recréés par nous. L’attachement au passé n’a rien de réactionnaire, il est une force d’inspiration. » (Simone Weil) – Mais comme on ne veut plus que des laquais !

« Il ne faut pas toujours tourner la page, il faut parfois la déchirer. » (?)

« Le passé est l’intelligence du présent. » (?)

Ce contenu a été publié dans 705, 3 - Passé , avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.