580,2 – Détachement, Renoncement

 – Voilà des expressions bien étranges.

– Tout renoncement est un exode hors de soi, et tout exode est la recherche d’un autre que ce, celui, qui était.

– « Si le grain ne meurt… »

Voir aussi à la rubrique Soobriété, 720,2

 ——————————————————————————————————————————-

« ‘A quoi bon ?’ … la sinistre parole qui est au principe de tous les abandonnements. » (Georges Bernanos) – Il ne s’agit pas là de renoncement ascétique, mais d’abandon par faiblesse, lassitude, lâcheté…

« Détaché de tout, y compris de son détachement. » (Maurice Blanchot)

« Le renoncement est le fruit de tout apprentissage. » (Christian Bobin)

« On ne peut se rendre maître des choses en les possédant toutes ; il faut s’en rendre maître en les méprisant toutes. » (Bossuet)

« Peut-être faut-il arracher la frugalité à l’idée sinistre d’abstinence : elle n’est pas une soustraction mais un plus, l’ouverture à d’autres dimensions de l’existence. » (Pascal Bruckner)

« Comment une doctrine du renoncement peut-elle séduire une société de l’implication mondaine ? » (Pascal Bruckner – sur la fascination exercée par le bouddhisme sur les bobos occidentaux)

« Le détachement ne consiste pas exactement à mépriser et à rejeter, mais à traverser et à sublimer. » (Père Teilhard de Chardin)

« Ose !

 Recherche le désert, la solitude                                                                                  

« Renonce d’abord     

  « A la conscience commune

« Et après, on verra. » (Léon Chestov)

« Détacher son esprit des sens et dégager sa réflexion des idées reçues. » (Cicéron)

« Etre libre, c’est s’émanciper de la quête d’un destin, c’est renoncer à faire partie et des élus et des réprouvés ; être libre, c’est s’exercer à n’être rien. » (Emil Cioran)

« A mesure que s’élargit l’intervalle qui nous sépare de nos actes, nous voyons diminuer les sujets de dialogue et le nombre de nos semblables. »(Emil Cioran)

« Quelle quiétude, quel rayonnement quand s’apaise cette quête effrénée de biens, même spirituels ! Il est déjà grave de dire ‘moi’, plus grave encore ‘mien’, car cela suppose un surplus de dégringolade, un renforcement de notre inféodation au monde. » (Emil Cioran)

« On a d’autant plus de prise sur ce monde qu’on s’en éloigne, qu’on n’y adhère pas. Le renoncement confère un pouvoir infini. Le renoncement est la seule variété d’action qui ne soit pas avilissante. » (Emil Cioran)

« Méfiez-vous de ceux qui tournent le dos à l’amour, à l’ambition, à la société ; ils se vengeront un jour d’y avoir renoncé. » (Emil Cioran)

« Il est incroyable que la perspective d’avoir un biographe n’ait fait renoncer personne à avoir une vie. » (Emil Cioran)

« Le renoncement est la seule variété d’action qui ne soit pas avilissante. » (Emil Cioran)

« Peut-être n’a-t-on pas bien mesuré la différence qui existe entre le détachement et le renoncement. Un retraité peut bien renoncer à tout, s’il n’est pas détaché, il reste le plus malheureux des hommes. Mais s’il n’est attaché à rien il tire profit de tout. Nul besoin de renoncer à quoi que ce soit. » (Christian Combaz)

« Qu’un oiseau soit retenu par un lien de fer ou le fil le plus léger et le plus délicat, il ne pourra prendre son vol. » (saint Jean de la Croix)

« Pour arriver à savoir tout, veillez à ne rien savoir de rien…

« Pour arriver à être tout, veillez à n’être en rien…

« Car pour venir du tout au tout, il faut se renoncer du tout au tout… » (saint Jean de la Croix)

« Vous triompherez sans difficulté de tous les hommes, et les créatures vous serviront, si vous les oubliez et si vous vous oubliez vous-même. » (saint Jean de la Croix)

« Il n’existe aucune voie commune, rassemblant tous les hommes de bonne volonté, en dehors de l’intériorité … Mystérieux ce creuset symbolise moins un lieu qu’un état. Il inaugure un passage du dehors au-dedans, du chaos à l’ordonnance, de l’esclavage à la liberté … La beauté assume la difformité, la clarté l’ombre, les erreurs du parcours sont entièrement consumées, il n’en reste aucune trace …Il porte un nom : il s’appelle ‘désert’ … La décréation progressive a fait apparaître dans l’âme de nouveaux continents, telle la mer en se retirant découvre … Le désert intérieur permet de prendre un certain recul et de comprendre nos failles sans pour autant les tenir constamment sous nos yeux …  ‘Si l’homme s’agite pour trouver la perfection, en un instant il se détruit’ (texte égyptien ancien ) … L’homme n’échappera à l’agonie qui le guette que par l’intériorité, mais par une intériorité vécue à un niveau universel … finies les communautés ‘possédantes’ de vérité …L’éloignement de tout tumulte extérieur, la non-coopération à l’agitation … Le désert est le lieu des métamorphoses …  ‘Sors de ta terre et de ta parenté’ (Genèse) , ce qui signifie : dépouille-toi, abandonne ce qui t’encombre …  nécessité d’entrer en lui-même, de s’y tenir, voire de s’y fixer … le désert intériorisé signifiant passage par le vide, la remise en question, la purification du faux savoir, des notions périmées, alors il  émergera de la boue qui l’enlise … Ce qui est multiple, éparpillé est sujet à la corruption, seule l’unité échappe au temps … L’homme intériorisé ne jette aucun regard sur lui-même (s’il sait qu’il prie, il est hors de la prière, s’il se sait unifié, il séjourne dans la dualité), se réjouir de ses progrès ou s’attrister de ses défaites n’aurait aucun sens. » (Marie-Madeleine Davy – Le désert intérieur)

« Le sage est celui qui se suffit. Qui ne cherche ni ne veut point au-delà … Celui qui ne doit connaître ni l’enthousiasme ni l’indignation … La question de la sagesse est : ‘comment bien vivre ?’ … Le sage contemporain doit être, comme tous les sages du monde, un renonçant … aux croyances illusoires, aux passions sauvages et aux besoins superflus … Il ne cherche pas midi à quatorze heures… Le sage doit se libérer des nostalgies du passé et des craintes de l’avenir … Il se voue tout entier à l’acte présent. » (Chantal Delsol)

« On renonce au monde plus facilement qu’à soi-même. » (Louis Dumur)

« Le retrait est ce qui met au jour, ce qui fait apparaître : ainsi Dieu créant le monde comme la mer crée le continent, en se retirant, dit la Kabbale. » (Nathanaël Dupré La Tour)

« Jamais encore personne ne s’est assez renoncé en cette vie qu’il ne puisse trouver à se renoncer davantage. » (Maître Eckhart)

« Le pur détachement est au-dessus de toute chose, car toutes les vertus ont quelque peu en vue la créature, alors que le détachement est affranchi de toutes les créatures. » (Maître Eckhart)

 « L’âme ne jouit de la complète béatitude qu’en s’enfonçant dans la divinité désertique où il n’y a ni œuvre ni image ; il faut qu’elle s’y perde et y sombre dans le désert. » (Maître Eckhart) – « Dieu nous dépouille de toute image et nous ramène à l’état initial où nous ne rencontrons qu’un désert nu et sauvage, vide de toute forme ou image, qui correspond à l’éternité. » Ruysbroek) – Même avec l’aide de Dieu selon Ruysbroek, cette atteinte n’est évidemment pas à la portée de tout le monde !

« On peut se sauver des liens de la ‘Mâyâ’, ou bien par la voie contemplative, en renonçant au monde et en pratiquant l’ascèse et les techniques mystiques afférentes, ou bien par une voie active, en continuant à rester dans le monde, mais sans plus jouir des ‘fruits de ses actions’ (voie de la Bhagavad-Gîta). » (Mircea Eliade) – Peut-être peut-on peut dire que le monachisme occidental représente un compromis entre les deux voies.

« On ne peut plus vivre de frigidaire, de politique et de bilans. » (Saint-Exupéry) – C’est bien pourtant où nos soi-disant élites nous mènent.

« Tout est gagné, à condition que tout soit perdu. » (Fénelon) – Le théoricien de l’ascèse.

« Le non-attachement est de toutes les attitudes la plus réaliste. Elle évite de prendre ses désirs pour des réalités ou de toujours vouloir que les choses soient autrement. » (Marylin Ferguson)

« Ôtez-nous de ces biens l’affluence importune. » (La Fontaine)

« Il restait en arrière ces misérables embarras et cela me fait plaisir de les jeter par la fenêtre. » (Charles de Foucauld – lors de son abandon du monde)

« C’est dans la négation de soi que bondit et se réfugie  l’affirmation de soi la plus haute … C’est dans l’abnégation que  chaque affirmation s’achève. Tout ce que tu résignes en toi prendra vie. Tout ce qui cherche à s’affirmer se nie ; tout ce qui renonce s’affirme. La possession parfaite ne se prouve que par le don… » (André Gide) – Attention quand même à ne pas trop en faire, pour ne pas disparaître.

« S’abstenir des actes qu’inspire le désir, voilà ce que les maîtres entendent par détachement ; renoncer à tout fruit des actes, c’est ce que les hommes éclairés appellent renoncement. » (Bhagavad-Gïtâ)

« La fuite éperdue du monde, l’aspiration des hommes du Moyen Age vers le bonheur du salut, vers la vie éternelle … L’obsession du salut et la peur de l’enfer qui animait les hommes du Moyen Age, le dépouillement de tout l’effort d’une vie cupide, dépouillement de la puissance, dépouillement de la richesse qui provoque une extraordinaire mobilité des fortunes, fût-ce ’in extremis’, contrariant l’accumulation des fortunes, éloignant les hommes des conditions matérielles et psychologiques du capitalisme. » (Jacques Le Goff – La civilisation de l’Occident médiéval)

« Il faut laisser les choses avant qu’elles nous laissent. » (Baltasar Gracian)

« Il ne suffit pas d’abandonner ce qui est nôtre, si nous ne nous abandonnons pas aussi nous-mêmes. » (saint Grégoire)

« Il faut renoncer au monde pour le comprendre. » (Jean Grenier)

« Quand nous ne sommes plus dépendants de ce que les autres pensent et attendent de nous, de la faveur qu’ils nous accorent, de la valeur qu’ils nous reconnaissent, alors nous entrons en contact avec notre vérité profonde, avec notre ’Soi’ … Celui qui veut avoir tout ce qu’il aperçoit vit dan un état de dépendance totale, il est déterminé du dehors, privé de liberté. Si je sais renoncer à quelque chose qui me fait normalement plaisir, je suis libre. » (Père Anselm Grün)

« Il est dangereux de renoncer sans sublimer. » (Jean Guitton)

« Le renoncement qui est aujourd’hui victoire ne sera demain plus que déshonneur. » (Hermann Hesse)   

« Je plaide pour une renaissance des pratiques ascétiques, pour maintenir vivants nos sens, dans les terres dévastées par le ‘show’ ; au milieu des informations écrasantes, des  conseils à perpétuité, du diagnostic intensif, de la gestion thérapeutique, de l’invasion des conseillers, des soins terminaux, de la vitesse qui coupe le souffle. » (Ivan Illich)

« Renoncer aux apparences et vaincre son nom est la seule victoire à laquelle nous pouvons prétendre. » (Roland Jaccard)

« Cette zone de recueillement où ‘tout passe, se calme, se ralentit, se tranquillise et dépose ses propre excès’ … ’Une ‘clôture’ qui protège, une quiétude qui ‘ouate les remparts’, une ‘alcôve’, une défense pour ‘amortir les chocs’ et mettre le ‘cœur en repos’ … La révolution a chassé mon esprit du monde réel en me le rendant trop horrible. » (Joseph Joubert – évoquant sa séparation, son éloignement, sa discrétion…)

« Aimer, c’est renoncer au pouvoir sur autrui … Le bien est un renoncement au pouvoir … Qu’est-ce que la ‘décréation’ ? C’est Dieu se retirant du monde sensible … C’est le nom cosmique de la liberté, qui suppose à la fois la possibilité du mal et le besoin de Dieu … La décréation divine, c’est Dieu se retirant du monde pour en laisser la jouissance à l’homme … La décréation humaine, c’est l’homme abandonnant sa personnalité … Imitation du renoncement de Dieu dans la création. Dieu renonce, en un sens, à être tout. Nous devons renoncer à être quelque chose. » (Jacques Julliard – interprétant et citant Simone Weil)

« Une perfection ne peut prospérer qu’aux dépens d’une ou de plusieurs autres … La perfection esthétique est située dans une autre dimension que la perfection morale, et il n’est pas rare que cette dimension soit située à l’angle droit de la dimension de la  morale … Le moine doit tuer en lui l’instinct familial dont la valeur esthétique est si profonde, il doit renoncer à l’amitié, devenir indifférent à l’égard de la perfection terrestre … Les idéals vivent aux dépens les uns des autres, tout comme le font les organismes vivants. » (Hermann von Keyserling)

« On dira ce qu’on voudra, mais in homme qui n’a d’anniversaire que tous les quatre ans, n’est pas comme les autres … Il apparaît qu’il perd au moins soixante-quinze pour cent de ses manifestions de joie au cours de sa vie … Chacun sait que tout homme, à l’occasion de son anniversaire, se promet sérieusement de faire ou d’omettre une chose, comme de se lever plus tôt à l’avenir, de lire la Bible en entier, de ne plus boire de brandy ; et donc un tel homme se voit privé de toutes ces décisions salutaires et on sait bien ce qu’il en devient de l’exécution quand on n’a quand on n’a pas même pu en venir à la décision. » (Georg Christoph Lichtenberg – Consolations à l’adresse des malheureux qui sont nés un 29 février)  

« Elle était étrangère à la stratégie du monde et la sienne était réduite à sa plus simple expression. Elle avait renoncé aux grands objectifs, elle était devenue son propre futur. » (Clarice Lispector)

« N’est vivant que ce qui est enraciné. Mais pour s’enraciner vraiment, il faut souvent paraître détaché. » (cardinal Henri de Lubac)

« La jeunesse sait mieux que la vieillesse renoncer à certaines choses, car elle n’y est pas obligée. » (Robert Mallet)

 « Il faut faire comme les animaux qui effacent la trace, à la porte de leur tanière. » (Montaigne – cité par Emily Dickinson)

« Il est plus facile de se passer des choses que de perdre son temps à les acquérir. » (Eugène Morand – père de Paul)

« Par une désertion volontaire entraînons-nous à ce jour où il faudra tout quitter. » (Paul Morand)

« Au contraire des éthiques du renoncement et de la négation (Haro sur les passions, haine à l’enthousiasme, mort à la vie…) … une éthique affirmative veut les parts animales en l’homme jusqu’à l’acceptable … La ‘part maudite’ n’est haïssable  qu’au-delà d’un certain seuil, quand elle génère des dangers qu’on ne contient plus, lorsqu’elle emporte tout avec elle et se met au service du négatif, de la destruction …Toute la question éthique réside dans la détermination des limites : à partir de quels moments ces puissances magnifiques risquent-elles de basculer du côté sombre ? Au-delà de quelles bornes sont-elles intolérables ? » (Michel Onfray)

« Travaillez donc, non pas à vous convaincre par l’augmentation des preuves de Dieu, mais par la diminution de vos passions. » (Blaise Pascal) – On peut étendre au domaine profane. Le déblaiement préalable est nécessaire avant de conquérir quelque positivité. Se débarrasser des erreurs, des errements avant de se tourner vers des horizons différents, vers des convictions souvent même opposées.

« Ayant renoncé à tout, les petites choses qui nous restent se gigantifient. » (Cesare Pavese)

« S’il fallait renoncer à toutes les valeurs du monde et de l’homme à mesure que les politiciens s’en emparent et entreprennent de les exploiter, il y a longtemps qu’il n’y aurait plus rien. » (Charles Péguy)

« Pour celui qui se fait ‘sannyasi’, l’hindouisme n’est plus une religion du renoncement à soi (comme individu) et de la dissolution dans l’ordre du monde : c’est au contraire au monde que le renonçant renonce, ‘pour se consacrer à sa propre libération’ … un accès à une ‘pleine indépendance.’ » (Alain Renaut – qui y voit une manifestation d’individualisme)

« Perdre de plus en plus toute idée de l’effet que je peux produire. » (Jacques Rivière)

« Plus il augmente ses attachements, plus il multiplie ses peines. » (J. J. Rousseau)

« On sait que le renoncement accompli, c’est l’opération de plusieurs, qui tirent d’un transport de valeur, déconcertant pour le vulgaire, un trésor de satisfactions et d’avantages communs. » (Eric Sadin)

« Laisse tout ce que tu as pour pouvoir emporter tout. » (Angélus Silésius)

« Homme, si tu es encore quelque chose,

« Si tu sais, si tu possèdes, si tu aimes,

« Crois-moi, tu n’es pas délivré de ton fardeau. » (Angélus Silésius)

 « Plus tu sauras t’ôter de toi, hors de toi te répandre,

« Plus Dieu t’inondera de sa Divinité. » (Angelus Silesius)

« La rose est sans pourquoi ; elle fleurit parce qu’elle fleurit.

« N’a souci d’elle-même, ne cherche pas si on la voit. » (Angelus Silesius)

« Qui possède le plus, celui qui désire le moins. » (Publius Syrus)

« Nous n’avons besoin du bonheur et de la victoire que si nous nous soucions de nous-mêmes. Rompre ce cercle, c’est se placer dans un état d’ouverture à tout ; et en cela, c’est être libre. » (François Taillandier)

« C’est pourquoi l’œil doit être sans aucune couleur, afin de voir toutes les couleurs. De même l’œil intérieur doit être net et pur de tout vouloir ainsi que de tout non-vouloir s’il veut voir bien et clair. » (Jean Tauler) 

« Fais le vide et Dieu sera forcé de le combler. » (Jean Tauler)

« Le culte de la sensibilité (romantique…) pouvait facilement passer de l’héroïsme à l’égoïsme. Au lieu d’inciter au dépassement de soi, le renoncement, la perte se délectent dans la mélancolie. L’époque du sentiment a été celle aussi de la mélancolie. » (Charles Taylor) – Les souffrances du jeune Werther, de Goethe, modèle du genre.

« Abandonner son manteau c’est, il me semble, renoncer à ses derniers droits. Lorsqu’on a quitté son manteau, c’est plus facile de marcher, de courir. » (sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus) – Image ; sur le dépouillement.

« Être détaché de tout : première condition pour n’être indifférent à rien. » (Gustave Thibon)

« ‘Je choisis tout’, renoncement absolu, la possession de tout passant par le rien. Choisir, c’est exclure. » (Gustave Thibon – citant Thérèse de Lisieux)

« Un homme est riche de tout ce dont il peut se passer. » (Henry David Thoreau)

« Celui qui pense que c’est assez aura toujours assez. » (Lao Tseu)

« Qui connaît sa lumière

« Et cependant reste dans l’obscurité

« Est le modèle du monde

«………………………………………

« Il met son moi derrière

« Et son moi vient devant

« Il se dépouille de son moi

« Et son moi reste intact

« N’est-ce pas pour la raison

« Qu’il renonce à sa personnalité

« Que sa personnalité atteint la perfection ? (Lao-Tseu)
                                                                                   

« La puissance de l’ascétisme religieux … donnait (à l’entrepreneur bourgeois) l’assurance réconfortante que la répartition inégale des biens de ce monde répond à un décret spécial de la Providence qui, avec ces différences comme avec la grâce particulière, poursuit des fins pour nous secrètes … L’ascétisme protestant légalisait (aussi) l’exploitation de la bonne volonté au travail tout en interprétant l’activité acquisitive de l’entrepreneur comme une ‘vocation’. » (Max Weber – L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme)

« Le puritain voulait être un homme besogneux … Car lorsque l’ascétisme se trouva transféré de la cellule des moines dans la vie professionnelle et qu’il commença à dominer la morale séculière (jadis, c’est bien fini), ce fut pour participer à l’édification du cosmos prodigieux de l’ordre économique moderne. » (Max Weber  – L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme)

« On ne possède que ce à quoi on renonce. Ce à quoi on ne renonce pas nous échappe. » (Simone Weil)

« Pas de trace de ‘je’ dans la conservation. Il y en a dans la destruction. ’Je’ laisse sa marque sur le monde en détruisant. » (Simone Weil)

« L’attachement est fabricateur d’illusions, et quiconque veut le réel doit être détaché. » (Simone Weil)

« Détacher notre désir de tous les biens et attendre. L’expérience prouve que cette attente est comblée. On touche alors le bien absolu. » (Simone Weil)

« Le renoncement au passé et à l’avenir est le premier des renoncements. » (Simone Weil)

« Avec le temps vous verrez que parfois ce qui compte ce n’est pas ce qu’on a, mais ce à quoi on renonce. » (Carlos Ruiz Zafon)

« Je vis pour je ne sais quel temps, Je viens je ne sais d’où, Je suis je ne sais qui, Je meurs ne sais quand, Je vais je ne sais où, Je m’étonne d’être aussi joyeux. » (épitaphe de Martinus von Biberach– cité par Clément Rosset)

« On est possédé par ce que l’on possède. » (proverbe hindou)

« Manger des produits bio plutôt que de la viande, effort louable, mais si on fait venir les dits produits du bout du monde par avion ? » (?)

Ce contenu a été publié dans 580, 2 - Détachement, Renoncement , avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.