285,1 – Estime / Mépris ; Mérite

« Il est bien difficile de s’élever au-dessus de certains médiocres et de conserver leur estime. » (Jean Anouilh)

« Commence par estimer les hommes auxquels tu parles. Il sera toujours temps de les mépriser. » (Lucien Arréat)

« Pourquoi un homme qui ne s’estime pas lui-même profondément, devrait-il estimer son semblable ? Pourquoi supposerait-il chez son frère un état d’esprit plus noble que chez lui-même ? » (Père Hans Urs Von Balthasar)

« Donner son amitié à quelques uns, mériter l’estime de tous. » (Anne Barratin)

« Cette faim humaine sans doute la plus essentielle, le besoin d’estime. » (Marie-Claire Berthelin)

« Le principe de toute action vertueuse est tout entier dans ce besoin qu’a tout homme d’être estimé ou approuvé par d’autres âmes, c’est-à-dire par la raison à laquelle toutes participent également … Nous avons une si grande idée de l’âme de l’homme, que nous ne pouvons souffrir d’en être méprisés … Si d’un côté cette fausse gloire que les hommes cherchent est une grande marque de leur misère et de leur bassesse, c’en est une aussi de leur excellence. » (Maine de Biran)

«  Une femme ne sépare pas son estime de son goût. » (La Bruyère)

« Il faut qu’un honnête homme ait l’estime publique sans y avoir pensé, pour ainsi dire malgré lui. Celui qui l’a cherchée donne sa mesure. » (Chamfort)

« Il n’y a pas d’oubli de soi qui ne soit payant pour soi. » (Alain Finkielkraut)

« On est rarement maître de se faire aimer ; on l’est toujours de se faire estimer. » (Fontenelle)

« Il est difficile de ne pas approuver et estimer. » (Marc Fumaroli)

« Le mérite individuel se gère en fonction des exigences de la production, il ne dépend plus des qualités morales de l’individu. L’estime n’est plus du registre de la vertu, elle se mesure à l’aune des critères du pouvoir économique : l’argent, le statut professionnel, la reconnaissance médiatique. » (Vincent de Gaulejac)

« Les sociétés les plus agréables sont celles dont les membres entretiennent dans le calme une estime réciproque. » (Goethe)  – Il s’agit donc de micro société devenues rarissimes non tant en raison de la réduction du nombre  de gens que l’on peut vraiment estimer mais surtout en raison du vacarme ambiant qui exprime la haine du calme, conséquence de la haine que l’on peut porter à soi-même laquelle est seulement supportable dans le brouhaha.

« Atrophie de la sensibilité morale authentique …Le devoir d’accorder la même estime à tous (égalitarisme) incompatible avec le fait que notre propre code de moralité repose sur l’approbation et la désapprobation de la conduite d’autrui. » (Friedrich von Hayek – Le mirage de la justice sociale)

« L’égalitarisme est radicalement destructeur, d’abord parce qu’il prive les individus de la signalisation qui seule peut leur ouvrir l’occasion de choisir la direction de leurs efforts ; mais plus encore parce qu’il élimine la seule incitation par laquelle des hommes libres puissent être poussés à observer des règles morales quelles qu’elles soient : l’estime hiérarchisante de leurs semblables. » (Friedrich von Hayek)

« Chacun a de soi la plus haute idée ; en conséquence on n’estime jamais dans autrui que son image et sa ressemblance. » (Helvétius)

« Pour être estimable il faut avoir des vertus ; pour être estimé il faut avoir des succès. » (Joseph Joubert)

« Tout vieillit, même l’estime si on n’y prend garde. » (Joseph Joubert)

« Certains ont la renommée, d’autres la méritent. » (Juste Lipse)

« Il n’est pas nécessaire, parce que vous êtes duc, que je vous estime ; mais il est nécessaire que je vous salue. » (Molière)

« C’est n’estimer rien qu’estimer tout le monde. » (Molière – Le Misanthrope)

« Nous louons les gens à proportion de l’estime qu’ils ont pour nous. » (Montesquieu)

« L’estime suppose la distance, autrement dit la possibilité même de l’altérité. » (Paul-François Paoli)

« Du désir d’être estimé de ceux avec qui on est avec. » (Blaise Pascal)

« L’estime est la manifestation d’une admiration sincère, la reconnaissance d’une supériorité réelle … Les grandeurs naturelles sont celles qui sont indépendantes de la fantaisie des hommes, parce qu’elles consistent en des qualités réelles et effectives de l’âme et du corps.»  (Blaise Pascal – distinguant les grandeurs naturelles dignes d’estime et les grandeurs d’établissement méritant le respect extérieur – Trois discours sur la condition des Grands)

« Autant vaut l’homme comme il s’estime. » (Rabelais)

 « Les hommes sont avides d’une forme de reconnaissance qui applaudit non leurs actions mais leurs caractéristiques personnelles. Ils ne souhaitent plus tant à être estimés (comme jadis) qu’admirés … Ils veulent être enviés plutôt que respectés. » (Olivier Rey)

« Quand les peuples cessent d’estimer ils cessent d’obéir. » (Rivarol)

« La coutume que nous avons de nous déguiser aux autres pour acquérir leur estime fait qu’enfin nous nous déguisons à nous-mêmes. » (La Rochefoucauld)

« Il est difficile d’aimer ceux que nous n’estimons point ; mais il ne l’est pas moins d’aimer ceux que nous estimons beaucoup plus que nous. » (La Rochefoucauld)

« L’estime, plus que l’admiration, est l’élément essentiel de l’amitié. » (Philippe Soupault)

« Contrairement à l’opinion admise, nous estimons le prochain plus que nous- mêmes puisque nous lui demandons d’incarner les vertus dont nous nous contentons de mimer l’apparence – puisque nous lui pardonnons si mal de ne pas valoir mieux que nous. Pas de plus haut signe d’estime que le manque  d’indulgence. » (Gustave Thibon)

« Mépriser quelqu’un, c’est encore l’estimer, c’est-à-dire le supposer libre et capable, s’il voulait agir autrement, de mériter notre estime. A la base du mépris, il y a une déception, donc un minimum d’attente. Il faut espérer pour être déçu, il faut attribuer quelque réalité à celui qui nous déçoit. On ne méprise pas le néant. Je suis témoin en ce moment de beaucoup d’actes qui ne méritent même pas le mépris : je sais trop bien que ceux qui les commettent n’existent pas. Mais ce sentiment que j’éprouve est plus pénible encore que le mépris : c’est la mortelle impression du vide dont la nature a horreur ! » (Gustave Thibon)

« L’estime s’use comme l’amour. » (Vauvenargues)

« Quand on sent qu’on n’a pas de quoi se faire estimer de quelqu’un, on est bien près de le haïr. » (Vauvenargues)

« Les femmes et les jeunes gens ne séparent point leur estime de leurs goûts. » (Vauvenargues)

« Les effets pervers de l’obsession égalitariste. Le vainqueur du concours méritocratique est légitimement convaincu de devoir sa réussite à ses seules qualités : son intelligence, son énergie, son endurance, son caractère. Il n’a que mépris pour ceux qui n’ont pas atteint son niveau social. L’ancienne noblesse savait qu’elle devait son statut davantage à ses parents et à sa naissance qu’à ses propres vertus. Cette fragilité la rendait moins présomptueuse et plus attentive au sort des plus modestes. » (Eric Zemmour)

« Les sociétés les plus agréables sont celles dont les membres entretiennent dans le calme une estime réciproque … L’estime réciproque s’y motivant de partager une même conscience de ce qui est détestable. » (?) – Oui, mais dans les sociétés modernes, les sociétés du consensus, on ne déteste plus rien. ( sauf, silencieusement, sa propre lâcheté)

« Nous ambitionnerions moins l’estime des hommes si nous étions plus sûrs d’en être dignes. » (?)

« On dépend fort de l’estime qu’ont les autres de nous. » (?)

Ce contenu a été publié dans 285, 1 - PER - Estime / Mépris ; Mérite, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.