270,3 – Excuse, Pardon

– Le pardon concerne l’acte inspiré par quelque méchanceté,  ou la faute intentionnelle, l’excuse concerne  plutôt  l’erreur,  ou la faute non intentionnelle.

– Pardon héroïque tentative : de révoquer, enfin, l’irrévocable, non de revenir sur le temps, mais de le néantiser. ‘Cela n’a pas eu lieu.’ Cependant, il n’est ni oubli, ni faiblesse, ni refus de la justice ; il est maintien et respect de notre nature humaine, d’un ordre qui nous dépasse et nous ennoblit.

– « Se pardonner d’abord à soi-même. Nous l’oublions trop souvent. Trop souvent nous ruminons regrets et remords, nous nous en voulons de ne pas avoir été à la hauteur, d’avoir manqué à notre parole ou d’avoir commis une erreur ou une faute lourde de conséquences. » (Christine Ponsard)  

– Nous arrivons dans l’ère de la repentance et de l’excuse à répétition ; sûr indice d’une société décadente, où régnera le mensonge permanent, la délation, et l’abaissement. De plus, on ne demande pas pardon pour soi (on est irréprochable !) mais pour ce qu’ont bien pu faire nos parents morts. Allons joyeusement cracher sur les tombes de nos ancêtres. « Autocannibalisme, culture de l’excuse, systématisme de l’expiation, avalanche pénitentielle. » (Pascal Bruckner) – « Lorsqu’une nation prend mauvaise conscience, elle est prête à s’effondrer. » (Jacques Ellul – La trahison de l’Occident)

– S’excuser est une précaution élémentaire à vite prendre si on a dérapé, si on a franchi la ligne jaune, suivant la stupide expression des journalistes. N’empêche cependant pas des poursuites aussi légitimes que désintéressées (certes, pour l’exemple, pas pour le fric !).  S’excuser est même devenu un rite, une manie, et surtout une obligation, si ce qu’on a pu dire ou faire sortait du cadre de la servilité obligatoire à la pensée molle ou de la soumission à la dictature des maîtres de l’opinion et de l’action. Ainsi impose-ton et propage-t-on la lâcheté qui caractérise notre société.

– Les Evangiles demandent que l’on pardonne jusqu’à soixante-dix fois sept fois (nombre symbolique), c’est-à-dire toujours et sans fin. C’est beaucoup demander à un homme, néanmoins, retenons que le pardon peut être répété si les fautes le sont.

– Lire la parabole de l’enfant prodigue dans l’évangile de Luc ; 15,11…, ou regarder le tableau de Rembrandt sur cette parabole.

– Quant à l’excuse, on n’a rien inventé de mieux que d’avancer la brillante expression de journaliste suivant laquelle on a pété les plombs. L’excuse marche d’autant mieux que l’acte est odieux.

– Il peut être aussi utile de connaître une bizarrerie : la plupart des personnes, des groupes sociaux, ne pardonnent jamais à ceux à qui elles ou ils ont fait du tort. Cela leur permet d’échapper à leur culpabilité en se posant en victime et en prêtant des torts plus ou moins imaginaires à la vraie victime, ce en inversant la réalité, ou au moins en la tordant à leur convenance. C’est un processus psychologique assez répandu et fort pervers. Gardons-le en mémoire quand nous entendons dire du mal de quelqu’un avec trop d’insistance. Comme le disent fort bien Pascal Bruckner : « Raffinement suprême du salaud : imputer à sa victime le mal qu’il lui a infligé » –  La Bruyère : « Comme nous nous affectionnons de plus en plus aux personnes à qui nous faisons du bien, de même nous haïssons violemment ceux que nous avons beaucoup offensés. » – ou encore Tacite : « Le propre de la nature humaine est de haïr celui qu’on a lésé. »  

– Tout comprendre n’est pas tout pardonner.

« C’est vraiment formidable, cette épidémie de pardons qui parcourt soudain la planète. » (Jean-Paul Brighelli)

 ——————————————————————————————————————————-

« On y a toujours droit. L’avenir est vierge. » (un personnage de Raymond Abellio – sur l’absolution, le pardon)

« La constance qu’ils mettent à ne pas parler des coupables, à taire que l’événement a été causé par des hommes ; à ne pas nourrir le moindre ressentiment bien qu’ils aient été victimes du plus grand des crimes … De la catastrophe, ils parlent constamment comme d’un tremblement de terre, comme d’un tsunami ou d’un astéroïde … Cela passe l’entendement. » (Günther Anders – visite à Hiroshima) – Pas de reproches, pas de récriminations, pas de lamentations, pas de pleurnicheries, pas d’exigence de repentance, pas de demande de fric. Comparons et admirons.

« Pardonner, c’est renoncer à juger et à punir. Ce n’est pas oublier.  » (Christophe André)

« Le pardon est l’une des plus grandes facultés humaines et peut-être la plus audacieuse des actions, dans la mesure où elle tente l’impossible, défaire ce qui a été fait, et réussit à inaugurer un nouveau commencement, là où tout semblait avoir pris fin. » (Hannah Arendt)

« Il faut que l’on pardonne, que l’on laisse aller, pour que la vie puisse continuer en déliant constamment les hommes de ce qu’ils ont fait à leur insu. » (Hannah Arendt)

« Le pardon est la seule réaction qui ne se borne pas à réagir mais qui agisse de façon nouvelle et inattendue, non conditionnée par l’acte qui l’a provoquée et qui par conséquent libère des conséquences de l’acte à la fois celui qui pardonne et celui qui est pardonné … Doctrine de liberté. » (Hannah Arendt)

« C’est Jésus de Nazareth qui a  apporté le pardon dans les affaires humaines. » (Hannah Arendt) – L’auteure était incroyante.

« La rédemption possible de la situation d’irréversibilité, c’est la faculté de pardonner … Si nous n’étions pardonnés, délivrés des conséquences de ce que nous avons fait, notre capacité d’agir serait comme enfermée dans un acte unique dont nous ne pourrions jamais nous relever … Si nous n’étions liés par des promesses, nous serions incapables de conserver nos identités, nous serions condamnés à errer sans force et sans but … dans des ténèbres que rien ne peut dissiper … Les deux facultés dépendent de la présence et de l’action d’autrui, car nul ne peut se pardonner à soi-même, nul ne se sent lié par une promesse qu’il n’a faite qu’à lui-même … Pardon et promesses : Contrecarrer les risques énormes de l’action, mécanismes régulateurs au sein même de la faculté de déclencher des processus nouveaux et sans fin. » (Hannah Arendt – sur l’irréversibilité et l’imprévisibilité de tout acte)

« Le seul antidote à l’irréversibilité de l’histoire est la faculté de pardon. » (Hannah Arendt)

« Le pardon est plus qu’un sentiment, c’est une force qui déclenche d’admirables effets. »  (Marcelle Auclair)

« Il y a des raisons à la fois profondes et pragmatiques pour que l’Evangile insiste sur le pardon. Mais il nous est impossible de les apprécier … tant que nous ne comprendrons pas que l’indignation morale conduit automatiquement à la reconduction des comportements qui ont provoqué cette indignation … L’indignation vertueuse est souvent la première métastase visible du cancer de la violence. Elle tend à donner à ceux qui s’indignent le droit de commettre ou d’approuver des actions structurellement semblables à celles qui ont suscité leur indignation. » (Gil Bailie) – Et le cycle est parti !

« Obliger son souvenir à pardonner est plus difficile que d’y obliger son cœur. » (Anne Barratin)

« Qu’il est facile de pardonner quand on n’a pas le doigt pris au piège. » (Anne Barratin)

« La faute meurt dans son pardon. » (Anne Barratin)

« Le pardon n’est pas un but en soi … il sert à me libérer … Ce n’est pas moi qui décide à quel moment le fruit tombe de l’arbre … Être lucide sur les liens à défaire … Tu n’as pas besoin de cela pour vivre, lâche, laisse aller ; tu es plus que ce qu’on a fait de toi, ne reste pas dépendant d’une réparation qui ne viendra sans doute jamais. » (Lytta Basset)

« Ne pardonne pas. Le pardon accuse avant de pardonner ; accusant la faute, il la rend irrémissible, il porte le coup jusqu’à la culpabilité ; ainsi tout devient irréparable. » (Maurice Blanchot) – L’auteur, non seulement hermétique, mais légèrement provocateur.

« La culture de l’excuse est surtout une culture du mépris : croyant blanchir les coupables elle les infantilise. Ce sont des meurtriers peut-être, mais des enfants avant tout, des archanges intouchables dont les forfaits nous incombent et auxquels nous ne pouvons accorder autre chose que notre pardon et notre repentir. La même règle pour tous, fondement de la république, est évacuée au profit de la dispense pour chacun … En quoi une certaine ultragauche est aussi pessimiste culturellement que la droite la plus conservatrice : loin de promouvoir la liberté, elle incarcère l’individu dans ses conditions de naissance comme la seconde l’assigne à résidence dans ses gênes, son hérédité, sa couleur de peau ou son sexe. L’ami des opprimés fait preuve d’un paternalisme condescendant à l’égard de ses protégés : il leur interdit l’accès à l’autonomie, à la maturité puisqu’il ne les rend jamais comptable de leurs actes…» (Pascal Bruckner)

« Pour bien excuser, il est essentiel de ne pas voir, de ne pas dire, de ne pas comprendre ; faire comme si rien n’arrivait, viol d’une civilisation, d’un continent, de centaines de femmes. » (Renaud Camus) – Ainsi fait le groupuscule politico-médiatique. « L’aveuglement des prétendues élites intellectuelles, et leur constance à empêcher que surgisse et se répande dans le public une pensée hétérodoxe fondée sur une appréhension du réel libérée des idéologies dogmatiques. » (Luc Rosenzweig)

« Pardon : générosité ou manque de mémoire ? » (Alfred Capus)

« En pardonnant trop à qui a failli, on fait injustice à qui n’a pas failli. » (Baldassare Castiglione)

« Tout pardon est une ‘pâque’, un passage de la haine à l’amour, une conversion. » (Sylvain Clément)

« Qui pardonne souvent invite à l’offense. » (Pierre Corneille – Cinna)

« On ne peut absoudre celui qui ne se repent pas. » (Dante Alighieri)

« Le pardon redonne l’innocence, il ne nie pas ce qui a été, mais il permet un recommencement, il ouvre une page blanche. Il réclame d’assumer l’offense d’un côté et le remords de l’autre. C’est-à-dire qu’il n’abolit pas… » (Chantal Delsol)

 « Quant au pardon, il constitue à mes yeux l’un des apports les plus précieux du christianisme à l’histoire humaine. » (Jean Delumeau)

« Un pardon qui conduit à l’oubli n’en est pas un. Le pardon exige la mémoire, active, et du mal et du coupable. » (Jacques Derrida)

« Le véritable pardon consiste à pardonner l’impardonnable. » (Jacques Derrida)

«  Seul l’homme blanc occidental a des comptes à rendre ; La tendance actuelle est à la repentance éternelle, au genou à terre, au mea culpa. » (Didier Desrimais) – Ce n’est pas une tendance, c’est une obligation dictatorialement imposée.

« Si vous parvenez à vous pardonner vous-même, le Christ vous pardonnera aussi. »(Dostoïevski –Les démons)

« Je ne veux pas que la mère pardonne au bourreau, elle n’en a pas le droit. » (Dostoïevski – Les frères Karamazov)

« Cette France qui n’en finit pas de demander pardon doit apparaître comme coupable de  de fautes particulièrement lourdes. » (Benoît Duteurtre)  – Voit-on des Britanniques, des Américains, des Russes s’abaisser ainsi ?

« L’homme qui se sent coupable perd en même temps son efficacité et le sens de son combat. » (Jacques Ellul) – Objectif, désarmer les populations blanches par la culpabilisation et les exigences continuelles d’excuse et de repentance.

« Pardonner les injures te semble manquer de grandeur ? Bien au contraire : le signe le plus sûr d’une âme basse, et qui n’a rien de loyal, c’est la vengeance. » (Erasme)

« L’oblique génuflexion du dévot pressé. » (Flaubert)

« Lynx envers nos pareils et taupes envers nous – Nous nous pardonnons tout et rien aux autres hommes. »  (La Fontaine – La besace)

 « Personne au monde ne s’excusera plus que nous, personne n’ira aussi loin dans la destruction de son histoire nationale, personne n’osera associer son sang à celui des génocidaires, nous les Français bien-pensants en sommes capables, admirez-nous pour cela mais n’essayez-pas de nous imiter car nous sommes parfaitement indépassables. » (Driss Ghali – sur les repentances et repentants – La repentance, un passe-temps pour gosses de riches)

« De la donner (son excuse) à ceux même qui la demandent, c’est une action de coupable. S’excuser avant le temps, c’est s’accuser … Une excuse anticipée réveille un mécontentement qui dormait … S’apercevoir du soupçon d’autrui, c’est aller chercher son ressentiment. » (Baltasar Gracian)

« C’est seulement quand nous nous sommes libérés, par notre colère, du pouvoir de l’autre que nous pouvons lui pardonner vraiment … Rompre le cercle infernal du talion. » (Père Anselm Grün)

« N’en doutez pas, ma chère, Dieu me pardonnera, après tout c’est son métier. » (Heinrich Heine) – A sa femme, sur son lit de mort.

« Il faut pardonner à ses ennemis, mais pas avant de les avoir vu pendus. » (Heinrich Heine)

« Le roi n’a rien vu, le roi n’a rien entendu. » (cri des Hérauts précédant chaque nouveau roi de France à son entrée dans Paris, alors souvent ville agitée et frondeuse. Le roi oublie et pardonne) – Les conventionnels régicides (et assassins de la reine, et responsables de la Terreur) furent simplement bannis par Louis XVIII. Contraste avec le petit de Gaulle asseyant son pouvoir de 1944 sur l’épuration sanglante concédée aux communistes.

« Le vrai pardon est un événement daté … dans le devenir historique, il est un don gracieux de l’offensé à l’offenseur en marge de toute légalité, il est un rapport personnel avec quelqu’un. » (Vladimir Jankélévitch)

« Le pardon est en creux ce que le don est en relief … Il exclut toute compensation et toute contre-partie ; et en cela il est sacrifice … Le pardon est toujours à fond : on ne pardonne pas un peu, ou à moitié. » (Vladimir Jankélévitch)

« Le pardon est une forme sociable de l’oubli, l’oubli des fautes d’autrui, comme inversement l’oubli moral est l’art de se pardonner quelque chose à soi-même : art difficile entre tous ! » (Vladimir Jankélévitch)

« L’agressive rancune résiste au devenir ; et le pardon, au contraire, le favorise en le débarrassant des impedimenta qui l’alourdissent. » (Vladimir Jankélévitch)

« Non seulement (celui qui pardonne) renonce à toute vengeance future, mais il renonce à la justice elle-même. » (Vladimir Jankélévitch)

« L’inexcusable, ne trouvant pas d’avocat pour le défendre, a besoin du pardon. Si tout n’est pas excusable pour l’excuse, tout est pardonnable pour le pardon … Le pardon ne pardonne pas ‘parce que’ ; le pardon néglige de se justifier lui-même et de donner ses raisons : car des raisons il n’en a pas. L’excuse, au contraire, étant idéologiquement motivée, annonce ses propres raisons … ici un parce que répond obligatoirement au pourquoi … Si nous pardonnons c’est parce que nous n’avons pas de raisons ; si nous avions des raisons, c’est l’excuse et non le pardon qui est compétente … Le pardon ressortit à l’alternative du tout-ou-rien, du oui-ou-non ; tandis que l’excuse se laisse doser suivant la loi du plus-ou-moins. » (Vladimir Jankélévitch)

« Il y a un principe d’orgueil dans la rigueur impitoyable de celui qui ne pardonne pas : refuser le pardon, c’est récuser toute ressemblance, toute fraternité avec le pécheur ; l’irréprochable se considère implicitement comme étant d’une autre essence que le fautif… » (Vladimir Jankélévitch)

« Le pardon brise la clôture du remords. » (Vladimir Jankélévitch)

« Si le mal était excusable, s’il y avait des circonstances atténuantes, donc si le mal n’était pas le mal, le pardon serait superflu ; l’indulgence fondée en raison suffirait … Si le méchant méritait le pardon, nous retomberions dans les catégories rationnelles de l’indulgence et de l’excuse compensatrice. » (Vladimir Jankélévitch)

« Pardonnez-moi au moins le bien que je vous ai fait. » (Labiche – Le voyage de monsieur Perrichon)

« Il est probablement dans la nature de l’esprit qu’un Dieu sévère et un homme libre préparent un ordre humain meilleur qu’une Bonté infinie pour un homme mauvais … L’extermination du mal par la violence signifie que le mal est pris au sérieux et que la possibilité du pardon infini invite au mal infini … Sans cette finitude de la patience divine, la liberté de l’homme ne serait que provisoire et dérisoire, et l’histoire un jeu. Admettre le châtiment, c’est admettre le respect de la personne même du coupable. » (Emmanuel Levinas – vantant la dure loi de l’Ancien Testament qui n’est peut-être pas une doctrine de douceur, qu’importe) – Autant pour la Loi humaine. Il est évident que le lâche laxisme actuel s’exerce au profit de la prétendue bonne conscience des forts et au détriment de l’ordre protecteur des faibles. 

« Qui écoute des excuses, quand il peut entendre des actions ? » (Georg Christoph Lichtenberg)

« Je pardonne les offenses, mais je me rappelle les dates. » (François Mauriac)

« Ceux qui offensent ne pardonnent point, parce que, sachant bien qu’on ne peut oublier une injure, ils craignent toujours la vengeance de celles qu’ils ont faites. » (chevalier de Méré) – Ce pourquoi l’offenseur dit presque toujours du mal de l’offensé.

« La demande de pardon (ou d’excuses) complète et porte à sa plénitude le paysage de la bienveillance universelle. Elle exprime sur le mode du conditionnel passé la volonté que le monde soit lisse, beau et heureux, non défiguré par le mal. La demande de pardon ou la présentation d’excuses voudrait que ce qui a été fait ne l’ait pas été ; il aurait fallu se conduire autrement, empêcher le mal… » (Yves Michaud – évoquant les demandes de pardon ou d’excuses publiques exigées par l’intermédiaire des média pour violation des règles du politiquement correct) – Il ne s’agit pas de bienveillance mais d’injonction à la reconnaissance du pouvoir assortie d’exigence de soumission explicite.

« Conditionner le pardon au repentir c’est perdre le sens profond du pardon qui est pari sur l’humain. Le pardon est un acte de confiance. » (Edgar Morin)

« Le christianisme disait Paul Valéry, a joué deux grands tours à l’homme, celui d’abord de supprimer la polygamie puis d’exiger le pardon des injures. On se tiendrait mieux, si on rendait injure pour injure. On craindrait plus. » (abbé Mugnier)

« A défaut de pardon, laisse venir l’oubli. » (Alfred de Musset)

« Une femme pardonne tout, excepté qu’on ne veuille pas d’elle. » (Alfred de Musset)

« J’ai manqué le moment suprême où le pardon était encore possible. » (Gérard de Nerval – Aurélia) – Oui, il y a un moment où s’enclenche l’irréversibilité. 

« Le pardon atteste qu’est présent dans le monde l’amour plus fort que le péché. En outre, le pardon est la condition première de la réconciliation, non seulement dans les rapports de Dieu avec l’homme, mais aussi dans les relations entre les hommes. Un monde d’où on éliminerait le pardon serait seulement un monde de justice froide et irrespectueuse, au nom de laquelle chacun revendiquerait ses propres droits vis-à-vis de l’autre … Ainsi, les égoïsmes de toute espèce qui sommeillent dans l’homme pourraient transformer la vie et la société humaine en un système d’oppression des plus faibles par les plus forts, ou encore en arène d’une lutte permanente des uns contre les autres … Alors que celui qui pardonne et celui qui est pardonné se rencontrent sur un point essentiel, qui est la dignité. » (Jean-Paul II)

« Et si au moins, ils les voyaient faire amende honorable, ces brillants esprits qui veulent penser pour eux. Mais, face aux effroyables nouvelles d’Orient, qu’ont vu les Français dans leurs journaux et leurs postes de télévision ? Les apprentis sorciers qui avaient soutenu l’intervention américaine en 2003 reconnaître leur tragique erreur et dénoncer la folie d’une idéologie qui consistait à imposer la démocratie, et le marché, surtout le marché par les armes ? Pas du tout. Ils ont pu entendre Bernard Kouchner livrer ses oracles sans que personne n’ose lui demander un mea culpa. L’été vit aussi se poursuivre le désastre économique, hausse du chômage, emplois menacés dans les abattoirs, feuilles d’impôts délirantes, spirale de la déflation… Ont-ils entendu Jacques Attali, Alain Minc et tous les chantres de la ‘mondialisation heureuse’ admettre une erreur de jugement ? Rien de rien. » (Natacha Polony) – Et ces histrions grassement pourvus continueront leurs hymnes mensongers et pervers.

« Le pardon c’est la guérison, c’est-à-dire qu’il exige le retour à la vérité. »(cardinal Joseph Ratzinger)

« Souvent l’offensé pardonne, l’offenseur, jamais. » (J. J. Rousseau)

« Le vrai pardon c’est l’oubli. Celui qui vous tient à la merci de sa mémoire a-t-il vraiment pardonné ? » (Claude Roy)

« Pour ‘pouvoir’ pardonner, il faut avoir le désir de se venger. » (Max Scheler)

« La vraie clémence consiste non à pardonner mais à oublier. Il y a des pardons qui offensent. Ils gravent l’injure au lieu de l’effacer et tuent la reconnaissance en l’exigeant. » (Louis-Philippe de Ségur)

« Le cœur pardonne souvent, la raison parfois, l’amour-propre jamais. » (Louis-Philippe de Ségur)

« On ne pardonne rien si difficilement aux autres que les torts qu’on a eu avec eux. » (Petit-Senn)

« Il y a dans la réconciliation, comme dans le pardon, quelque chose d’irrationnel, comme une sorte de démenti de ce que l’on était encore à l’instant d’avant … le sentiment d’antagonisme, de haine, de rupture faisant place à un autre sentiment. » (Georg Simmel)

« Le pardon est l’excellence du don. » (Martin Steffens) – Le sommet, l’apogée…

« Qui s’excuse s’accuse. » (Stendhal – Le rouge et le noir)

« La posture de repentance revient à se classer comme être moral par un acte simple, en référence à une période définie … en affirmant la responsabilité des générations passées. » (Pierre-André Taguieff)

« La nécessité tient lieu d’excuse. » (Tertullien)

« Si on est devenu réticent devant la prescription, c’est parce qu’on ne croit pas que le coupable puisse s’amender et la victime pardonner. Telle est notre culture, qui s’affiche ainsi comme sans pitié … La demande de réparation n’ayant pas de fin, le privilège qu’on lui accorde peut annoncer, faute de prescription, un monde de vengeance et de vendettas. » (Paul Thibaud – sur le souci de la victime en certains domaines : justification d’assassinats en cas de violences conjugales prétendues, et surtout délits sexuels dans une ambiance de poursuite effrénée de dédommagements en bon argent)

« Comment pardonner à qui ne demande pas pardon, à qui a su si bien étouffer le vieux, le long remords ? Comment enfin pardonner l’impardonnable ? … Assumer le stigmate de sa faute et la rougeur de la honte, c’est la condition préalable et nécessaire du pardon. » (Xavier Tilliette)

«  S’il n’est pas possible de revenir sur le temps ontologique, Il existe un temps que le temps humain que peut racheter. » (Bertrand Vergely) – Par le pardon. 

« Pardonner, tourner la page du mal, et non pas la page de la réalité. » (Bertrand Vergely)

« Qui pardonne au crime en devient complice. » (Voltaire)

« Aimer la vérité et pardonner à l’erreur. » (Voltaire)

« Un être aimé qui déçoit. Je lui ai écrit. Impossible qu’il ne me réponde pas ce que je me suis dit à moi-même en son nom. Les hommes nous doivent ce que nous imaginons qu’ils nous donneront. Leur remettre cette dette. Accepter qu’ils soient autres que les créatures de notre imagination, c’est imiter le renoncement de Dieu. Moi aussi, je suis autre que ce que je m’imagine être. Le savoir, c’est le pardon. » (Simone Weil) 

« Les individus pardonnent quelquefois, les groupes jamais. » (?)

« Si Dieu ne pardonnait pas le Ciel serait vide. » (proverbe)

« Si tu te venge, tu t’en repentiras ; pardonne, tu te réjouiras. » (proverbe)

« Pardon ne guérit pas la bosse. » (proverbe)

« Pardonner, c’est enseigner. » (proverbe)

« Les excuses sont faites pour s’en servir. » (proverbe)

« C’est faire souvenir que l’on a manqué que de s’excuser plus d’une fois. » (proverbe)

« Qui pardonne aisément invite à l’offenser. » (proverbe)  

« L’offenseur ne pardonne pas. » (proverbe) – Voir citation de Tacite en 270,1  

   « Demander pardon ne veut pas dire que ce qui a provoqué l’offense était infondé ; demander pardon d’avoir blessé quelqu’un ne veut pas dire qu’on reconnaît avoir des torts sur le fond. » (?)

« Pardon : on ne peut s’excuser soi-même, sauf à refouler la culpabilité en soi et dans la société pour arriver à des comportements irrationnels, agressifs ou dépressifs. » (?)

« On ne pardonne jamais aux autres les gaffes que l’on a pu faire en leur présence. » (?)

« Le pardon peut aussi receler une vengeance. » (?)

« Pardonner les fautes des autres est le plus sûr moyen d’expier les siennes. » (?)

« Il ne s’accorde pas avant que d’être demandé, sauf à n’être qu’arrangement du monde. » (?)

« Accepter de ne pas réduire la personne qui m’a fait du mal à ce qu’elle m’a fait. » (?)

« Dieu pardonne toujours, l’homme quelquefois, la nature jamais. » (?)

« Les individus pardonnent quelquefois, les groupes jamais. » (?)

« Cette rengaine actuelle qui veut que chacun soit à la recherche d’une blessure fondatrice qui l’exonèrerait de toutes ses mauvaisetés. » (?)

a

Ce contenu a été publié dans 270, 3 - Excuse, Pardon, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.