015,5 – Cynisme

« Cynique : grossier personnage dont la vision déformée voit les choses comme elles sont et non comme elles devraient être. » (Ambrose Bierce)

« L’ancien cynisme qui jugeait des moyens par les fins avait au moins figure humaine. Les fins, qui excusaient tout, avaient un sens dans la vie d’un homme. » (Pierre Boutang – sur la dépravation morale jointe à l’absence de fins du monde moderne)

« Le comble de la franchise dans une société d’hypocrites. »(Philippe Bouvard)

« Ils disent tout haut ce que nous pensons tout bas. » (Pierre Daninos)

« Action calculée au départ de façon que : ou bien elle réussit, et l’on est satisfait des résultats concrets recherchés ; ou bien elle échoue, mais cet échec même est un excellent instrument de propagande pour la cause … Projet accepté et la gloire comme le profit en reviennent aux auteurs, projet rejeté, et celui qui le rejette est un fauteur de guerre qui refuse la collaboration, la coexistence … En présentant des exigences objectivement raisonnables mais inacceptables pour l’adversaire, la double possibilité d’exploitation permet de maintenir une attitude extrêmement intransigeante. Il n’importe pas vraiment d’aboutir à un résultat. On peut ne rien céder à l’adversaire, puisque  s’il refuse de céder, cela se retournera contre lui …Dans les deux cas, il perdra la face …  L’action porte en elle-même la propagande … Peu importe que l’action soit vraiment utile, ce qui compte c’est son utilisation dans cette ambiguïté … Tel est le calcul où les communistes sont passés maîtres …» (Jacques Ellul – se référant aux pourparlers d’armistice de Pan Mun Jon et surtout aux innombrables initiatives pour la paix de l’ex-URSS) – Les lobbies communautaristes, et subversifs, actuels ont retenu le procédé, d’autant plus efficace dans un monde ultra-médiatisé, stupidement émotif et larmoyant.

« Le cynisme se retrouve à gauche comme à droite, mais la façon dont la gauche s’est  appropriée la morale fait peser sur elle un poids de responsabilité particulière. » (Jean-Pierre Le Goff)

« Un imbécile ne peut pas être cynique, il ne peut être qu’obscène. »(Edmond et Jules de Goncourt)

« L’immense majorité des négativistes … sont ‘génophobes’ … Le fait de n’avoir pas d’enfants est chez eux bien plus qu’un choix : un principe irréfragable. C’est logique, car si l’on est convaincu que l’espèce humaine devait disparaître, le moins qu’on puisse faire c’est de ne pas mettre d’enfants au monde … ‘Avoir commis tous les crimes, hormis celui d’être père’. » (Nancy Huston – citant Emil Cioran – et à propos des philosophes de l’Occident moderne : Spinoza, Pascal, Kant, Hegel, Schopenhauer, Kierkegaard, Nietzsche, Emil Cioran, Milan  Kundera, Samuel Beckett, Thomas Bernhard, Tous ceux-ci n’étant pas d’ailleurs des négativistes –et des scribouillards, scribouillardes actuels se prétendant écrivains, écrivaines…) – «  Avoir un enfant vous oblige à aimer le monde, ou du moins à faire semblant. » (Nancy Huston – citant Milan Kundera (L’identité) : « Il est impossible d’avoir un enfant et de mépriser le monde tel qu’il est, parce que c’est dans ce monde que nous l’avons envoyé. C’est à cause de l’enfant que nous nous attachons au monde, pensons à son avenir, participons volontiers à ses bruits, à ses agitations, prenons au sérieux son incurable bêtise. »  – « Attitude  adolescente permettant de rester toute sa vie dans la position gratifiante de l’enfant lésé qui se révolte contre ses parents et les invective. » (Nancy Huston)

« Le cynisme est souvent un moralisme déçu et une extrême ironie … une ironie frénétique qui s’amuse à choquer les philistins pour le plaisir … le dilettantisme du paradoxe et du scandale  … Le cynisme, en proférant le mal à haute voix, l’exorcise, car l’appeler par son nom, c’est déjà, en quelque sorte, l’envoûter … il est facile de comprendre pourquoi le cynisme est plutôt dans l’outrance … il coupe les ponts derrière lui, pose des mines partout, et il est littéralement en rupture de bans avec la société humaine … Il piétine les vertus et blasphème les valeurs … Le cynique qui souffre et qui engage son âme on le prend pour un farceur, on ne veut pas que ce soit sérieux … Mais sa fureur sacrilège et ses sarcasmes sont peut-être un alibi du dépit amoureux. » (Vladimir Jankélévitch) – Suite de considérations éparses sur le cynisme.

« La transmutation des valeurs au moyen de laquelle une ‘folie des grandeurs et un mépris narcissique protègent d’une fragilité et d’une susceptibilité fatales.’ … C’est ce moyen de défense que constitue le cynisme éhonté qui donne aujourd’hui le ton à l’ensemble de notre culture … ‘Mise à nu sans restrictions de nos émotions et de notre corps, exhibition de nos secrets, intrusion frivole de curiosité … Il est devenu difficile d’exprimer des sentiments tendres, de respect, d’effroi, d’idéalisation, de révérence. Il est presque de bon ton d’être irrévérencieux … La culture de l’effronterie est aussi la culture de l’irrévérence, de la démystification et de la dévalorisation des idéaux.’ » (Christopher Lasch – citant Wurmser) – Les média donnant le ton de cette grossièreté.

« Le cynisme des Anciens s’épuisait dans la formule ‘tout peut être anéanti’ et celui des Modernes dans celle où ‘tout peut être reconstruit’, dès lors l’anéantissement n’est pas si grave, et même opportun, plus de perte, plus de deuil. C’est cette dernière formule qui corrode l’esprit progressiste. » (Bérénice Levet)

« Le terme de cynisme peut aussi désigner ‘tout un ensemble d’attitudes populaires qui constituent une manière efficace de se protéger contre le monde des autres’ (Richard Hoggart) … …Tout en acceptant apparemment les valeurs établies … on prend ses distances, on ne ‘marche’ pas … ‘on ne me la fait pas’ … Il n’y a ni adhésion ni contestation qui sont senties comme les deux pôles complémentaires d’un même intérêt. On se contente de démythifier par un sourire, par une boutade, par un bon mot bien senti … Il y a présence mais non participation … Tradition populaire de la distance … Dissidence intérieure … Art de la fronde …Imparable technique de défense … c’est l’arme du pauvre, c’est-à-dire de tout le monde … Ce cynisme est la cible privilégiée des moralistes de tous bords parce qu’ils n’en comprennent pas la nature mais surtout (hypothèse) parce qu’ils se sentent intimement menacés par ses conséquences … Cette attitude est hautement subversive parce qu’elle ne propose pas de valeurs de remplacement à celles dont elle se gausse et c’est bien parce qu’elle n’est pas ‘constructive’ qu’une telle attitude est suspectée aussi bien par les conservateurs que par les révolutionnaires. » (Michel Maffesoli)

« Le cynisme est une défense de façade ; un filtre qui rend la réalité plus douce. » (Henning Mankell)

« Il n’y a qu’un cynique qui puisse être idéaliste sans danger pour se contemporains. » (André Maurois)

« Nous sommes tous capables de croire à des choses que nous savons fausses et, lorsque nous avons finalement tort, nous déformons les faits sans vergogne pour montrer que nous avions raison » (George Orwell)

« Le monde de ceux qui ne croient à rien, pas même à l’athéisme, qui ne se dévouent, qui ne se sacrifient en rien. » (Charles Péguy – Notre jeunesse)

« Depuis longtemps les positions clé de la société appartiennent au cynisme diffus, dans les comités directeurs, les parlements, les conseils… Une certaine amertume, élégante, accompagne son action. Car les cyniques ne sont pas stupides, et ils voient parfaitement de temps en temps le Néant vers lequel tout conduit. Ils savent ce qu’ils font, mais ils le font parce que les contraintes  et les instincts de conservation l’emportent. » (Peter Sloterdijk)

« Le cynique est insupportable à l’idéaliste, non parce qu’il l’abaisse en réalité, mais parce qu’il lui présente un miroir où il se voit sans masque. La bassesse lucide et étalée éclaire douloureusement la bassesse voilée. » (Gustave Thibon)

« Être cynique, c’est raisonner pendant que les autres braillent. » (Bertrand Vac)

« Le cynique sait le prix de toute chose et ne connaît la valeur  de rien. » (Oscar Wilde)

« Le cynisme n’est autre que l’art de voir toutes choses comme elles sont plutôt que  comme elles devraient être. » (Oscar Wilde)

« Ce m’est une bien pauvre couverture, mais elle me protège du froid. » (?)

Ce contenu a été publié dans 015, 5 - Cynisme , avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.