450,2 – Bêtise, Sottise

– Exemples de stupidité contemporaine (fournis par Philippe Muray) : cet ingénieur cité par un journal s’écriant lors de l’éclipse de 1999 « Quelle émotion de voir tout ce monde désirer la même chose ! C’était comme une communion ! » – Le cou tendu vers le ciel, à l’unisson, derrière leurs lunettes bleues. De même que ce journaliste qui voyait dans cet événement une leçon de ponctualité (céleste) mais aussi et surtout une leçon de tolérance ; pourquoi pas de charité, d’altruisme, d’antiracisme, de pluriethnicité, d’affirmation des droits de l’homme ? Cette affichette placardée en nombre : Exigeons (rien de moins) la justice climatique. Notre époque bat tous les records d’imbécillité.

– « Il existe une sottise d’époque à laquelle tous les contemporains, grands et petits, et eussent-ils du génie, participent. » (François Mauriac) comme il existe une « connerie de classe. » (?)

– « Le drame de notre époque est que la bêtise se soit mise à penser. » (?) – Et pire qu’elle ait imposé sa bêtise en pensée unique.

– On peut aussi trouver quelques beaux exemples à la rubrique : Editorial, 235, 1 

Vers la fin de  la rubrique Modernité, 495,1, on trouvera des extraits de l’ouvrage  de Pierre Thuillier, La grande implosion, où l’auteur démontre plaisamment pourquoi tout va se casser la gueule et dans quelle stupidité s’est vautrée notre époque.

 ——————————————————————————————————————————-

« La bêtise des instruits est le plus terrible des virus. » (David Angevin) – Et en France, nous sommes particulièrement gâtés, ne serait-ce que par nos universitaires. Pire que le Covid-19, car dure plus longtemps.

« La bêtise est la seule ressource vraiment renouvelable. » (Anne Archet)  

« On ne jette pas en l’air une bêtise qu’un badaud ne la rattrape. » (Lucien Arréat)

« Il y a une chose plus grave  que la trahison, c’est la bêtise. » (Michel Audiard – sur les politiques)

« Je suis un ancien combattant, militant socialiste et bistrot, c’est-à-dire des conneries, j’en ai entendu toute ma vie. » (Michel Audiard)

« La bêtise progresse, elle aussi : la bêtise ancienne est remplacée par une bêtise nouvelle. » (Kostas Axelos)

« La sottise me paraît s’opposer davantage au bon sens qu’à l’intelligence … Bon sens, capacité de saisir le vrai … de discerner le faux … faculté de discerner le vrai du faux, de saisir le moment où le raisonnement cesse de se référer à la réalité pour s’emballer attelé à ses propres présupposés, bref de discerner les vessies des lanternes … Les individus perdent le sens lorsqu’ils laissent l’idéologie pénétrer dans leur sphère d’autonomie … d’autant plus odieux que cette sottise d’inspiration idéologique est naturellement prolixe et prosélytique. » (Jean Baechler)

« Je ne reviens par sur la démonstration par laquelle j’ai logiquement relié la politisation, la laïcisation et l’idéologisation. Elle n’a rien de rassurant, car elle revient à affirmer que la sottise contemporaine n’est pas un accident de parcours, réparable par un retour en force du bon sens, mais une donnée constitutionnelle et irréversible de la modernité. » (Jean Baechler)

« Déjà, il y a bien longtemps, le crucifié annonçait la couleur : ‘Pardonnez-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font.’ Vingt siècles plus tard, ils ne savent toujours pas. » (Olivier Bardolle)

« L’intelligence n’est pas contagieuse, la bêtise l’est systématiquement. C’est bien pour cela qu’il faut se garder de trop fréquenter les imbéciles. On n’en sort jamais indemne. » (Olivier Bardolle)

« En cherchant à raccommoder une bêtise on allonge sa queue. » (Anne Barratin)

« Dans la bêtise on s’arrête rarement en chemin. » (Anne Barratin)

« Sottise humaine trouve toujours son logement. » (Anne Barratin)

« J’ai senti passer sur moi le vent de l’aile de l’imbécillité. » (Baudelaire – après une attaque cérébrale)

« La bêtise au front de taureau. » (Baudelaire)

« La bêtise est souvent un ornement de la beauté. » (Baudelaire – inspiré par sa maîtresse, Jeanne Duval)

« Cette guerre libère, de par la force des media, une masse exponentielle de bêtise … Bêtise fonctionnelle, professionnelle, de ceux qui pontifient dans le commentaire perpétuel de l’événement … Mais les sottises proférées la veille sont effacées par celles du lendemain. Ainsi chacun est amnistié par la succession ultra-rapide des faux événements et des faux discours. Blanchissement de la bêtise par sa propre escalade … cerveaux lessivés, blanchis… » (Jean Baudrillard – sur la guerre du Golfe) – Mais on peut en dire autant à propos de toutes les guerres depuis que les média existent.

« Cet avilissement des esprits devenus incapables de voir ce qui les gêne, de constater un fait, même évident, s’il contrarie leurs systèmes ou dérange leurs attitudes. » (Emmanuel Berl)

« La conscience et la réflexion apparaîtront comme des freins et la simplicité de l’esprit comme une vertu, parce qu’elle ne s’empêtre pas dans les complications humaines. Il aura donc fallu attendre l’extension des technologies dites intelligentes pour prendre la mesure de l‘aspiration à la bêtise qui habite les hommes dans les sociétés développées. » (Jean-Michel Besnier – à propos des automatismes de toutes sortes, serveurs vocaux…)

« Absurdité : Déclaration ou croyance en contradiction manifeste avec votre opinion personnelle. » (Ambrose Bierce – Le dictionnaire du diable

« Rien n’est éternel, disent-ils. – Cependant,  ‘Bourgeois, ta sottise a bien  le caractère de l’éternité’. J’ai beau faire, je n’arrive pas à imaginer une durée moindre, et je n’arrive pas à concevoir un instant de cette durée où tu cesserais d’être un imbécile. Cela seul doit forcer à croire à l’Eternité divine. » (Léon Bloy –Exégèse des lieux communs – 2, LXXVI)

« L’authentique et indiscutable Bourgeois est nécessairement borné dans son langage à un très petit nombre de formules. Si on était assez béni pour lui ravir cet humble trésor, un paradisiaque silence tomberait aussitôt sur notre globe consolé. » (Léon Bloy) – Le Bobo d’alors.

« Je ne suis pas plus bête qu’un autre, dit-on. – Donc je possède une intelligence au moins égale à celle de n’importe qui … L’universelle supériorité de l’homme qui n’est pas plus bête qu’un autre est ce que je connais de plus écrasant… » (Léon Bloy – Exégèse des lieux communs – 1, CXXXVII)

« Les imbécillités à faire mugir les constellations. » (Léon Bloy – cité par Renaud Camus – à propos des émissions de variétés)

« Dès lors, voici que le sens même de notre évolution sur le fil fragile de la vie s’étiole et s’estompe. Voici que l’on glorifie, tels des veaux d’or, les plus incultes d’entre nous et que les squelettes de leur nullité ainsi exhibés deviennent grammaire du nombre et encyclopédie des ténèbres de l’esprit. Voici que le geste devient phrase, que le borborygme impose son discours, que la primarité se substitue à la logique, à la compréhension et à l’explication. Pas un seul jour, pourtant, qui ne démontre par l’absurde que le niveau de langage est indissociable du niveau de la pensée exprimée et que la maîtrise du verbe, la rigueur de l’expression écrite et de la parole sont seules capables de ne pas rendre à la poussière du temps le potentiel de progrès obtenu dans le parcours des millénaires. » (Gérard Blua) – Valorisation de la vulgarité, de la médiocrité, par une époque honteuse.

« Il y a une chose qui n’est pas possible : être bête et doué d’amour. Ce sont là deux absolus incompatibles, allergiques l’un à l’autre. » (Christian Bobin)

« La bêtise ne consiste pas, contrairement à ce qu’on pense généralement et à tort, en une paresse d’esprit mais bien en une débauche désordonnée d’activité intellectuelle. » (Raymond Boudon ?)

« Il n’y a rien qui rafraîchisse le sang comme d’avoir su éviter de faire une sottise. » (La Bruyère)

« Ce qui est dramatique, c’est que la bêtise insiste. » (Albert Camus)

« La bêtise qui m’intéresse a plus à voir avec le conformisme, la soumission à la pensée dominante, qu’avec la sottise pure. Il est donc plus cruel, si tu crois à la liberté de l’esprit, de l’endurer (elle comporte grande part de lâcheté) … Moins on est englué dans la doxa, moins on est bête … La bêtise, ici, consiste à se faire le héraut d’une pensée terriblement datée en ayant l’impression d’être en pointe … Posture d’avant-garde, posture subversive … Quand tout le monde aime le dérangement, c’est que ce dérangement ne dérange personne … La sottise est de nature interventionniste : elle ne consiste pas à mal ou à ne pas déchiffrer, mais à continuellement émettre. Elle parle, elle n’a de cesse d’en rajouter. Rien d’attentif, d’agile, de vigilant comme elle (Bouvard et Pécuchet, héros indiscutables de la sottise vécue et agie, ne sont pas deux endormis mais deux agités. » (Bélinda Cannone – considérations éparses sur la bêtise)

« Il faut savoir faire les sottises que nous demande notre caractère. » (Chamfort)

« Il y a des sottises bien habillées, comme il y a des sots très bien vêtus. » (Chamfort)

« Ce qui nous menace, et pas dans un horizon lointain, c’est la déferlante de la connerie. » (Jean-Pierre Chevènement – à propos de l’insondable imbécillité de nos polémiques-médiatisées) – Ce n’est plus une menace. Nous barbotons dans la connerie.  

« Le drame de notre époque, c’est que la bêtise s’est mise à penser. » (Jean Cocteau – cité par Pierre le Vigan)

« Lorsqu’on se cogne la tête contre un pot ce n’est pas forcément le pot qui est vide. » (Confucius)

« Chaque bulle émotionnelle dure quinze jours maximum. La culture du flux permet à tout un chacun d’effacer ses bourdes au fur et à mesure qu’il en profère. Pas de recensement ni d’anthologie au-delà du mois écoulé. L’amnésie vaut amnistie. » (Régis Debray) – Bénédiction pour nos journalistes, nos éditorialistes, nos ‘philosophes’, nos politicards…

« L’incapacité croissante à analyser les injonctions et les informations tragiques ou futiles dont on nous bombarde n’était pas possible avec le plein usage d’une langue existante et serrée. Ce verrou saute et la confusion commence. » (Luc Dellisse) – Ceux qui démolissent la langue savent parfaitement ce qu’ils font ; diffuser la stupidité, la crédulité…

« La masse est bête, et ceux qui font la masse, c’est-à-dire les journalistes, encore plus bêtes. » (Gérard Depardieu) – Au moins la masse n’est-elle ni arrogante ni servile.

« II n’y a pas que la bêtise par défaut, par blocage de la pensée, par préjugé … il y a la bêtise par ignorance et la bêtise savante, il y a la bêtise dépassée et la bêtise avancée. Cela recoupe en grande partie la bêtise conservatrice et la bêtise progressiste. » (Jean-Philippe Domecq)

« Au XIX° siècle, la bêtise traditionnelle avait atteint un degré de perfection et de complication au-delà desquels il était difficile d’aller … Elle était à la fois réjouissante et instructive ; c’était une bêtise didactique, une bêtise d’idées … par elle on embrassait la civilisation, les philosophies, les morales, les coutumes … La décadence de la bêtise a commencé vers le milieu de notre siècle. Tout un corpus d’imbécillités vénérables s’est perdu … La bêtise de maintenant est une bêtise de sauvages, sans tradition, sans histoire, réduite à peu près à l’instinct. Le sauvage n’a pas d’idées… » (Jean Dutourd)

« Les temps changent lorsque les fils ne font plus les mêmes bêtises que les pères (ou des sottises inverses par réaction), lorsqu’une certaine continuité dans la bêtise des générations s’arrête et qu’une autre forme de bêtise s’installe. » (Jean Dutourd)

« Je finis par penser qu’il n’existe que deux choses infinies, l’univers et la bêtise humaine ;  mais en ce qui concerne l’univers je n’ai pas de certitude absolue. » (Albert Einstein)

« Personne ne raisonne, tout le monde récite. » (Alain Finkielkraut) – Et, ce, sur commande. L’exemple vient d’en haut.

« La bêtise n’est pas le contraire de l’intelligence. Il y a une bêtise de l’intelligence, une bêtise des intellectuels qui prend la forme de l’esprit de système. » (Alain Finkielkraut) – Elle est même encore plus redoutable que la bêtise ordinaire car elle se double ordinairement de mépris pouvant aller jusqu’à la  haine.

« Oui, la bêtise consiste à vouloir conclure. Ne pas comprendre le crépuscule, ne vouloir que midi ou minuit. Cette rage est une des manies les plus funestes et les plus stériles qui appartiennent à l’humanité. Nous sommes un fil et nous voulons voir la trame. Contentons-nous du tableau, c’est aussi bon. » (Gustave Flaubert) – C’est-à-dire à avoir le dernier mot, et ce dernier mot, c’est toujours le Moi, si haïssable. » (Alain Roger)

« La bêtise est quelque chose d’inébranlable, rien ne l’attaque sans se briser contre elle ; elle est de la nature du granit. » (Flaubert)

« Rien n’est humiliant que de voir les sots réussir dans les entreprises où l’on échoue. » (Gustave Flaubert)

« Il est à moitié gâteux – Alors, il va mieux. » (Robert de Flers)

« La bêtise tyrannique qui dégouline quotidiennement des journaux et des média démoralise les plus endurants. La concurrence des ‘ego’ ravage l’existence civile. » (Marcel Gauchet)

Suivant Charles de Gaulle « vaste programme pour l’éradiquer ». Il aurait aussi évoqué la perspective d’un « génocide. »

« La bêtise serait effet de déficience ; ‘je ne l’ai pas fait exprès’ ou ‘je ne savais pas’ passent pour explication. » (André Glucksmann)

« Tout peut être répertorié. A chaque chose son idée, à chaque idée sa chose … On étiquette sans vergogne, on prétend infliger à tout ce qui se présente la règle absolue de l’adéquation d’un désignant à un désigné. La bêtise s’émancipe du contenu de ce qui est proféré … La structure bête se garantit elle-même en éliminant ce qui la conteste … On fait comme si rien ne s’était passé, on ferme les yeux, on occulte la chose perçue et on s’entend adroitement à en obturer la vue … Voilà donc la bêtise attelée à deux tâches de front. D’une part, elle classe. D’autre part, elle exclut l’inclassable … La bêtise déploie un paysage sans équivoque, où chaque chose, étiquetée et pesée, occupe sa place comme flacons et pommades dans une pharmacie bien ordonnée. » (André Glucksmann) – Il suffit de décréter : celui-ci est un aristocrate, l’autre est un fauteur de guerre doublé d’un raciste… celui-là un militant dévoué et généreux… Bien sûr, encore faut-il disposer des hauts-parleurs adéquats.

« Pour que la bêtise soit, il faut : premièrement, cadavériser les signes. Deuxièmement, les saisir globalement par le biais d’un montage technico-spirituel. Encore convient-il, troisièmement, de se mettre en état d’y croire. » (André Glucksmann) – C’est aux intellectuels ‘en vue’, et aux média de veiller à la stricte application de ces trois points.

« La bêtise ignore toute inquiétude. » (Goethe)

« Ce qui entend le plus de bêtises dans le monde est peut-être un tableau de musée. » (Edmond et Jules de Goncourt)

« La sottise est peut-être ce qu’il y a de plus constant dans l’humanité. Parfois on ne la sent pas : elle dort, mais vienne une température d’orage et elle se répand dans les villes, emplit les rues, monte jusqu’aux mansardes ; telle qu’une odeur d’égout. » (Rémy de Gourmont)

« D’une folie, n’en pas faire deux. Il est ordinaire après une sottise faite, d’en faire quatre autres pour la rhabiller … Ne point continuer une sottise. Quelques uns se font un engagement de leurs bévues ; lorsqu’ils ont commencé à faillir, ils croient qu’il est de leur honneur de continuer. » (Baltasar Gracian)

« La gauche bien-pensante dont les lubies apparaissent comme de plus en plus futiles et insignifiantes. Ces dernières années, la nouvelle gauche a battu des records de déconnexion avec la population, allant jusqu’à faire des toilettes ‘non genrées’ un véritable idéal politique. » (Jérôme Blanchet-Gravel)

« Il y a des bêtises que j’ai faites parce que je savais qu’elles seraient amusantes à raconter. » (Sacha Guitry)

« L’imbécillité a des droits, mais elle a aussi des limites. » (Victor Hugo)

« Pour un sot, c’est un grand art que de savoir se taire. » (Victor Hugo)

« La bêtise, c’est de s’en tenir là, peu importe où. C’est la conscience bien contente qui s’installe ainsi avec toutes ses tares, avec toutes ses rides, dans la stupide vanité d’être ce qu’elle est. » (Vladimir Jankélévitch)

« La fidélité dans la sottise est une sottise de plus. » (Vladimir Jankélévitch)

« De toutes les puissance qui se partagent le gouvernement du  monde, c’est encore la connerie la plus redoutable. Des autres on peut toujours se garer, il y suffit d’un peu d’adresse et de fermeté, d’un rien de chance. De la connerie, impossible, ses attaques sont imparables. » (Lucien Jerphagnon) – Alors vu la diffusion actuelle, nous sommes dans un monde dangereux.

« L’esprit laisse souvent passer la sottise sans la voir, le bon sens la remarque. » (Joseph Joubert)

« La bêtise commerciale a remplacé la bêtise idéologique. » (Milan Kundera)

« Le simplisme débité en tranches, le compassionalisme écervelé, le manichéisme militant… » (Elisabeth Lévy) – Plaisant florilège.

« Aux prises … avec une massive imbécillité bureaucratique-administrative … La stupidité est un adversaire effrayant, car elle est inentamable et ses ressources sont infinies. » (Simon Leys)

« La sottise est sans honneur. » (Charles Maurras)

« Si la bêtise est l’incapacité de comprendre les choses les plus simples, elle est, au XX° siècle, une catégorie historique. Et le support privilégié de cette bêtise transcendantale, est, selon Orwell, la classe intellectuelle. » (Jean- Claude Michéa)

« C’est la bêtise qui est la grande punition du péché d’Adam. »(Henry de Montherlant)

« Le besoin de nouveauté, quelle qu’elle soit, et fût-elle bien pis que ce qu’elle remplace, est une des formes les plus caractéristiques de la bêtise humaine. » (Henry de Montherlant ou Michel Mohrt)

« Vanité et bêtise poussent sur la même tige. » (Robert Musil – De la bêtise)

« Ce terme englobe deux espèces au fond très différentes : une bêtise toute honnête, toute simple, et une autre … La première tient plutôt à une faiblesse générale de l’entendement, la seconde à une faiblesse de celui-ci par rapport à un objet particulier ; c’est, de loin, la plus dangereuse … La bêtise honnête est un peu lente à comprendre, elle n’a pas la ‘comprenette facile’, comme on dit. Pauvre en représentations et en vocabulaire, elle ne sait guère s’en servir. Elle préfère le banal, dont la fréquence même rend l’assimilation plus aisée … Elle est souvent confuse dans sa réflexion que paralyse aisément toute expérience nouvelle ; du coup, elle s’en tient de préférence à ce qui est accessible aux sens, à ce qu’elle peut, en quelque sorte, compter sur ses doigts. En un mot, c’est la brave ‘pure bêtise’ … Entre cette bêtise honnête et l’autre, la supérieure, la prétentieuse, le contraste est criant. Cette bêtise là est moins un manque d’intelligence qu’une abdication de celle-ci devant certaines tâches … Elle peut comporter tous les caractères négatifs d’un entendement faible, mais avec, en plus, tous ceux qu’implique une affectivité déséquilibrée, contrefaite, irrégulière, en un mot : maladive … Nous qualifions de bête le comportement de quiconque est incapable d’accomplir une tâche  pour laquelle toutes les conditions sont réunies, sauf les personnelles … Aussi toutes les occasions où personne ne se comporte aussi intelligemment qu’il serait nécessaire, où chacun de nous se montre, sinon constamment, du moins de temps en temps bête. » (Robert Musil)

« La bêtise est l’étoffe des préjugés sans lesquels il n’y a pas de vie sociale possible ; elle est le ciment de l’édifice social. » (Georges Palante)

« D’où vient qu’un boiteux ne nous irrite pas, et qu’un esprit boiteux nous irrite ? A cause qu’un boiteux reconnaît que nous allons droit, et qu’un esprit boiteux dit que c’est nous qui boitons. » (Blaise Pascal)

« On peut avoir du génie et n’être qu’un imbécile ; le contraire est impossible. » (Georges Perros)

« Cette vraie sottise que par gentillesse nous qualifions de candeur. » (Platon)

« La stupidité vertueuse fait assurément plus de victimes que la seule hostilité. » (Karl Popper) – On peut parfois s’arranger avec un méchant quelconque, quitte à y laisser des plumes, pas avec un imbécile profond.

« Les Français désapprouvent le livre de Valérie Trierweiler, mais ils l’achètent. » (Presse) – A l’intention des crétins qui se retrouvent dans les deux catégories.

« Le péché originel : c’est la sottise. » (Charles Régismanset)

« Je trouve une femme jolie ; elle dit une bêtise, la voilà laide. »(Jules Renard)

« Bêtise humaine : l’adjectif est de trop. Il n’y a que les hommes qui soient bêtes. » (Jules Renard)

« Chacun n’apprécie que la bêtise qui ressemble le plus à la sienne … L’heureux mortel dont l’estomac n’a jamais été gêné par la tête pendant la digestion et qui n’a jamais gaspillé … à la fertilisation de la moindre pensée … Sa tête n’est pas un atelier de pensées, mais pas non plus de douleurs … Certes je ne donne pas la sagesse à l’idiot, mais la croyance qu’il la possède … Le manque de sagesse le protège contre tous les dangers qui font sombrer le penseur dans des maux temporels et éternels. Il ne s’aventure jamais sur l’océan du doute … C’est pourquoi il est toujours paisible … c’est pourquoi il est toujours égal à lui-même dans ses opinions : il ne connaît que celles auxquelles il croit … Je rends tout idiot fier, et par là-même heureux … Comme il est dépassé par beaucoup, son amour-propre l’oblige à chercher en lui des qualités que les autres ne semblent pas avoir, de les agrandir, de les embellir … Considérons ce profit que les supérieurs tirent de la bêtise du peuple. Quand un peuple supporte-t-il les injustices de ses maîtres avec le moins d’impatience sinon lorsqu’il est incapable de les voir ? … Et quand les raisons de son maître sont-elles pour lui les plus satisfaisantes si ce n’est lorsqu’il les reconnaît non avec les yeux mais avec le sentiment ? … Ceux qui ont le plus encouragé et nourri la bêtise du peuple sont ceux qui en ont tiré le plus grand profit. » (Jean-Paul Richter – considérations éparses sur la bêtise et faisant parler celle-ci) – L’auteur écrivait il y a deux siècles, donc il devait déjà exister un gang politico-médiatique.

« L‘intelligence ferme des portes, la sottise ouvre à tout … Il y a une  sottise négative, passive, faite de non compréhension et une sottise positive, active, celle de l’être tirant de son propre fonds des idées ou des tâches absurdes. » (Clément Rosset)

« Avoir l’esprit ouvert n’est pas l’avoir béant à toutes les sottises. » (Jean Rostand)

« Comme on est bête quand on est beaucoup. » (Georges Sand)

« Les dieux mêmes combattent en vain contre la sottise. » (Schiller)

« Quand la bêtise n’a plus honte d’elle-même. » (Martin Steffens) – Quand elle parade à la télévision, sur les réseaux sociaux, chez les politiques et les journalistes…

« Jadis, il y avait sans doute des êtres idiots, mai la bêtise n’était pas institutionnalisée. Aujourd’hui nous avons TF1, M6 et Canal +. Nous avons Nikos, Cauet, Delarue, Arthur. De la médiocrité à la vulgarité … La médiocrité, apanage de notre époque. » (Martin Steffens –Vivre ensemble la fin du monde) – La liste se renouvelle sans cesse.

« L’homme le plus bête est celui qui meurt sans avoir dit ni fait la moindre  bêtise. » (Miguel de Unamuno)

« Ne jamais attribuer à la malveillance ce que la bêtise suffit à expliquer. » (Principe)

« On fait souvent des bêtises effroyables de peur de paraître bête. » (?)

« L’intelligence a été crée par un type. La connerie est une création collective. » (?)

« Je ne suis pas plus bête qu’un autre – Quel autre ? » (?)

« Bête comme un peuple qui vote mal. » (?) – Effectivement, les média ne se cachent pas pour le clamer dès que le peuple dénonce la pourriture de nos élites.

 Ci-dessous, extraits simplifiés et remaniés de l’ouvrage de Belinda Cannone, La bêtise s’améliore.

 « Elle se renouvelle sans cesse. D’ailleurs si elle était toujours semblable à elle-même, on finirait par s’en méfier … La bêtise, la bêtise de l’intelligence (chez les gens passant pour intelligents et cultivés), à plus à voir avec le conformisme, la soumission à la pensée dominante, qu’avec la sottise … La pensée-mode, la pensée-réflexe … La réduction des idées, façon de rabattre le nouveau sur du connu, ‘ceci est comme cela’, ‘c’est au fond la même chose’ … Ceux–là qui se déclarent le plus résolument dérangeants aujourd’hui se signalent par le fait qu’ils ne dérangent personne et s’affichent d’ailleurs dans les musées et les maisons d’édition les plus huppées … Quand tout le monde aime le dérangement, c’est que ça ne dérange personne … Il est dans l’ordre (actuel du monde) de valoriser le désordre (de façade) … Posture d’avant-garde, posture subversive … Rupture … Quand tout le monde parle de la même chose, flairons le suivisme … La bêtise s’est renouvelée, elle a adopté des idées qui étaient intelligentes quelques générations plus tôt, et qui sont pur conformisme depuis plus de cinquante ans … Elle promeut même ce qui lui est opposé ; changement, renversement, le contraire du conformisme … L’expression à la mode (Il a …. quelque part, au niveau de, à la limite, ludique…), c’est l’aubaine d’une bouée surgissant dans le combat contre la noyade … ‘Aujourd’hui : je suis de mon temps, le monde a changé et, moi, je l’ai bien remarqué’, les imbéciles, n’ayant d’ailleurs pas du tout idée de ce qu’était hier, ont l’impression que le monde commence avec eux … Source de la bêtise, la frayeur devant un danger périmé, à force de pourchasser le réactionnaire on ne voit pas le promoteur de l’adaptation qui, lui, nous ruine véritablement (La manipulation d’aveuglement est grossière. Elle marche) …  Le conformisme consiste à reprendre le mot sans le discuter, sans le repenser … Forme de pensée de celui que son ‘absence à soi’, résultant d’une personnalité insuffisamment consistante, incite à tomber dans tous les panneaux de la pensée dominante … Penser trop court, mettre les bons sentiments avant le raisonnement … S’aligner sur la doxa, c’est emprunter magiquement la force du nombre  … Ils (les bobos)  sont le résultat de la greffe du gène libertaire des années soixante sur la souche des nantis : très florifère dans le climat d’une grande ville … Ils tiennent la position ‘borderline’ entre franche bêtise et authentique conformisme. »

Ci-dessous quelques extraits de l’ouvrage de François Bégaudeau, Histoire de ta bêtise. Lequel auteur s’adresse à un bourgeois anonyme, mais dans lequel, moi du moins, je reconnais le type même du Bobo. On retrouvera donc ce texte à la rubrique 370, 1  Gogos et Bobos.

« ‘S’il y a une majorité silencieuse, tu es dans la minorité audible … Ta démocratie laisse le choix à la stricte condition qu’on opte pour le seul possible et ‘qu’on fasse barrage’ … Tous les cinq ans tu te réactives en faveur du parti de l’ordre, du parti libéral , qu’il s’affiche de gauche ou de droite ou les deux … Tu es de gauche si le prolo sait se tenir … Bourgeois est la synthèse d’une condition et d’un système d’opinions, celui-ci justification et défense de celle-là. Tu as les opinions de ta condition, les positions de ta condition …  Manifestant ta tolérance aux minorités, tu escomptes un retour de tolérance … Toi, dont la sacro-sainte bienveillance est une  métabolisation de la peur, le bien-pensant n’est plus le raciste, mais l’antiraciste, ce n’est plus le patriarche lettré prodigue en adages misogynes, mais la féministe qui le reprend … Tu m’as confié ne pas aimer le conflit, mais c’est d’abord que tu le crains … La modalité contemporaine de ta classe s’appelle le ‘cool’ … Tes valeurs ne s’expliquent ni ne s’argumentent, elles se valorisent … La supériorité du nouveau sur l’ancien est ton boniment de base … La superstructure idéologique de ta condition commerçante est le centrisme. Tu ne dis pas que tu es centriste, mais que tu es modéré, tu as le sens de la mesure … Reprenant la citation de Talleyrand, ‘tout ce qui est excessif est insignifiant’, tu aimerais que ‘lézextrêmes’ soient insignifiants. Pour quelqu’un qui n’aime pas ‘lézextrêmes’, tu es extrêmement campé sur tout un tas de positions, on te situe à l’extrême centre. Tu es extrêmement au centre … Ton refus de la pensée radicale-structurelle est a priori. C’est toujours ‘plus compliqué que ça’ … Tu n’émancipes jamais tes raisonnements du cadre de la raison instrumentale. Tu penses utile. Une pensée en soi n’a pas d’usage ; n’a d’usage qu’en soi  … ‘Homme qui ne fait aucun usage de la faculté de penser’ (Léon Bloy) … la promotion du sentimental porte en creux une disqualification de l’intellect qui te dédouane d’user si peu du tien. »

Ci-dessous, extraits du livre de Sebastian Dieguez, Total bullshit, au cœur de la post-vérité, en partie consacré à l’ouvrage de Harry G. Frankfurt, On bullshit – De l’art de dire des conneries (auteur et livre analysé par ci par là). A pondérer du fait, souligné par le premier auteur que respecter la vérité est loin d’être toujours une priorité (politesse, prévenance, tact, respect de l’ambiance, ne pas contrer, sauver la face, se contenter d’allusion…) ce qui nous entraîne à bullshiter (s’écarter de la vérité, de la réalité), mais là de façon honorable et même parfois vertueuse afin de sauvegarder le lien social (toute vérité n’est pas bonne à dire). 

« La post-vérité désignerait des « circonstances dans lesquelles les faits objectifs ont moins d’influence pour former l’opinion publique que l’appel à l’émotion et aux croyances personnelles. » (dictionnaire d’Oxford)

« Dans la post-vérité, on ne délibère pas : on acquiesce ou on rejette. Le vrai est avec nous, le faux est contre nous, c’est tout simple … Indifférence à l’égard de la vérité (alors que le mensonge garde une ‘sorte de lien’ avec les ‘données du monde réel’ – George Orwell – le mensonge est asséné par le locuteur comme s’il était cru alors qu’il ne l’est pas) … Puisqu’en fonction de la transparence et de la moralisation obligatoires il n’est plus possible (ou toléré) de mentir, il faut baratiner, enfumer, intimider et produire toutes sortes de foutaises, du vent, bluff, rodomontades, bidonnage, l’outrance et l’aplomb du camelot … Métaphores hasardeuses et pompeuses, emballement surjoué, fraternité de pacotille, obséquiosité, lyrisme, flatteries, patriotisme, optimisme béat, anti-élitisme de circonstance, grands défis qui nous attendent, poncifs, remplissage, promesses gratuites, prétention, appel au rassemblement, parler au-delà de ce qu’admet la situation … Désinvolture, irrespect, indifférence par rapport à la réalité et à la vérité, manque de sérieux, souci de la présentation de soi, ‘s’en tirer à bon compte’, ‘marquer des points à peu de frais’, ‘s’en sortir’, cacher l’incompétence … Impliqué par la notion démocratique qu’il faudrait avoir une opinion sur tout (nocivité des sondages) et par la substitution de l’idéal de ‘correction’ par celui de ‘sincérité’ … L’emphase du discours politique, paradigme du bullshit, le discours des ‘Comices Agricoles’ dans ‘Madame Bovary’ … Le bullshit ne peut  émerger, et surtout être toléré, que lorsqu’une dissociation complète a été opérée entre le fait d’avoir raison et l’impression d’être sincère, et que la seconde l’emporte toujours sur le premier … Le test de Shaw pour démasquer celui qui bullshit :  le forcer à s’expliquer, à détailler ses informations en le forçant à rester sur la question en discussion :  ‘Vous y croyez vraiment ?’ ou ‘C’est vraiment ce que vous voulez dire ?’ ;  ou bien démasquer des énoncés, des affirmations ou des textes qui n’ont pas de sens, ou dont le sens est obscur et inclarifiable, intraduisible en termes simples (‘Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement’… Boileau). »

Ce contenu a été publié dans 450, 2 - Bêtise , avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.