440,1 – Ingérence (droit ou devoir ?)

– Néocolonialisme occidental, autant qu’arrogant.

  • « Le devoir d’ingérence. » – Plus hypocrite, tu meurs !

– Concept imposant de se mêler des affaires des autres, n’eussent-ils rien demandé et fussent-ils situés aux antipodes. Inventé par des humanitaires au grand cœur et des philosophes engagés (des cousins sinon les mêmes), désireux de parader en tête des vents dominants et d’occuper la position du grand homme généreux, souvent avec le souci d’obéir à quelque obsession, parfois avec la préoccupation de ménager discrètement quelques intérêts bien concrets.

– Invention d’un incendiaire nommé Kouchner, des politiques en recherche de popularité imbécile et des média toujours avides d’événements dramatiques, et si possible sanglants, a notamment servi à ravager le Moyen-Orient et, très directement, à susciter le terrorisme.

– Le droit d’ingérence ne tue pas la souveraineté des nations mais limite celle de certains Etats au profit d’autres … c’est pourquoi il a peu de chances d’être appliqué dans les zones d’influence des grandes puissances. » (Pascal Bruckner). Suivant un exemple connu, le Libéria n’a jamais demandé, c’est-à-dire exigé, de venir au secours des noirs du Bronx. On n’imagine guère la petite Serbie s’amuser à bombarder les populations civiles occidentales comme l’Occident réuni s’est permis de le faire pour bien montrer qui était le patron, humilier les petits en les insultant en plus de les massacrer, pour complaire à d’ingrats Musulmans.

Rétablir la démocratie ! Alors qu’il ne s’agit le plus souvent que de faire des exemples pour intimer la peur et l’obéissance, en plus de s’ouvrir des marchés juteux. On sait que l’humanitaire n’est trop souvent que le prétexte de casser tout obstacle à la mondialisation asservissante, en ajoutant au chaos, à la déstabilisation géopolitique du monde. S’ingérer pour punir et dresser les communautés récalcitrantes. « ‘Tremble et obéis !’. La fin de l’équilibre de la terreur nucléaire et la nouvelle suprématie mondiale des Etats-Unis exigeaient le réaménagement du vieux front de la peur. » (Paul Virilio)

– Le début des grands montages de propagande menteuse est dû aux Américains. Ce qui ne sera une surprise que pour les Gogos-laquais-couchés. Lors de l’invasion de Cuba par les marines américains et la déclaration de guerre à la faible Espagne, au printemps 1898. « Gigantesque campagne d’opinion en faveur de la guerre en direction du public et des gouvernants, où se distingue la presse sensationnaliste de Randolph Hearst ; Citizen Kane. » (Armand Mattelart) – Mensonges, trucages, montages, faux, appel à l’émotion tordue… par le texte, les photos, toute la panoplie de l’intoxication classique américaine est déjà là. Amorce de l’hypocrite droit d’ingérence d’aujourd’hui, déjà implicite dans la doctrine Monroe.

– Quand à la punition douce matérialisée par le blocus ou l’embargo (sur tout, mais d’abord sur l’alimentaire, sur les médicaments…) ce n’est même pas de l’ingérence, mais plutôt une mesure bienveillante visant à établir ou à rétablir la sainte démocratie et la participation joyeuse à la divine mondialisation. Les enfants qui meurent faute de médicaments ne sont que des victimes collatérales sacrifiées à l’établissement de la liberté dont l’Occident est le dévoué champion.  L’Occident se cache pour tuer les innocents.

– D’ailleurs le bon et généreux Occident ne fait pas la guerre, s’il se résout à des actions de police ce n’est que pour rétablir l’ordre, la sécurité, la liberté… enfin tout ce que recouvre le mot démocratie. Plus vertueux, tu meurs !

 ——————————————————————————————————————————-

« Le droit à l’ingérence n’autorise pas le droit à l’indécence … Le tapage médiatique dont il s’est fait l’apôtre pour populariser les causes qu’il embrasse n’implique pas le tapinage médiatique … ‘Un tiers mondiste, deux tiers mondain’, disent ses ennemis à propos de Kouchner. » (Hervé Algalarrondo) – Lui, et nos grands bourgeois voyeurs, paradant à la télévision, se servant de tout pour leur gloire et leurs intérêts.

« Un moyen de sauvegarder la paix, c’est de ne pas se mêler à tort et à travers des affaires d’autrui. » (Jacques Bainville) – Que ferons alors nos donneurs de leçons ?

« Une culture qui a perdu ses valeurs ne peut que se venger sur celles des autres. L’objectif est de réduire toute zone réfractaire, que ce soit dans l’espace géographique ou dans l’univers mental. » (Jean Baudrillard)

« Le régime des droits de l’homme est une arme à double tranchant … En effet, il ouvre aussi un boulevard aux ‘interventions humanitaires’ dans d’autres pays, le colonialisme des droits de l’homme. » (Ulrich Beck) – Et c’est bien ainsi que ce régime est utilisé par la (ou les) puissance dominante. Nouveau masque du colonialisme, dissimulé seulement aux gogos, bourgeois bien-pensants stupides et aux gauchistes vindicatifs au service des forts autant qu’haineux des faibles.

« Max Scheler avait prévu qu’une guerre menée au nom de la paix et de l’humanité serait plus inhumaine que toutes les autres. Lorsque le conflit est posé en mal absolu, la guerre contre la guerre ne peut en effet plus connaître de limites. » (Alain de Benoist) – La validité du raisonnement est amplement démontrée par les prétendues opérations humanitaires des puissances dominantes. 

« On a facilité le crime pour en légitimer le châtiment. » (Daniel Bensaïd – sur l’intervention de l’Occident en Serbie)

« Les Etats occidentaux ne sont pas chargés par le reste de l’humanité de faire régner l’ordre. » (Rony Brauman) – Mais si, mais si ! Le colonialisme n’a disparu que de nom. – « Une guerre morale est une guerre sans limite, » (Raymond Aron) – C’est une invitation à l’hubris.

« La démocratie ne se réduit pas à une formulation juridique et abstraite, qu’on pourrait appliquer mécaniquement, en tous lieux, Elle n’existe réellement qu’inscrite au cœur des rapports sociaux. » (Alain Caillé) – Quand BHL exige du stupide (en cette occurrence) Sarkozy qu’il démolisse la discutable, mais existante, structure libyenne, nous ne pensons pas qu’il se leurre … sans doute d’autres intérêts, y compris ceux ressortissants d’obsessions (instinct de mort ? entre autres). Idem pour les cow-boys. 

« Je crois que le ‘droit d’ingérence’ est un slogan typîquement kouchnérien. » (Cornelius Castoriadis) – Ce qui ne semble pas être un éloge, c’est le moins que l’on puisse dire.

« L’état actuel de nos sociétés les rend inaptes à exercer une influence autre que matérielle. Une société vouée au culte de la consommation et au zapping télévisuel ne peut pas corroder l’emprise anthropologique du Coran ou de l’hindouisme. » (Cornelius Castoriadis)

« La civilisation, son œuvre, sa folie, lui apparaît comme un châtiment qu’il s’est infligé et qu’il voudrait à son tour faire subir à ceux qui y ont échappé jusqu’ici. ‘Venez en partager les calamités, soyez solidaires de mon enfer ’…   Quel soulagement de les contempler tandis qu’ils s’embrouillent dans les mêmes problèmes que lui et qu’ils s’ébranlent vers la même fatalité. » (Emil Cioran – traitant de la propension des Occidentaux à se mêler de tout et à imposer leur délire au monde entier)

« La force du droit qui n’est plus respecté à l’intérieur de nos frontières, peut devenir ailleurs le droit de la force … Depuis les guerres menées par les Américains sous des prétextes humanitaires, il vaut mieux être militaire que civil. » (Philippe Cohen)

« Fausse détention d’armes chimiques à Bagdad, faux génocide des Albanais au Kosovo, faux massacre des civils à Benghazi, mais vraies bombes déversées sur les irakiens, les Serbes, les libyens. » (Jean-François Colosimo) – L’Amérique et son bras armé, l’OTAN, rois des mensonges, pour ne citer que les plus récents.

« Dix ans plus tard, vingt ans plus tard, Mogadiscio et Pristina sont sous la coupe réglée de mafias et de milices islamistes poursuivant des purifications ethniques dont seule varie la discrétion. Silence des bienfaiteurs de l’humanité. » (Jean-François Colosimo) – Encore merci aux bienveillants interventionnistes occidentaux.

« Refuser de sacrifier ses soldats (doctrine du zéro-mort, chez nous bien sûr) a pour conséquence de rendre inévitable le sacrifice des populations présentes sur le théâtre des opérations, exposées au ‘dommage’. » (Jean-François Colosimo) – Mais sûrement que les bénéficiaires applaudissent les bombes supposées leur apporter la liberté, comme à Dresde, à Hiroshima, etc.

« L’Occident ne s’estime plus tenu de déclarer la guerre pour la faire et se moquer du droit des gens … puisque son droit à lui vaut pour tous, la loi internationale ne valant pas pour lui. » (Régis Debray) – Etonnons-nous que l’Occident soit détesté.

« Les droits de l’homme sont la façon qu’a trouvé l’Occident de s’occuper de ce qui ne le regarde pas. » (Régis Debray – sur le point de vue des antimondialistes)

« De contre-productives expéditions coloniales aujourd’hui imposées … an nom de la défense des droits de l’homme. » (Régis Debray)

« N’est-il pas puéril de vouloir appliquer partout, avec la fierté fanatique du néophyte, des mesures dont nous n’étions même pas capables il y a cinquante ans … On a l’impression étrange que l’Occidental à décidé de ne pas arrêter sa ‘mission humanitaire’ avant d’avoir obtenu une identification complète des comportements et des croyances … Il n’y a lieu de sacraliser ni les droits subjectifs, ni l’individualisme, ni la démocratie pluraliste, ni la technique moderne … L’Occident risque chaque fois de déstructurer l’ensemble d’une société, provoquant des maux plus graves… » (Chantal Delsol) – J’avancerai une explication à cette frénésie d’interventions. Au moins inconsciemment, l’Occident se sait foutu, à tous points de vue. On peut comprendre qu’il veuille, inconsciemment toujours, entraîner le monde entier dans l’abime vers lequel il se précipite.

« Les défenseurs des droits de l’homme finissent par ressembler aux fous de Dieu et aux maniaques idéologues qui se donnent pour but d’éradiquer le mal … L’attitude du justicier … Qui sommes-nous pour juger ainsi tous les peuples ? Pour nous croire capables de pallier l’impunité des crimes sur la terre entière ? … Nous allons engendrer, chez les peuples punis par nos soins, la révolte, et dans le pire des cas … l’apologie des actes que nous nous chargeons de punir. » (Chantal Delsol) – Les anciens colonisateurs tant décriés étaient moins arrogants et moins stupides.

« Le fait que la crise des réfugiés est le résultat des politiques des Etats-Unis et de l’Union européenne crève les yeux … La destruction de l’Irak, la destruction de la Libye (merci Bernard-Henry Lévy et Sarkozy) et les tentatives pour renverser Bachar-el-Assad en Syrie par l’intermédiaire des Islamistes radicaux … les masses de réfugiés sont la conséquence de cette politique. » (Boris Dolgov – cité par Slavoj Zizek) – Une fois encore, la gigantesque stupidité de l’Occident.

« Notre gauche intellectuelle, ou ce qu’il en reste, charrie sans se troubler deux principes contradictoires : l’un prononce qu’un démocrate respecte toutes les traditions et les cultures ; l’autre, que les droits de l’homme doivent être respectés par toutes les nations de la terre, sous peine de bombardement … Comment le discours des droits de l’homme serait-il respecté s’il commence à être renié chez nous par l’apologie des différences culturelles, le soupçon porté sur toute vérité et toute institution, la dérision de ce qu’on appelle dédaigneusement la morale ? » (Jean-Marie Domenach)

« Le ‘droit d’intervention humanitaire’ apparaît comme une manière, pour un pays ou une coalition, de déguiser ses intérêts ou ses intentions derrière l’alibi des victimes. Ce droit ne vise que les ennemis que l’on peut ou que l’on veut atteindre. » (Guillaume Erner – s’inspirant de Chantal Delsol) – Nous sommes au comble de l’hypocrisie. Explication, entre mille autres, du mépris dans lequel est tenu l’Occident.

« Cet idéalisme casqué dont les Etats-Unis ont été le fer de lance ont semé le chaos à peu près partout où il prétendait libérer les peuples en les faisant accéder aux droits de l’homme. » (François Fillon) – Le droit d’ingérence kouchnérien fondé sur les droits de l’homme BHéLien.

« Chevaleresque dans son principe, cette guerre est bourgeoise dans son exécution. Elle veut combiner l’exigence de secours et l’impératif de sécurité. Mariage non moins inefficace qu’inadmissible… » (Alain Finkielkraut – A propos de l’intervention au Kosovo) – Thème américain de la guerre avec zéro-mort, chez eux évidemment.

« Les entreprises bien-pensantes, les antiennes droit-de-l’hommistes et les droits d’ingérence humanitaires ne répètent-ils pas, mine de rien et avec d’irréprochables intentions, l’ancienne politique de la canonnière. » (Jean-Claude Guillebaud) – Irréprochables intentions, sûrement pas pour toutes ces associations et autres ONG.

« Médiatico-optimiste, le droit d’ingérence parie aussi sur la vérité médiatique et la toute- puissance de l’opinion. La communauté des téléspectateurs … Devrait pouvoir s’exercer dans tous les sens, du Sud vers le Nord, aussi bien que du Nord vers le Sud, de l’Est vers l’Ouest … Le droit d’ingérence est un droit que l’Occident entend s’accorder à lui-même. » (Jean-Claude Guillebaud) – Droit un peu trop visiblement au service de ses intérêts, malgré que ses résultats tournent le plus souvent à la catastrophe (Kosovo, Libye…). Inversement, imagine-t-on le Libéria venir secourir Vaulx-en-Velin en péril ou la Somalie se précipiter au secours du Bronx martyrisé ?

« La loi supranationale surdétermine puissamment la loi domestique … dont un fruit significatif est le ‘droit d’intervention’ … droit de police légitimé par des valeurs universelles … Un ordre mondial, une justice et un droit qui restent virtuels mais ne s’en appliquent pas moins à tous … Les pouvoirs d’intervention de l’Empire ne débutent pas avec ses armes de force létale, mais plutôt par ses instruments moraux … Intervention morale pratiquée par une grande variété de corps organisés incluant les nouveaux moyens de communication de masse et les organisations religieuses, les plus importantes pouvant bien être les fameuses ONG, qui sont censées agir sur la base d’impératifs éthiques ou moraux (rigolade générale) dénonçant publiquement les ‘pécheurs’, l’Ennemi ,et laissant au bras séculier le soin de traiter matériellement le problème (L’Inquisition de jadis et le bras séculier à son service) … L’intervention morale devenue force d’avant-garde de l’intervention impériale, premier acte préparant l’étape suivante de l’intervention militaire Interventions exceptionnelles même quand elles surviennent continuellement, prenant la forme d’actions de police parce qu’elles visent à maintenir un ordre interne … Toute guerre impériale est une guerre civile, une opération de police (la répartition des tâches entre armée, instrument extérieur du pouvoir, et police, instrument intérieur,  est de plus en plus vague). » (Michael Hardt et Antonio Negri – L’Empire) – Pour L’Empire, voir à la rubrique  Mondialisation. 500 ,2   

« ‘Soyez démocratiques ou je vous bombarde’ … Pourquoi s’acharne-t-on maintenant à vouloir implanter la démocratie jusque sur les terrains qui auraient paru  les moins adaptés hier à peine ? … Encadrer dans le sifflement des missiles des élections dont le résultat doit correspondre aux vœux des tuteurs étrangers de l’opération pour se voir qualifiés de démocratiques … La démocratie deviendrait ‘belligène’. » (Guy Hermet) – « Se rappeler l’historique de la brutalité de l’action des Etats-Unis … Jeune officier de la milice coloniale britannique, Georges Washington n’avait-il pas rasé des centaines de villages indiens des Appalaches, bien avant que le général Jackson n’acquière sa popularité en l’imitant un demi-siècle après plus à l’ouest ? » (même auteur – L’hiver de la démocratie) – Les populations civiles des villes allemandes, celles de Tokyo, d’Hiroshima et de Nagasaki, du Vietnam, de Serbie et  d’Irak ne font que suivre dans la liste des atrocités américaines.  

« Celui qui constate (ou qui invente, tels les Américains) un péril imminent … a le droit de procéder à des massacres réels ; c’est sa ‘conscience’ qui le pousse … L’Alliance atlantique doit avoir la possibilité d’intervenir, même sans l’accord du conseil de sécurité de l’ONU, chaque fois que ‘notre conscience’, ‘notre sensibilité humaine’ et le devoir de défendre la paix nous convainquent de la nécessité de ‘mettre un frein aux souffrances et aux massacres’. » (Karel Kosik – sur le droit ‘d’intervention préventive’)  – Conscience, sensibilité, devoir… et pourquoi pas aussi amour et gentillesse.

« Je proclamai je ne sais quel prétendu droit de civilisation comme un droit absolu d’attenter aux nationalités établies, sans en rendre compte ni à Dieu ni aux hommes, en sorte qu’il suffirait à un peuple de se croire plus civilisé que ses voisins pour leur déclarer la guerre et les balayer de leur place sur le globe. » (Lamartine – regrettant ses calamiteuses opérations extérieures) –  Ces regrets n’émanent pas d’un quelconque président américain ni d’un néo-con ni d’un Sarkozy obéissant à Bernard-Henri Lévy.

« Même si le gouvernement d’en face est exécrable, en l’absence de rébellion ouverte, l’opinion publique ne peut se montrer plus royaliste que le roi. A moins  de se mêler de politique à l’intérieur des frontières d’autrui… » (Walter Lippman) – Oui, mais la meute qui applique le sinistre devoir d’ingérence applaudie par les corrompus, les média et les amateurs de sang ne pense qu’à massacrer impunément. Faire semblant d’apporter la prétendue démocratie vaut bien des flots de sang. Serbie, Irak, Lybie…

« L’Occident a voulu importer au sein des pays musulmans, non la démocratie (comme il le prétend), mais un modèle civilisationnel … un cadre de pensée et d‘être. » (Sonia Mabrouk) – Son cadre de consommation, de corruption au moins morale et de prostitution généralisée. L’auteure est bien indulgente de parler de modèle civilisationnel.

« Nous ne voulons pas voir que des populations ne veulent pas vivre ensemble. Au nom de l’humanitarisme, nous sommes inhumains. » (Pierre Manent – simplifié) – L’humanitarisme est trop souvent l’alibi de l’impérialiste mondialiste.

 « Au nom de l’urgence humanitaire, n’importe qui est autorisé à faire n’importe quoi … Abandonnée à sa seule logique, l’exigence humanitaire signifie la guerre de tous contre tous. » (Pierre Manent) – Ce qui est bien pratique pour certains intérêts.

« Nous nous sommes engagés dans un mensonge moral de grande ampleur : nous avons menti … Au lieu de dire simplement que nous faisions la guerre … nous avons adopté une posture simplement morale, nous nous sommes placés au pinacle de toutes les vertus, nous menions simplement le pur combat de la justice et du droit … Symétriquement bien sûr, l’adversaire devait apparaître comme un pur et simple criminel, et comme ses crimes … bien réels ne suffisaient pas à notre bonne conscience, nous lui en imputâmes qu’il n’avait pas commis. » (Pierre Manent – sur l’odieux bombardement massif de la petite Serbie pendant soixante-dix-huit jours par les hordes déchaînées de l’Otan aux ordres de la bestialité américaine) – Serait-ce la première (et la dernière fois) fois que l’Occident se cacherait derrière une prétendue morale et mentirait systématiquement ?

« Nos Etats démocratiques … sont soucieux des droits de l’homme chez eux, mais aussi et parfois plus encore chez les autres, jusqu’à vouloir s’ingérer partout au nom du respect de l’humanité ; à condition toutefois que ce ne soit pas trop loin, que cela ne leur cause pas de pertes humaines, ne coûte pas trop cher et qu’on n’ait quand même pas trop l’air de rejouer la tragédie coloniale ; à condition que les apparences de la générosité soient sauves. » (Yves Michaud)

« Les conséquences négatives de la disparition des régimes autoritaires sont un effondrement des normes politiques admises ou tolérées, et une libération de la violence potentielle des individus soudain privés de leurs appartenances, de leurs localisations et de leurs obligations traditionnelles, parfois tout simplement de leurs routines. De là ces situations de guerre civile moléculaire… » (Yves Michaud) – Voir Irak, Libye… Voir l’immense stupidité des opérations dites d’ingérence des Occidentaux. Prime à qui trouvera plus bête et plus manipulé que le public occidental, amas de Gogos.  

« On parlait de ‘guerres justes’ (expression stupide de Bobos ou de cathos dits de progrès)  … Les départs la fleur au fusil ont encore un bel avenir … Le résultat fut un immense chaos après une victoire illusoire, des pertes humaines et des destructions énormes, la guerre contre l’envahisseur d’abord puis la guerre civile entre les populations … Effroyable gâchis humain, financier et infra-structurel … Ce n’est pas en écoutant les vaticinations des ‘people’, en faisant de la politique pour les seuls effets de la communication, en lisant des éditoriaux de journalistes qui eux-mêmes ont fait leurs enquêtes dans les dîners en ville que l’on définit une politique internationale. Pas plus en nommant des ambassadeurs sortis de l’ENA dont la seule langue vivante est le jargon administratif de leur caste et la seule culture celle du ‘who’s who’. » (Yves Michaud) – Pas plus en se couchant devant BHL et ses obscurs commanditaires.

 « C’est la folie des conquérants de vouloir donner à tous les peuples leurs lois et leurs coutumes. » (Montesquieu)

« Cet habitant du Tout-monde se mêle de ce qui ne le regarde pas … Sur le plan de la géopolitique, cette pathologie a un nom : on l’appelle ‘droit d’ingérence’, droit qui peut être exercé à n’importe quel moment … sous n’importe quel prétexte et n’importe quelle latitude. Il est la conséquence de l’unification des provinces (mondialisation), en même temps qu’il en accélère l’achèvement. » (Philippe Muray)

« Se mêler de ce qui ne vous regarde pas, attitude considérée pendant des siècles dans nos sociétés comme détestable, répugnante (attitude jadis pratiquée par ces êtres sordides qu’on appelait des ‘grenouilles de bénitier’ ou des ‘punaises de sacristie’), est devenu un comportement auquel personne ne trouve rien à redire, et même la plus respectée, ou au moins la plus crainte … Les nouveaux Tartuffes du droit d’intrusion mènent d’obscènes campagnes de boycott et font régner la terreur par le biais de leurs milices bien-pensantes … ‘La mission d’assainir la vie des autres’ … Homais festivus lutte, réclame, dénonce, manifeste, pétitionne, bombarde, contrôle, assainit et demande des lois. Et tout le monde l’applaudit. Pour lui  la morale commence par l’attention de tous à la vie de chacun. » (Philippe Muray – se prononçant là au plan intérieur, national) – Sur ce qui devient la tyrannie hystérique de la transparence tant vantée.

« 1.400 ans d’Islam ne nous ont pas déracinés de nos terres, ni de nos églises, alors que les politiques de l’Occident nous ont dispersés et éparpillés à travers le monde entier. » (patriarche de Babylone des Chaldéens) – visant à l’évidence les interventions directes et indirectes (blocus…) des Américains et de leurs laquais européens dont la France. Et, si ces politiques meurtrières avaient aussi pour but d’effacer toute trace de chrétienté ? Connaissant certains puissants lobbies férocement antichrétiens on ne peut écarter l’hypothèse.

« On en était arrivé, au nom du ‘droit d’ingérence’ à envisager une action guerrière. ‘On ne peut assister en spectateur à un tel massacre’ (Roland Dumas, ministre des affaires étrangères), TF1 appelant à la formation de brigades internationales pour ‘mourir à Bucarest’, le harcèlement hystérique de tous les médias en folie, ‘des mètres cubes de corps, des bennes à ordures transportant des cadavres, cadavres défigurés à l’acide, les chambres de torture, allions nous abandonner un peuple entier aux bouchers de la ‘Securitate’, charniers et génocides,  4.000 victimes rien qu’à Timisoara, 60, 70.000 tout partout en Roumanie, alors que simplement les caméras (et les commentateurs) s’abandonnaient à leurs pires penchants, à leur fascination morbide pour le scabreux, le sordide et le nauséeux’ (fantasmes d’un Occident dégénéré), alors que tout était faux, que ‘les quelques pauvres cadavres montrés étaient des morts déterrés du cimetière des pauvres, complaisamment offerts à la nécrophilie de la télévision’ (sans doute moyennant bakchich à de pauvres paysans), mensonges, imposture, mise en scène, délire assassin de journalistes sur place et de grands éditorialistes parisiens dont j’occulte les noms connus. » (tiré, en italiques  de Ignacio Ramonet – sur la gigantesque escroquerie médiatique lors de la révolution roumaine en décembre 1989 – La tyrannie de la communication) – Si le viol des spectateurs et lecteurs fût énorme et révélé un bon mois plus tard (en toute discrétion, là plus de tintamarre, et sans excuse de qui que ce soit) il n’y a aucune raison de penser qu’il fut, est et sera exceptionnel.

« Peut-il y avoir des bombardements ‘éthiques’ ? Peut-on parler de ‘guerre juste’ quand la disproportion militaire et technologique entre les adversaires est colossale ? Au nom de quelle morale la légitime protection des Kosovars doit-elle supposer la destruction des Serbes ? Quand le rapport militaire est tellement inégal, il est impropre de parler de ‘guerre’. C’est en réalité une punition … En Serbie comme en Irak. » (Ignacio Ramonet)

« Il faut les libérer malgré eux, quitte à ce qu’ils utilisent cette liberté pour s’aliéner à nouveau … Puisque, de toute façon, ils seront aliénés, il faut les aliéner à de meilleurs maîtres, des maîtres libres (nous). Reste bien sûr à savoir pourquoi le peuple ainsi chargé d’imposer aux autres sa liberté échappe lui-même seul à l’universelle préférence des peuples pour la servitude. » (Jacques Rancière) – Qui est ce peuple tout-puissant et mystérieux ?

« La souplesse du droit et  de l’administration permet une multitude d’opérations de répression et de contrôle, et la fin de la guerre  rend possible la duplication infinie d’opérations de police internationale …. La diplomatie des droits de l’homme et le droit d’intervention humanitaire sont dirigés contre les peuples plus que contre les oppresseurs et le ‘multiculturalisme’ dissimule mal la domination des oligarchies … le ‘droit d’ingérence’ ne servant qu’à légitimer les nouvelles ‘guerres  justes.’ … Les ONG, acteurs moralisants du système international, comme les ONG humanitaires, ’sociétés de charité et ordres mendiants de l’Empire’, qui sont ainsi parmi les ‘armes les plus puissamment pacifiques du nouvel ordre mondial. »  » (Philippe Raynaud – citant, reprenant, s’inspirant de Michael Hardt et Antonio Negri – L’empire)

« Les peuples n’aiment pas les missionnaires armés. » (Robespierre) – Songeait-il à ses armées révolutionnaires qui mettaient l’Europe à feu et à sang ?

« Le concept d’humanité est un instrument idéologique particulièrement utile aux expansions impérialistes, et sous sa forme éthique et humanitaire, il est un véhicule spécifique de l’impérialisme économique … ‘Qui dit humanité veut tromper’ (Joseph Proudhon) … Le fait de s’attribuer ce nom aussi sublime manifeste une prétention effrayante à faire refuser à l’ennemi sa qualité d’être humain et à le faire déclarer ‘hors la loi’ et ‘hors humanité’. » (Carl Schmitt)

« Il y a des décennies, le colonialisme européen a été déclaré coupable. Mais le devoir d’ingérence, par sa définition élastique, n’ouvre-t-il pas la voie à un autre colonialisme, au profit de la seule puissance mondiale restée en lice depuis la fin de l’URSS ? Les Etats-Unis, reconnaissait Raymond Aron (peu susceptible d’anti-américanisme) sont une puissance impériale. Leur credo idéologique, la morale universelle, les droits de l’homme, constitue un paravent respectable ; mais il dissimule le fait que leurs interventions extérieures s’effectuent en réalité quand leurs intérêts sont en jeu. Il y a de bonnes et de mauvaises causes. » (Jean Sévillia) – Si on prend les exemples récents, Balkans, Moyen-Orient, il est évident que ce prétendu droit ne sert qu’à couvrir les intérêts américains, d’autant plus facilement que le monde médiatique censé informer est à leur botte pour mentir. D’ailleurs le dit droit a été inventé par des laquais notoires des Etats-Unis, Français notamment. 

« Négliger entièrement les lois qui concernent les mœurs, les sentiments, expose la république à des désordres monstrueux ; et, en les portant trop loin, on détruit peu à peu toute liberté, toute justice. » (Adam Smith – Traité des sentiments moraux) – L’ingérence commence chez soi, avant d’aller perturber le voisin. Recommandation à l’Etat de ne pas se mêler de ce qui ne le regarde pas. Mais alors, impossibilité pour lui de s’emparer de la société civile, d’asservir les esprits !

« Ce que les élites mondialisées appellent ‘démocratie’, c’est le couple de l’économie de marché sans entraves et des droits de l’homme, dont la défense permet de justifier toute ingérence dans les affaires intérieures d’un Etat qui résiste aux impératifs de la mondialisation, c’est-à-dire aux intérêts de la nouvelle classe des riches transnationaux ou aux intérêts de la superpuissance américaine. » (Pierre-André Taguieff) – Il n’y a que les midinettes de la bourgeoisie et les vieux soixante-huitards pourrissants pour croire un instant aux motifs allégués.

« ‘La guerre juste’ dont le spectacle réjouit tant le spectateur occidental … Des opérations punitives sont organisées pour ‘démocratiser’ telle ou telle partie récalcitrante du monde … Purification par les bombes … Sous direction américaine, les armées occidentales multiplient les interventions militaro-humanitaires pour forcer d’infréquentables représentants locaux de ‘la Barbarie’ à respecter les droits de l’homme et à s’engager pacifiquement dans la ‘transition démocratique’» (Pierre-André Taguieff – sur les opérations de police internationales, Serbie hier, Ukraine aujourd’hui)

 « A maintes reprises … on a affirmé qu’une société instrumentale (accordant la priorité aux résultats) traduisant un mode d’existence commercial, capitaliste, et finalement bureaucratique,  occultant les significations les plus profondes, tend à vider l’existence de sa richesse, de sa profondeur ou de son sens. Il ne reste plus de place pour l’héroïsme, pour les vertus … Mais des normes élevées nécessitent des sources morales fortes … Disposons-nous toujours des moyens de voir que ‘cela est bon’ ? … L’obligation de bienveillance peut mener au sentiment d’être indigne qui peut conduire à projeter le mal hors de soi, sur une personne ou un groupe (bouc émissaire) … L’absence de sens qui accompagne fréquemment un  sentiment de culpabilité peut conduire à l’adhésion à une idéologie fortement polarisée pour donner un sens à sa vie et retrouver un sentiment de pureté fondé sur l’opposition aux puissances des ténèbres (‘Les Démons’ de Dostoïevski) … Les aspirations et les idéaux spirituels les plus élevés menacent d’imposer à l’humanité les fardeaux les plus écrasants. Les grandes visions spirituelles de l’histoire humaine ont aussi été des coupes empoisonnées (jusqu’au marxisme récemment) … Si les idéaux les plus élevées sont aussi les plus destructeurs, alors la voie la plus prudente est peut-être la plus sûre. (Charles Taylor) – On pourrait aussi évoquer l’imposition brutale de la démocratie à certains pays si ce noble idéal ne dissimulait pas parfois quelques intérêts plus concrets. – Le Grand Inquisiteur de Dostoïevski était moins dangereux que certains personnages des Démons.

« L’usage du terme ‘droit’ dans cette expression est des plus singuliers : d’où pourrait venir ce droit que je m’octroie à moi-même pour régler les affaires d’autrui, alors qu’il n’y a jamais consenti ? » (Tzvetan Todorov)

« Un effort de compréhension historique et sociologique devrait néanmoins accompagner les interventions militaires… » (Emmanuel Todd) – D’où viendrait celui-ci chez des dirigeants incultes, aveugles et obsédés par leur popularité, dans une opinion publique aussi inculte et de plus asservie par des média pourris ?

« L’innovation de la supériorité des ‘valeurs universelles’ … confèrerait la qualité … d’une guerre sainte laïque, dont l’intégrisme du devoir d’ingérence représenterait l’occasion. » (Paul Virilio)

« L’étrange inversion des victimes d’un conflit déclenché au nom des ‘droits de l’homme’, où les pertes sont majoritairement civiles, les militaires des deux camps apparaissant comme une espèce protégée. » (Paul Virilio)

« Au Kosovo (1999), nous avons assisté à un ‘putsch mondialiste’ … A une prise de pouvoir par un groupe armé anational (l’OTAN) … légitimé, après le stratagème humanitaire quelque peu éventé, par le jugement pour l’exemple d’un chef d’Etat encore en exercice, sorte de ‘fatwa’ à l’occidentale présentant le double avantage de convaincre l’opinion du bon droit de l’intervention militaire alliée et de servir d’avertissement salutaire à tout chef de gouvernement qui… » (Paul Virilio) – à tout dirigeant qui ne se coucherait pas. Les dirigeants français, de n’importe quel bord, n’ont rien à craindre, ils ne sont pas couchés mais vautrés.

« A chaque fois qu’on a renversé un tyran, un monstre, un diable, on a eu pire. Mais cela ne nous empêche pas de poursuivre notre noble tâche … Chapeau, Bush ! Chapeau BHL et Sarkozy : Chapeau à tous les droits- de-l’hommiste bottés. » (Eric Zemmour)

« Les droits de l’homme ne fondent le statut du citoyen que dans la société occidentiste. La proclamation de leur caractère inné et inaliénable est une arme idéologique de l’Occident dans la lutte pour l’hégémonie mondiale et un prétexte d’ingérence dans la vie des autres peuples. » (Alexandre Zinoviev)

« Si loin de Dieu et si près des Etats-Unis. » (déploration mexicaine)

« On part avec les droits de l’homme et on finit par le marché aux esclaves. Certains ont beau l’emballer de rhétorique humaniste ou révolutionnaire l’impérialisme reste l’impérialisme. On peut multiplier à foison les variantes du cache-misère idéologique, le prétendu droit d’ingérence n’est que le droit qu’on s’arroge à écraser le voisin. C’est le droit du plus fort revu et corrigé par ‘BHL’. » (?)

Ci-dessous, extraits, remaniés, de l’ouvrage de Stanko Cerovic, Dans les griffes des humanistes, sur l’agression honteuse et barbare de l’OTAN contre la Serbie dans les années 1990.  L’auteur donne de nombreux exemples et preuves, que je n’ai pas repris, car j’y serais encore.

« L’alliance militaire regroupant tous les pays développés du monde mettait en branle sa machine de guerre, propre et sadique … opposant les dix-neuf pays les plus riches du monde à des villages balkaniques … Les commentateurs expliquent le caractère démoniaque de la société et des hommes contre lesquels l’OTAN doit intervenir … Il lui faut se créer un ennemi digne d’elle  … du jour au lendemain, la Yougoslavie devient la source d’un mal affreux … Il fallait donner une légitimité à la guerre de l’OTAN, en salissant l’adversaire (spécialité anglo-saxonne) grâce à l’aide des organisations humanitaires arguant de massacres construits de toutes pièces, ressortant des photos de cadavres inidentifiables (quelle carrière posthume !), le mensonge humanitaire, ‘suivons les lois du cœur sans nous soucier du droit’ … la ‘transe humanitaire’ de l’Occident et la première guerre ‘morale’ de l’histoire … L’emphase des ’humanitaires’ et des médias, menteurs lâches au service de la propagande : ‘On n’a jamais vu ça’, ‘Cela dépasse l’imagination’, ‘horrible’, insupportable’, ‘bouleversant’ et ‘bidonnages’ médiatiques comme d’habitude … La vérité appartient forcément aux institutions démocratiques et aux journaux réputés … La nécessité de susciter le sentiment du danger en Europe afin de sauver l’OTAN ( qui ne se justifiait plus depuis la fin de la guerre froide et qui est devenu le principal moyen de gouverner le monde) et la prééminence américaine constitue le fil conducteur … fournir aux deux une nouvelle raison d’être … avec la soumission des gouvernements européens … La phase 2, plan délibéré de l’OTAN, consista à passer aux objectifs civils, l’OTAN n’a pas gagné une guerre contre une armée, mais contre des civils, privés d’électricité, privés d’eau,  en les bombardant (ces missions sur les civils étant confiées aux seuls pilotes américains, pourquoi ?) … La situation au Kosovo a empiré (crimes, épuration ethnique) depuis que l’OTAN l’a ‘libéré’ … La morale était entrée dans l’histoire et l’Occident, Amérique en tête, s’était transformé en un oasis de sentimentalité et de générosité … On évoqua Munich ! l’antifascisme obligatoire, Clinton se compara à Churchill et, bien sûr, Milosevic devint un nouvel Hitler, Civilisation contre barbarie (le cliché préféré) … Vingt mille tonnes de bombes et rien dans les médias sur les destructions opérées (sur les morts et les mutilés encore moins) … L’OTAN quasi organisation humanitaire … Aucun bilan des frappes, pas de bombardements, pas de victimes … L’inculpation par le TPI, cette farce de tribunal prétendument indépendant, des dirigeants serbes, visait deux buts, empêcher une solution de compromis et renforcer le soutien de l’opinion publique qui commençait à faiblir … On faisait la guerre au crime, au nom du ‘progrès et du droit’, ainsi que des principes moraux (rigolade générale, mais forcément discrète) … Cette inculpation préparait le terrain pour la guerre totale qu’on allait mener contre les civils et légitimait l’intervention de l’OTAN. »

Ce contenu a été publié dans 440, 1 - COL - Ingérence (droit ou devoir ?)  , avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.