705,4 – Avenir, Futur

– Jusqu’à peu les lendemains étaient censés chanter. Cette belle croyance s’effrite depuis quelque temps. Mais on lapidera toujours les prophètes de malheur comme on encensera les  illusionnistes promettant le bonheur, qui ne peut arriver que grâce au miracle moderne qui se cache sous le mot changement.

– Une seule certitude : il n’y en aura pas assez pour tout le monde. De quoi ? De tout : ressources fossiles, alimentation, espace, eau, air… De là, suivant ses préférences personnelles, son degré d’intoxication et ses connaissances historiques, on peut déduire soit la lutte de tous contre tous soit la concorde dans l’entraide universelle.

 ——————————————————————————————————————————-

« Il y a l’avenir qui se fait et l’avenir que l’on fait. L’avenir réel se compose des deux. » (Alain)

« IL ne faut pas faire de projets, surtout en ce qui concerne l’avenir. » (Alphonse Allais)

« Ne remettez pas à demain, ce que vous pouvez faire après-demain. » (Alphonse Allais)

« J’aime beaucoup l’avenir, car c’est là que je compte passer mes prochaines années. » (Woody Allen)

« Nous sommes passés de l’idée eschatologique d’un futur indépendant de nous, extérieur à toute entreprise humaine, à celle d’un futur domestiqué et maîtrisé puis à un futur dont nous reconnaissons l’opacité. » (Myriam Revault d’Allonnes)

« La natalité n’est pas un fait : c’est une nouvelle puissance de signifier capable de s’investir dans le monde … Elle est faculté des commencements, capacité des hommes à innover, à introduire dans le monde de l’inédit et de l’imprévisible … Un commencement ne détermine pas l’avenir comme une cause détermine ses effets : il ouvre une situation dont le dénouement est indéterminé. » (Myriam Revault d’Allonnes – sur les commencements, bien plus que sur la natalité humaine) 

« L’avenir, c’est ce qui dépasse la main tendue. » (Louis Aragon)

« Dés qu’on tourne l’esprit vers le futur, on ne se préoccupe plus ‘d’objets’ mais de ‘projets’. » (Hannah Arendt)

« Avec chaque naissance nouvelle, c’est un nouveau début qui est advenu dans le monde, c’est un nouveau monde qui est virtuellement venu à l’être. » (Hannah Arendt)

« L’événement prend sens pour celui qui a un projet, une représentation de son futur. L’hypermodernité, en développant l’incertitude et en multipliant les événements, met ainsi le futur à l’ordre du jour quotidien. » (François Ascher) – Stress, épuisement, dépression…

« Ne t’écarte pas des futurs possibles avant d’être certain que tu n’as rien à apprendre d’eux. » (Richard Bach)

« L’avenir, lui, se trouve généralement concentré dans la ‘semaine prochaine’ : tel dîner, tel vernissage, telle fête… » (Frigide Barjot) – De nos jours.

« Est-ce qu’une chose minutieusement programmée a encore une chance de se produire ? » (Jean Baudrillard)

« Cette nouvelle perception du futur qui a soudain changé de signe, passant presque sans transition du positif au négatif, de pure promesse à pure menace. » (Miguel Benasayag, Florence Aubenas) – Voir ce qu’on commence à appeler l’éco-anxiété

« Nous sommes la société qui a peur du futur, et une telle société est plongée … dans l’insécurité … L’homme occidental, l’homme de la maîtrise de soi, n’a plus confiance en lui. La peur du futur a suivi l’optimisme moderne exagéré. » (Miguel Benasayag)

« La technique a créé un front horizontal d’une telle puissance qu’il a balayé toute longue durée et imposé un maintenant permanent qui escamote le présent … Cette projection incessante vers l’avenir tourne au délire. » (Miguel Benasayag)

« L’idée de l’avenir est plus féconde que l’avenir lui-même. » (Henri Bergson)

« L’avenir n’est pas ce qui va arriver mais ce que nous allons faire. » (Henri Bergson)

« On ne subit pas l’avenir, on le fait. » (Georges Bernanos)

« Si notre espèce doit périr, elle périra de dégoût et d’ennui. » (Georges Bernanos)

« L’avenir ne se prévoit pas, il se prépare. » (Maurice Blondel) 

« Le peu d’avenir que contient le temps où nous sommes. » (Baudouin de Bodinat)

« La seule image du futur dont nous disposions encore est celle d’une société de communication hyper-technologique faite de nouveaux média et d’autoroutes de la communication … Il s’agit d’un enthousiasme par défaut. Notre société est … presque complètement privée de représentation de son futur. Or, une société qui n’a pas d’avenir à se mettre sous la dent ne peut que se dévorer elle-même. Le processus a, hélas, sans doute déjà commencé. » (Philippe Breton) – On comprend la fascination qu’exerce la perspective de la fin du monde !

« Rien de plus triste que l’avenir quand il ressemble à ce que nous avions imaginé. » (Pascal Bruckner)

« L’idée de progrès supplante celle d’éternité, le futur devient le refuge de l’espoir, le lieu de la réconciliation de l’homme avec lui-même. » (Pascal Bruckner)

 « Nietzsche a bien vu que l’humanitarisme n’était qu’un christianisme privé de justification supérieure, qui conservait les causes finales en rejetant la cause première … Dans sa théorie de la surhumanité, comme Marx avant lui avec la société sans classes, tous deux remplacent l’au-delà par le plus tard … A l’esclave, à ceux dont le présent est misérable et qui n’ont point de consolation dans le ciel, on assure que le futur, au moins est à eux. L’avenir est la seule sorte de propriété que les maîtres concèdent de bon gré aux esclaves. » (Albert Camus)

« L’animal possède une imagination et une intelligence pratiques, tandis que l’homme seul a développé une fore nouvelle : une imagination et une intelligence symbolique … Nous vivons beaucoup plus tournés vers le futur … que dans les souvenirs ou l’expérience du moment …. Avec un élément d’incertitude étranger à toute autre créature … Il semble que l’homme serait plus sage et plus heureux s’il se délivrait de cette idée extravagante, du mirage du futur … La religion exhorte l’homme à ne pas se préoccuper du jour qui vient ; la sagesse humaine l’incite à jouir du moment présent … Mais l’homme n’a jamais pu suivre ce conseil. » (Ernst Cassirer)

« Nous sommes entrés dans un temps où toute réflexion qui porte sur l’avenir est désormais impossible parce que la mutation est telle que notre appareil conceptuel et nos systèmes de références sont incapables de fonctionner et de prévoir. La novation sera si absolue, la coupure avec le passé si profonde qu’un pont ne saura être jeté entre ce qui fut et ce qui sera. » (Jean Cau)

« Invoquer la postérité c’est faire un discours aux asticots. » (Louis-Ferdinand Céline)

« N’oubliez pas que je suis vieux. Je pourrais me payer le luxe de m’en foutre, moi, de l’avenir. » (Louis-Ferdinand Céline)

« Ne pas faire confiance à l’avenir ; il ne le mérite pas. » (André Chamson)

« Comment vivre sans inconnu devant soi ? » (René Char)

« L’avenir qui se moque de ses dévots. » (Jacques Chardonne)

« Il ne faut pas imaginer l’avenir en tirant du présent des lignes droites ; l’avenir est fait pour l’amusement des dieux et la dérision des hommes. » (Jacques Chardonne)

« On ne redoute l’avenir que lorsqu’on n’est pas sûr de pouvoir se tuer au moment voulu. » (Emil Cioran)

« Si Noé avait eu le don de lire l’avenir, il n’est point douteux qu’il se fût sabordé. » (Emil Cioran)

« Le Devenir, fétiche de tous les novateurs, du simple rouspéteur à l’anarchiste. » (Emil Cioran)

« L’avenir n’appartient à personne. Il n’y a pas de précurseurs, il n’existe que des retardataires. » (Jean Cocteau)

« Pour voir loin il faut y regarder de près. » (Pierre Dac)

« Le temps est une promesse, non un destin. » (Chantal Delsol)

« L’avenir ne peut s’anticiper que sous la forme du danger absolu. Il est ce qui rompt absolument avec la normalité constituée et ne peut donc s’annoncer, se présenter, que sous l’espèce de la monstruosité. » (Jacques Derrida)

“L’utilisation du futur dans nos paroles et écrits me paraît contestable, à la fois douteux et suspect. Douteux parce que personne ne peut prévoir l’avenir à coup sûr. Suspect parce que personne ne doit le prédire. Mieux vaut envisager le futur au conditionnel. Le futur est surtout délétère quand il nous transforme en augure : ‘Leur couple ne tiendra pas’, ‘Il ne s’en sortira jamais !’ » (Tugdual Derville)

« La postérité pour le philosophe, c’est l’autre monde de l’homme religieux. » (Diderot)

« Le respect enthousiaste du mot avenir et de tout ce qu’il cache est à ranger parmi les plus naïves idéologies du XIX° siècle. » (Georges Duhamel – cité par Pierre-André Taguieff) – Vrai jadis, maintenant, ce respect s’est changé en sainte trouille.

« L’avenir, tu n’as pas à le prévoir mais à le permettre. » (Saint-Exupéry)

« L’avenir est un lieu commode pour y mettre des songes. » (Anatole France)

« L’avenir est au temps ce que l’infini est à l’espace. » (Marcel Gauchet)

« Le sentiment postmoderne d’un devenir en forme de chaos événementiel sans liens ni ligne. » (Marcel Gauchet)

« Jamais pareille puissance de changement n’a été à l’œuvre. Jamais la conscience et la conduite des acteurs n’ont été guidées à ce point par le souci du futur. » (Marcel Gauchet)

« Pour les futurologues de toute espèce (les fameux experts !), l’avenir n’est qu’une extrapolation du présent et mérite, à ce titre, d’être enfermé dans ses contraintes fixées d’avance. » (Paul Goodman – interprété par Bernard Vincent)

« L’avenir que l’attente nous fait imaginer obsède tellement notre représentation qu’il éclipse toute la réalité du présent … Devenu présent, il a aussitôt perdu toute l’intensité dont nous l’avions investi … distingué par notre attente tant qu’il était à venir, il lui a suffi de devenir présent pour rentrer dans le rang. » (Nicolas Grimaldi)

« Décrits par tous les moralistes, attestés par tous les mémorialistes et tous les chroniqueurs, l’inconstance des hommes, la fortuité des événements, l’imprévisible destin aussi bien des civilisations que des individus, et des empires qe des nations, tout concourt à manifester le caractère éléatoire du devenir. » (Nicolas Grimaldi)

 « L’évanouissement progressif de l’avenir, l’écroulement silencieux de nos représentations du lendemain … L’effacement de l’avenir correspond à un durcissement du présent … Le conflit est d’autant plus âpre que l’arène est close. » (Jean-Claude Guillebaud)

« L’avenir est sur les genoux des dieux. » (Homère) – imprévisibilité ?

« De multiples manières, nous hypothéquons socialement le temps futur et nous exerçons sur les générations à venir une véritable expropriation temporelle … Nous vivons aux dépens du futur dans une complète irresponsabilité face à lui …  Les périodes électorales structurent le rythme de la démocratie représentative … On concourt pour obtenir l’approbation de ceux qui votent ici et maintenant, non de ceux … qui le feront dans le futur … Il n’existe aucun lobby pour articuler les intérêts des absents, les intérêts futurs … On cherche des solutions qui déchargent le présent et surchargent le futur (politique budgétaire, sociale, environnementale…). » (Daniel Innerarity)

 « La coalition des vivants … Une complicité au sein du ‘nous’ s’établit au détriment d’un tiers : du ‘dehors’ dans le cas de l’impérialisme spatial, de ‘l’après’ dans le cas de l’impérialisme temporel, d’un ‘après’ qui assumera les coûts de notre préférence … Les révolutionnaires dénonçaient la continuité de la tradition, nous questionnons aujourd’hui notre manière de faire main basse sur le futur … est-il moralement acceptable de transmettre aux générations futures les déchets nucléaires, un environnement dégradé, une dette publique considérable ou un régime de retraites indéfendable ? » (Daniel Innerarity)

« Le futur paraît une affaire exclusivement individuelle. Il s’est produit ce que Klaus Offe nomme une ‘privatisation de l’utopie’. Le futur se privatise, se pluralise, et se fragmente. » (Daniel Innerarity)

« L’éternel retour est censé nous soustraire au néant et à la fugacité du devenir. » (Vladimir Jankélévitch)

« Le futur projette son ombre dans le présent insouciant. » (Vladimir Jankélévitch)

« On a beau dire que l’avenir est inconnu ; le fait est que nous le traitons comme connu sous bien des aspects, sans quoi nous ne pourrions former aucun projet, aussi simple soit-il, comme celui d’assister à un congrès. » (Bertrand de Jouvenel)

« Pour un personnage donné, qui est à la fois sujet connaissant et sujet agissant, le futur se divise en futur ‘dominant’ et futur ‘dominable’. Futur dominable, celui qu’il m’appartient de rendre autre qu’il ne m’apparaît à présent. Futur dominant, tout au moins au niveau du personnage, non forcément dominant pour un agent plus puissant, d’un autre étage. » (Bertrand de Jouvenel)

« La source de la peur est dans l’avenir. Qui est libéré de l’avenir n’a plus rien à craindre. » (Milan Kundera)

« Le flirt avec l’avenir est le pire des conformismes. La lâche flatterie du plus fort, car l’avenir est toujours plus fort que le présent. C’est bien lui en effet qui nous jugera, et certainement sans aucune compétence. » (Milan Kundera)

« Faire des projets c’est prendre l’avenir en otage. » (Grégoire Lacroix)

« Les animaux, comme les hommes, sont capables de connaître l’origine des choses. En revanche, la mesure des effets de l’action, et donc la prise en compte de l’avenir, est bien le propre de l’homme. » (Zaki Laïdi)

 « Il faudra attendre la Renaissance et la découverte de la perspective pour que l’avenir prenne progressivement un contenu humain. Cette découverte d’une technique architecturale deviendra ainsi une forme symbolique dans laquelle s’engouffreront les idées décisives de profondeur, de projet ou d’attente … La conception devient ainsi un préalable à la réalisation, le projet une condition de la construction … Idée d’affranchissement de l’espace et d’ouverture sur l’infini … La perspective est clairement une des modalités d’élargissement du monde … En affranchissant la pensée des contraintes réelles et symboliques de l’espace, elle a permis à l’homme de voir et de penser ‘plus large’, d’étendre son regard, de se projeter … L’enjeu n’est plus de comprendre où l’on se trouve, mais vers où l’on se dirige … Relation entre projet, perspective et intentionnalité … Le projet tend à la visée et à l’action là où le tableau tendait à la description et à la situation … Le projet exprimera ce souci d’étouffer l’inquiétude par l’espérance … il deviendra la structure élémentaire de toute action. » (Zaki Laïdi)

« L’avenir prend racine dans la mémoire. » (Père Lebouteux)

« Ce que nous voulons c’est un homme tourmenté par la pensée de l’avenir, obsédé par la vision d’un paradis terrestre imminent ou par la menace d’un enfer prochain sur terre … nous voulons une génération qui soit perpétuellement à la poursuite d’un mirage … jamais aimable ni satisfaite de son sort actuel … Voilà pourquoi nous avons encourage l’élaboration de systèmes d’idées, comme l’évolutionnisme, l’humanisme ou le communisme, qui tous fondent de grands espoirs sur l‘avenir … La majorité des vices prennent racine dans le futur. La gratitude se tourne vers le passé et l’amour vers le présent. Mais la peur, l’avarice, l’ambition et la concupiscence  en avant. » (C. S. Lewis – Tactique du diable)

« Il a à peu près autant d’avenir qu’un bonhomme de neige en enfer. » (Simon Leys) – Peu optimiste.

« L’hypermodernité désigne moins la focalisation sur l’instant que sa régression liée à un futur devenu incertain et précaire … Où voit-on que notre culture ait pris congé de l’avenir ? Le voici, au contraire, au centre des inquiétudes et des débats contemporains, de plus en plus à prévoir et à réorganiser. » (Gilles Lipovetsky)

« Le calme de ceux qui n’ont pas d’avenir. » (Clarice Lispector)

« Que fais-tu ? J’attends l’avenir. » (Clarice Lispector)

« On ne sait quelque chose de l’avenir que sur le mode de l’espérance et de la foi. » (Karl Löwith) – La foi pouvant être parfaitement laïque, idéologique.

« S’il y a devenir, il doit y avoir un jour achèvement, et s’il doit y avoir achèvement, il y a , dés toujours, autre chose que du devenir. » (cardinal Henri de Lubac)

« Pourquoi nous force-t-on à regarder toujours en avant ? » (Sonia Mabrouk) 

« Un des signes les plus nets du déclin de l’intelligence critique est l’incapacité d’un nombre croissant de contemporains à imaginer une figure de l’avenir qui soit autre chose que la simple amplification du présent. » (Jean-Claude Michéa) –  « L’optimisme est une fausse espérance à l’usage des lâches et des imbéciles. » (disait déjà Bernanos) 

« On peut tout prévoir, sauf le sentiment que vous inspirera ce qu’on a prévu. » (Alberto Moravia)

« Ils se tournent vers l’avenir comme d’autres, en leur temps, se tournaient vers la ligne bleue des Vosges. » (Philippe Muray – sur les Gogos)

« Que m’importe de voir le lointain horizon.

« Un seul pas suffit. » (cardinal Newman)

« Mes pensées, dit le voyageur à son ombre, doivent me faire savoir où je suis, non me révéler où je vais. J’aime l’ignorance de l’avenir ; je ne veux pas mourir d’impatience en attendant des choses promises, ni d’avoir mangé mon blé vert. » (Nietzsche – Le Gai Savoir)

« Il attend de paraître … il piaffe derrière le décor. Impossible de lui faire prendre de l’avance ni du retard. L’avenir est la justesse, la rigueur, le devoir mêmes. Jamais la moindre hésitation, le moindre faux pas. On pourrait presque soutenir que le temps n’a qu’une idée : sauter l’étape du présent. » (Jean d’Ormesson)

« J’en-visage l’avenir : je regarde le visage de l’avenir. »(Erik Orsenna)

« Nous nous précipitons vers la Fin, se hâtant vers le futur parce que nous ‘manquons d’être’ … et, ‘tirant de l’être à soi en faisant toujours ‘autre chose et encore autre chose’. » (Plotin – cité par François Jullien)

« La disgrâce qui guette des prophètes ; quand leurs prédictions se sont réalisées, elles prennent un air d’évidence fastidieuse. » (Robert Poulet)

« Il vaut mieux s’employer à supporter les infortunes qui nous arrivent qu’à prévoir celles qui nous peuvent arriver. » (La Rochefoucauld)

« S’il y a quelque chose de spécifique au pragmatisme c’est qu’il substitue la notion d’un meilleur futur de l’humanité aux notions de  ‘réalité’, de ‘raison’ et de  ‘nature’. On peut dire du pragmatisme ce que Novalis disait du romantisme : qu’il est : ‘une apothéose du futur’ … La seule justification qu’on puisse apporter d’une mutation, qu’elle soit biologique ou culturelle, consiste dans la contribution qu’elle apporte à l’existence d’une espèce plus complexe et plus intéressante quelque part dans le futur … Mais ‘Utiles à quoi ?’, ‘Quel est le critère du meilleur ?’ … C’est la vision, non le but final, qui importe … On passe du goût pour la compréhension du monde au goût pour sa transformation (la phrase de Marx :’ Il n’importe aux philosophes  de comprendre le monde mais de le transformer’) … On privilégie la production du nouveau sur la contemplation de l’éternel … Il s’agit d’un anti–essentialisme, de la substitution d’un futur meilleur pour nous-mêmes, la construction d’une société utopique et démocratique, à la tentative de nous connaître en nous plaçant en dehors du temps et de l’histoire. » (Richard Rorty) 

« A force de prévoir l’avenir on nous le rend aussi fastidieux qu’un passé. » (Jean Rostand)

« Pas un qui ne vive les yeux rivés au lendemain … Ils ne vivent pas, ils attendent de vivre. » (Sénèque)

« Le futur aujourd’hui est surtout un immense agrégat d’inquiétudes (les ‘insécurités que nous nous sommes nous-mêmes fabriquées’ selon la formule d’Anthony Giddens) dont il est préférable de s’éloigner. » (Raffaele Simone)

« Aux rêves d’avenir ont succédé les cauchemars d’avenir. » (Pierre-André Taguieff)

« L’avenir, au fil des années, perd la couleur de la promesse pour revêtir celle de la menace. » (Gustave Thibon)

« Se réfugier dans l’avenir, c’est désespérer du présent, c’est préférer un mensonge à la réalité. » (Gustave Thibon)

« L’avenir est la patrie de l’irréel, de l’imaginaire. » (Gustave Thibon)

« L’avenir n’est pas une amélioration du présent. C’est autre chose. » (Elsa Triolet)

« A perpétuité ! Pour qui se prennent-ils, les hommes ? » (Elsa Triolet)

« Autrefois, le futur était meilleur. » (Karl Valentin – cité par Gilles Finchelstein)

« Nous entrons dans l’avenir à reculons. » (Paul Valéry)

« La prévoyance donne du temps libre dans le futur. » (Paul Valéry)

« Pourquoi supposer que demain aura plus de jugement qu’aujourd’hui et que les siècles usent la sottise ? » (Fernand Vanderem)

« Agis comme s’il ne devait jamais exister de futur. » (Raoul Vaneigem)

« L’avenir ne nous donne rien ; c’est nous qui pour le construire devons tout lui donner. Mais pour donner il faut posséder, et nous ne possédons d’autre vie, d’autre sève, que les trésors hérités du passé et digérés, assimilés, recréés par nous. L’attachement au passé n’a rien de réactionnaire, il est une force d’inspiration. » (Simone Weil) – Mais comme on ne veut plus que des laquais !

« Il est bien vrai que, d’une certaine manière, il existe un sens de l’histoire. Point n’est besoin d’être grand clerc pour savoir vers quel avenir (toujours radieux) s’achemine (progressivement) l’humanité (éclairée)… Même si l’humanité non encore éclairée témoigne d’une certaine réticence (et même d’une réticence certaine) à se laisser pleinement intégrer à l’humanité éclairée et traîne encore un peu les pieds. » (Eric Werner) – Encore l’auteur écrivait-il avant qu’on ne prenne conscience de l’avenir écologique et climatique !

« Quand nous pensons à l’avenir du monde, nous visons toujours le point où il en sera s’il continue à suivre le cours que nous le voyons suivre aujourd’hui ; nous ne prêtons pas attention au fait qu’il ne va pas en ligne droite. » (Ludwig Wittgenstein) – De même pour notre propre avenir.

« Vivement demain, la semaine prochaine, l’an prochain… qu’il soit grand… » (?)

« Quand l’horizon disparaît, alors se lève l’horizon de la disparition. » (?) – Nous y arrivons.

Ce contenu a été publié dans 705, 4 - Avenir, Futur , avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.