150,1 – Confiance / Défiance, Méfiance

– Deux mesures, loin d’être certaines mais simples, du degré de confiance qu’on peut accorder à quelqu’un sont sa mémoire, soit le soin qu’il prend de ne pas oublier ou de ne pas déformer, et  le souci qu’il a de la rigueur et de la cohérence de son comportement dans ses gestes les plus élémentaires, lequel reflète sa rigueur mentale.

– Une méfiance fort répandue, qui peut confiner à la détestation-démolition : celle qu’éprouvent certaines épouses ou compagnes à l’égard d’un ami trop influent de leur mari ou de leur compagnon, ce tout à fait indépendamment, et peut-être même en proportion, de son apport objectivement bénéfique ; perte de pouvoir, alors s’attendre au pire. Elles toléreraient plus facilement l’intrusion d’une autre femme, c’est tout dire !

– La société de délation instaurée par la législation répressive de la censure au service de la dictature de la pensée unique entraîne (c’est un des objectifs secondaires recherché) une augmentation de la défiance dans un pays comme la France où le taux de méfiance était déjà élevée.

 ——————————————————————————————————————————-

« Je compte très mal si je ne compte point ma propre confiance. Si je crois que je vais tomber, je tombe ; si je crois que je ne puis rien, je ne puis rien… » (Alain)

« Chacun est plus enclin à abuser des transferts sociaux s’il croit (sait) que les autres en abusent … Sentiment que les règles sont systématiquement contournées … Qu’on ne peut arriver au sommet sans être corrompu … Les Français sont beaucoup plus satisfaits de certaines institutions que d’autres, ce qui invalide les explications culturalistes de notre méfiance (nous serions tous des râleurs patentés) … La confiance produit du bonheur … Le contraire de la confiance n’est pas seulement la défiance, mais l’angoisse et la terreur existentielle … La consommation française d’antidépresseurs, le taux des suicides en France. » (Yann Algan…)Et on pourrait ajouter le niveau et la virulence de l’envie.

« Les sociétés préindustrielles étaient marquées par des risques mortels, comme la sécheresse ou les épidémies, qui relevaient de la fortune, comme de la responsabilité des dieux et non des hommes. C’était donc surtout la foi et non la confiance qui importait pour apaiser les angoisses humaines. La société moderne offre une image inversée, La majorité des  risques sont perçus comme relevant directement de l’action des hommes et c’est pourquoi nos sociétés modernes sont aussi fortement anxiogènes. » (Yann Algan… – évoquant Ulrich Beck)

 « Nous ne pouvons dater avec certitude le point de rupture de la confiance. Mais nous constatons néanmoins une dégradation au cours du XX° siècle. Les grands chocs historiques peuvent expliquer cette évolution … La première guerre mondiale a également pu rompre le pacte de confiance des Français avec leurs élites pour les avoir envoyés en masse à pareille boucherie. Selon Marc Bloch, c’est d’ailleurs cette césure entre les élites et le peuple avant 1939 qui explique l’effondrement de la société française pendant la dernière guerre. » (Yann Algan…) – C’est évident. 1914 début de l’ère du mensonge systématique (de pire en pire), qui devait précéder de peu la corruption au moins mentale, et souvent matérielle, du personnel politique vivant ‘hors sol’ et jouissant de ses scandaleux avantages

« Il ne faut compter que sur soi-même, et encore pas beaucoup. » (Alphonse Allais)

« La confiance est comme la glace d’un miroir. Fendue, elle ne peut redevenir unie ; brisée, elle ne se raccommode plus. » (Henri Frédéric Amiel)

« Fais confiance, qu’est-ce que tu as à perdre, la peur n’était pas satisfaisante, au pire la confiance ne sera pas satisfaisante non plus. Il n’y a rien à perdre. » (Thomas d’Ansembourg)

« La confiance n’est pas une illusion vide de sens. A long terme, c’est la seule chose qui puisse nous assurer que notre monde privé n’est pas aussi un enfer. » (Hannah Arendt)

« Nous ne pouvons pas même aimer nos parents, ni leur faire confiance, si nous n’admettons pas a priori qu’ils sont nos parents. » (saint Augustin) – C’est la nécessité d’une confiance, d’une crédulité minimum.

« J’ai confiance en tout ce qui commence doucement. » (Anne Barratin)

« La prudence n’est pas la méfiance, la prudence vient de l’esprit et la méfiance du caractère. » (Anne Barratin)

« L’incertitude est synonyme de peur. Rien d’étonnant à ce que nous rêvions si souvent d’un monde dénué de hasard, d’un monde régulier, d’un monde prévisible, d’un monde fiable, sur lequel on puisse compter. » (Zygmunt Bauman)

« Plus une société est homogène, plus ses membres sont portés à se faire mutuellement confiance, ce qui favorise les comportements d’altruisme et de coopération … De telles sociétés, cependant, constituent désormais l’exception plutôt que la règle, au moins dans le monde occidental. » (Alain de Benoist)  – Elles handicaperaient le développement du capitalisme mondialisé. 

« Se défier des gens qui promettent des millions et dont on est forcé de régler les consommations. » (Léon Bloy)

« Une société fondée sur le progrès de la connaissance devient une société de la croyance par délégation, et donc de la confiance. » (Gérald Bronner) – En raison de la masse des connaissances. Or, la confiance est perdue, au moins pour les journalistes et les politiques qui ont abusé des mensonges. 

« Toute confiance est dangereuse si elle n’est pas entière. Il est peu de circonstances où il ne faille tout dire ou tout cacher. » (La Bruyère) 

« La fameuse ‘judiciarisation’ de l’existence est, entre autres choses, une réaction désespérée à la dévaluation de la parole. Si les engagements n’engagent plus, il ne reste que les juges pour dire ce qu’il en est de la vérité. » (Renaud Camus) – D’où la société de défiance. 

« La confiance est souvent une forme de la paresse, car ‘ajouter foi à’ est moins fatigant que de contrôler. » (Alfred Capus)

« Faire confiance aux hommes, c’est déjà se faire tuer un peu. »(Louis-Ferdinand Céline)

« Je ne conçois pas de sagesse sans défiance. L’Ecriture a dit que le commencement de la sagesse était la crainte de Dieu; moi je crois que c’est la crainte des hommes. » (Chamfort) – Sa fin a prouvé la véracité de son dire.

« Ne pas faire confiance à l’avenir ; il ne le mérite pas. » (André Chamson)

« Le trop de confiance attire le danger. » (Pierre Corneille – Le Cid)

« L’inflation de communication décuple la défiance … et les gens se demandent ce que ‘cela peut bien cacher’. » (Marc Crapez)

« Ayez confiance en Dieu, mais gardez votre poudre sèche. » (Oliver Cromwell)

« L’autorité inspire la confiance et la confiance fait l’autorité. » (Sebastian Dieguez)

« On peut, on doit abuser de la confiance d’une femme, mais jamais de sa méfiance, c’est dangereux. » (Maurice Donnay)

« L’ignorance de notre ignorance induit une sorte d’angle mort épistémique dont la principale conséquence est de favoriser l’excès de confiance en soi. » (Dunning – cité par Sebastian Dieguez)

« L’expression est contradictoire. On n’indexe pas la vertu sur une récompense … Si la confiance est un contrat, alors ce n’est plus de la confiance (le ‘contrat de confiance’ de Darty), c’est de la crainte … L’expression même de ‘confiance aveugle’ est un pléonasme. Toute confiance est aveugle … Elle doit être sans filet, ou alors c’est une défiance qui s’ignore. » (Raphaël Enthoven)

« La méfiance généralisée devient le ciment du vivre ensemble. » (Alain Finkielkraut – sur les lynchages par les réseaux sociaux)

« Une idée affreuse s’empare, pour ne plus le lâcher, de l’esprit du détrompé : l’idée qu’il s’est trompé sur toute la ligne et que c’est pour lui, peut-être, qu’il est trop tard : ‘Avais-je tort ? Etait-ce une erreur ? Etais-je trop méfiant, trop soupçonneux, trop logique ? … Est-ce seulement sa faute à elle si je l’ai abandonnée ? Dieu sait combien les questions me harcèlent ; si j’ai gâché son bonheur, à coup sûr je n’ai pas fait le mien. Et j’aurais pu le faire… n’est-ce pas ? C’est une charmante découverte pour un homme de mon âge’. On a besoin de la littérature pour soustraire le monde réel aux lectures sommaires, que celles-ci soient le fait du sentimentalisme facile ou de l’intelligence implacable. La littérature répudie le mélodrame (celui que nous nous jouons) … Pour le dire avec les mots pascaliens du philosophe Constantin Noïca, ‘aucune réussite de l’esprit de géométrie ne saurait absoudre l’homme de ses responsabilités envers l’esprit de finesse’. On peut avoir tort d’avoir raison et l’opposition du vrai et du faux n’est pas toujours pertinente car il est des moments dans l’existence où la vérité n’est pas un bienfait mais un cataclysme. » (Alain Finkielkraut – commentant Washington square de Henry James, le roman des désillusions perdues, de l’intelligence implacable qui empêche de lire les êtres autrement qu’ils n’apparaissent à une lucidité subjectivement flatteuse mais objectivement trompeuse)          

« Il était expérimenté – Et savait que la méfiance – Est mère de la sûreté. » (La Fontaine – Le chat et un vieux rat)

«  … mais dans cet antre – Je vois fort bien comme l’on entre – Et ne vois pas comme on en sort. » (La Fontaine – Le lion malade et le renard)

« La confiance s’acquiert, elle ne se demande pas ; qui la mérite n’a pas besoin de la demander. » (Emile de Girardin)

« Si vous avez confiance en vous-même, vous en inspirerez aux autres. » (Goethe)

 « La confiance, qui nous permet de nous en remettre à un autre être … Sans cet abandon de soi-même, aucune relation ne peut réussir … C’est une plante qui pousse … Il faut faire des expériences positives avec des êtres dont la fiabilité est avérée. » (Père Anselm Grün)

« Qui a confiance en soi conduit les autres. » (Horace)

« Nous sommes entrés dans l’âge de la défiance, celui où l’on ne se mobilise plus positivement mais où se multiplient les votes de protestation. Nous ne votons pas tant pour quelque chose que contre quelque chose … pour bloquer ou pour empêcher. La capacité de neutraliser est incomparablement plus grande que celle de configurer. » (Daniel Innerarity)

« Non, les dupes ne sont pas les confiants ; les dupes sont plutôt les soupçonneux, ceux qui par excès de prudence laissent le meilleur d’eux-mêmes se liquéfier en un aigre persiflage sans noblesse … Il ne faut donc pas mépriser cette heureuse confiance, cette folle crédulité des sens et de l’esprit qui n’est pas seulement un postulat indispensable aux rapports sociaux, mais la marque certaine d’une volonté bien portante. » (Vladimir Jankélévitch)

« Comme la sage équité par opposition à la justice, la confiance est l’approximation vitale qui, justifiant la synthèse, aère l’existence de façon à la rendre vivable. On ne fait pas sa part au démon de l’incrédulité une fois qu’il a pris possession de notre âme : toutes les évidences se troublent, un principe de scepticisme de découragement et d’universelle moquerie s’installe dans nos inspirations les plus pures. » (Vladimir Jankélévitch)

« On peut à force de confiance mettre quelqu’un dans l’impossibilité de nous tromper. » (Joseph Joubert) – C’est être bien optimiste.

« Une nouvelle confiance nous animait. Tel est l’apport de l’aube ; et le seul retour de la lumière après cette longue nuit nous semblait déjà merveilleux. » (Ernst Jünger)

« La suspicion systématique détruit la confiance, indispensable à la vie en société .» (Dominique Lecourt – sur la censure opérée par le politiquement correct, la multiplication des interdits et la judiciarisation) – Le but est bien de détruire la société.

« La confiance c’est bien, le contrôle c’est mieux. » (Lénine)

« On est trompé souvent par la confiance ; mais on se trompe soi-même par la méfiance. Celui à qui on accorde une confiance même peu méritée en sera flatté et tâchera peut-être de s’en montrer digne ; mais celui dont on se méfie mal à propos ne le pardonnera jamais. Après s’être méfié des gens, on se méfie des choses. On regarde comme impossible ce qui n’est que difficile ; on se persuade que même les événements les plus probables n’arriveront pas ; et puis on se méfie de soi, et on n’est plus propre à rien. » (prince de Ligne)

« Il faut toujours que vous partagiez votre confiance entre plusieurs, la jalousie sert souvent de frein à l’ambition des autres. » (Louis XIV au dauphin)

« On peut croire à bien des choses : mais on ne donne à proprement parler sa foi qu’à quelqu’un … Goethe ni Nietzsche n’ont jamais sauvé ni consolé personne, on ne communique pas avec Platon. » (cardinal Henri de Lubac)

« Ils ne voient pas la rose, mais ils scrutent attentivement les épines de la tige. » (Lucien)

« Garde toujours quelque méfiance à l’égard de chacun et sois convaincu qu’ils n’ont pas meilleure opinion de toi que toi des autres. » (cardinal Mazarin)

« Qui se confie sans connaissance risque de s’en repentir avec raison. » (chevalier de Méré)

« Il ne faut pas qu’un être par sa trahison nous décourage d’avoir plus jamais confiance en d’autres êtres. Il aurait trop gagné s’il avait tué en nous la confiance en notre prochain. » (Henry de Montherlant –  Port Royal)

« L’objection, l’écart, la joyeuse méfiance, l’ironie sont des signes de santé ; tout absolu relève de la pathologie. » (Nietzsche)

Le célèbre dilemme du prisonnier : «Deux prisonniers sont placés devant un choix : s’ils se dénoncent tous les deux, ils seront condamnés à 5 ans de prison. Si aucun ne dénonce l’autre, ils seront condamnés à 2 ans. Mais si l’un des deux seulement dénonce l’autre, celui qui dénonce sera libéré alors que l’autre sera condamné à 10 ans. Cette situation conduit les deux prisonniers à dénoncer et à être condamnés à 5 ans, alors qu’ils auraient pu s’en tirer avec une peine de 2 ans seulement ; ce, en choisissant tous les deux de ne pas dénoncer, à condition de faire suffisamment confiance à l’autre pour estimer qu’il fera le même choix. » – Théorie des jeux et validité de la coopération.

« Nous devons accepter beaucoup de choses, la plupart en faisant confiance à la science, d’autant plus que cette confiance semble suffisamment justifiée … par l’expérience commune … Une foi de ce genre est indispensable à notre vie, sinon rien ne marcherait plus et tout le monde devrait repartir de zéro, et, plus profondément, parce que la vie humaine devient impossible si l’on ne peut plus faire confiance … ‘L’incrédulité est contre nature’ (saint Thomas d’Aquin) … Cette foi a une valeur moindre que le savoir, mais elle n’est pas complètement dépourvue de preuves (l’appareil électrique marche) … ‘Être sage en se servant de la tête de quelqu’un d’autre … c’est sans doute moindre que le savoir personnel, mais cela vaut infiniment plus que l’orgueil stérile de celui qui n’obtient pas l’indépendance du savant et méprise en même temps la dépendance du croyant’ (cardinal Newman). » (cardinal Joseph Ratzinger)

« Savoir se fier est une qualité rare, marque d’un esprit élevé. » (cardinal de Retz)

« On est plus souvent dupé par la défiance que par la confiance. » (cardinal de Retz)

« Un homme qui ne se fie pas à lui-même ne se fiera jamais véritablement aux autres. » (cardinal de Retz)

« Le peuple donne sa faveur, jamais sa confiance. » (Rivarol) – Et il a bien raison.

« La confiance que l’on a en soi fait naître la plus grande partie de celle que l’on a aux autres. » (La Rochefoucauld)

« La confiance fournit plus à la conversation que l’esprit. » (La Rochefoucauld)

« La confiance fournit plus à la conversation que l’esprit. » (Pierre Sansot)

« Ce n’est pas grand-chose la confiance, quand ça ne résiste pas à huit jours d’attente. » (Jean-Paul Sartre)

On sait le rôle important que joue « la confiance accordée au coapteur, plus importante que sa crédibilité ou son autorité, dans les processus d’adhésion, désadhésion à des mouvements s’opposant aux canons normalement admis. » (tiré de Romy Sauvayre – Croire à l’incroyable) – « Méfions nous de la confiance ! Celle-ci est souvent naïve, crédule, et finalement dangereuse. » (Jacques Ricot) – Sectes ou assimilées, mouvements extrêmes…

« L’attitude fondamentale du philosophe à l’égard du monde est la confiance, tandis que celle de l’homme de science est la méfiance. » (Max Scheler – s’appuyant sur Bergson) – Méfiance justifiée dans son domaine.

« Dans la mesure où elle est une hypothèse sur une conduite future, assez sûre pour qu’on fonde sur elle l’action pratique, la confiance est aussi un état intermédiaire entre le savoir et le non-savoir. Celui qui sait tout n’a pas besoin de faire confiance, celui qui ne sait rien ne peut raisonnablement même pas faire confiance … Les traditions et les institutions, le pouvoir de l’opinion publique et les positions tellement circonscrites qu’elles préjugent inéluctablement de l’individu, sont devenues si solides et si fiables que l’on n’a besoin de connaître sur l’autre que certaines données extérieures pour avoir la confiance requise par l’action en commun … La confiance n’exige plus la connaissance véritable de la personne. » (Georg Simmel) – L’auteur écrivait à l’orée du siècle, donc avant que le mensonge et la tromperie systématique n’envahisse le champ social sous l’impulsion des politiques.

« Lorsqu’elle n’est pas le fruit du malheur, la méfiance est ordinairement le cachet de la perfidie. » (baron de Stassart)

« La ‘confiance qu’on fait’ est l’acte par lequel on met l’être aimé face à ses responsabilités. Elle est relationnelle, tandis que la ‘confiance qu’on a’ n’a encore pas accédé à la liberté de l’autre. ‘J’ai confiance, il agit toujours comme je le prévois’. Relationnelle, la confiance qu’on fait apporte donc avec elle un dénouement par le haut, quoique jamais certain. » (Martin Steffens)

 « La jetabilité généralisée qui s’est de nos jours imposée partout dans le monde, qui affecte aussi bien les hommes et les entreprises que les objets qu’ils produisent, ainsi que les idées et les concepts que ces objets incarnent et désincarnent, a installé une infidélité systématique qui est orchestrée par le marketing … La destruction systémique de la fidélité nécessairement induite par l’innovation permanente et donc nécessaire au système économique consumériste est inévitablement aussi une destruction systémique de la confiance. » (Bernard Stiegler) – Infidélité et méfiance qui ont débordé du plan économique au plan social.

« L’on peut rarement se fier aux hommes, mais l’on peut toujours se fier à leurs intérêts. » (Christine de Suède)

« La méfiance a bien aussi ses dupes. » (madame Swetchine)

« Une société, comme une personne, ne dispose, à un moment donné, que d’une certaine quantité d’obéissance et de confiance, qui se répartit entre les divers pouvoirs auxquels on se soumet. Protestants du XVI° comme Jansénistes du XVII° à mesure qu’ils s’humiliaient davantage devant Dieu, se montraient plus fiers et plus roides devant les pouvoirs civils et politiques. » (Gabriel Tarde)

« Toutes les créatures sont des planches pourries. » (sainte Thérèse d’Avila ?)

« Le serment, la parole donnée, sur quoi s’est bâti tout le Moyen Âge féodal… » (Gustave Thibon) – Epoque qui n’avait nul besoin de Constitution, de dizaines de milliers de lois, de centaines d’associations, d’autorités, de comités, d’observatoires et de machins pour caser les copains…

« En l’absence d’adultes, on se met à faire confiance aux experts. » (Georges Trow)

« On ne peut pas faire confiance à un homme qui n’a jamais fait d’erreurs. » (Lao Tseu)

« L’extrême défiance n’est pas moins nuisible que son contraire. La plupart des hommes deviennent inutiles à celui qui ne veut pas risquer d’être trompé. » (Vauvenargues)

« Au niveau individuel … elle naît de l’estime mutuelle engendrée par une longue suite de paroles données et d’engagements respectés de part et d’autre. » (Jean-Philippe Vincent) – On comprend qu’aucune confiance ne soit accordée aux politiciens.

« La confiance ne saurait être de l’ordre de l’instantané. Elle doit se construire, se mériter, dans le temps. La confiance instantanée, la foi instantanée, cela ne marche pas … Il y faut du ‘tempo’,  du rythme. » (Paul Virilio) – Comment avoir confiance dans la finance qui bouleverse tout constamment, idem pour la politique, idem pour tout ce qui s’agite sans cesse ?

« La méfiance, une vertu citoyenne. » (Sophie Wahnich) – Slogan des nouveaux inquisiteurs.

« La confiance, cet optimisme de la volonté. » (?)

« Confiance aux femmes, espadrilles quand il pleut. » (proverbe – vilain mais bien tourné)

« Aimez votre voisin, mais n’abattez pas la haie. » (proverbe) 

« Folle est la brebis qui au loup se confesse. » (proverbe)

« Si je rencontrais mon double je ne lui ferais aucune confiance. » (? – cité par Gustave Thibon) – Belle connaissance de soi-même. 

« Faire confiance est une preuve de courage, être fidèle une preuve de force. » (?)

« La confiance est toujours difficile, car faire confiance, c’est prendre le risque de dépendre d’autrui et donc de ne plus ou moins maîtriser son existence. » (?)

« Méfie-toi de celui qui fait confiance à tout le monde. » (?)

« Se méfier autant de sa tête que de son cœur. » (?)

« Aimer, c’est réussir à donner à l’autre confiance en lui. » (?)

« C’est de la confiance que naît la trahison. » (proverbe)

Ce contenu a été publié dans 150, 1 - PER - Confiance / Méfiance, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.