160,1 – Conseil, Avis

– Personne n’est jamais mort de demander un conseil, par contre nombreux sont ceux qui ont marché longtemps à côté de leurs pompes, qui ont vraiment raté leur vie (et saccagé accessoirement celles de leurs proches), parce qu’ils n’ont pas su prendre quelques heures (méconnaissance, orgueil, timidité, renfermement, craintes infondées…) pour s’épancher et écouter (si possible qui il fallait, mais, à un certain stade d’aveuglement, qu’importe même).

– Un orgueilleux ne demande pas conseil, quelqu’un d’isolé ne peut recevoir de conseil.

– Erreur pour le conseillé potentiel : ne pas solliciter de conseil, croire qu’il peut s’en tirer tout seul dans son coin. Bloqué sur une approche, généralement faussement protectrice, un être intelligent et de bonne foi, peut passer trente ans à côté de ses pompes, sans voir l’évidence qui crève les yeux de n’importe quel témoin. Pour prendre un exemple commun, qui n’a pas fait l’expérience de contempler, pendant des heures, une fuite ou une question de bricolage en s’obsédant sur une fausse solution sans rien voir à côté ?

– Ensuite : consulter des gens trop intéressés sur la question, sans expérience (quoique ?) ou pire projetant la leur sur le cas particulier, des idéologues ou, sur un sujet concret, des gens qui ne pourront pas répondre en faisant abstraction de l’habit qu’ils portent (autant demander conseil à un religieux sur des questions érotiques, sinon pornographiques, ou matérielles particulièrement tordues qu’à un magistrat sur une infraction projetée), ne pas tout dire, ne pas tout révéler, laisser des ombres, s’expliquer avec partialité, quêter une approbation plus qu’un avis…

– Fautes possibles pour le conseiller : s’exprimer suivant la projection que l’on fait de ce qu’est censé pouvoir recevoir celui à qui on s’adresse et ainsi déformer, exagérer, et le plus souvent atténuer, un avis clair et net jusqu’à le transformer en bouillie, exprimer ses propres convictions, transposer sa propre expérience…

– Ecueil pour les deux : ne pas vouloir savoir qui est qui, soit d’où parle l’autre.

– En dehors de ces critères, un bon conseiller est une personne avec laquelle on partage une certaine proximité intellectuelle, et même, en certaines matières affectives, un possible lien spirituel.

– De plus, si tous sont tenus d’écouter un conseil, nul n’est tenu de le suivre, mais une attitude infantile, souvent longtemps poursuivie, est, sur une suggestion, de rétorquer sur le mode de l’auto justification « Oui, mais… », ce qui annule une écoute possiblement fructueuse. Ecouter seulement, ensuite retenir ce qu’on veut, rejeter ce qu’on veut.

– Un jeune homme aura toujours besoin de plus de conseils directifs qu’une jeune femme, car à ces âges, la clairvoyance existentielle, l’appréhension des situations est bien supérieure chez celle-ci.

– Si nous nous en sentons capables et arrivés à une certaine expérience, n’hésitons pas à prendre l’initiative de nous mêler (avec tact et distance) des affaires personnelles d’un ami. S’il le prend mal, c’est que nous nous y sommes mal pris ou que notre amitié valait peu. Il faut prendre ces risques. Ce genre d’initiative n’existe plus guère de nos jours, en effet, elle implique qu’il existe un lien spirituel, ou au moins affectif fort, entre conseilleur et conseillé, dont l’expression au moins, devient de plus en plus rare dans l’atmosphère de froide laïcité forcenée imposée –  « Si l’un de vous s’est fourvoyé loin de la vérité, et qu’un autre l’ait remis sur le bon chemin, sachez que celui qui ramène un pécheur de la voie où il s’égare, sauvera son âme de la mort et fera disparaître une multitude de péchés. » (Epître de saint Jacques)

– Un piège de plus en plus fréquent (qui m’a laissé un mauvais souvenir récent) : – X a passé toute une soirée devant vous à critiquer violemment sur des faits une de ses relations, Y, en vous prenant à témoin de sa vindicte – Le lendemain, après réflexion, vous trouvez des justifications à la conduite d’ Y et, en bon camarade, vous faites part à X de vos réserves, en lui conseillant gentiment de mieux analyser la situation – X vous répond abruptement qu’il (ou elle)  sait cela parfaitement, en laissant clairement entendre, que vos conseils sont déplacés. X est fréquemment une personne qui se laisse emporter.

– Il est grossier de demander son avis, son opinion, à quelqu’un dans une matière délicate (politique par exemple) sans avoir donné le sien au préalable ou tout au moins l’avoir laissé entrevoir. Il est de la dernière des mufleries de ne pas le livrer ensuite au moins. Ces sollicitations sans se mettre en cause soi-même ni avant, ni même après, sont pourtant fréquentes dans ce qu’on appelle la classe bourgeoise. On est moins hypocrite dans le peuple.

– Une personne issue de ce qu’on appelle une grande famille, demandera plus rarement conseil puisqu’elle sait héréditairement ce qu’il convient de faire. De même s’insurgera-t-elle auprès de son entourage (conjoint…) qu’on ne lui ait pas demandé son avis sur telle affaire, alors  qu’elle se dispense fort bien de solliciter l’avis des autres sur ses propres affaires ou décisions, et même simplement de les informer.

 ——————————————————————————————————————————-

« Souviens-toi que changer d‘avis et suivre celui qui te ramène sur la bonne voie, c’est un signe de liberté intérieure. » (Marc-Aurèle)

« Un homme de génie ou un intrigant seuls se disent : ‘J’ai eu tort.’ L’intérêt et le talent sont les seuls conseillers consciencieux et lucides. » (Balzac – Le Curé de Tours)

« La répétition d’un conseil n’en double pas la valeur, elle la diminue. » (Anne Barratin)

« Si on demandait leur avis aux gens, ils seraient pour la peine de mort et, sur l’immigration, vous imaginez ! » (Claude Bartolone, dirigeant socialiste, grand démocrate – cité par Cyril Bennasar)

« Si aujourd’hui l’expression ‘être de conseil’ commence à sonner vieux jeu à nos oreilles, c’est à cause de la situation dans laquelle nous nous trouvons, où la communicabilité de l’expérience décline. Il en résulte que nous ne sommes plus de conseil pour nous-même ni pour les autres. Le conseil est en vérité moins une réponse à une question qu’une proposition concernant la suite d’une histoire (en train de se dérouler). Pour aller chercher ce conseil, il faudrait tout d’abord pouvoir raconter l’histoire. Et ce, indépendamment du fait qu’un homme n’est réceptif à un conseil que dans la mesure où il laisse sa situation s’exprimer. » (Walter Benjamin)

« Si tous doivent être appelés en conseil, c’est que souvent le Seigneur révèle au plus jeune ce qu’il y a de mieux à faire. » (règle de saint Benoît)         

« Couramment on vient consulter sur un point difficile des hommes incompétents, parce qu’ils sont arrivés à la notoriété par leur compétence en de tout autres matières. On flatte ainsi chez eux, et surtout on fortifie dans l’esprit public, l’idée qu’il existe une faculté générale de connaître les choses sans les avoir étudiées, une ‘intelligence’. » (Henri Bergson – cité par Marc Crapez) – S’applique fort bien à nos people.

« Celui qui veut se conduire par lui-même se fait guider par un fou. » (saint Bernard) – Pour apprécier la remarque, il suffit de constater les résultats des années après de ceux qui n’ont pris ou écouté aucun conseil.

« Consultez votre miroir car il est capable de réflexion. » (Tristan Bernard)

« Consulter : demander à un autre qu’il approuve une ligne de conduite déjà arrêtée par vous. » (Ambrose Bierce – Le dictionnaire du diable)

« Avez-vous besoin de bons conseils ? Essayez d’emprunter à un ami. Plus votre ami sera riche, plus ses conseils seront excellents. » (Léon Bloy)

« Parle franchement.. Si tu attends d’un médecin qu’il te soigne tu dois montrer ta blessure. » (Boèce)

« Un fat quelquefois ouvre un avis important. » (Boileau)

« Aimez qu’on vous conseille et non pas qu’on vous loue. » (Boileau)

« C’est insulter les gens que de leur demander conseil quand on n’a pas l’intention de les écouter. » (Robert Brisebois) – Ecouter, ne signifie pas suivre.

« Le conseil, si nécessaire pour les affaires, est quelquefois dans la société nuisible à qui le donne, et inutile à celui à qui il est donné. Sur les mœurs, vous faites remarquer des défauts ou que l’on n’avoue pas, ou que l’on estime des vertus ; sur les ouvrages, vous rayez les endroits qui paraissent admirables à l’auteur … Vous perdez ainsi la confiance de vos amis, sans les avoir rendus meilleurs ni plus habiles. »(La Bruyère)

« Il y a dans les meilleurs conseils de quoi déplaire ; ils viennent d’ailleurs que de notre esprit, c’est assez pour être rejetés d’abord par présomption et par humeur, et suivis seulement par nécessité, ou par réflexion. » (La Bruyère)

« Il est facile de donner des conseils dans les affaires où l’on n’est pour rien. »(Miguel de Cervantès)

« Comment être de ton avis, tu ne cesses d’en changer. » (Paul Claudel)

« A compétence égale, le septuagénaire se sera trompé plus souvent. Il se trouve donc mieux placé pour reconnaître une erreur et douter d’une vérité que l’on croit établie. » (Christian Combaz)

« Il est inutile de chercher conseil auprès de ceux qui suivent une autre voie. » (Confucius) – Ceux qui ont adopté un autre système de valeurs, ou aucun.

« C’est une imprudence d’écouter trop d’avis et se tromper au choix. » (Pierre Corneille – La mort de Pompée)

« Celui qui se fie à lui-même est pire que le démon » (saint Jean de la Croix)

« Il n’ y a pas de bon conseil pour un sot. » (Diderot)

« On vous donne à présent des conseils pour tout. Plus un seul aspect de l’existence ne demeure sans experts, gourous et autres coachs, tous prêts à prendre en main votre vie. » (Roger-Pol Droit) – En plus des insupportables membres du gang politico-médiatique

« Ne donner aux gens que des conseils qu’ils puissent suivre. » (Jean Dutourd)

« Ne donne pas de conseil à moins qu’on ne t’en prie. » (Erasme)

« Il faut autant de discrétion pour donner un conseil, que de docilité pour le suivre. » (Saint-Evremond)

« On dit souvent aux autres sans nécessité ce qu’il serait important de se dire à soi-même. » (Saint-Evremond)

« On ne peut montrer le chemin à l’homme qui ne sait pas où aller. » (Saint-Exupéry) 

« Tout au long de notre jeunesse, on nous répète cette règle de ne jamais abandonner …  Mais lorsqu’on est embarqué sur une trajectoire qui devient de plus en plus douteuse et qu’on sent ses forces vitales s’épuiser graduellement, il vaut mieux demander conseil, si un conseil honnête est disponible dans les parages. » (Francis Scott Fitzgerald)

« Autant de têtes, autant d’avis. » (La Fontaine)

« Ne faut-il que délibérer ? – La cour en conseillers foisonne – Est-il besoin d’exécuter ? – L’on ne rencontre plus personne. » (La Fontaine – Conseil tenu par les rats)

« Hé ! mon ami, tire-moi de danger – Tu feras après ta harangue. » (La Fontaine – L’enfant et le maître d’école)

« Donner des conseils est une affaire bien précaire, et quand on a vu … combien il arrive souvent que les affaires les mieux combinées échouent, alors que les plus grandes folies sont couronnées de succès, on en vient à ne plus avoir envie de donner des conseils … Lorsqu’on me demande un conseil, je réponds volontiers que je suis prêt à le donner, à condition toutefois qu’on me promette de ne pas en tenir compte. » (Goethe)

« Savoir écouter ceux qui savent. Ce n’est point une diminution de grandeur ni une marque d’incapacité, que de prendre conseil. » (Baltasar Gracian)

« N’être point inaccessible. Quelque parfait que l’on soit, on a parfois besoin de conseil. L’homme le plus intelligent doit faire place aux bons avis … Un ami doit avoir pleine liberté de parler et même de réprimander. » (Baltasar Gracian)

« Cela ne se donne pas, les leçons ; cela se prend. » (Sacha Guitry)

« Ne cherchez pas les gens qui vous donnent des conseils. Regardez plutôt ceux qui vous donnent des exemples. » (Sacha Guitry)

« Les femmes ne suivent pas les mauvais conseils, elles les précèdent. » (Abel Hermant) – Vilain misogyne !

« Je pensais qu’il était insensé et dangereux d’intervenir dans le destin d’autrui. » (Hermann Hesse)

« La réalité sensorielle est de plus en plus recouverte par des injonctions programmées à voir, à entendre  à goûter. » (Ivan Illich) – A manger cinq fruits par jour, à marcher au moins une heure par jour, à boire de l’eau par temps caniculaire, etc.  Merci, merci de nous prendre pour des c…

« Il y en a à qui il faudrait conseiller la folie. » (Joseph Joubert)

 « Aucun jugement élaboré n’a plus vraiment droit de cité. Et si quelqu’un s’autorise à en porter un, c’est pour aussitôt se voir contredire par un avis opposé … S’ensuit une paralysie de toute action un tant soit peu concertée. Et un vif sentiment d’impuissance … Sera désormais discrédité d’office n’importe quel ‘c’est çà’ énoncé, du seul fait qu’il s’autorise à sortir du lot, à s’énoncer … L’effet escompté finalement est de contraindre tout le monde à cesser de tenir une position, à se résigner au prêt-à-penser … Il s’agit bien de ‘réduire les têtes’ (Dany-Robert Dufour). » (Jean-Pierre Lebrun) – Pluralisme, disparition de toute transcendance, de toute position d’exception. Confusion et souffrance générales, tel est devenu notre lot.

« En parlant de nos affaires, nous n’apprenons pas seulement beaucoup d’autrui, mais aussi de nous-mêmes. L’esprit achève ses propres pensées en les mettant dehors. » (Louis XIV)

« Un prince doit prendre sans cesse conseil, mais quand c’est lui qui le veut, non quand le veut autrui … Il doit ôter à tout un chacun l’envie de le conseiller en rien s’il ne l’interroge pas. » (Machiavel – Le Prince) – C’est aussi pertinent dans le cadre d’une amitié, au moins très souvent.

« Interrogez beaucoup de gens sur le parti que vous avez à prendre ; ne confiez qu’à très peu d’amis le parti que vous avez pris. » (Machiavel)

« Une femme qui insiste pour vous demande votre avis, cherche presque toujours à confirmer le sien. » (madame de Maintenon) – Et pas seulement les femmes.

« Mon idée est qu’il est bien d’écouter les conseils venus du dehors, pourvu qu’ils ne nous détournent pas de cette soumission attentive et surveillée à ce qui se passe en nous. » (François Mauriac)

« Un conseil est toujours une confession. » (André Maurois)

« Nul n’est tenu aux engagements pris avec lui-même. » (maxime de droit) – Les décisions qui ne concernent que moi-même sont révocables à l’infini. Je puis changer d’avis. « Il n’y a d’ailleurs que les imbéciles qui ne changent pas d’avis. » (?)

« Un proverbe est quelque fois meilleur que deux avis. » (Gabriel Meurier)

« On demande conseil sans avouer que la décision est déjà prise et on en veut au conseiller qui ne pousse pas dans votre sens. » (Henry de Montherlant)

« Avoir de la reconnaissance aux gens pour les conseils qu’ils ne vous ont pas donnés. » (Henry de Montherlant)

« Mon meilleur conseiller, mon ennemi mortel, le temps. » (Edgar Morin)

« On ne demande conseil que pour appuyer ses convictions. » (William Osler)

« Une mouche bourdonne à ses oreilles; c’en est assez pour le rendre incapable de bons conseils. Le plaisant Dieu que voilà ! » (Blaise Pascal)

« Ton valet est-il prudent ? Ne rougis pas de prendre ses conseils. » (Phocylide)

« Conseiller, c’est presque aider. » (Plaute)

« L’injonction faite à chacune de contrôler, de maîtriser chaque instant, chaque événement de la conception, de la naissance et de la vie de son enfant … Elles ne vont quand même pas se plaindre de se voir confier la tâche la plus noble qui soit : faire de l’être humain une machine parfaitement adaptée au monde moderne, efficace, bien dans sa peau, débarrassée de tout souci superflu, de toute interrogation existentielle inutile. » (Natacha Polony – sur la pluie de conseils aux jeunes, et moins jeunes, mères) – Entreprise d’infantilisation et de culpabilisation. On peut étendre à tous les domaines existentiels. Si vous vous plantez, c’est votre faute ; on vous avait bien dit qu’il ne fallait pas pisser sur le bureau du patron, qu’il le prendrait mal. La presse féminine se signalant particulièrement par son souci constant de nous conseiller, telle maman jadis :  Fais pas ci, fais pas çà, fais comme çà.

« Le bon conseil est la pilule de l’esprit, plus elle est amère et difficile à avaler, plus l’opération est sûre. » (Alexander Pope)

« Il est toujours sage d’écouter un conseil, il peut être dangereux de le suivre. » (Charles Régismanset)

« On ne demande conseil que pour raconter ses ennuis. »(Jules Renard)

« Il y a des gens qui donnent un conseil comme on donne un coup de poing. »(Jules Renard)

« ‘On appelle maîtres à penser des hommes très remarquables dans leur domaine, et que l’on prend au sérieux là où ils n’y connaissent rien’ … Nos consciences n’ont pas de territoire. Elles sont sans domaine fixe. Elles sont chez elles un peu partout. Elles ne connaissent ni la réserve ni la modestie. Très rarement, vous les entendrez dire ‘Je ne sais pas’. Les intellectuels sont capables de parler de tout. » (Ivan Rioufol – citant Raymond Aron) – Encore du temps de Raymond Aron, ne faisons-t-on appel qu’à des hommes relativement remarquables au moins dans un domaine et non aux grossiers pantins médiatiques.

« C’est une bonté sotte et cruelle que de consulter les enfants sur l’état qu’ils ont à prendre : il faut choisir pour eux et ne pas les jeter dans des indécisions qui leur font perdre toute confiance en nous, sans leur en faire trouver davantage en eux-mêmes. Il en est de même des peuples et de leur gouvernement. » (Rivarol) – Mais cela demande du courage et ce n’est pas une vertu répandue ; au moins chez nos dirigeants.

« On ne donne rien si libéralement que ses conseils. » (La Rochefoucauld)

« On donne des conseils, mais on n’inspire point de conduite. » (La Rochefoucauld)

« Il n’y a pas moins d’habileté à savoir profiter d’un bon conseil qu’à se bien conseiller soi-même. » (La Rochefoucauld) – Et vice versa. 

« Les vieillards aiment à donner de bons préceptes, pour se consoler de n’être plus en état de donner de mauvais exemples. » (La Rochefoucauld)

« Le temps porte conseil, en général celui de ne rien faire. » (Claude Roy)

« Grand danger d’un bon conseil accompagné d’un mauvais exemple. » (marquise de Sablé)

« Celui qui vous demande conseil a déjà choisi la réponse. » (Jean-Paul Sartre)

« Consulter quelqu’un sur une chose faite, ce n’est pas demander son avis mais son approbation. » (Petit-Senn)

 « Les consciences sont plus dures que les faits, et celui qui naguère, ne voulait pas écouter les conseils, celui-là, désormais, refusera de s’instruire à ses dépens. » (Peter Sloterdijk)

« Il faut presque toujours dans les grandes occasions ne prendre conseil que de soi-même. Consulter les autres, en pareil cas, c’est s’exposer à tous les inconvénients de l’incertitude et de l’irrésolution ; c’est risquer de n’être plus à temps pour saisir l’à-propos ; c’est vouloir perdre le droit de maîtriser les circonstances. » (baron de Stassart)

« Les conseils, dans le monde, passent toujours pour une marque d’orgueil et très souvent offensent comme marque de supériorité dans la société. » (Stendhal) – Ce pourquoi on laisse se débrouiller et errer autrui ; et aussi pour ne prendre aucune responsabilité, lâcheté bien de notre temps.

« On n’écoute pas d’autre prédicateur que le temps, qui nous inculque toutes les idées que  les gens plus âgés que nous avaient vainement essayé de nous mettre dans la tête. » (Jonathan Swift)

« Les projets réussissent par le conseil. »(Ancien Testament – Livre des Proverbes)

« L’isolement est le pire des conseillers. » (Miguel de Unamuno)

« Je ne suis pas toujours de mon avis. » (Paul Valéry) 

« On ne fait pas beaucoup de grandes choses par conseil. » (Vauvenargues)

« Conseiller, c’est donner aux hommes des motifs d’agir qu’ils ignorent. » (Vauvenargues)

« Il est toujours stupide de donner des conseils, mais en donner de bons est fatal. » (Oscar Wilde) »

« Mieux vaut remède que conseil. » (proverbe)

« Conseil est bon, aide est meilleure. » (proverbe)

« A parti déjà pris, point de conseil. » (proverbe)

« Point de conseil à qui ne veut être sauvé. »(proverbe)

« Sel et conseil ne se donnent qu’à celui qui les demande. » (proverbe) »

« A trop demander sa route on perd bientôt son chemin. » (proverbe)

« Quand la voiture est versée chacun vient donner ses conseils. »(proverbe)

« Qui conseille aisément se trompe bien souvent. » (proverbe)

« A nouveau fait, nouveau conseil. » (proverbe)

« Ce que chacun sait n’est pas conseil. » (proverbe)

« L’oreiller porte conseil. La nuit est mère de pensées. » (proverbe)  

« Prends le premier conseil d’une femme, et non le second. » (proverbe) – L’intuition féminine plus pertinente que le raisonnement. 

  « Prend conseil d’un plus grand et d’un plus petit que toi, puis forme ton opinion. » (?)

« Les Anciens disaient : ‘autant de têtes autant d’avis’, mais maintenant que l’on pense en série ce n’est plus comme cela. » (?)

« Le seul avis qui ait de l’autorité c’est l’exemple. » (?)

« Nous admirons toujours la sagesse de ceux qui nous demandent conseil. » (?)

« Accorder son comportement aux conseils d’autrui, c’est se faire faire des vêtements à la mesure des autres. » (?)

« En choisissant le conseiller, on choisit aussi par avance le conseil. » (?)

« On demande conseil, on cherche l’approbation. » (?)

« Il ne suivait pas les mauvais conseils, il les précédait. » (?)

« C’est presque toujours par vanité qu’on se refuse à demander conseil. » (?)

« Le pire conseil qu’on puisse donner à certains : ‘Sois-toi-même’. » (?) 

– Voir un exemple à la fin de : Comportement, 140,1

Ce contenu a été publié dans 160, 1 - PER - Conseil, Avis, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.