225,3 – Facultés personnelles, Talents, Génie

– Développer ses talents (on en a tous), les faire fructifier est un impératif (voir la parabole des talents dans les Evangiles, On donnera à celui qui a ; mais à celui qui n’a pas, on ôtera même ce qu’il croit avoir, MT 25. Ce qui signifie que les valeureux seront récompensés et les inutiles punis).

– La meilleure preuve, c’est que si on n’a pas développé ses talents alors qu’il était temps, on le regrettera toujours plus tard. On peut en dire autant des opportunités à saisir.

– La réussite dépend de l’harmonie du couple goût et don. Les deux vont souvent ensemble ; au moins avec le temps. C’est cependant toujours à vérifier même si le goût peut suivre le don mais rarement l’inverse. On peut être doué pour le dessin sans aimer vraiment tenir un crayon. On pourra peut-être devenir quand même peintre, artiste. On peut aimer cuisiner sans jamais bien réussir un gratin. On ne sera jamais un bon cuisinier. Il vaut mieux s’utiliser dans un cadre où cette cohérence est assurée ou peut se construire. Tout bon dirigeant, tout entraîneur sportif sait cela.

Le bonheur, selon la  psychologie positive (voir à la rubrique Bonheur 080, 1) entraînerait une sorte d’effet Matthieu : ‘Car on donnera à celui qui a, et il sera dans l’abondance’ .

 ——————————————————————————————————————————-

« Qu’a-t-il qu’il n’ait pas reçu ? » (saint Augustin)  – Physiquement et mentalement. Faire sa part à l’inné, tout en considérant l’effort de développement à sa valeur.

« La jeunesse et la santé, les deux dons qui font le plus d’ingrats. » (Anne Barratin)

« Le génie, c’est l’enfance retrouvée à volonté. » (Baudelaire)

« Les dons, c’est dangereux parce qu’alors, évidemment, ils risquent de vous emporter très loin, quand vous en avez beaucoup. Parce que ce n’est pas tout d’avoir des dons, il faut encore les supporter. » (Emmanuel Berl)

« ‘Là où manque l’occasion d’extérioriser un talent, le talent manque aussi’ (Feuerbach) … Où l’espace manque pour extérioriser une capacité, manque aussi la capacité elle-même … Chaque nouvel appareil ou machine électrique dont la commodité s’installe dans notre privauté, où l’organisation sociale fait la dispense d’une capacité, d’un talent, d’une faculté que nous possédions auparavant opèrent une diminution fatale, une soustraction ; chaque progrès technique abêtit la partie correspondante de l’homme … Tous les progrès de la civilisation sont autant de régressions de l’individu (Michelstaedter). » (Baudouin de Bodinat)

« Soyez plutôt maçon si c’est votre talent. » (Boileau)

« Le talent ça n’existe pas. Le talent c’est d’avoir envie de faire quelque chose. » (Jacques Brel)

« Je ne vois que les talents médiocres pour fuir tout modèle et mettre leur effort à chercher l’inédit. Un génie a plus d’audace : il peint une millième ‘descente de croix’, sculpte une autre Vénus et choisit pour la tragédie qu’il rêve d’écrire le sujet le plus souvent traité. L’écrivain sûr de lui ne redoute pas la banalité. Il provoque à la comparaison. » (Roger Caillois)

« Je connais bien la classe des … qui est la plus homogène. Même origine, même éducation, même salaire. Il y a de tout là-dedans. Quelques-unes, merveilleusement douées pour goûter la littérature la plus fine, des aristocrates de l’esprit, la plupart insignifiantes. C’est le chaos. Hors ‘la grâce’, le miracle des dons innés, on n’explique rien. » (Jacques Chardonne)

« Plus quelqu’un est comblé de dons, moins il avance sur le plan spirituel. Le talent est un obstacle à la vie intérieure. » (Emil Cioran)

« Cette parole en lui à d’autres adressée… » (Paul Claudel – sur le caractère transpersonnel du génie)

« A qui on a donné beaucoup, il sera beaucoup demandé, et à qui on aura confié beaucoup, il sera beaucoup réclamé. » (inspiré des Evangiles – parabole des talents) – « Ne jamais oublier qu’a celui auquel on a confié davantage, on redemande davantage. » (règle de saint Benoît, à propos de l’abbé)

« Le génie, c’est Dieu qui le donne, mais le talent nous regarde. » (Gustave Flaubert)

« Le monarque prudent et sage – De ses moindres sujets sait tirer quelque usage – Et connaît les divers talents – Il n’est rien d’inutile aux personnes de sens. » (La Fontaine – Le lion s’en allant en guerre)

« Le génie était dans une logique de la rupture, sa qualité principale était l’originalité. On n’en demande pas tant au créatif ; la flexibilité sera sa vertu cardinale … A la limite, le meilleur créatif sera celui qui, par adaptation, ne crée pas. » (Christian Godin)

« Qu’est-ce que le génie ? Celui qui n’en est pas un ne peut pas répondre ; celui qui en est un ne répondra pas. » (Goethe)

« Le talent se développe dans la retraite ; le caractère se forme dans le tumulte du monde. » (Goethe)

« Point de génie sans une force productive qui continue à s’exercer … Ceux dont l’action n’a pas pris fin en même temps que leur vie … dont la pensée, l’aperçu, l’œuvre sont vivants et continuent de vivre. » (Goethe)

« Aux talents médiocres, l’art ne suffit pas quant à soi ; durant l’exécution, ils ont toujours devant les yeux le gain qu’ils espèrent en retirer, une fois l’ouvrage fini. Mais avec des buts et des tendances aussi terre-à-terre, nulle grande œuvre ne peut être réalisée. » (Goethe)

« Ce qu’il y a de fâcheux, c’est d’avoir été dans la vie entravé par de fausses tendances et de ne jamais les avoir reconnues telles que lorsqu’on en était déjà libéré … La fausse tendance n’est point productive, ou si elle l’est, ce qu’elle a enfanté n’a aucune valeur. Il n’est guère difficile de s’en rendre compte chez les autres, mais chez soi c’est un privilège qui demande une grande liberté d’esprit … Combien d’années il m’a fallu pour voir que la tendance qui me poussait vers les arts plastiques était fausse, et combien d’autres pour me libérer de cette tendance. » (Goethe) – Il y a des tendances, tout aussi fausses, mais plus nocives, pratiquement, sans y mêler quelque morale.

« Le talent musical peut fort bien se révéler avant tous les autres, étant donné que la musique est quelque chose d‘inné, d’intime, qui n’a pas besoin de s’alimenter beaucoup au dehors et qui n’exige aucune expérience de la vie. » (Goethe – après avoir cité Mozart à cinq ans, Beethoven à huit, Hummel, grand pianiste,  à neuf ans)

« La connaissance (de ses dons) sert à cultiver ce que l’on a d’excellent et à perfectionner ce que l’on a de commun … Connaissez donc les vôtres et joignez-y l’application …. Commencer par sonder et bien démêler son talent, et, après cela, le fixer à l’objet qui lui est assorti. » (Baltasar Gracian)

« Les génies manifestent leur grandeur dans la manière dont ils traitent les détails. » (Jean-Marie Guyau)  – S’exprimant sur la peinture, mais on peut étendre.

« Le génie n’est pas une flamme de chandelle que le vent souffle, mais un incendie que la tempête attise. » (Kierkegaard)

« Ne rien recevoir d’autrui sinon ce qui est en moi, comme si, de toute éternité, je possédais ce qui nous vient du dehors. » (Emmanuel Levinas – Totalité et infini) – Ne pas se laisser influencer, au sens de violenter ?

« Le talent inspiré est toujours une insulte à la médiocrité. Et si cela est vrai dans l’ordre esthétique, ce l’est bien plus encore dans l’ordre moral. Plus que la beauté artistique, la beauté morale semble avoir le don d’exaspérer notre triste espèce. Le besoin de tout rabaisser à notre misérable niveau, de souiller, moquer et dégrader… » (Simon Leys) –  De déchaîner l’immonde meute politico-médiatique. Témoin, les Guignols

« Il y  a tant de génies de nos jours que l’on peut vraiment se réjouir lorsque le ciel nous envoie un enfant qui n’en est pas un. » (Georg Christoph Lichtenberg)

« Le risque est plus fort pour celui qui a plus reçu ; plus les talents confiés sont nombreux, plus il faut craindre de les laisser improductifs. » (cardinal Henri de Lubac – à propos de la parabole des talents)

« Schopenhauer distinguait le talent, où il s’agit de viser un but que les autres ne peuvent pas atteindre, du génie qui consiste à atteindre un but que les autres ne peuvent même pas voir. » (Philippe Muray)

« Le génie, pour paraphraser Malraux, est un anti-destin. C’est une protestation extrême contre l’inéluctable. On se demande donc comment cette protestation pourrait se faire entendre dans un monde où ne se trouve plus d’énergie que pour approuver ce qui vient et pour le présenter comme irréversible. L’inéluctable sous des noms variés (Europe transfrontalière, mondialisation rayonnante, néotechnologie fétichisée, égalité parfaite des sexes et disparition des genres … Nouvelle âme via Internet). » (Philippe Muray) – Génie bien mort, incompatible avec la servilité.

« Le génie : avoir un but élevé et vouloir les moyens d’y parvenir. » (Nietzsche)

« Le charisme résulte essentiellement de ce  qu’un individu possède, ou de ce que l’on croit qu’il possède, des qualités supra-rationnelles que l’on considère comme prophétiques, sacrées ou transcendantales … ‘La qualité extraordinaire d’un personnage … doué de forces ou de caractères surnaturels ou surhumains ou tout au moins en dehors de la vie quotidienne, inaccessibles au commun des mortels … et est en conséquence considéré comme un chef … L’événement décisif dans notre reconnaissance du charisme, c’est l’ampleur et la profondeur de son acceptation par les adeptes de l’individu en question … Le groupement de domination est une communauté émotionnelle … comportant seulement des croyants ou des adeptes … La domination charismatique s’oppose très nettement aussi bien à la domination traditionnelle, patriarcale et patrimoniale, ou à celle d’un ordre’ (Max  Weber) … Le charisme est inséparable d’une personne … et de la relation qui existe entre cet individu  et ses adeptes … Pour Max Weber, la bureaucratie constitue une croûte qui deviendra peut-être un jour trop épaisse pour permettre l’émergence périodique d’individus charismatiques semblables à ceux qu’on avait connus dans le passé … l’hypertrophie de l’organisation … En outre, la nature scientifique et rationnelle de la modernisation sera de plus en plus impropre à l’existence de croyances qui constituent le cadre sans lequel le charisme ne saurait exister. » (Robert Nisbet)

« Qu’avez-vous que vous n’ayez reçu ? » (saint Paul)

« Le génie le plus haut n’est rien que la noblesse morale la plus élevée. » (E. A. Poe) – Ce n’est plus ce qu’on pense aujourd’hui où l’attribution d’un prétendu génie ne s’embarrasse absolument pas de la bassesse morale la plus vile.

« Quand un homme a prouvé qu’il avait du talent, il lui reste à prouver qu’il sait s’en servir. » (Jules Renard)

« Les grands talents sont d’ordinaire plus rivaux qu’amis ; ils croissent et brillent séparés de peur de se faire ombrage. Les moutons s’attroupent, les lions s’isolent. » (Rivarol)

« Les citations rendent le talent paresseux. » (Rivarol)

« Pas de talent sans un peu d’orgueil, et sans l’orgueil il n’y aurait pas de talent. » (Rivarol)

« ‘Il y a un fait multiplicatif et non additif dans les dons innés’. Les dons ne s’ajoutent pas, ils se multiplient entre eux, l’absence d’un seul aplatit et limite l’effet des autres. On peut être un grand poète par la sensibilité, la perception fine, l’intuition, mais manquer d’un ‘flux verbal’ suffisant, et, par suite, ne rien écrire. » (Raymond Ruyer – citant Leibniz)

« C’est créer le talent que l’encourager. » (Petit-Senn)

« ‘Il n’y a rien que tu n’aies reçu, alors pourquoi t’en glorifier ?’ … ‘De mon grand-père Vérus, j’ai reçu la noblesse de caractère et l’équanimité. De mon  père… De ma mère… De mes maîtres…’» (Christiane Singer – citant un Père de l’Eglise et le début de la litanie de Marc-Aurèle)

« Le scandale est devenu la forme moderne du talent. » (Georges Suffert) – Au pays où n’est encensé que la stupidité, l’abêtissement et la laideur sous toutes ses formes, il n’y a même plus de scandale.

« Tout ce qui est génial est individuel … Quelle est l’invention, la découverte, l’initiative vraie, qui soit due à cet être impersonnel, la foule ? … Pas même les révolutions… » (Gabriel Tarde)

« Ces biens qui lui appartiennent, le Seigneur les donne quand il veut, comme il veut, et à qui il veut, sans faire tort a personne. » (sainte Thérèse d’Avila – sur les dons)

« Il n’y a pas de démocratie dans le talent. » (Elsa Triolet)

« J’ai observé autant de talents sous-exploités par excès de frilosité que de capacités survalorisées par un excès de confiance. » (Pierre de Villiers)

« Seul ce qui nous vient du dehors, gratuitement, par surprise, comme un don du sort, sans que nous l’ayons cherché, est joie pure. Parallèlement, le bien réel ne peut venir que du dehors, jamais de notre effort. Nous ne pouvons en aucun cas fabriquer quelque chose qui soit meilleur que nous. Ainsi l’effort tendu véritablement vers le bien ne doit pas aboutir ; c’est après une tension longue et stérile qui se termine en désespoir, quand on n’attend plus rien, que du dehors, merveilleuse surprise, vient le don. » (Simone Weil)

« Tout ce qui est précieux en moi, sans exception, ne vient d’ailleurs que de moi, non pas comme don, mais comme prêt qui doit être sans cesse renouvelé. » (Simone Weil)

« Pour se donner, il faut commencer par se suffire. Il y a ceux qui vivent par eux-mêmes et pour les autres et ceux qui vivent par les autres et pour eux-mêmes. » (Simone Weil)

« Le public est indulgent. Il pardonne tout, sauf le génie. » (Oscar Wilde)

« La Renaissance a été une grande époque parce qu’elle n’a pas cherché à résoudre des problèmes sociaux et que ces préoccupations ne l’intéressaient pas ; elle a permis à l’individu de se développer librement, naturellement, dans la beauté ; c’est pour cela qu’elle a produit des artistes immenses et singuliers et des hommes immenses et singuliers. » (Oscar Wilde) – Regardons en comparaison ceux de maintenant.

« On passe sa vie à lutter contre ses défauts au lieu de développer ses qualités. » (Marguerite Yourcenar) 

« Il ne suffit pas de lutter contre ses défauts, il faut aussi lutter contre ses dons, pour les accroître. » (?)

« Quand il s’agit de leur talent beaucoup croient à la génération spontanée. » (?)

« Avoir du talent, c’est comprendre que l’on peut faire mieux. » (?)

« Le talent, la plus grande des injustices. » (?) – D’où la volonté de supprimer tous les talents ou de les faire fuir comme en France.

« J’ai renoncé à la solitude ; je me suis décidé à bâtir au milieu du siècle, parce qu’il y a un certain nombre d’appétits qui ne peuvent se satisfaire que dans la vie active. Dans la solitude, ils m’embarrassent comme de soudards sans emploi … parmi les hommes j’ai trouvé des joujoux à la partie basse de mon être ; afin qu’elle me laisse en paix …J’ai trouvé un joint qui me permet de supporter sans amertume que des parties de moi-même inclinent vers des choses vulgaires. Je me suis morcelé en un grand nombre d’âmes … Les unes vont à l’église, les autres au mauvais lieu. Je ne déteste pas que des parties de moi s’abaissent quelque fois … Qu’une d’elles compromette la sécurité du groupe et par ses excès … toutes se ruent sur la réfractaire. Après une courte lutte, elles l’ont vite maîtrisée … Le monde extérieur est repoussant mais presque inoffensif … avec  un peu d‘alcool, des viandes saignantes et de l’argent dans ses  poches … on peut supporter tous les contacts … Un danger bien plus grave, c’est, dans le monde intérieur, la stérilité et l’emballement … Je tiens en main mon âme pour qu’elle ne butte pas comme un vieux cheval qui sommeille en trottant, et je m’ingénie à lui procurer chaque jour de nouveaux frissons … Continuons à embellir et à agrandir notre être intime, tandis que nous roulerons parmi les tracas extérieurs. Soyons convaincus que les actes n’ont aucune importance, car ils ne signifient nullement l’âme qui les a ordonnés et ne valent que par l’interprétation qu’on leur donne. » (Maurice Barrès – Un homme libre, La règle de ma vie –  Dans la trilogie sur le Culte du Moi, avec Sous l’œil des barbares et Le Jardin de Bérénice)

Ce contenu a été publié dans 225, 3 - Facultés personnelles, Talents, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.