120,1 – Coeur

– Organe indispensable à tout individu (homme d’affaires, politiques, acteurs, chanteurs, sportifs, etc.) prétendant à la faveur du public, et donc à de gras bénéfices.

– Marchandise diffusée par le nombre ahurissant de boutiques subventionnées sous l’enseigne : SOS-jérémiade où l’on parle du cœur comme d’autres parlent du nez. (?)

– Valeur suprême. Fait fi de la raison. Terme dont l’utilisation peut servir soit de bouclier soit d’arme imparable. La dictature de cette religion du cœur serait acceptable si elle était montrée par des saints, mais quand on sait la mentalité de ceux qui l’imposent et qui s’abritent derrière.

– Les hommes et les femmes politiques en ont plus que la moyenne. Ils ont remplacé l’ancienne posture du discours prononcé la main sur cet organe par de simples déclarations sur l’immensité de celui-ci. Il en est de même des people qui, généralement malheureux et pauvres exilés à l’étranger, n’hésitent pas à dévoiler le leur à leurs heureux et riches compatriotes restés sur place.  Tout sportif, s’il veut continuer à gagner des millions, avec en prime l’admiration du public, se doit  d’exhiber régulièrement sa bonté naturelle.

– D’après M. Giscard d’Estaing, M. Mitterrand n’en avait pas le monopole, affirmation surprenante, incroyable ! Sur ce sujet, la différence entre une personne dite de gauche et une personne dite de droite ne réside pas dans la dimension de cet organe, elle serait plutôt dans son exhibition chez la première et dans sa discrétion (relative) chez la seconde.

– « Parle à mon cœur, murmure l’air de notre temps, ma tête est malade ? » (?)

– « La bouillie du cœur. » (Hegel) – Sur les belles âmes qui s’émeuvent sans cesse.

– « Le plus puissant organe de connaissance. » (Christian Bobin)

– Sur le sujet Gauche / Droite, voir la sous-rubrique :  575,6

 ——————————————————————————————————————————-

« Salomon demandait à Dieu de lui accorder ce don éminent qu’est un ‘cœur intelligent’. Il savait que seul un ‘cœur intelligent’, et non la réflexion ni le simple sentiment, nous rend supportable le fait de vivre dans un monde avec ces éternels étrangers que sont les autres et leur permet à eux de nous endurer … Ni sentimental, ni reposant sur la pure réflexion, ni apathique ni pathétique, il sait que le monde ne se dit pas dans les effusions du sentiment mais qu’il ne parle pas seulement la prose du vrai … Pour réagir de façon raisonnable il faut en premier lieu avoir été touché par l’émotion … Et ce qui s’oppose à l’émotionnel ce n’est pas le rationnel, c’est l’insensibilité, ou encore la sentimentalité … Le ‘cœur intelligent’ est aussi loin de l’affectivité qui submerge que de l’insensibilité qui empêche de penser, aussi loin d’une proximité trop étroite que des obstacles dressés par l’éloignement de la connaissance pure … Exporté dans le domaine de la politique, le ‘cœur’ introduit des catégories et des comportements dénués de pertinence : la chasse à l’hypocrisie, au simulacre, la recherche des motivations intimes, la quête de la sincérité ou de l’authenticité. Bref tout ce qui témoigne de la confusion de l’être et de l’apparaître, du privé et du public, de la morale et de la politique. » (Myriam Revault d’Allonnes – reprenant Hannah Arendt)

« Nos pensées dépendent plus fortement de notre humeur que l’inverse … Notre cerveau émotionnel l’emporte en général sur notre cerveau intellectuel … ‘L’esprit sera toujours la dupe du cœur’. » (Christophe André  – citant La Rochefoucauld)

« L’amour est, de nature, étranger au monde et c’est pour cette  raison plutôt que pour sa rareté qu’il est non seulement apolitique, mais même antipolitique ; la plus puissante, peut-être, de toutes les forces antipolitiques. » (Hannah Arendt) – « Arendt comprend qu’on ne peut envisager le salut dans le cadre étroit de la cité  terrestre, et elle en déduit que l’amour de l’humanité aura toujours quelque chose de politiquement suspect …  Hegel perçoit les dangers liés aux ‘tyrannies de l’intime’, c’est-à-dire l’exportation de la demande d’amour hors de sa sphère légitime … Historiquement, les époques de valorisation de l’intime coïncident avec la décadence du politique. Ainsi le déclin de l’empire romain correspond à un affaiblissement de la vie publique et à une promotion de la sphère privée. » (Michaël Foessel – qui cite Hannah Arendt) – A méditer par la horde des dominants-bien-pensants. 

« Ecoute ce que répond ton cœur afin de connaître la mesure de ta croissance. » (saint Augustin)

« L’époque s’est mise à parler du cœur comme on parle du nez. » (Christian Authier)

« Un homme de droite, toujours affligé de sa mauvaise réputation, aura à cœur de montrer qu’il a du cœur. Un homme de gauche n’a pas cette obligation puisqu’il incarne le Bien. » (Olivier Bardolle) – Cela lui permet donc de vaquer à ses petites affaires en toute tranquillité d’esprit. C’est indiscutablement le bon choix.

« Un cœur juste peut aimer sans savoir pourquoi ; il ne déteste pas sans cause. » (Anne Barratin)

« L’esprit a besoin de problèmes, le cœur de secrets. » (Anne Barratin)

« Pauvre de cœur … voilà pourtant la vraie, la pire misère. » (Hervé Bazin)

« Le cœur n’est pas une garantie. » (père Maurice Bellet) – Il sert trop souvent, surtout aujourd’hui, à exercer la domination, à écraser toute contestation, à éliminer toute tentative de lucidité, d’éclaircissement.

 « La position qui ne veut connaître que des états du cœur et repousse l’exercice, difficile et souvent douloureux, de la raison et du jugement est la négation de la qualité de clerc … Par l’impunité qu’elle assure d’avance à l’injustice, elle est un des plus forts soutiens de la barbarie dans le monde. » (Julien Benda)

« Le démon de notre cœur s’appelle ‘A quoi bon’. » (Georges Bernanos) 

« C’est un pauvre cœur que celui auquel il est interdit de renfermer plus d’une tendresse. » (Marc Bloch)

« Avoir un cœur d’or, dit-on. – Quel privilège ! Plus de palpitations, plus d’émotions … Cessation des phénomènes absurdes … On n‘a pas un cœur d’airain, ni un cœur de pierre, encore moins un cœur de lion, mais un bel organe rutilant et creux, tout en or et parfaitement insensible. C’est le privilège inestimable du vrai bourgeois. Les propriétaires, les huissiers, les usuriers ont presque toujours un cœur d’or… » (Léon Bloy – Exégèse des lieux communs – 2, XL)

« Faire contre mauvaise fortune bon cœur, dit-on. – Si vous voulez mon avis, c’est bien simple. Ce que nous appelons mauvaise fortune dans le commerce, c’est d’être dans le cas de ne pouvoir régler nos échéances, et ce que nous appelons ‘bon cœur’ c’est de foutre le camp si nous ne trouvons aucun expédient… » (Léon Bloy – Exégèse des lieux communs – 1, CXXXIX)

« Tout à vous de cœur, dit-on. – Qui pourrait dire la place immense du cœur dans les formes variées du langage des honnêtes gens … Qui exprime avec tant d’exactitude et en si peu de mots, l’admirable fraternité qui nous consume… » (Léon Bloy – Exégèse des lieux communs – 2, XCIII)

« Ce serait une enquête sans intérêt de s’informer du précieux cœur de M. Edmond de Goncourt. Cet organe en friche n’est probablement ni chaud ni froid et j’ignore si la tiédeur même est à supposer. Il faut d’abord écarter l’hypothèse de toute palpitation généreuse, ou seulement instinctive, et se souvenir qu’on est en présence d’un personnage exceptionnel, intégralement confisqué par son cerveau. » (Léon Bloy) – D’autres clones actuels ?

« L’homme a des endroits  de son pauvre cœur qui n’existent pas encore, et où la douleur entre, afin qu’ils soient. » (Léon Bloy)

« L’on est plus sociable et d’un meilleur commerce par le cœur que par l’esprit. » (La Bruyère)

« C’est sur la peau de mon cœur que l’on trouverait des rides. » (Henri Calet – deux jours  avant de mourir – cité par Martin Steffens) – Ce peut être si vrai.

« Le cœur n’a jamais de rides, il n’a que des cicatrices. » (Francis Carco)  

« Toutes les écoles idéalistes … ont donné le conseil de fuir le monde réel pour tenter de rejoindre un ordre supérieur plus sublime. Toutes ont construit un ordre moral strictement opposé à notre réalité empirique … Il a manifestement pensé là à la Révolution française, qui ayant commencé avec les idéaux moraux les plus élevés – liberté, égalité, fraternité – s’est achevée par le règne de la Terreur. La ‘loi du cœur’ avait en effet été considérée par la Révolution française comme étant le principe moral suprême. » (Ernst Cassirer – terminant sur un chapitre de la Phénoménologie de l’esprit de Hegel intitulé La loi du cœur et le délire de présomption)

 « On gouverne les hommes avec sa tête. On ne joue pas aux échecs avec un bon cœur. » (Chamfort)

« Il faut que le cœur se bronze ou se brise. » (Chamfort)

« Avec … cette espèce de folie qu’on nomme la pensée, l’homme est inabordable. Pourtant, ce personnage fantasque, jamais pareil à un autre, est touché par le cœur. Là est le nœud de l’être, sa réalité, son vrai langage. » (Jacques Chardonne)

« Ce qui me hérisse, c’est les partis pris d’un bon cœur ; le cœur au service de la doctrine ; le cœur esclave, comme le cerveau. » (Jacques Chardonne)

« Il faut de plus grands efforts de talent pour intéresser en restant dans l’ordre, que pour plaire en passant toute mesure; il est moins facile de régler le cœur que de le troubler. » (Chateaubriand)

« ‘Il a le cœur à la bonne place’. Cette phrase familière contient l’idée d’un rapport normal ; une certaine fonction existe, elle est liée à d’autres fonctions. L’expression inverse traduirait … la pitié tant soit peu morbide, la sensibilité perverse des modernes. » (Chesterton)

« L’effervescence des cœurs a provoqué des désastres qu’aucun démon n’eût osé concevoir. Voyez-vous un esprit enflammé, soyez certains que vous finirez par en être victime. Ceux qui croient à ‘leur’ vérité … laissent après eux le sol parsemé de cadavres. » (Emil Cioran)

« L’esprit doit toujours être le ministre du cœur, et jamais son esclave. » (Auguste Comte – la synthèse positiviste)

« Aussi instable qu’une goutte d’eau sur une fleur de lotus. » (Confucius – sur le cœur des femmes)

« L’Europe d’aujourd’hui, plus encore que l’Amérique, s’est amputée selon moi d’une dimension essentielle de l’humanité. Réagissant au monopole oppressant de la raison, elle a développé une hypertrophie dégénérative du cœur : ce sentimentalisme impérieux mais sans engagement réel que Bernanos résumait par ‘le cœur dur et la tripe molle’. » (Slobodan Despot)

« Pour réussir il faut parler avec le cœur et agir sans lui. » (Louis Dumur)

« Une femme elle peut sentir, elle peut sentir très fort … des choses qu’un homme ne sent pas… Moi je crois qu’il faut faire les choses qu’on sent … et sentir les choses qu’on fait. C’est la sincérité qui compte … C’est le cœur, très féminin, ça vous ne pouvez pas comprendre, le cœur c’est très réel… c’est l’intuition qui compte, l’intelligence est inférieure … ‘Je fais, je crois, comme ça, je crois. Je sens ça comme ça. Ce que je fais je le sens comme ça’ etc. » (Tony Duvert – citant une dame poétesse et peintre)

« Un cœur n’est juste que s’il bat au rythme des autres cœurs. » (Paul Eluard)

« Je n’ai su limiter le cœur à sa seule poitrine. » (Paul Eluard)

« Il en va de la découverte du ‘cœur’ comme de celle d’un objet précieux égaré. C’est en n’insistant pas que tu trouves, tout étonné, ensuite, de ne l’avoir pas vu immédiatement. » (Père Gérard Esbach) 

« Là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur. » (Evangiles)

« On ne voit bien qu’avec le cœur. » (Saint-Exupéry – Le petit prince)

« La compassion et le clientélisme sont aujourd’hui l’avers et le revers d’une même médaille. L’esprit de capitulation se dissimule derrière l’élan du cœur. On cède devant la force du nombre en se racontant qu’on vole au secours des plus faibles. » (Alain Finkielkraut) – Notre lâcheté. 

« Quelle nécropole que le cœur humain ! Pourquoi aller aux cimetières ? Ouvrons nos souvenirs, que de tombeaux ! » (Flaubert)

« Les cœurs des femmes sont comme ces petits meubles à secret, pleins de tiroirs emboîtés les uns dans les autres; on se donne du mal, on se casse les ongles, et on trouve au fond quelque fleur desséchée, des brins de poussière – ou le vide ! » (Flaubert – L’éducation sentimentale)

« Le cœur n’est pas seulement l’organe de la générosité, il pourrait aussi devenir le critère d’un tribunal où l’on serait jugé sur ses intentions. La distance à soi et aux autres est une condition de la ‘civilité’ qui constitue le meilleur rempart contre la promiscuité du cœur. La privatisation de l’espace public est dangereuse parce qu’elle détruit ‘l’entre-eux’ qui sépare les hommes et qui garantit leur liberté. » (Michaël Foessel – La privation de l’intime)  

« Le cœur donne de l’esprit et l’esprit ne donne point de cœur. » (Anatole France)

« Ceux qui se laissaient conduire par le sentiment se montraient peu accessibles à l’argumentation et jugeaient avec le cœur. Ceux-là condamnaient toujours. C’étaient les bons, les purs. Ils ne songeaient qu’à sauver la République et ne s’embarrassaient point du reste …  Ce ne sont pas des hommes, ce sont des choses : on ne s’explique pas avec les choses.» (Anatole France – sur les juges révolutionnaires)

« Le côté maladroit, le côté bête de l’homme, est le côté gauche, le côté du cœur. » (Edmond et Jules de Goncourt) – Choquant peut-être, mais politiquement et historiquement exact.

« Le mérite cognitif règne en maître, parce qu’il est relativement facile à mesurer … Nous sommes arrivés à ce que j’appelle le ‘zénith de la tête’, , à une situation où il n’y a plus de places libres dans l’économie du savoir, mais où nos concitoyens ont grand besoin de trouver des emplois rémunérés … Nous surécompensons les travailleurs de la tête aux dépens des autres … Deux groupes insatisfaits ; les ouvriers et les soignants qui sont sous-payés et sous-évalués ; et les diplômés qui ne trouvent aucun débouché à la hauteur de leurs attentes … Le rééquilibrage entre  la tête, les mains et le cœur nous sera imposé. » ((David Goodhart)

« Ce qu’on entend par avoir du cœur : c’est avoir une faiblesse des glandes lacrymales en même temps qu’une légère paralysie du cervelet. » (Sacha Guitry)

« Le cœur ne bat que pour ce qui est loin. » (J. G. Herder)

« Le cœur de l’homme a un recto sur lequel est écrit ’jeunesse’ et un verso sur lequel est écrit ‘sagesse’. » (Victor Hugo)

« On parle de ‘têtes bien faites’ et on ne parle jamais de ‘cœurs bien faits’. Les cœurs bien faits sont ceux où toutes les sortes d’affections sont bien casées et n’ont que leur juste étendue. » (Joseph Joubert)

« L’esprit aux est toujours faux, et faux en tout, comme un œil louche regarde toujours de travers. Au reste, on n’a l’esprit faux que lorsqu’on a le cœur faux. » (Joseph Joubert)

« La raison peut nous avertir de ce qu’il faut éviter, le cœur seul dit ce qu’il faut faire. » (Joseph Joubert)

« Rien en ce monde n’est assez grand et assez vaste pour combler la profondeur, la hauteur et l’étendue du cœur de l’homme. » (cardinal Walter Kasper)

« Quel est le plus profond, le plus impénétrable des deux : l’océan ou le cœur humain ? » (Lautréamont)

« Aucune émotion n’est en elle-même un jugement ; en ce sens, les émotions et les sentiments se situent tous en dehors de la logique. Mais ils peuvent être raisonnables ou déraisonnables dans la mesure où ils se conforment ou non à la raison. Le cœur ne peut jamais prendre la place de la tête ; mais il peut, et doit, lui obéir … Il existe un face-à-face entre le monde des faits, sans la moindre trace de valeur, et le monde des sentiments, sans la moindre trace de vérité ou d’erreur, de justice ou d’injustice, et aucun rapprochement n’est possible entre les deux. » (C. S. Lewis)

« Non plus une morale de l’obligation, mais une morale ‘sentimentalo-médiatique’, partout l’émotion l’emporte sur la loi, le cœur sur le devoir. » (Gilles Lipovetsky)

« Ce que le cœur veut, l’esprit le ressent. » (André Malraux)

« L’action nécessite un minimum de courage. Le courage vient du cœur, qui est lui-même le lieu de la sensibilité et de la décision. » (Renaud Denoix de Saint Marc – cité par Malika Sorel-Sutter – à propos de nos politiciens)

 « Lorsque tous les pigeons ont été plumés, il reste toujours aux escrocs du cœur à se rabattre sur la jobardise incarnée : l’Etat et ses affidés. D’autant que les élus et les fonctionnaires ce n’est pas leur pognon qu’ils dilapident ainsi. » (François Marchand)

« Il faut avoir l’esprit dur et le cœur doux. Sans compter les esprits mous au cœur sec, le monde n’est presque fait que d’esprits durs au cœur sec et de cœurs doux à l’esprit mou. » (Jacques Maritain) – Il y a soixante-dix ans et plus on pouvait encore distinguer, aujourd’hui tout baigne dans la mélasse.

« Les faiblesses du cœur ne font tort qu’à l’homme. Celles de l’intelligence blessent et vicient profondément l’œuvre même. » (Charles Maurras)

« Michelet fit de la pensée avec son cœur. Il fit penser son cœur sur tous les sujets concevables, l’histoire des hommes, celle de la nature, la morale, la religion. Il crut connaître par le cœur les causes des faits, leurs raisons … Il eût même exercé son cœur à jouer aux échecs et à réduire les fractions. Le cœur de Michelet se promut cerveau, mais cerveau de bien meilleur ordre que les cerveaux de simple substance cérébrale et qui ne savent que penser … Sous le titre de conscience il s’institua juge unique de la vérité. » (Charles Maurras – sur un pseudo historien qui a formé des générations d’imbéciles au grand cœur et à la toute petite tête, les enthousiastes de 14-18 entre autres, comme les innombrables esprits bien-pensants et bien corrompus d’aujourd’hui)     

« Pas d’expression plus répétée, de formule plus stéréotypée, plus rabâchée, plus épouvantablement vomie cent mille fois par jour que celle de ‘coup de cœur’ ; pour tout, pour des chansons, pour des livres, des expositions, des concerts, des vedettes… Chaque fois que je l’entends, je me désintègre.» (Philippe Muray) – Les manies de la presse dite féminine se sont imposées partout. On aura bientôt des coups de cœur pour la théorie du Big Bang !

« Jamais autant qu’aujourd’hui le cœur n’a été à toutes les sauces et à tous les menus … Au milieu de ce climat de nihilisme rose nuance layette … qui repose sur l’idée d’une innocence originelle (et bafouée) de l’être, l’ironie devient plus condamnable que jamais, l’humour aussi, l’équivoque, l’instabilité du jugement, la critique, l’interrogation, le négatif radical, bref la pensée. La bienfaisance universelle pourchasse les arrière-pensées … L’ère des bons sentiments. » (Philippe Muray)

« Ah, Frappe-toi le cœur, c’est là qu’est le génie. » (Alfred de Musset)

« Le cœur d’un homme d’Etat doit être dans sa tête. » (Napoléon Bonaparte) – N’ayant plus de têtes, mais seulement des tripes, nous n’avons plus que des politicards et des laquais.

« On ne consulte que l’oreille parce qu’on manque de cœur. » (Blaise Pascal)

« Les vérités entrent du cœur dans l’esprit, et non pas de l’esprit dans le cœur, pour humilier cette superbe puissance du raisonnement. » (Blaise Pascal)

« A force de se méfier de son cœur il ne lui en restait plus beaucoup. » (Raymond Radiguet)

« Les cardiaques, gens de trop de cœur. » (Charles Régismanset)

« La sempiternelle troupe de pétitionnaires, staliniens décomposés en tête, renforcée de quelques autres comiques, seconds rôles de cinéma, fantaisistes, députés verts, chanteurs de variétés et évêques ’in partibus’ … L’engeance citoyenniste. » (René Riesel)

 « Le cœur est la partie infinie de l’homme ; l’esprit a ses limites. On n’aime pas Dieu de tout son esprit, on l’aime de tout son cœur … Les gens qui manquent de cœur, et le nombre en est plus grand qu’on ne croit, ont tous un amour-propre excessif, une certaine pauvreté dans l’esprit, car le cœur rectifie tout dans l’homme ; qu’ils sont jaloux et ingrats, et qu’il ne s’agit que de les obliger pour s’en faire des ennemis. » (Rivarol)

« L’esprit est toujours la dupe du cœur. » ( La Rochefoucauld)

« La science ou l’ignorance ne sont que les ‘dehors’ de l’homme, le culturel, extérieur et étranger à sa nature ; ‘mais  le cœur ne change point, et tout l’homme est dans le cœur’. » ( ? – cité par Frédéric Rouvillois) – Constance de la morale.

« N’ayons ni le cœur dans la tête ni la tête dans le cœur. » (Père Joseph Roux)

« Il joue de la corde sensible, mais faux. »(Claude Roy)

« Un cœur qui écoute » (Salomon, demandant au Seigneur) – Demande de sagesse.

« Un cœur auquel peuvent suffire lieu et temps

« Ne connaît vraiment rien de son immensité. » (Angelus Silesius)

« Quand le cœur est bien et parfaitement orienté, tout va bien aussi pour le reste. Et quand le cœur est perverti, tout est perverti, consciemment ou inconsciemment. » (Jean Tauler)

« Qui est-ce qui n’a pas au moins une plaie au cœur ? »(Edmond Thiaudière)

« L’Occident a les mains actives et le cœur vide. » (Paul Thibaud)

« Il pleure dans mon cœur

« Comme il pleut sur la ville ;

« Quelle est cette langueur

« Qui pénètre mon cœur ?

«  ………………………………

« Il pleure sans raison

« Dans ce cœur qui s’écœure.

« Quoi ! Nulle trahison ?

« Ce deuil est sans raison.

« C’est bien la pire peine

« De ne savoir pourquoi

« Sans amour et sans haine

« Mon cœur a tant de peine ! » (Paul Verlaine)

« Le cœur s’ouvre plus tard en nous qu’on ne le pense généralement. » (Alfred de Vigny)

« L’oreille est le chemin du cœur. » (Voltaire)

« Seul un cœur brisé est un cœur entier. » (mystique juive)

« Gouverne ton cœur : s’il n’obéit, il commande. » (maxime) 

« Le cœur rentable. » ( ?) – Très pratiqué dans le show-biz, par les people et par beaucoup d’associations.

« Non seulement le cœur est affranchi de la sujétion rationnelle, mais on lui confie la direction de l’âme. » (? – sur le primat de l’émotion)

« Ce sont toujours les pires salauds qui s’avancent le cœur sur la main. » (?)

« Parfois il est avisé d’avoir de la tête plein le cœur. » (?)

« Apprécions, mais prenons garde aux cœurs maladroits. » (?)

« Il n’est pas que le siège du sentiment, c’est d’abord l’organe de la vaillance, du devoir, de l’honneur, la partie impétueuse de l’âme qui aspire à l’exploit et qui court au-devant des plus grands périls. » (?) – L’auteur devait écrire à l’âge du néolithique, ce qui pourrait expliquer qu’il nous soit inconnu. 

Ce contenu a été publié dans 120, 1 - PER - Cœur, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.