405,4 – Homme

– Cet incongru.

– Peuplade d’agresseurs sexuels.

– Personnage chargé d’occuper et de distraire les femmes. Doit être toujours disponible dans cet emploi du plus haut intérêt. Sinon, il y a peu à dire sur ces êtres bizarres dont on envisage de classer comme espèce protégée les quelques survivants prévisibles à court terme.

– Quand l’attrait fait défaut aux hommes (on comprendra), qu’attendent-elles d’eux ? : solidité, placidité, acceptation de leurs initiatives comme de leur autoritarisme généralement survenant alors, naturellement capacités financières (suppléant aux capacités physiques déclinantes), apport des nouvelles du monde (mais uniquement des réjouissantes portant à l’optimisme béat), se charger des démarches fastidieuses, fournir des avis qu’on ne suivra pas, disponibilité sans faille, efficacité pour solutionner les appels au secours du type ça ne marche pas (soit brancher la prise, ouvrir le robinet, mettre sur on…)

– Cependant, il serait catastrophique pour l’espèce, pour ce qui reste de civilisation ainsi que pour les relations entre les deux sexes que ces miraculés oublient que l’initiative leur appartient – ou qu’on les en prive dans l’ivresse de la revanche et au nom de quelque absurde mélange de genre.

– Suivant la remarquable définition donnée par la sculpturale Jane Mansfield, l’être masculin serait essentiellement constitué « de deux pieds et de huit  mains.

-On pourra voir aussi les extraits de Considérations sur la virilité, son origine… tirés d’un ouvrage d’Olivia Gazalé, Le mythe de la virilité, un piège pour les deux sexes ; ainsi que les extraits de l’ouvrage d’Elisabeth Badinter, XY, de l’identité masculine. Les deux à la rubrique Homme, Femme 405,1  

 ——————————————————————————————————————————-

« Les quatre impératifs de la masculinité suivant deux universitaires américains : – ‘No Sissy stuff’ ; rien d’efféminé – ‘The big wheel’ ; une huile, une personne importante – ‘The sturdy oak’ ; un chêne solide, indépendance, impassibilité (le poème ‘If’ de Kipling : ‘Si tu peux … tu seras un homme, mon fils’) – Give’em Hell ; Allez au diable, être le plus fort, audace, agressivité. » (Elisabeth Badinter)

« La virilité est perçue comme inutile quand elle n’est pas jugée pernicieuse … la tendance lourde est à un déclassement social du masculin au profit des femmes … ‘L’Occident a perdu foi dans la masculinité’. » (Eugénie Bastié – citant Jordan Peterson)

« Dans le monde totalitaire du ‘mariage pour tous’ qui ne comble que les gonzesses des deux sexes, il faut apprendre aux jeunes garçons à rester des hommes … une dose modérée mais substantielle de virilité défensive est indispensable à la survie de l’espèce mâle. » (Cyril Bennasar)

« Dans leurs relations avec les femmes, ils n’ont guère leur mot à dire ; admettant l’injustice de l’ordre ancien dont ils étaient responsables, ils sont bien incapables de modifier la direction de l’énorme machine de guerre que les femmes ont mise en marche et ils attendent patiemment qu’on leur dise ce qu’il faut faire, essayant de s’adapter, mais prêts à tout moment à s’éloigner et à reprendre leur mise… La situation n’est pas nette. » (Allan Bloom)

« Nous souffrions, il y  a encore peu, des obligations exorbitantes attachées à la condition masculine (honneur, courage, dureté…). Nous souffrons aujourd’hui du devoir de jouissance génitale, de la contrainte d’efficacité… » (Pascal Bruckner, Alain Finkielkraut – Le nouveau désordre amoureux)

« Jamais définitivement acquise, la virilité est fonction du prestige de l’individu mâle par rapport aux autres individus mâles, l’homme est constamment obligé de prouver qu’il est ‘un homme’ (Nancy Huston) – «  Prenez le cas d’un homme qui a peu de ressources et un statut social médiocre, et qui, du coup est sans intérêt pour les femmes, il est engagé dans une impasse sur le plan reproductif … La violence devient un moyen très tentant pour améliorer ses perspectives, il adopte un comportement de prise de risque … Voilà pourquoi … les guerriers, aventuriers, explorateurs viennent si souvent des hommes ayant peu de stratégies alternatives pour se procurer les avantages du statut et de ses ressources. Et voilà pourquoi les hommes tout en bas de l’échelle reproductive recourent plus souvent à la violence. » (David Buss – cité par Nancy Huston)

« On serait trop malheureux, si auprès des femmes on se souvenait le moins du monde de ce qu’on sait par cœur. » (Chamfort)

« Que les femmes ne se plaignent point des hommes ; ils ne sont que ce qu’elles les ont faits. » (Charles Pinot-Duclos)

« La réorganisation de l’image virile … Les difficultés de la figure masculine … Julio Iglesias chante  une souffrance typiquement masculine et peu visible, qui a du mal à s’exprimer parce que les hommes ne font pas partie, à la différence des enfants et des femmes, des catégories que le sens commun pense devoir protéger … Mari ou concubin, père, tuteur ou beau-père, patron, supérieur hiérarchique ou enseignant, ils sont confrontés à l’invention de normes masculines où le maintien de la virilité doit se démarquer de la domination sur le plus faible. » (Alain Ehrenberg)

« Qui reconnaît qu’un homme est un homme, sinon le désir féminin ? » (Eugène Enriquez)

« Les hommes forment le  ‘sexe silencieux’ et le ‘sexe suicidaire’. » (Warren Farrell – The myth of the male power) – Silencieux surtout depuis qu’ils sont la cible de l’hystérie féministe et de l’appétit de lucre qui l’accompagne. Suicidaire depuis le carnage des forces masculines au long de l’histoire (boucheries mondiales).

« Il n’y a qu’un décolleté pour pousser un homme à rechercher la profondeur chez une femme. » (Zsa Zsa Gabor)

« Les traits ‘masculins’ qui garantissaient autre fois la survie garantissent désormais, sauf à les contrebalancer par des traits ‘féminins’, la destruction. La virilité que les femmes vénéraient autrefois pour la protection qu’elle leur  apportait se voit désormais de plus en plus condamnée au motif qu’elle les met en danger. » (Mark Gerzon)

« Le mâle est un accident ; la femelle aurait suffi. » (Rémy de Gourmont)

« Si un homme sur mille est un meneur d’hommes, les neuf cent quatre vingt dix neuf autres sont des suiveurs de femmes. » (Sacha Guitry)

« En amour, la beauté, pour un homme, au mieux cela fait gagner quinze jours. » (Sacha Guitry)  – Du temps où on prenait son temps et où on comptait large

« Absence d’étude systématique de l’âge d’homme et de la masculinité proprement dite dans les travaux historiques, sociologiques, anthropologiques. On parle de l’enfance, de l’adolescence, de la vieillesse, mais pas de l’âge d’homme, de la maturité active, de celui qui est censé exercer charges, responsabilités, pouvoir … L’âge d’homme, c’est le trou noir … Il va tellement de soi que c’est le référent ultime qu’il est inutile d’en parler. » (Françoise Héritier)

« On peut imaginer qu’à des époques antérieures, où les ours étaient nombreux, la virilité ait pu jouer un rôle spécifique et irremplaçable ; aujourd’hui, on s’interroge. » (Michel Houellebecq – à propos de l’introduction d’ours dans les Pyrénées) – Les féministes forcenées ne s’interrogent même plus.

« Son regard est plein d’amour, mais aussi d’indulgence et de tristesse parce qu’elle a déjà probablement compris que je vais la trahir, et que l’histoire va se terminer … Sur le quai …  mise à pleurer, pas vraiment à pleurer, quelques larmes ont coulé, elle me regardait … jusqu’au départ du train son regard ne m’a pas quitté une seule seconde … d’autres larmes se sont mises à couler, et je n’ai pas bougé, je n’ai pas sauté sur le quai, j’ai attendu que les portes se referment … Pour cela je mérite… » (Michel Houellebecq) – Infinie tristesse.

« L’homme a tort d’oublier que la femme est son ennemie héréditaire. C’est un oubli qui ne pardonne pas. » (Henri Jeanson)

« Si tu peux être fort sans cesser d’être tendre. » (Rudyard Kipling) 

« Ne sachant plus que faire des hommes ou plus exactement de la virilité qu’ils incarnaient, nous nous voyons forcés d’en faire des femmes … A défaut de les éliminer, on les convertit aux dispositions, aux qualités qu’hier encore, on qualifiait de féminines et tenait pour attachées à la femme en son essence. » (Bérénice Levet)

« En attendant que les hommes deviennent des femmes comme les autres … l’objectif, ou au minimum l’agenda inconscient, du féminisme policier et plaintif qui est, avec l’écologie, une des deux religions obligatoires de l’époque, n’est pas de faire advenir un monde plus juste et égalitaire, mais d’en finir avec le désir masculin. Si la masculinité est toxique, il est logique de la supprimer … On ne saurait mieux dire que l’homme sexué est une espèce vouée à la disparition. » (Elisabeth Lévy)

« Don Juan est bien mort ; une nouvelle figure, beaucoup plus inquiétante, s’est levée. Narcisse, subjugué par lui-même dans sa capsule de verre. » (Gilles Lipovetsky)

« L’homme est une créature dotée de deux pieds et de huit mains. » (la belle Jane Mansfield)

« Au-dessus d’un million de dollars, il n’y a plus d’homme laid. » (Marylin Monroé)

« A quoi bon des hommes si les femmes ont toujours raison ? » (Paul-François Paoli)

« La tyrannie de la faiblesse, la féminisation du monde ou l’éclipse du guerrier … La virilité n’est plus une valeur en Occident. » (Paul-François Paoli) – C’est même devenue une tare.

« Il n’est pas exclu que l’Islam apparaisse, à terme et en Europe même, comme une sorte de recours anthropologique pour une masculinité déstabilisée. » (Paul-François Paoli) – C’est évident, le processus commence. Mais chut, nos féministes et leurs laquais médiatiques hurleraient et essayeraient, faute de mieux, d’obtenir du fric, pour l’honneur évidemment !

« L’Occident a perdu la foi dans la masculinité.. » (Jordan Peterson) – « ‘Ces hommes qui cherchent sans cesse l’approbation des femmes’ … ’Déclassement généralisé du mâle … ceux qui se perçoivent comme une nouvelle minorité politique … Féminisme trop excessif qui voit dans le ‘mâle’ blanc l’ennemi à abattre » (Eugénie Bastié) – Le massacre de l’avenir de nos filles (confrontées à des minables) par leurs arrogantes ascendantes.

« La seule chose virile qui fût chez lui il ne la pouvait exhiber pour des raisons de décence. » (Pétrone)

Quatre dimensions de la virilité, les quatre A, suivant monseigneur Dominique Rey : « l’admiration, l’autorité, l’audace et l’autonomie. »

« Gros con pitoyable dont on a dit depuis trente ans tout le mal possible, mais aussi : mâle pudique à l’ancienne qui respectait sa mère, protégeait sa femme et se sentait responsable de ses enfants, soit le contraire de la demi-fiotte actuelle, si fragile et toujours à sa propre écoute, dont les femmes avouent avoir de plus en plus de mal à se satisfaire. » (Alain Soral)

Ce contenu a été publié dans 405, 4 - Homme , avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.