040,1 – Amitié

– La grande affaire de tout temps.

– Qui a eu des amis, bienveillants, fidèles, solides a déjà réussi une grande partie de sa vie.

– L’autre n’aime pas plus les pressions appuyées, insistantes, qu’on ne les aime soi-même. Suppose le maintien de la juste distance : « Tu iras jusque ici, mais pas plus loin » (Bible) ou comme le dit Pascal à propos du point d’observation d’un tableau : « Il n’y a qu’un point indivisible qui soit le véritable lieu : les autres sont trop près, trop loin, trop haut ou trop bas. » – « De même que plus on se regarde de près et moins on se voit ; l’on devient presbyte dès qu’on s’observe ; il est nécessaire de se placer à un certain point de vue pour discerner les objets, car lorsqu’ils sont très rapprochés, ils deviennent aussi confus que s’ils étaient loin. » (Joris-Karl Huysmans)

– N’exigeons pas plus que l’autre ne peut offrir. N’offrons pas plus que nous ne pouvons tenir sans forcer. Recevoir n’est pas prendre, s’emparer. Donner, se donner, n’est pas se répandre, se dissoudre.

– En amitié (comme en couple d’ailleurs), dans une conversation à teneur personnelle, par discrétion et respect n’en demandons pas plus que ce que l’autre veut bien dire. 

– « Aucune amitié ne résiste à l’ennui » (Georges Bernanos), ni au terrorisme de la transparence (chercher à en savoir plus qu’on ne vous en dit) ; ce qui implique de renoncer, notamment, aux salves de : Pourquoi, Explique, Dis moi…

– L’ami est celui qui, sans autrement questionner, sans demander pourquoi,  arrive quand il a pu penser qu’on l’appelait, qui offre quand on a évoqué quelque difficulté : « Tu m’as appelé, me voici » (Livre de Samuel), comme aussi celui qui sait se retirer. – « Il convient sans doute que nos allions au secours de nos amis malheureux sans attendre d’y être appelés et de tout cœur. » (Aristote)

– Se rappeler la maxime d’Epictète : « Si ton voisin se salit, tu ne peux pas te frotter à lui sans nécessairement te salir. »

– Que devient la notion d’amitié avec les amis suivant Facebook ? La poursuite du record dans la quantité ! « Ni un homme de beaucoup d’hôtes, ni un homme sans hôtes … Il est peut-être bon de ne pas chercher à avoir le plus grand nombre d’amis possible … La vie en commun (ou en proximité) est habituellement regardée comme ce qui caractérise le mieux l’amitié … Ce n’est pas un ami que l’ami de tout le monde. » (Aristote)

– Vous revenez dans votre petite ville natale quittée depuis 40 ou 50 ans. Rien de plus rafraichissant que l’accueil de vos vieux amis survivants, même si un peu détériorés, comme vous-même. Tout est pareil, vous, les autres, les plaisanteries… Puis s’insère une petite et bien légère douleur en comparaison de cette chaleur : vous êtes censé vous rappeler du petit nom de la jolie fille du garagiste du coin et vous intéresser à son sort, vous souvenir des tics du jeune Gaston qu’il a gardé depuis lors,  vous passionner pour l’aménagement récent de la rue du marché, être au courant des derniers potins d’actualité… En fait, vous n’êtes jamais parti. Il ne vous est rien arrivé, vous n’avez pas vécu. Confortable et chaleureuse fixité moyennant l’acceptation d’un peu de castration.

– Ne pas confondre l’amitié avec la camaraderie « qui n’est qu’une forme de l’esprit de caste, avec ses exigences, ses ostracismes, ses jalousies, ses défiances et ses susceptibilités ombrageuses. » (Georges Palante – sur les groupes, associations, partis…)

 ——————————————————————————————————————————-

« Il est un critère quasiment infaillible pour savoir si quelqu’un vous veut du bien : la manière dont il rapporte les déclarations inamicales ou hostiles à votre égard. Le plus souvent de tels ragots sont inutiles, simples prétextes à laisser transpirer la malveillance sans en assumer la responsabilité, voire même au nom du bien. » (Theodor Adorno)

« Un ami est toujours un personnage à deux faces. D’un côté il nous renvoie à notre image, de l’autre il appartient a une société qui nous est inconnue …  De mon ami, j’attends qu’il partage l’image que je me fais de moi-même, au moins dans une mesure raisonnable … Quand nous retrouvons un ami après de longs mois il nous semble ne l’avoir quitté qu’un instant … Si nous rencontrons un ami après plusieurs années de séparation, nous avons l’impression de l’avoir quitté l’instant d’avant … Deux personnes différentes voient de la même manière une même réalité … Ce n’est que devant un ami que nous ne nous mettons pas en valeur, la théâtralité disparaît … L’amitié est un fait et non pas un problème. C’est un chemin à parcourir et non un but. Le passé ou le futur de notre amitié (et même son existence) ne sera pas abordé … L’amitié est d’essence morale et si la confiance disparaît, elle est perdue à jamais … Mon ami ne me doit pas d’explications, et il est bon que je ne lui en demande pas … L’amitié n’existe pas sans estime et sans respect mutuel, et pas davantage sans communauté d’attitude morale … ‘Dis-moi qui tu fréquentes et je te dirai qui tu es’. Les amis constituent une preuve objective de la moralité d’une personne. Ils sont le signe de sa rigueur et de son intransigeance, mais aussi de son goût pour l’intelligence, ses capacités créatrices et même sa tolérance … L’amitié est un processus d’égalisation. Entre deux amis, Il ne peut être question de déséquilibre de pouvoir. Une amitié non réciproque est un non sens. L’amitié est une bienveillance mutuelle … L’ennui prouve que l’amitié n’existe pas ou qu’une autre intervention a troublé la rencontre. » (Francisco Alberoni – suite de considérations éparses)

De l’amitié, Francesco Alberoni distingue : « la bande d’amis qui n’est qu’un groupe traditionaliste sans autre objectif que sa survie … quand ce groupe n’est pas tourné vers un idéal, quand il ne s’est fixé aucun but. »

« Personne ne voudrait vivre sans amis, eût-il tous les autres biens. » (Aristote)

« L’amitié est une âme en deux corps. » (Aristote)

« Ce n’est pas un ami que l’ami de tout le monde. » (Aristote)

« Suppose la bienveillance mutuelle et que celle-ci ne reste pas ignorée des intéressés. » (Aristote)

« Quand deux vont de compagnie, on est alors plus capable de penser et d’agir. » (Aristote)

« Ceux dont l’amitié est fondée sur l’utilité aiment pour leur propre bien … et ceux qui aiment en raison du plaisir aiment pour leur propre agrément … Ces amitiés ont un caractère accidentel … et sont par la suite fragiles … La parfaite amitié exige en outre du temps et des habitudes communes, la communauté de goûts … On y rencontre l’égalité, la confiance, l’incapacité de se faire jamais du tort … L’amitié consiste plutôt à aimer qu’à être aimé. » (Aristote)

« Dans la pauvreté comme dans toute autre infortune les hommes pensent que les amis sont l’unique refuge. L’amitié est d’ailleurs un secours aux jeunes gens pour les préserver de l’erreur ; aux vieillards pour leur assurer des soins … à ceux enfin qui sont dans la fleur de l’âge pour les inciter aux nobles actions. » (Aristote)

« Une autre espèce d’amitié, celle qui comporte une supériorité d’une partie sur l’autre : l’affection d’un père à l’égard de son fils, d’une manière générale celle d’une personne plus âgée à l’égard d’une autre plus jeune, ou d’une personne exerçant une autorité quelconque à l’égard d’un inférieur. » (Aristote) – Ce sont ces amitiés que veulent briser l’inflation du droit et les revendications perpétuelles facilitées par les politiques qui y voient un moyen efficace de faire sauter tout lien social au profit des seuls rapports de force.

« Tout le monde évite d’être une cause de peine pour ses amis. C’est pourquoi les natures viriles se gardent bien d’associer leurs amis à leurs propres peines … Un tel homme n’admet pas que d’autres se lamentent avec lui parce qu’il n’est pas lui-même enclin aux lamentations … Des femmelettes, au contraire, et les hommes qui leur ressemblent, se plaisent avec ceux qui s’associent à leurs gémissements. » (Aristote) – De nos jours, en Occident, ces concerts de lamentations et pleurnicheries sont même devenus une habitude, allant avec la société émotionnelle, compassionnelle, d’exhibitionnisme et de lâcheté généralisée. Voir la liste affolante des S. O. S. téléphoniques ! Laquelle témoigne seulement de la difficulté, sinon de l’impossibilité, de trouver un interlocuteur dans son entourage. Bravo la nouvelle société.

« A imiter l’amour, l’amitié peut tout perdre. » (Marcelle Auclair)

« Les coups de foudre existent en amitié, plus souvent qu’en amour. » (Stéphane Audeguy)

« Ne jamais être indifférent aux plaintes d’un ami, même s’il arrive que ce soit sans raison qu’il se plaigne. » (Marc-Aurèle)

« Je suis resté seul et inentendu comme Roland à Roncevaux. O fragiles amitiés de la terre ! Nous avons tous un Roncevaux dans notre vie, tôt ou tard. Nous appelons les absents, nous sonnons de notre cor d’ivoire et en vain ! Ce cor qu’ils connaissaient si bien … ils l’entendent qui demande, qui crie, qui meurt d’appeler et ils ne viennent pas. » (Barbey d’Aurevilly)

« Les amis sont des voleurs de temps. » (Francis Bacon)

« Les individus sont, en grande partie, ce que les ont faits les cercles sociaux qu’ils fréquentent. » (Jean Baechler)

« Les amis véritables jouissent, dans l’ordre moral, de la perfection dont est doué l’odorat des chiens : ils flairent les chagrins de leurs amis, ils en devinent les causes, ils s’en préoccupent. » (Balzac – Le Cousin Pons)

« L’amitié nous sauve de la solitude tragique dans laquelle nous plonge une existence remise  uniquement à elle-même. » (Père Alain Bandelier)

« L’amitié est un amour aimable, paisible, qui ne cherche pas à vous ‘transformer’, mais qui a plutôt tendance à vous prendre tel quel, ce qui fait du bien. Le fait d’être ainsi ‘reconnu’ pour ce que l’on est … confère à l’amitié une plus grande faculté d’objectivité que l’amour, et permet, dans le cas d’une amitié véritable, une plus grande sincérité relationnelle. » (Olivier Bardolle)

« Les amis font aussi office de miroirs dans lesquels on se trouve, à défaut d’être beau, en tout cas très intelligent, très sensible et très délicat . Ce qui est réconfortant … l’amitié est ainsi fort utile à notre égo et à notre équilibre psychologique … Par contre, un groupe d’amis, c’est toujours très ‘mauvaise langue’ vis-à-vis de ceux qui n’en font pas partie. Cela tourne vite à la meute, et une meute, c’est hiérarchisé, c’est fait pour la chasse (la chasse à l’homme étant la plus excitante), avec le dominant, le chef babouin, et puis le rigolo qui permet d’évacuer l’angoisse (sacré Momo, va !), le penseur, le cérébral qui fournit les alibis théoriques à toutes les exactions … On retrouve ce genre de ‘bande d’amis’ dans tous les milieux … Toutes sont des machines de guerre. » (Olivier Bardolle) – Notamment dans le milieu politico-médiatique chargé de casser tout ce qui est sain, tout ce qui ne plie pas, tous ceux qui refusent la servilité.

« On ne devrait jamais hésiter à faire la grève de l’amitié pour tenter d’obtenir un surcroît de concentration sur le sujet, car bien des relations amicales se dégradent pour finir dans le ‘fréquentage’ … La pratique de l’amitié implique une exigence de dignité, c’est un sentiment aristocratique, il convient d’y être au mieux de soi-même. » (Olivier Bardolle)

« L’amour à l’amitié : Ôte-toi de là que je m’y mette ; mets-toi là que je m’en aille. » (Anne Barratin)

« L’amitié repose sur deux colonnes : la franchise et la discrétion. » (Anne Barratin)

« Un ami de notre âge pour nous comprendre, un jeune ami pour élargir notre horizon. » (Anne Barratin)

« Aucune amitié ne résiste à l’ennui. » (Georges Bernanos)

« Nos enfants ne sont pas des amis. Ils ne le deviennent que beaucoup trop tard, quand nous sommes morts. » (Georges Bernanos)

« Des amitiés fondées sur l’estime qui excluent la confidence et se passent vite de la conversation. » (Alain Besançon)

« Trente fois plus d’amis sur les réseaux sociaux que dans la ‘vraie vie’, quel pied ! » (Cédric Biagini)

« La véritable amitié sait être lucide quand il faut, aveugle quand elle doit. » (Francis Blanche)

« C’est en ami que je vous parle, dit-on. – Quand un employé du Domaine ou de l’Enregistrement a décidé de ne rien faire, c’est comme cela qu’il parle à ses intimes, s’ils sont en danger. L’homme à qui son propriétaire parle ‘en ami’ est le plus protégé, le plus jugé et le plus exécuté des hommes… » (Léon Bloy – Exégèse des lieux communs – 1, CLI)

« Les bons comptes font les bons amis, dit-on. – Un bon compte est nécessairement celui qui profite au comptable. Autrement ce serait un mauvais compte. Et les bons amis sont ceux qu’on peut utiliser en les dépouillant ou même en les dévorant… » (Léon Bloy – Exégèse des lieux communs – 2, XI)

« Peut-on vraiment compter sur des amitiés contractées non au vu du mérite mais au gré de la Fortune ? … Quand la bonne Fortune nous amène un ami, la mauvaise Fortune en fera un ennemi. Et quel fléau peut plus sûrement vous nuire qu’un ennemi qui vous connaît bien ? » (Boèce)

« Faites-vous des amis aussi prompts à vous censurer qu’à vous encenser. » (Boileau)

« On n’est pas toujours digne de l’amour qu’on provoque, on l’est toujours des amitiés qu’on suscite. » (Gustave Le Bon)

« L’ami de tout le monde n’est l’ami de personne. » (Père Bourdaloue)

« Hérode et Pilate devinrent amis, mais aux dépens de Jésus-Christ. » (Père Bourdaloue – reprenant les Evangiles) – Classique réconciliation sur le dos d’un tiers.

« La conversation a tout de suite été facile … parce que les années intermédiaires n’ont que peu d’intérêt pour des amis qui se retrouvent après quinze ou vingt ans. » (Robert Brasillach – Comme le temps passe)

« Il faut découdre et non déchirer l’amitié. » (Caton)

« Il y a peu de vices qui empêchent un homme d’avoir beaucoup d’amis, autant que peuvent le faire de trop grandes qualités. » (Chamfort)

« Il faut à l’amitié beaucoup de temps ; elle a besoin d’être incorporée et sans doute nouée dans l’enfance. » (Jacques Chardonne)

« Un ami, c’est quelqu’un qu’on ne voit jamais et auquel on pense avec plaisir. » (Jacques Chardonne)

« L’amitié ne connaît pas de vertus. Elle ignore la charité, la reconnaissance, le pardon, la bonté. Elle n’a pas conscience de ses bienfaits et de ses mérites. Elle est pure. Elle sait compatir sans bassesse, aider sans perfidie et se réjouir du bonheur d’autrui. » (Jacques Chardonne)

« Nous ne sentons le prix de nos amis qu’au moment où nous sommes menacés de les perdre. Nous sommes même assez insensés quand tout va bien, pour croire que nous pouvons impunément nous éloigner d’eux. » (Chateaubriand)

 « Sans dévouement le mot amitié perdrait tout son sens … Sans vertu point d’amitié possible … Il faut juger les gens avant de s’attacher à eux, non le contraire …Observons  en amitié cette loi sacrée : n’exigeons jamais rien et n’acceptons jamais rien de déshonorant … Qu’on ne se croie pas tenu de rester aux côtés de ses amis lorsque ceux-ci commettent des fautes vraiment graves … Ne réclamer à ses amis que des choses honnêtes ; ne leur accorder également, pour les aider,  que ce qui est honnête et sans attendre d’y être sollicité ; se montrer toujours dévoué et jamais indécis ; oser parler franchement, privilégier les amis de bon conseil … En amitié on ne craint pas de  ‘perdre’, ni de voir une offre dédaignée, ni de trop investir … Nous attendons de nos amis constance et équanimité dans le bonheur comme dans le malheur … A moins que le forfait ne soit public et intolérable, il convient de finir une amitié en la laissant s’étioler, en espaçant les relations de ’découdre et non déchirer’ comme disait Caton ; faisons que l’amitié ait l’air de s’éteindre plutôt que d’être étouffée… La plupart des hommes ont le tort de vouloir des amis meilleurs qu’ils ne sont eux-mêmes et de réclamer d’eux des services qu’ils seraient incapables de donner. » (Cicéron – L’amitié)

« On voit des hommes affables changer brusquement, quand ils obtiennent un commandement, un poste de magistrat ou quelque succès, et répudier de vieilles amitiés pour en cultiver de nouvelles. » (Cicéron)

« On voit qu’un ami est sûr quand notre situation ne l’est pas. » (Cicéron)

« Aucune amitié ne supporte une dose exagérée de franchise. » (Emil Cioran)

 « De vrais amis n’admettent pas n’importe quel comportement. » (Paul Clavier) – Evidemment, la sainte tolérance a des limites !

« Ne recherchez pas l’amitié de ceux qui ne vous valent pas. » (Confucius) – D’accord sur le plan moral, pas d’accord sur le plan social.

« Celui qui n’a pas un ami n’est pas digne de vivre. » Démocrite) – Un peu rude.

« Rire des même choses, c’est les neuf dixièmes de la sympathie, parce que tout le monde, ou à peu près pleure pour les mêmes choses et ça ne signifie rien. » (Maurice Donnay)

« Les perroquets n’ont pas d’amis. » (Jean Dutourd) – On aime ceux qui nous apportent autrement.

 « Contre l’idée reçue qui indexe l’amitié sur la familiarité, plus le temps passe, plus les amis sont délicats entre eux. » (Raphaël Enthoven)

 « L’amitié véritable n’est pas véridique. Les brutes qui sacrifient l’amitié à la vérité ne méritent pas les amis qu’ils perdent. » (Raphaël Enthoven)

 « Il y a plus d’amour dans l’amitié que dans l’amour lui-même, car il y a moins d’amour propre. » (Raphaël Enthoven)

« Ce n’est pas tant l’intervention de nos amis qui nous aide que le fait de savoir qu’on pourra toujours compter sur eux. » (Epicure)

« Peu d’hommes sont naturellement portés à admirer sans envie un ami heureux. » (Eschyle)

« Cet homme a trop d’amis pour en avoir. » (Saint-Evremond)

« Deux vrais amis vivaient au Monomotapa – Qu’un ami véritable est une douce chose ! – Il cherche vos besoins au fond de votre cœur. »  (La Fontaine – Les deux amis)

« Rien n’est si dangereux qu’un ignorant ami – Mieux vaudrait un sage ennemi. » (La Fontaine – L’ours et l’amateur des jardins)

« Il croque l’étranger – Vraiment, dit maître chat, les moineaux ont un goût exquis et délicat – Cette réflexion fit aussi croquer l’autre. » (La Fontaine –Le chat et les deux moineaux)

« L’amitié est une douce responsabilité, jamais une opportunité. » (Khalil Gibran)

« C’est l’unique remède contre la mauvaise fortune ; c’est le soupirail par où l’âme se décharge. » (Baltasar Gracian)

« On juge un homme par les amis qu’il a. » (Baltasar Gracian)

« Il n’est de pire ennemi que l’ancien ami. » (Jean-Edern Hallier – à propos de François Mitterrand)   

« Nous étions arrivés à ce moment de l’existence où la rencontre avec un ami d’enfance et l’occasion d’évoquer le temps où on était un jeune garçon n’est déjà plus quelque chose de banal, mais un événement exceptionnel, une vraie aubaine, bref, une petite fête. » (Hermann Hesse)   

« Je ne sais rien de plus précieux qu’une honnête et féconde amitié entre hommes. » (Hermann Hesse)

« ‘Cette ‘camaraderie’ corrode les plus belles âmes. Elle rouille leur fierté, tue le principe des grandes œuvres, et consacre la lâcheté de l’esprit. En exigeant cette mollesse de conscience, chez tout le monde, certaines gens se ménagent l’absolution de leurs traîtrises, de leur changement de parti.’ Amitié vile que celle qui soude les cyniques de bas étage (il existe un cynisme de haut vol, mais c’est un exercice solitaire), faite de mépris réciproque et d’arrangements de conscience. Amitié et camaraderie qui sont aussi de la haine, haine de soi et des autres, haine du groupe pour le dehors et le dedans. » (Guy Hocquenghem – visant les ex-gauchistes, ex-soixante-huitards – citant Balzac)

« Les amitiés de jeunesse, celles qu’on noue pendant ses années d’étudiant … ne survivent jamais à l’entrée dans la vie adulte, on évite de revoir ses amis de jeunesse pour éviter d’être confronté aux témoins de ses espérances déçues, à l’évidence de son propre écrasement. » (Michel Houellebecq – Sérotonine) – On ne les retrouve que bien plus tard à l’orée ou lors de la vieillesse, quand on n’a plus ni illusions sur soi, ni déconsidération pour son propre échec.

« Adorable divinité,

« Que sur nous tu répands de charmes !

« Ton nom éloigne les alarmes

« Et donne la félicité. » (Victor Hugo)

« Faites disparaître l’amour et l’amitié, que reste-t-il au monde qui vaille la peine de l’accepter ? » (David Hume)

« Nous éprouvons l’or dans le feu, nous éprouvons nos amis dans l’adversité. » (Isocrate)

« Quand une amitié est bafouée rien ne peut la reconstituer. » (Tahar Ben Jelloun)

« Je vois avec douleur qu’il vient un temps où on ne ressemble plus à ce qu’on est et où, pour être apprécié, il vaut mieux employer la mémoire de nos amis que notre présence. » (Joseph Joubert)

« Il faut non seulement cultiver ses amis, mais cultiver en soi ses amitiés. Il faut les conserver avec soin, les soigner, les arroser. » (Joseph Joubert)

« Celui qui dit qu’il ne croit point à l’amitié, ou qui n’a point d’amis, est banni. » (Saint-Just) – Un peu rude. 

« Tout le monde veut avoir un ami ; personne ne s’occupe d’en être un. » (Alphonse Karr)

« Les amis font toujours plaisir, si ce n’est quand ils arrivent, c’est quand ils partent. » (Alphonse Karr)

Union de deux êtres : « pouvant se séparer toujours et ne se séparant jamais. » (Lacordaire)

« Il ne peut y avoir d’amitié réelle qu’entre ceux qui ont d’abord foi dans les mêmes valeurs. » (Louis Lavelle)

« L’ami est l’être devant qui nous n’avons aucune retenue, c’est-à-dire devant qui nous nous montrons tel que nous sommes, sans faire aucune distinction entre nous-même et le spectacle que nous cherchons à donner … L’être devant qui toutes les puissances de notre vie intérieure peuvent être essayées sans rougir. » (Louis Lavelle)

« Si l’autre n’est qu’un moyen pour éviter la solitude il n’est pas aimé pour lui-même. » (Jean-Yves Leloup)

« L’heureuse rencontre d’âmes fraternelles qui se saluent et qui conversent. » (Emmanuel Levinas)

« Lorsqu’on est réduit à ne pouvoir justifier ses amis, il faut encore les défendre. » (duc de Lévis)

« On croit regretter beaucoup ses anciens soi-disant amis qu’on a vu disparaître avec assez de sang-froid. C’est soi-même qu’on regrette. » (prince de Ligne)

« Toute amitié rompue d’un côté l’est des deux. » (Paul Masson)

« Les amis qui cessent d’être vos amis, quelle que soit la raison, ne devaient pas être vos amis. » (François Mitterrand)

« Parce que c’était lui, parce que c’était moi. » (Montaigne – ainsi commentait-il son amitié avec La Boétie)

« L’amitié se nourrit de communication. » (Montaigne)

« L’amitié est un contrat par lequel nous nous engageons à rendre de petits services à quelqu’un, afin qu’il nous en rende de grands. » (Montesquieu)

« Quelques uns prennent pour de l’amitié ce qui n’est que de la charité. » (Henry de Montherlant)

« L’amitié entre hommes, vous savez ce que les femme sen pensent : ça fait de l’ombre sur leurs robes. » (Paul Morand) – De fait, certaines n’apprécient guère que leur homme ait une proximité trop poussée avec un autre, sorte d’exclusivité jalouse quant à l’intimité, de crainte d’influence extérieure concurrente…

« L’ami dévoué se tait sur ce qu’il ignore. » (Alfred de Musset)

« L’ami doit être maître dans l’art de deviner et dans l’art de se taire. Il ne doit pas vouloir tout voir. » (Nietzsche)

« L’amitié est moins l’occasion de  disposer de droits sur l’autre que de se reconnaître des devoirs à son endroit. » (Michel Onfray)

« L’amitié véritable est au-dessus des lois, du droit… On est ami avant d’être citoyen et parfois malgré et contre l’état de citoyen. D’où sa radicale fonction anomique et son caractère asocial … Parce qu’elle est une contradiction flagrante au principe démocratique et égalitaire, elle a déplu fortement à la Révolution française qui a souhaité la codifier (comme tout d’ailleurs). La meilleure façon d’anéantir une force redoutée dans ses effets asociaux, c’est de lui réserver une seule existence sociale (explication de la rage de réglementation de nos politiques : châtrer pour dominer) … La république à la mode Saint-Just bannit quiconque déclare ne pas croire à l’amitié … Fête le premier jour de Ventôse où chacun déclare publiquement et solennellement qui sont ses amis  …  Déclaration et explication publiques des ruptures et motifs  …  Coresponsabilité  …  Deuil porté par les survivants … Tombe creusée par l’ami qui partagera la même sépulture rouverte plus tard … Faut-il redouter pareille puissance pour lui imposer de la sorte les formes dans lesquelles elle est censée s’épanouir au mieux ! » (Michel Onfray)

« Il ne faut pas confondre amitié et besoin de confidences. »(Erik Orsenna)

« Des amis de consommation, des amis préemballés, des amis de série qui n’hésiteraient pas à ne pas lui venir en aide en cas de problème. » (Martin Page)

« Ils ont moisi. Je n’avais pas remarqué qu’ils avaient une date de péremption. » (Martin Page – sur les amis)

« L’amitié est un principe d’individualisation, par là elle est un principe d’aristocratisation. Par là encore, elle s’oppose à la socialité dont les tendances vont au conformisme et au nivellement, à la stagnation des intelligences et des sensibilités … C’est un sentiment électif et aristocratique … que les groupes, les sociétés organisées, les gens imbus de l’esprit de corps, tiennent en suspicion. » (Georges Palante)

« Bien différente de ces ‘associations occasionnelles’ dont parle Montaigne. » (Georges Palante)

« L’amitié est une opération d’une fois. » (Charles Péguy)

« Heureux deux amis qui s’aiment assez pour savoir se taire ensemble. » (Charles Péguy)

« A chacun sa vie, c’est le secret de l’amitié. » (Daniel Pennac)

« L’infidélité en amitié est inexcusable. Alors qu’en amour … la chair est faible. Il n’y a pas de chair dans l’amitié, il y a  surtout des atomes crochus, des neurones, des gestes, des sourires, des rires, du verbe des élans du cœur. La table est à l’amitié ce que le lit est à l’amour. » (Bernard Pivot)

 « L’amitié entre parents et leurs enfants parvenus à la vraie maturité. Quoi de plus beau qu’une paternité ou une maternité qui s’achève en amitié ? » (Père François Potez) – Effectivement, là est la réussite.

« L’amitié ce n’est pas l’accord des opinions, mais la contiguïté des esprits. » (Marcel Proust)

« Quand je suis avec mon ami je ne suis pas seul et nous ne sommes pas deux. » (Pythagore)

« Sans admirations et sans haines communes, il n’est pas de véritable amitié. » (Charles Régismanset)

« Il n’y a pas d’amis, il y a des moments d’amitié. » (Jules Renard)

« Un ami ressemble à un habit. Il faut le quitter avant qu’il ne soit usé. » (Jules Renard)

« L’inflation démentielle du nombre d’amis sur Facebook ne signale pas un âge d’or de l’amitié… » (Olivier Rey)

« Comment l’empathie peut-elle s’exprimer dans un monde de simulacres dans lequel disparaissent les ressources émotionnelles ? » (Jeremy Rifkin) – Tous sur nos écrans. 

« Les ronces couvrent le chemin de l’amitié quand on n’y passe pas souvent. » (Rivarol) 

« L’homme prendra toujours pour ses amis les ennemis de ses ennemis. Les gouvernements n’étaient pas aimés ; les philosophes les attaquaient, et le peuple les crut ses amis ! » (Rivarol)

« Vouloir les mêmes choses, haïr les mêmes choses ; c’est l’amitié. » (La Rochefoucauld)

« Dans l’adversité de nos meilleurs amis nous trouvons toujours quelque chose qui ne nous déplaît pas. » (La Rochefoucauld)

« C’est une preuve de peu d’amitié de ne s’apercevoir pas du refroidissement de celle de nos amis. » (La Rochefoucauld)

« Que sont mes amis devenus,

« Que j’avais de si près tenus,

« Et tant aimés… 

« Ce sont amis que vent emporte

« Et il ventait devant ma porte. » (Rutebeuf)

« La trahison d’un ami, plus douloureuse que la trahison amoureuse. » (condensé d’une remarque de Pierre Sansot)

« Conserver ses amis dans la disgrâce c’est prouver qu’on les avait bien choisis. » (Louis-Philippe de Ségur)

« Commence déjà à être l’ami de toi-même, tu ne seras jamais seul. » (Sénèque)

« Une intimité aussi totale (par comparaison avec les amitiés décrites dans l’Antiquité)  devrait devenir de plus en plus difficile à mesure que s’accroît la différenciation entre les hommes … La sensibilité moderne tend plutôt à des amitiés différenciées, c’est-à-dire à des amitiés dont le domaine ne concerne à chaque fois qu’un aspect de la personnalité, sans s’immiscer dans les autres … qui nous lient à telle personne par la sensibilité, à telle autre par des affinités intellectuelles, à une troisième en raison d’impulsions religieuses, à une quatrième par des souvenirs communs… »  (Georg Simmel)

« Il y a dans le malheur de nos meilleurs amis quelque chose qui ne nous déplaît pas entièrement. » (Georg Simmel)

« Ne te hâte ni de te faire des amis nouveaux, ni de quitter ceux que tu as. » (Solon)

« Comment reconnaît-on ses vrais amis ? Ceux qui savent rire comme moi, en même temps que moi et des mêmes choses que moi. » (Philippe Soupault)

« Le principal ennemi de l’amitié ce n’est pas l’amour, c’est l’ambition. » (Philippe Soupault)

« L’estime, plus que l’admiration, est l’élément essentiel de l’amitié. » (Philippe Soupault)

« On ne pardonne pas ses erreurs à son ami, on ne les excuse pas non plus ; on les comprend. »  (Philippe Soupault)

« Ces prétendus amis toujours ardents à vous aider de leurs conseils et qui s’indignent plus que vous des injustices auxquelles vous êtes en butte. Ils ne se calment d’ordinaire qu’après vous avoir poussé à faire quelque sottise irréparable. » (baron de Stassart)

« L’idéal de l’amitié ; se sentir un et rester deux. » (madame Swetchine)

« L’ami aime en tout temps, un frère est engendré en vue de l’adversité. » (Ancien Testament – Livre des Proverbes)

« Un ami fidèle est un refuge assuré. Qui l’a trouvé a trouvé un trésor. » (Ancien Testament – Ecclésiaste)

« Lorsque nous n’avons besoin de personne nous avons beaucoup d’amis, j’en ai bien fait l’expérience. » (sainte Thérèse d’Avila)

« Lorsque la conscience est en jeu, l’amitié n’est pas une raison, car je dois plus à Dieu qu’à personne. » (sainte Thérèse d’Avila)

« L’ami vrai, celui qui sait regarder sans envie notre bonheur. » (Gustave Thibon)

« Différence entre amour et amitié, pas d’amitié sans réciprocité. » (Michel Tournier)

« Comme la prudence conseillait de vivre avec ses amis comme devant être un jour ses ennemis, pour ne leur confier rien de trop, qu’aussi l’amitié venant à se rompre et pouvant nuire, elle ordonnait d’user de ses amis comme pouvant être un jour ses ennemis. » (Marguerite de Valois)

« Quand on vit dans la compagnie de personnages qui ont de la noblesse, si l’on n’a pas l’âme basse, on en reçoit une impulsion. » (Dominique Venner)

« Il ne faut jamais juger les gens sur leurs fréquentations ; par exemple, Judas avait des amis irréprochables. » (Paul Verlaine)

« Un ami n’est pas plus méchant qu’un autre homme. » (Alfred de Vigny) – Toujours plaisant cet auteur.

« Gardez-moi de mes amis, mes ennemis je m’en charge. » (maréchal de Villars)

« Il n’y a pas d’opposition entre la solitude intérieure et l’amitié, au contraire. » (Simone Weil)

« C’est une faute que de désirer être compris avant que de s’être élucidé soi- même à ses propres yeux. C’est rechercher des plaisirs dans l’amitié, et non  mérité. C’est quelque chose de plus corrupteur encore que l’amour. Tu ven- drais ton âme pour l’amitié.  Apprends à repousser l’amitié, ou plutôt le rêve de l’amitié. Désirer l’amitié est une grande faute. L’amitié doit être une joie gratuite comme celles que donne l’art ou la vie. Il faut la refuser pour être digne de la recevoir …  Elle est de ces choses qui sont données par surcrîot. Tout rêve d’amitié mérite d’être brisé ‚… L’amitié‚ ne se recherche pas, ne se rêve pas, ne se désire pas; elle s’exerce (c’est une vertu). Abolir toute cette marge de sentiments, impure et trouble … Ce qui doit être sévèrement interdit, c’est de rêver aux jouissances du sentiment. C’est de la corruption. Et c’est aussi bête que de rêver à la musique ou à la peinture. L’amitié ne se laisse pas détacher de la réalité, pas plus que le beau. Et le miracle consiste simplement dans le fait qu’elle ‘existe’. A vingt-cinq ans, il est largement temps d’en finir radicalement  avec l’adolescence. » (Simone Weil)

« La grande douleur des pauvres, c’est que personne n’a besoin de leur amitié. Personne ne vient chez nous avec le sentiment qu’il pourra recevoir quelque chose de nous ! Personne ne croit que nous, les pauvres, nous pouvons donner quelque chose. Personne n’a besoin de notre amitié ! » (Père Maurice Zundel – citant une femme pauvre) – Bouleversant. – « Recatégorisées en victimes collatérales du ‘consumérisme’, les pauvres sont aujourd’hui, et ce pour la première fois de l’histoire, purement et simplement un souci et une nuisance. Ils ne possèdent aucun mérite … Ils n’ont rien à offrir … Ils forment un trou noir qui aspire tout ce qui l’approche. » (Zygmunt Bauman)

« Si vous vivez à Washington et que vous cherchez un ami fidèle, adoptez un chien. » (adage américain – transposable ailleurs)

« Qui tousiors prent et rien ne donne

« L’amour de l’amy abandonne. » (Proverbe du XVI° siècle)

« L’ami de tout le monde n’est l’ami de personne. » (proverbe)

« Veux-tu savoir ce qu’est un homme ? Informe-toi de ses amis. » (proverbe)

« Tel tu fréquentes, tel tu deviens. » (proverbe) 

« Qui se couche avec les chiens se lève avec des puces. » (proverbe) – Fréquentations.

« Affection aveugle raison. » (proverbe)

« L’amitié, c’est l’amour en habit de semaine. » (proverbe)

« A dire la vérité, on perd l’amitié. » (proverbe)

« On perd plus d’amis par ses demandes que par ses refus. » (proverbe)

« La table est l’entremetteuse de l’amitié. » (proverbe)

« Un long silence a mis fin a de nombreuses amitiés. » (proverbe)

« Il faut découdre et non déchirer l’amitié. » (proverbe)  

« L’ennemi acquiesce, mais l’ami discute. » (proverbe)

« Être le meilleur ami de soi même et le rester quoi qu’il arrive. » (?)

« Un ami, c’est quelqu’un qui vous connaît bien et qui vous aime quand même. » (?)

« Il n’y a pas de plus grande haine que celle qui succède à l’amitié. » (?)

« Cette sorte d’amis qui s’appliquent à être au mieux avec les ennemis de leur plus grand ami. » (?)

« La table est à l’amitié ce que le lit est à l’amour. » (? – d’un marchand de meubles peut-être)

Ce contenu a été publié dans 040, 1 - PER - Amitié, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.